King Buffalo : “The Burden Of Restlessness”

King Buffalo : “The Burden Of Restlessness”

CHRONIQUE : King Buffalo : “The Burden Of Restlessness”
King Buffalo est un formidable créateur d’atmosphères incroyables et il a su, une nouvelle fois, insuffler toute sa puissance et sa rigueur dans ses compositions.

CHRONIQUE
King Buffalo
Album “The Burden Of Restlessness”
Date de sortie : 4 juin 2021
Stickman Records

Artwork par Zdzisław Beksiński

Tracklist

1.  Burning
2.  Hebetation
3.  Locusts
4.  Silverfish
5.  Grifter
6.  The Knocks
7.  Loam

https://kingbuffalo.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/kingbuffaloband

SPOTIFY

___________________________________________________

CHRONIQUE : King Buffalo : “The Burden Of Restlessness”

Le trio new-yorkais King Buffalo est composé du chanteur/guitariste Sean McVay, du bassiste Dan Reynolds et du batteur Scott Donaldson. Depuis sa formation en 2013, le groupe autoproclamé “heavy psych” s’est fait une belle renommée à travers 4 EP, 2 albums studio et des tournées avec The Sword, All Them Witches et Elder entre autres.

Le 4 juin dernier, King Buffalo a sorti son troisième album, intitulé “The Burden of Restlessness”, via Stickman Records en Europe. Il est le premier de la trilogie que le trio a prévu de sortir en 2021.

The Burden of Restlessness” a été écrit et enregistré à Rochester, NY au Main Street Armory en décembre 2020 et janvier 2021. La production et le mixage a été réalisée par Sean McVay et c’est Bernie Matthews qui s’est chargé du mastering. Des arrangements impeccables pour un tiercé gagnant et ce premier tirage de 7 titres est des plus prometteurs pour les deux suivants .

The Burden Of Restlessness” est surement un des albums le plus profond, le plus accrocheur et le plus personnel du groupe. King Buffalo est un formidable créateur d’atmosphères incroyables et il a su, une nouvelle fois, insuffler toute sa puissance et sa rigueur dans ses compositions. Le son navigue aisément entre lourdeur écrasante et résonnante du Stoner et du Doom et mélodie hypnotique du Rock Psyché.

Burning est une formidable entrée en matière.

Une marche Stoner cadencée par une fervente batterie, des guitares denses accordées très basses et un chant qui harponne instantanément. A la fois claire et mélodieuse la voix de Sean McVay allège le coté massif et répétitif du morceau qui se perpétue dans Hebetation . Les guitares bourdonnantes libèrent leur fuzz ardent et le rythme pénétrant ne vous lâchera plus d’un bout à l’autre de l’album.

Locusts est un remarquable mélange de Prog Rock et de Space Rock flamboyants au tempo entêtant. La section rythmique en parfaite osmose est infaillible et le chant super addictif.  Ses intonations me font penser à la voix formidable du prodigieux Petar Gabriel. L ‘éclatant solo de guitare libère ensuite une trainée incendiaire qui embrase la partie centrale du morceau avant qu’il ne s’achève sur un son dense et vrombissant.

Retour à une allure mesurée avec Silverfish et ses petites touches de synthé. La progression se fait tout en douceur avant l’explosion riffique éléphantesque écrasant tout sur son final. Toujours au pas cadencé mais avec une impressionnante distorsion, Grifter ouvre une brèche stoner intense et groovy. Une ascension lourde et vibrante surmontée d’un solo énorme.

Puis, The Knocks démarre un peu comme Silverfish avec ses touches de synthé, quelques lignes de claviers et une surabondance de fuzz. Le son est massif et guitare et basse jouent le même riff à l’unisson. Un véritable vrombissement sonore très immersif coiffé d’une guitare incendiaire. La mélodie atmosphérique et son solo énergique lui donne une atmosphère totalement surnaturelle et magnifiquement accrocheuse. C’est grandiose !

Finalement, Loam nous ramène un peu sur terre, continuant le généreux chemin ouvert sur un paysage démesuré et qui semble hors du temps. L’ambiance se fait plus légère et le fardeau d’anxiété et d’impatience paraît s’atténuer. Mais le mur sonore ne faiblit pas pour autant. Le tempo se fait plus énergique sous le martèlement incessant de la batterie et l’impétuosité grandissante des guitares.

  Le chemin ne fait que commencer…

King Buffalo offre un magnifique premier voyage inter-dimensionnel. L’envie est grande de poursuivre cette aventure au plus profond des sphères psychedelic/progressive/stoner rock.

Le volet 2 et 3 doivent sortir au cours de cette année .