Interview avec le trio Redemption

Interview avec le trio Redemption

Rod, Mat et JS, le trio Redemption, a répondu à quelques questions avant la sortie de Three of a Kind, son 1er album studio disponible dès le 23 avril 2021

Entretien via Skype avec Mat Kuhn (Chant & Guitare), Rod Kuhn (Batterie)
et JS Kuhn (Basse) du groupe Redemption.

 Premier album studio Three Of A Kind  le 23 avril 2021.

Pochette album de Redemption

Artwork : Alexandre Soles (Ghost Productions)

Tracklisting
01. Sound of Rock’n’roll
02. Welcome to the Wild
03. Are You Ready
04. Three of a Kind
05. Rock or Die
06. Do it My Way
07. Dark Side
08. Follow Me
09. I Never Knew
10. Play it Louder
11. The Rule

Redemption

Photo © Bastien Kolodriejerak

 REDEMPTION LINE UP
Mat Kuhn (Chant & Guitare)
Rod Kuhn (Batterie)
JS Kuhn (Basse)

REDEMPTION DISCOGRAPHIE 
 Live & Loud (EP – 2018)
 Angel (EP – 2019)

Facebook :
https://www.facebook.com/redemption2499

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : JS tu es musicien depuis plus de 40 ans, est ce que tu imaginais un jour jouer avec tes deux fils ?

JS : Alors non, vraiment pas. Ils avaient démarré le groupe Redemption avec un de leur copain, mais il ne s ‘appelait pas encore Redemption à l’époque. Et, à un moment donné, cela n’a plus fonctionné avec le copain. Donc, comme le local de répétition restait vide, j’ai fini par leur demander ce qui se passait et pourquoi ils ne répétaient plus. Cela date d’il y a 3 ou 4 ans déjà. Et en fait, ils n’avaient plus de bassiste. Je leur ai donc proposé de les dépanner le temps qu’ils en trouvent en . Et voilà , c’est un dépannage qui dure un peu maintenant.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Matt et Rod, à quel âge avez vous commencé à jouer ?

Mat : Moi, j’ai du avoir une guitare vers 7/8 ans, mais je n’ai pas accroché de suite. J’ai fait une pause de plusieurs années et j’ai du recommencer à jouer vers 11/12 ans à peu près . Et c’est à ce moment là que Rod a commencé la batterie. Et en fait on a appris réellement à jouer ensemble.

Rod : J’ai commencé la batterie à 7/8 ans. Je joue un peu de guitare aussi .

______________________________________________________

Rock Metal Mag : JS, tu joues exclusivement avec tes deux fils ou tu es dans d’autres groupes que Redemption ?

JS : En fait, lorsque j’ai commencé à jouer avec eux, cela faisait 10 ans que je n’avais plus touché un instrument de musique. Alors voilà cela s’est fait comme ça. Et je n’ai pas envie de jouer avec qui que ce soit d’autre. En fait, je me suis vraiment remis à la musique pour eux. Je n’avais plus trop envie de faire de la musique et c’est eux qui m’ont remis dans le coup. En jouant avec eux les anciens réflexes sont revenus très vite et on a redémarré une nouvelle histoire.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Et cette histoire fonctionne très bien d’ailleurs. Quel a été votre ressenti devant la réponse très positive du public ?

Mat : Pour un artiste c’est la plus belle des récompenses d’avoir un public nombreux et réceptif. On est toujours ému de monter sur scène devant un public à fond . On est super content aussi de voir tous les retours sur les vidéos et les disques que l’on a pu sortir. Pour ma part, c’est pour ça que je fait de la musique et c’est la même chose pour nous trois.

JS : Au début, on était plus étonné qu’autre chose. On ne s’y attendait pas en fait. Je reviens rapidement sur le Helffest et ensuite on en reparlera plus, c’est promis.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Mais si, il faut en parler, je voulais le faire justement.

JS : Sur le Hellfest, c’était vraiment une énorme surprise pour nous. On est complètement tombé de l’armoire ! (rires) Quand on a fait notre balance, il n’y avait personne en face, c’était rigolo. Et après être sorti de la scène nous sommes revenus 1/2 heure plus tard. Je pensais que l’on allait jouer devant 1000 ou 2000 personnes, mais c’était beaucoup plus que ça. Donc on a été un peu surpris.

https://www.facebook.com/watch/?v=552569738710398

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez tous les 3 les mêmes influences ou bien vous écoutez également d’autres styles ?

Rod : Dans la vie de tous les jours, on écoute pas forcément la même chose. Moi j’aime bien Oasis, les trucs un peu pop et même du Funk. Mat est plus dirigé vers des trucs comme Monster Magnet, Mötley Crüe, le rock des années 80. Et Papa il est plus DIO, Judas Priest, Motörhead

Mat : On a des groupes sur lesquels on s’accorde et ce sont des influences communes à nous trois. Cela nous permet de nous retrouver dans l’esthétique que l’on veut donner à notre projet et cela nous permet d’avancer. Je pense que l’on est tous d’accord sur Motörhead, sur Airbourne et sur un paquet de trucs quand même.

