Interview : ENTROPY ZERO au Black Dog

Interview :  ENTROPY ZERO au Black Dog

Découvrez notre interview avec F-2301, leader de la formation Cyber Rock, Entropy Zero qui nous parle entre autre de son 1er album « MIND MACHINE – A NEW EXPERIENCE » 

 Entretien avec F-2301 d’ ENTROPY ZERO qui a sorti son premier album studio « MIND MACHINE – A NEW EXPERIENCE »  le 22 novembre 2019 via SendTheWood music / distribution Season of Mist .

1.The mind machine 00:48
2.Memory process 04:06
3.Behind the disrupted pulsar 04:21
4.We the titans 05:06
5.Exo 04:31
6.Brain control factory 04:36
7.Vinyl3 04:32
8.Pretty little dead thing 05:20
9.Discharged singularity 04:51
10.XP-30 explorer 04:56
11.Out of gravity 04:21

***********

Membres du groupe
F-2301 : Cyber machine
K-74 : Hybride strings

F-2301 au Black Dog à Paris le 18 septembre 2020, avec Roger de Replica promotion

___________________________________________

Rock Metal Mag : Qu’est ce qui t’a poussé vers la Cyber Rock musique?

F-2301 : Je fais de la musique depuis que je suis tout petit et j’ai fais pas mal de choses différentes. A la base je suis un pianiste de jazz. Ensuite j’ai joué du Metal, du Rock, de la Pop. Après, lorsque j’ai arrêté le Live j’ai fait pas mal de musique sur ordi, pour des courts métrages ou des petits jeux vidéo et même mes propres vidéos. Et clairement, j’avais envie de remonter sur scène, car ça me manquait.

Donc je ma suis demandé ce que je pourrais faire pour que ce soit un peu intéressant à travailler sur scène. Et comme j’adore la science-fiction et la musique, j’ai décidé de faire de la musique de science-fiction. J’aime aussi beaucoup travailler l’image donc j’ai choisi de ne pas me contenter juste de musique, comme un groupe classique. Entropy Zero est un projet qui mêle musique et image. Sur scène on projette de la vidéo synchronisée et c’est presque du ciné concert.

Parler du groupe juste en écoutant la musique, c’est très réducteur, car ça n’a rien à voir avec ce que l’on peut faire en live, lorsque la vidéo est projetée. L’origine du projet vient de là.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag: En dehors de l’électro, quels sont les styles musicaux que tu écoutes et qui t’influencent? 

F-2301 : J”ai eu ma période Metal, à fond, mais aujourd’hui je n’écoute que des musiques de films. C’est vraiment ce qui me plaît car cela permet d’écouter plein de choses différentes. Forcément c’est en fonction du film que l’on va choisir. On va avoir des musiques de science-fiction, des musiques traditionnelles, des musiques de Western, des musiques électro, des musiques d’action.. C’est beaucoup plus riche à écouter plutôt que de se limiter à un seul style.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag: Cela se ressent dans tes compositions et j’ai lu que tu es un fan de Hans Zimmer .

F-2301 : Oui c’est un de mes compositeurs préférés et je ne suis pas le seul. Pour la petite histoire, j’ai vu Hans Zimmer à Nantes lors de sa première tournée ( ndlr: 2 juin 2016). Lorsque je l’ai vu sur scène j’ai trouvé ça génial et je me suis dit :  «Là, ça claque !». Et même si ce n’est pas le seul à le faire, j’ai trouvé que la musique instrumentale est vraiment bien sur scène si cela fait appel à de l’imaginaire.

Forcément lorsque l’on écoute Hans Zimmer, on pense aux films associés. Il projette des choses mais ça reste très léger . Mais ce n’est pas grave vu que l’on pense au film, on est dans l’imaginaire. Donc cela fonctionne hyper bien. Et c’est exactement ce que je voulais créer : musique + images car pour moi chaque titre est une image dans ma tête.

Le but est de laisser un champs assez libre pour que celui qui écoute ou qui vient en concert puisse se recréer lui-même sa propre histoire dans sa tête. Parfois en concert les gens ne nous regardent même pas. Ils sont soit scotchés sur l’écran, soit partis dans leur imaginaire. Alors pour moi c’est une réussite.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : La science-fiction est vraiment ton domaine de prédilection. Est ce qu’il y a des films qui t’ont plus marqué que d’autres, visuellement et musicalement ?

F-2301 : Alors j’adore les deux Blade Runner. C’est vrai que l’on peut trouver ces films un peu chiants car les scènes sont très longues et il n’y a pas forcément d’action. Mais je trouve que c’est vraiment immersif en termes de visuels et de sons. Je suis également un gros fan d’ Interstellar. Forcément c’est Hans Zimmer . C’est, pour moi, une des meilleures musiques et puis j’aime beaucoup Nolan ( ndlr : Interstellar de 2014 réalisé par Christopher Nolan. La partition du film est composée par Hans Zimmer )
Je ne suis pas encore allé voir Tenet mais j’aimerais bien ( ndlr : Film américano-britannique écrit et réalisé en 2020 par Christopher Nolan)
Sinon il y a aussi Alien. Je ne les aime pas tous, mais l’univers Alien est super excellent.
Et puis il y en a plein d’autres, comme des films plus classiques aussi tels que Star Wars. Mais les meilleurs restent ceux que je t’ai cité en premier.

_____________________________________________

Rock Metal Mag  : Est ce que tu es amateur de romans d’anticipation ?

F-2301 : Alors je ne suis pas trop bouquins mais plutôt BD dans le style des Méta-Baron tiré de l’Incal (ndlr : les Méta-Baron. Scénarisée par Alejandro Jodorowsky et dessinée par Juan Giménez, )
Donc c’est ma BD de science-fiction préférée et je m’en inspire pas mal.

En fait je m’inspire plus d’art que de musique. C’est à dire plus des films, des images, de mes lectures de BD, des séries ou des jeux vidéos pour faire ce que j’ai envie de faire.. Plutôt que d’écouter plein de musiques à fond la caisse pour m’inspirer.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi le nom Entropy Zero (Agitation ou désordre) puisqu’il y a quand même une belle énergie dans les compositions parfaitement structurée.

F-2301 : Alors c’est justement l’idée. A l’origine de l’Univers, Entropy est égal à Zéro. Au fur et à mesure que cet univers évolue, qu’il se construit et qu’il se passe des choses, l’entropy augmente. Donc Entrpoy Zero c’est pour indiquer le début. En fait chaque nouveau titre est un nouveau départ pour explorer un nouvel univers, quel qu’il soit. C’est pour ça que je suis parti sur ce principe. Entropy Zeo c’est l’origine de ce que l’on veut.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : L’écrivain Ray Bradbury ( auteur de Fahrenheit 451 ) disait : :  La science-fiction est une description de la réalité. La Fantasy est une description de l’irréel. Est ce que tu es d’accord avec cette citation ?

F-2301 : Je pense que c’est faux.(rires) En tous les cas je ne suis pas complètement d’accord. Dans science-fiction, il y a fiction . Donc on peut faire une fiction sur la réalité mais également sur quelque chose qui n’est pas réel. Dire que la science-fiction décrit la réalité c’est un peu fort ! Si on prend comme exemple Interstellar, qui est de la science-fiction, cela ne décrit pas vraiment la réalité
Dans une œuvre de science-fiction il y a toujours un moment donné où la fiction prend le dessus. Même si on dit souvent que la réalité dépasse la fiction. Mais au moment où l’oeuvre est faite, ce n’est pas pour décrire une réalité, mais une potentielle réalité qui pourrait arriver. Ce qui n’est pas la même chose.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Qu’est ce qui te passionnes vraiment le plus dans toute cette science-fiction ?

F-2301 : A la base je suis quand même un scientifique. J’ai un doctorat en sciences de l’ingénieur et j’ai toujours été passionné par les sciences. Donc pour moi c’est un point de départ. Je trouve très intéressant les choses qui vont décrire des faits hors réalité mais basés sur des idées réelles.

Par exemple, on va utiliser des projections scientifiques sur ce que l’on sait aujourd’hui et on va essayer d’extrapoler un peu. C’est à dire inventer des portes de voyages spatio-temporelles ou des vaisseaux spatiaux qui n’existent pas mais qui sont basés sur de lois physiques. Et on va développer des histoires qui vont avec et qui vont stimuler l’imaginaire. Ce que je trouve intéressant, c’est d’utiliser les sciences, qui me passionnent toujours aujourd’hui, pour créer des histoires dans des univers divers et variés.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Et donc dans l’univers d’Entropy Zero , vous n’êtes plus que deux, toi et H-74 puisque J-808 vous a quitté dernièrement. Pourquoi ne l’avez vous pas remplacé?