JS : Et même pour aller plus loin, sur The Who, Black Sabbath, les Beatles, Chuck Berry. Sur le Rock, on est assez d’accord sur les fondamentaux.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment cela se passe entre vous coté compositions. Est ce qu’il y a un maître des commandes ou bien vous prenez les décisions ensemble?

Mat : On compose tous les trois ensemble. L’idée vient d’une personne et on compose autour de cette idée, tous les trois à part égale. Il n’ y a pas de chef dans la composition. Après avec Rod, on sait très bien que papa a une culture et une expérience de la composition plus poussées. Des fois, lorsque l’on a un désaccord, au final on va quand même s’accorder sur ce qu’il dit pour pouvoir avancer. Et on pense que c’est la meilleure chose à faire. En fait sur la composition mais aussi sur plein d’autres choses, son expérience nous permet de progresser plus vite.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Sur le plan musical, c’est plus une relation amicale que paternelle ?

JS : Je suis leur père mais lorsque l’on fait de la musique je suis plus un musicien. Nous sommes trois musiciens à bosser sur le même projet. Et cela se passe comme dans tous les groupes où il y en a toujours qui ont plus d’expérience que d’autres. Donc, je ne suis pas le papa qui arrive avec toutes les partitions. (rires). Et ce n’est pas possible. J’ai déjà connu des groupes où cela se passait un petit peu comme ça. Il y avait le type qui arrivait, sans être ni père ou autre, et qui disait , voilà le morceau c’est ça. Et en général ce genre de groupe ne dure pas très longtemps, ou bien le line up ne dure pas des années et change souvent.

Et puis j’aime bien cette phrase qui dit : “l’expérience c’est un phare qui éclaire l’arrière”. Je pense que la jeunesse a plus à apprendre.  L’expérience est faite pour accompagner la fougue et la jeunesse, mais elle n’est pas là pour la remplacer.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous allez sortir votre 1er album, Three Of A Kind , est ce que le processus de création a été le même que pour votre EP Angel?

Mat : Oui, on peut dire que l’on a composé de la même façon. Après,  on n’a pas de recette écrite. On ne commence pas toujours par la musique et le chant ou l’inverse, c’est vraiment aléatoire. Si mon père a un riff, ou bien moi ou Rod, on fait tourner ce riff tous ensemble. Ensuite, on essaie de construire une mélodie pour le refrain qui correspond au riff et à l’intention. Puis les textes se raccrochent et le morceau se construit petit à petit.

Les seules différences par rapport à l’EP Angel est qu’il a été composé à une période où les concerts étaient encore possibles. Donc, on n’était pas bloqué comme durant cette énorme période de confinement. Pendant les répéts, qui nous servaient à préparer les différents concerts, on écrivait des bouts de morceaux. Et à la fin avec ces bouts de morceaux on a pu faire Angel mais sur un laps de temps bien plus élevé que pour Three Of A Kind. Pour cet album on a profité du confinement pour écrire tous les jours et se consacrer uniquement  à sa composition.

JS : On a composé Three Of A Kind en 3 mois et demi. On avait que ça à faire donc la composition a été plus rapide.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Donc ce confinement a été “utile” si on peut dire ?

JS : Oui en quelque sorte. Mais maintenant cela commence à être pénible.

Mat : On a quand même de la chance d’être une famille et d’habiter ensemble. Ensuite d’avoir du matériel à la maison et d’avoir eu le temps de tout faire. Il y a beaucoup de groupes où par exemple le chanteur est à Marseille, le batteur à Reims, le guitariste à Rennes et dans ces situations là, c’est particulièrement contreproductif .

________________________________________________

Rock Metal Mag : Après dans ce genre de situation on peut s’en sortir grâce à internet mais c’est moins motivant.

Mat : Oui, mais à un moment donné, dans le processus de composition, on a besoin de se retrouver pour créer et répéter ensemble.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Qui écrit les paroles et quels sont vos thème favoris ?

Mat : On écrit les textes ensemble.

JS : Tous les thèmes des morceaux viennent beaucoup de petites situations ou d’expériences de concerts que l’on a vécu. Par exemple comme “Rock or Die“. Il parle des quelques minutes que tu vis avant de monter sur scène, que tu aies le trac ou pas. Chacun vit ce petit moment là d’une manière particulière, mais personne peut dire que ce moment est anodin.