F-2301 : C’est assez difficile de trouver des musiciens qui sont dans le même état d’esprit que nous . Je suis le leader du groupe et c’est moi qui compose, qui fait les vidéos… Je fais tout puisque j’ai créé ce projet et donc je le dirige en terme de création.

En terme de live, c’est une autre histoire car il y a besoin de musiciens. Ils doivent m’aider à adapter les choses et à faire vivre le groupe. Donc c’est difficile de trouver des musiciens dans cet état d’esprit puisque ce n’est pas un groupe professionnel. Il ne nous fait pas vivre. On ne va pas chercher un musicien de sessions qui ne va pas être payé, qui va juste être présent en live et qui ne va pas créer.

Donc voilà,  ce n’est pas facile de trouver quelqu’un qui ne va pas rentrer dans la boucle de créativité. Moi-même, si je n’avais qu’un seul projet où je ne joue qu’en live, j’aurais du mal. Il faut trouver des personnes qui ont d’autres projets dans lesquels ils vont s’éclater en création mais qui vont accepter de venir seulement en concerts. Il faut des personnes fiables, étant donné que l’on a tous nos impératifs.

Comme je n’ai plus envie de chercher , aujourd’hui, le deuxième musicien c’est mon frère. Et là forcément ça marche très bien. Et vu le style de musique que l’on fait, on a pas réellement besoin d’un batteur. C’est quand même très électronique. On a fait plusieurs concerts sans batteur et ça s’est super bien passé, autant pour nous que pour l’interaction avec le public.

Cela ne veut pas dire que dans le futur on en aura pas un, mais ce n’est pas une nécessité. Je ne cherche pas activement. Si des gens veulent me contacter ils peuvent le faire. Mais on a trouvé un équilibre à deux qui fonctionne bien et on a aucune raison de le changer.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Alors comment se passe la composition d’un album d’Entropy Zero, puisque c’est toi qui est aux commandes ? 

F-2301 : Avec le premier album, je suis parti sur l’ idée d’un gars qui va dans un club Cyber, ou qui va explorer un Pulsar, ou d’un monstre qui va s’évader d’un labo. Ensuite je travaille les sons et je m’en inspire beaucoup. Beaucoup de synthé, d’instruments virtuels, du Sound Design, etc.. Je fais un patchwork de travail .

Si un son me plait je le prends et je le mets de coté. Et puis j’ai tout une boite à outils de sons. Et partant de l’idée que j’ai voulu développer, si je vais dans l’espace cela me fait penser à tel son, telle percussion, telle façon de jouer. Donc je vais créer la musique avec un riff de départ .

Ensuite, dans ma tête, je vais créer une histoire et la musique va essayer de retranscrire cette histoire. Une fois que j’ai finis le titre, je passe à la vidéo pour illustrer encore un peu plus l’histoire.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : En fait tu es un véritable laboratoire sonore et visuel. C’est pour ça qu’il y a une grande richesse dans tes compositions. 

F-2301 : Un laboratoire je ne sais pas mais la richesse des compositions, c’est à la fois notre force et notre faiblesse. Pour moi, c’est une force parce que je ne me limite pas à un style. Je ne le ferais d’ailleurs jamais car je fais vraiment ce que j’ai envie de faire. Donc il peut y avoir du Rock, un peu de Metal, de l’électro, des trucs doux, d’autres dynamiques.

Rock Metal Mag : Cela crée beaucoup d’émotions et d’ambiances différentes.

F-2301 : Justement, c’est ce que je trouve intéressant. Je ne veux pas m’emmerder à faire un seul genre. Je l’ai fait avant alors aujourd’hui c’est vraiment la diversité et le travail des émotions. Elles sont toutes intéressantes à travailler. Il n’ y a pas que la rage, les pleurs, etc.. Il y a un éventail hyper large.

Je dis que c’est aussi notre faiblesse car du coup, quand on présente notre projet, les gens ne “comprennent pas” ce que l’on fait. Bon, j’exagère un peu, mais ils ont du mal à nous faire rentrer dans une case.

On a joué avec des groupes de Death, de Black, d’électro, de synthwave, plein de groupes de styles différents mais les organisateurs ont toujours du mal avec nous. Ils se demandent toujours avec qui ils pourraient bien nous faire jouer. Donc avec du Post Rock, ça marche bien, ou du Djent, mais ce n’est pas ce que l’on fait. Alors si l’organisateur cible une soirée Post Rock ou Djent il ne va pas forcément penser à nous.