Quand l’intro est finie et que tu entres en scène tu es vraiment tout seul avec toi même. Tu es seul avec ta trouille, ton stress, mais tu n’as pas le choix, parce que si tu te dégonfles c’est foutu. Ce sont des moments que l’on a de moins en moins et au fur et à mesure tu le vis d’une autre manière. Mais lorsque l’on a fait notre première grosse scène avec vraiment du monde en face, j’avais très peur que ça ne marche pas en fait. J’avais peur que tout ce boulot que l’on avait fait ne serve à rien parce que la trouille aurait été trop grande.

Rod : Pour les paroles on essaie de partager des sensations et des petits détails que ne voit  pas forcément le public. Mais on les vit avant et après chaque concert. Un concert ne dure qu’une seule heure dans la journée, mais au cours de cette journée il se passe tellement de choses que c’est aussi important d’en parler dans les chansons.

Mat : Cela peut être des petites anecdotes d’after. On parle de notre ressenti par rapport au live et à nos tournées.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Mat et Rod est ce que vous avez le trac quand vous montez sur scène ?

Rod : Personnellement, depuis le Hellfest, je ne ressens plus le trac. Après, c’est sûr, cela fait un an que l’on a pas fait un vrai concert. Donc je ne peux pas  vraiment dire comment cela va se passer la prochaine fois que je vais retourner sur scène. Mais lors de notre dernier concert je n’ai pas eu forcément le trac.

Mat : J’ai un trac qui est vraiment différent. Par rapport au Hellfest, on me demande souvent comment j’ai pu jouer devant autant de personnes. Mais le monde, ce n’est pas ce qui m’angoisse. En fait ce qui me donne le plus le trac c’est qu’il n’y ai pas de monde. Donc, ça fait longtemps que cela ne m’est pas arrivé. Quand on monte sur scène et que l’on sait que tout va bien se passer parce qu’il y a du public et que tout le monde est content, je n’ai pas vraiment  le trac.

_____________________________________________________

Sam Berdah

Rock Metal Mag : Comme pour Angel, Three Of A Kind a été mixé par Sylvain Masure (Mass Hysteria, etc.) mais pour le mastering c’est Sam Berdah à The Wall Studio qui s’en est chargé. Comment est née cette collaboration ?

JS : Alors Sam je le connais depuis très longtemps, c’est un copain. Et au moment où on faisait Angel, il démarrait juste son studio de mastering. Et nous nous étions déjà engagé avec Magnus. Mais on lui avait quand même demandé de masteriser pour nous montrer ce qu’il ferait par rapport à Magnus.

Mat : A l’époque, il y avait déjà du haut niveau.

JS : Et donc, pour Angel on avait comparé les deux mastering et franchement ils étaient tous les deux supers. Je n’aurais pas pu dire que l’un était meilleur que l’autre . Mais comme on était déjà engagé, on a fini avec Magnus. Et là du coup, on a proposé à Sam de faire le mastering de Three Of A Kind. Franchement on ne regrette pas . Il a fait un boulot incroyable. Vraiment super.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour l’artwork vous avez choisi de travailler avec Alexandre Soles de Scarlean, Est ce qu’il avait carte blanche ?

Mat : Alors j’ai eu l’idée de ces trois cartes avec le logo du groupe à l’intérieur et le nom au dessus. Mais j’avais aussi eu une première idée avec des motifs cachemire noirs, quelque chose de très sobre et très classe, sans mettre le nom du groupe. Donc on a commencé à travailler avec Alexandre Soles et je lui ai fait part de mes idées. A partir de ça il a construit ses propres idées. Et du coup, il a fait un mixe des deux et cela a vraiment fonctionné.

JS : En fait, Mat avait dessiné un petit croquis à la main sur une feuille. On l’a scanné et envoyé à Alexandre. On a eu aussi quelques échanges au téléphone pour expliquer comment on voyait les choses. Et avec le premier jet d’Alexandre, on était déjà dans les clous. C’est un mec super efficace et super rapide.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a un morceau que vous aimez plus jouer qu’un autre ?

Rod : On en a tous un différent. Moi je dirais Do it My Way parce qu’à la batterie il y a vraiment des références particulières. C’est vraiment le morceau que je préfère jouer.

JS : Moi je n’ai pas de morceau préféré. Je les aime tous et même les anciens morceaux. Je ne me lasse pas trop en fait. Au fur à mesure que l’on travaille et que l’on avance, je trouve que l’on joue les morceaux de mieux en mieux. Et ce qui me plait c’est d’aller vers cette espèce de maitrise de ce que l’on fait. Quand tu sors du studio, tu ne joues pas forcément mieux que lorsque tu y est entré. Par contre cette phase d’après studio, c’est la deuxième vie du morceau. Celle où tu vas te l’approprier encore un petit peu plus. Moi j’aime bien cette période là et ce qui me manque actuellement c’est la scène car c’est vraiment là que tu vas jouer les morceaux comme ils doivent l’être.