On est un peu considéré comme un OVNI et c’est souvent compliqué, donc c’est un peu notre faiblesse. Dans le sens où nous sommes les seuls sur ce créneau. Je ne connais pas d’autres groupes qui font la même chose. Je ne dis pas que ce que l’on fait c’est bien mais on est innovant.

Rock Metal Mag : J’aime bien ce coté novateur. Je ne dis pas que j’écoute ce genre de musique tous les jours. Mais l’écoute de cet album m’a beaucoup plu parce que l’on s’imprègne vraiment de la musique et de ses ambiances. On se crée ses propres histoires et un autre monde qui nous sert d’échappatoire.

F-2301 : C’est exactement le but de cet album et de cette musique. Et souvent les gens évoquent les choses auxquelles ils ont pensé pendant leur écoute. Je trouve ça génial même si ce n’est pas du tout ce à quoi  j’ai pensé, moi-même. Et personne n’a tort ou raison car chacun se fait sa propre interprétation.

C’est d’ailleurs aussi pour ça que l’on fonctionne bien en convention, car les gens sont beaucoup plus dans cet état d’esprit. Ils ne se disent pas : “tiens, je vais voir un groupe de pop ou de Black symphonique ou de Noise”. Ils viennent là pour l’univers pop culture.

On s’adapte un peu au public lorsque l’on joue. On a des compos un peu plus convention et d’autres plus café concert.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que c’est Mike Winkelmann, également connu sous le nom de beeple qui a réalisé l’Artwork ?

F-2301 : Non. Alors il y a eu l’EP et la couverture c’est bien beeple. Je l’avais contacté en lui expliquant le projet et il m’avait dit que je pouvais utiliser ses trucs gratuitement puisqu’ils sont libres de droit.

Par contre pour l’album, c’est Thomas Bonneau, d’Atom Cyber  Il fait beaucoup de choses excellentes et il a vraiment son style. Je voulais vraiment faire la Mind Machine, la grosse machine avec l’humanoïde  féminin. Il a vraiment fait un truc nickel. Je suis assez chiant en terme d’exigence et pour le coup je n’ai absolument rien eu à dire sur son dessin.

Directement il a sorti exactement ce que j’attendais. Et en terme de rendu ça claque.

Rock Metal Mag : Et comment est née cette collaboration avec cet artiste?

F-2301 : C’est un peu le fruit du hasard via les réseaux sociaux. On est devenu ami sur Facebook et comme il aime bien la Synthwave on  a discuté de choses et d’autres. Et j’ai vu qu’il faisait pas mal d’illustrations pour plein d’artistes. J’aimais vraiment son style et du coup j’ai dit: Banco!

Je voulais un dessin un peu BD justement et pas une photo réaliste pour faire une fois de plus référence au monde de la bande dessinée. Là ça fait plus dessin par ordinateur, un peu jeu vidéo aussi.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Tu réalises des musiques pour des jeux vidéos ?

F-2301 : Avant le projet j’en ai fait un peu, mais aujourd’hui je me consacre uniquement à Entropy Zero

_________________________________________________

Rock Metal Mag : J’ai vu que vous préparez un nouveau clip, tu peux m’en parler?

F-2301 : Oui on a tourné un clip la semaine dernière. Il va être un cran au dessus du premier (ndlr : Behind the disrupted pulsar). Le tournage a eu lieu dans un cinéma. On a fait appel à nos amis Cosplayers, qui sont des costumiers en fait. Donc c’est sur un morceau dédié aux jeux vidéos puisque nous sommes aussi des Gamers. Il y a plein d’univers spécifiques avec du Halo, du Mass Effect, du Fallout .

Il y aura une dizaine de cosplayers sur le clip et plein de scénettes. Comme pour le deuxièmes album qui est bien avancé car  à cause du Covid,  je n’avais plus que ça à faire. Il est un peu dans le même esprit que le premier mais avec les curseurs un peu plus poussés. C’est à dire que lorsque l’on fait de l’électro c’est vraiment électro. Quand on fait du Rock c’est du Metal, mais on fait aussi des trucs doux.

Le morceau du clip, qui dure 7 mn, est un peu un titre de transition où on va retrouver ce que je t’ai dit avant. Et sur chaque scène il y aura des cosplayers avec nous. On les a filmé avec un gros rendu puisque certains ont un gros niveaux puisqu’ils font les championnats de France.