Sinon, c’est vrai que j’aime bien Rock or Die parce que sur toute la partie du début où c’est basse / batterie, j’aime bien coller avec la batterie. Comme il n’y a pas de guitare on l’entend vraiment. (rires) C’est vrai que, en 4 mesures, tu vois si la basse/batterie fonctionne et si on est au point ou pas.  Mais je n’ai pas plus d’affection pour un morceau plutôt qu’un autre.

Mat : Alors moi, mon morceau préféré, c’est I Never Knew. J’aime beaucoup la façon dont est posé le chant sur ce morceau. Ce n’est pas habituel mais sans être un défi c’est quelque chose que j’aime bien. Le riff est super accrocheur.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Et tu as pris des cours de chant ?

Mat : Oui j’ai pris un peu de cours avec l’ancien chanteur de Smash It Combo. En fait,  je n’avais pas vraiment de technique et je me cassais régulièrement la voix. Au bout de deux morceaux j’avais la voix cassée et je mettais deux jours à me remettre d’un concert. Donc, le chant était un vrai problème au départ. Les cours de chant m’ont aidé à trouver un échauffement. Mais ensuite c’est plutôt la manière de chanter qui a évoluée aussi avec le style du groupe.

On est allé vers des choses moins Hardcore, plus rock et plus mélodieuses. Donc vers une voix qui nécessitait plus de souffle mais avec moins de distorsions. Et je pense avoir trouvé la technique qui correspond à ma tessiture, à notre style et à l’intention que l’on veut donner. Donc j’ai trouvé la manière de chanter la plus appropriée pour le moment.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi avez vous choisi de présenter en premier single, Play It Louder ?

Mat : Ce titre est l’un des premiers morceaux de l ‘album que l’on a composé. On l’avait même commencé avant le confinement. Et nous sommes allés enregistrer une pré prod au “studio sous les vignes“, proche de chez nous. Donc on avait décider de filmer cette session, parce que c’était un bon moment pour nous.

JS : Ouais, c’était funky.

Mat  : C’était cool, on était entre nous. Il y avait ma mère, des potes. C’était vraiment sympa et on a décidé de faire un clip. C’est pour ça que l’on a choisi de le sortir en premier single puisque l’on avait une vidéo sympa qui était prête. Donc , pour nous, c’était ce qu’il y avait de plus logique.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Rock Or Die on peut dire que c’est un peu votre Devise ? Le rock avant tout et à 100% !

Mat : En fait, chaque refrain de notre album sont des devises. On fait une musique honnête. Ce morceau il parle de nous et c’est comme ça que l’on voit le moment où l’on va monter sur scène. Mais c’est aussi comme ça que l’on voit la vie en générale. Je ne veux pas faire le philosophe mais c’est une devise qui nous correspond.

________________________________________

Rock Metal Mag : Vous continuer la composition en attendant la reprise des concerts ?

Mat : On ne s’est pas encore remis dessus car on a beaucoup répété pour préparer des captations live que l’on a fait dernièrement. Cela a nécessité beaucoup de travail de répéts, un peu comme la préparation d’un concert finalement.  Mais on va reprendre la composition très bientôt puisque, on espère que l’on ne va pas se retaper un 4ème confinement.

JS : C’est vrai que là, on sort d’à peu près deux mois de préparation pour la captation dont Mat a parlé. Cela va surprendre beaucoup de monde. C’est vraiment un gros truc.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Cela sortira en même temps que l’album le 23 avril?

Mat : Non, il y aura d’abord un extrait.

JS : Oui, je pense qu’il y aura un Teaser. Mais vraisemblablement cela sortira courant mai. Dans un premier temps sur le réseau des télés Grand Est, qui s’est porté acquéreur de la première diffusion. Par la suite on verra. Mais là, on collabore avec un producteur audio/vidéo sur ce projet. En fait ce sont les personnes qui nous avaient filmé au Hellfest et qui font les Arte Live. C’est Sombrero and co, et on a collaboré avec le réalisateur, Samuel Petit qui a fait Faith No more, Korn …etc. Donc, on a pu faire cette captation et comme pour tout ce que l’on fait, de façon minutieuse.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : J’imagine que vous n’avez pas pu planifier de concerts cette année ?

JS : On a deux / trois reports de tournée, mais on verra. Cela fait plusieurs fois que les concerts sont reportés, reportés, reportés. Donc, on attend le moment où l’on pourra bosser normalement, rebooker des dates et refaire des concerts.

Mat : Dans de vrais conditions. On ne force pas notre tourneur à trouver absolument des dates en ce moment, sachant qu’elles seront certainement reportées, x fois.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous aimeriez ajouter quelque chose pour conclure cette interview ?

Mat : Achetez notre disque et écoutez le fort !

_________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Rod, Mat et JS de Redemption et l’Agence Singularités qui nous a permis de réaliser cette interview.

https://e-redemption.jimdofree.com/