Donc je suis assez impatient de le montrer. Que l’on aime ou non ce que l’on fera pour ce clip, on ne pourra pas rester insensible au visuel et à l’ensemble plutôt.

Rock Metal Mag : Pour le clip c’est toi qui réalises tout?

F-2301 : Alors j’ai écrit le scénario, les scénettes. J’ai fait appel à Billy Rambaud, en tant que caméraman, par contre le montage et la post prod, c’est moi qui m’en suis occupé aussi. C’est d’ailleurs le même cameraman que pour le premier clip qui est vraiment excellent. Donc avec Billy on est resté en bons termes car il fait du très bon travail.

______________________________________________________

Rock Metal Mag :  Est ce que tu as des lieux où tu aimes plus te produire comme les Conventions ou les festivals ?

F-2301 : Non, il n’y a pas de lieux que je préfère plus que d’autres. C’est plutôt qu’il y a ceux qui acceptent de nous faire jouer. Déjà pour un groupe de musique c’est difficile de trouver un concert, alors pour nous qui sommes dans aucune case, c’est encore plus dur.

On a fait des petits concerts avec 3m2 pour s’installer mais l’image est tellement importante dans ce que l’ont fait ce ne sont pas les meilleurs endroits pour exprimer notre musique. Entropy Zero déjà ce n’est pas juste de la musique, c’est surtout un univers visuel/audio.

Il nous faut au moins une salle intermédiaire où on peut mettre des écrans de taille correcte. Après c’est sur que les conventions sont tops comme le Japan Tours Festival

C’est l’équivalent d’un Zenith avec 100 m2 de scène, un écran qui doit faire 12 mètres de large. Là on peut s’exprimer ! Ensuite on va jouer avec Porn au Ferrailleur à Nantes et ça va être excellent aussi. Toutes les expériences sont très bonnes. En priorité n°1, c’est de trouver quelque chose. En n°2, est ce que l’on peut choisir quelque chose qui se prête plus à ce que l’on a envie de faire.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que tu  es toujours en quête de nouveaux effets sonores ou visuels ?

F-2301 : Oui, ma femme peut en témoigner (ndlr: présente le jour de l’interview). Je passe mon temps à chercher des sons. Des sons aux synthés, je fais aussi un peu de Sound design, des bruitages en fait. C’est vraiment ce qui m’inspire plus que tout.

Par exemple pour le deuxième album j’ai fait un titre à partir d’un son. Il m’a inspiré pour tout le morceau et je savais exactement ce que j’allais faire avec. Même si ensuite le son n’intervient que 20 secondes au début, mais il m’a totalement mis dans l’ambiance que j’allais créer.

______________________________________

Rock Metal Mag :  J’imagine que tu aimerais que ta musique soit adaptée au cinéma ?

F-2301 : Oh oui, et ça serait un sacré rêve. Mais bon ce n’est pas un projet puisque je ne fais rien pour. C’est toujours pareil, si à un moment donné on ne se sort pas les doigts, il se passe rien. (rires) Mais je ne sais pas trop par quel bout attaquer le sujet en fait. Mais je pense que notre musique pourrais s’y prêter car elle est vachement illustrative.

______________________________________

Rock Metal Mag : Alors justement je trouve que “We the titans” s’y prêterais très bien. C’est un moreau génial que j’ai adoré car très riche et très varié.

F-2301 : C’est l’histoire d’un Kaijū japonais. Donc un monstre genre Godzilla. Donc c’est l’histoire d’un monstre qui s’évade d’un labo et se fait pourchasser par l’armée et qui finit plus ou moins mort. Mais, au final il n’est pas tout seul et c’est ça l’idée derrière. Sur ce morceau j’ai collaboré avec un gars dont j’ai fait la connaissance et qui est sculpteur aux Etats Unis. Il est spécialisé dans ces monstres là. Et donc, il a fait des illustrations sur ce titre que j’ai ensuite animées par ordinateur et que l’on projette en concert.

C’est un titre dynamique parce qu’il y a la notion de poursuite avec un monstre qui tue des gens. Non pas qu’il soit méchant mais il se défend dans sa poursuite. C’est un morceau mélancolique en même temps et à la fin il y a un riff qui dure longtemps. C’est un peu comme King Kong car le méchant n’est pas toujours celui que l’on croit.

Rock Metal Mag : Je trouve qu’il a une belle émotion.  Mais en fait chaque titre raconte une histoire différente et déclenche différents sentiments. Quand tu composes tu as vraiment le cerveau qui bouillonne !!  (rires) C’est incroyable cet esprit d’imagination.

F-2301 : Et encore je ne fais pas tout ce que j’aimerais.

Sa femme : Il rentre vraiment dans sa bulle.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Sur Pretty little dead thing tu as mis des chants liturgiques. Quelle était ton idée de base?

F-2301 : Alors celui là parle de la nature. Au début, il y a l’orage et souvent en science-fiction, la nature est morte. On parle de paléo nature car on a tout tué. On commence avec de la nature et puis on sent que cela se barre un peu en couille. Donc il y a un passage un petit peu chaotique et là, les carottes sont cuites. (rires)

En fait en live on commence dans la nature après on passe en post apocalyptique. Et à la fin il y a cet espèce de symbole où l’on a sauvé un petit bout de la nature qui est sous cloche. D’où les chants, mais c’est juste ridicule quoi.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a un endroit en particulier où tu aimerais jouer ?

F-2301 : Le stade de France ! (rires) J’ai 1% de chance d’y jouer un jour mais comme je dis toujours, je vise le 20/20 comme ça si j’ai 14, je suis content. Il y a plein d’endroits en fait.

Sa femme : Le Hellfest ce serait déjà pas mal.

Rock Metal Mag : Ah ce serait super original!

F-2301 : Oui, je pense.  C’est sur que l’on peut me dire que ce que l’on fait n’est pas bien, je l’entends et c’est normal, par contre on ne peut pas dire que l’on est pas original. Je pense que l’on a cette touche d’originalité intéressante et il y a moyen de l’exploiter. Après c’est toujours pareil, on ne réussit pas dans la musique simplement parce que l’on est bon. On réussit surtout parce que l’on a du réseau et que l’on est avec les bonnes personnes au bon moment.

Je connais plein de musiciens qui sont de vrais génies, comme des supers guitaristes qui resteront à jouer dans leur chambre toute leur vie. Ou encore des supers groupes qui ne sortiront jamais vraiment. Non pas parce que ce qu’ils font est nul mais parce que la musique c’est comme pour tout, c’est du business.  Et pour percer il faut faire partie de ce business.

Donc il n’y a pas de recettes magiques. Le Hellfest je ne sais même pas comment on fait pour y jouer. Mais en faisant appel à Roger (ndlr : Replica Promotion) je pense être avec la bonne personne. Il est dans le métier depuis très longtemps, il connait du monde, et pour savoir si cela va m’apporter quelque chose il fallait bien que je passe par cette journée de promotion.

Rock Metal Mag : Bien sur car plus on en parle et plus les gens vont s’intéresser à vous.

F-2301 : D’autant plus avec nos nouveaux titres qui sont beaucoup plus percutants. Donc je pense que l’on aurait vraiment une place au Hellfest.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Le seul problème qui pourrait se poser est le manque de chant.

F-2301 : Oui mais alors quand on met une voix, c’est différent. Il y a un mec qui te raconte une histoire avec un chant. Donc tu écoutes son histoire et c’est très bien. Mais tu ne peux pas partir dans tes pensées, ou moins facilement. Quand tu n’as pas de paroles tu es livré à toi-même. Tu as la musique et les images. Et le public parfois ne nous regardent même pas sur scène.

Rock Metal Mag : Et parfois tu as des groupes qui ont une musique excellente et le chant casse tout ! (rires)

F-2301 : Mais je pense aussi, que cela fait partie des clichés: couplet, refrain pont, couplet refrain.. avec un mec ou une nana qui va chanter. Il y a tellement de groupes qui font tous la même chose et puis d’autres qui font des trucs supers parce que à un moment donne il faut être innovant. Mais du vu et revu ça inonde le marché. Mais en même temps les gens sont un peu frileux. Si c’est trop innovant c’est plus dur.

________________________________________________

 Rock Metal Mag remercie F – 2301 et son épouse, Roger de Replica Promotion et le Black Dog. Et je me rends compte que j’ai oublié LA question que tout le monde a du poser à F- 2301 à propos de la signification de son pseudonyme.  Peut être le découvrirez vous dans une autre entrevue…

Bansdamp : https://entropyzero.bandcamp.com/

Facebook : https://www.facebook.com/Entropy.Zero.official/