Interview de BEYOND THE STYX

Interview de BEYOND THE STYX

Rencontre avec Adrien X, le batteur du groupe français Beyond The Styx, pour nous parler en détails de «Leviathanima» le dernier opus du groupe, sorti en Février 2015. Rock Metal Mag: Peux-tu nous présenter le groupe et nous expliquer comment il s’est formé? Adrien X: Beyond The Styx s’est formé en 2010. Je connaissais déjà

Rencontre avec Adrien X, le batteur du groupe français Beyond The Styx, pour nous parler en détails de «Leviathanima» le dernier opus du groupe, sorti en Février 2015.

Rock Metal Mag: Peux-tu nous présenter le groupe et nous expliquer comment il s’est formé?

Adrien X: Beyond The Styx s’est formé en 2010. Je connaissais déjà le chanteur car nous avions un projet ensemble. Le groupe s’était séparé mais on avait envie de continuer la musique, donc nous avons cherché des musiciens, par des petites annonces, par le carnet d’adresse, etc. On a rencontré des gens et donc on a décidé de former ce groupe. Nous sommes cinq. Il y a deux guitaristes (un rythmique et un lead), un batteur, un chanteur et un bassiste. On a changé de line-up il y a deux ans, pour des raisons artistiques et familiales. Le guitariste et le bassiste ont quitté le groupe. On tourne depuis deux ans avec ce nouveau line up. On a sorti un premier EP et maintenant, l’album qui vient de paraitre.

RMM: Peux-tu nous parler du processus de création de «Leviathianima»?

AX: On fonctionne de manière très démocratique, c’est-à-dire que tout le monde apporte sa pierre a l’édifice. Les guitaristes se voient entre eux, nous montrent les riffs qu’ils ont trouvés en répét’, ensuite le bassiste et moi posons notre touche rythmique, et on fait des arrangements. On avance petit à petit sur le morceau. Le chanteur propose des textes… Tout ça se mélange, s’arrange. On essaie le morceau plusieurs fois, avant de confirmer s’il aura, ou non, sa place dans l’album.

RMM: Qui est-ce qui écrit les textes?

AX: Le chanteur (Emile Styx). Il nous les envoie, et nous les lisons par la suite. J’apporte plus un regard sur le placement rythmique de sa voix, sur le phrasé. Mais les paroles viennent uniquement de lui.

RMM: Parle nous un peu de cette pochette très travaillée.

AX: Cette pochette est de Guillain Le Vilain, un artiste de Tours. On avait déjà travaillé avec lui pour le dernier EP, il avait fait un travail qui nous plaisait. On lui avait parlé de nos attentes, nos idées. Et il nous avait fait la pochette de l’EP, du coup, nous avions envie de continuer de travailler avec lui, car l’album est la continuité de l’EP. Même si l’album n’est pas une fin en soi, la fin d’une ère, au contraire, il y aura d’autres choses derrière. On voulait finir ce que l’on avait commencé avec cet artiste. On a juste évolué un peu musicalement, car nous avons deux nouveaux musiciens. On lui avait donné juste ça comme infos, puis quelques mois plus tard, il est revenu avec une planche, et c’est ce que vous avez eu entre les mains. Il a vraiment cerné ce que l’on attendait, à quelques détails près.

beyond

RMM: Vous avez aussi collaboré avec Jamie King. Comment cela s’est passé?

AX: Très bien (rires). On a travaillé avec lui uniquement pour le mixage. Pour les prises, nous sommes retournés au Dome studio à Angers avec les frères Potvin (Lysanxia, One-Way Mirror, etc.). On a voulu refaire les prises avec eux car ils sont devenus des amis. De plus, ils sont très professionnels, on voulait vraiment retravailler avec eux. Pour le mixage, on voulait une oreille extérieure. On avait pas forcément pensé a Jamie King car il est américain, et on ne pensait pas franchir les barrières de l’Atlantique. On cherchait plutôt en Europe, car cela nous paraissait plus accessible. Par des connaissances, nous avons contacté Jamie King, qui est lui aussi quelqu’un de très professionnel et de très humain. En deux jours, il avait répondu a toutes nos questions. Il a mixé le tout en 15 jours. On lui a aussi laissé un peu carte blanche. On lui a juste donné quelques idées, sans être fermés. Il nous a fait un premier jet qui nous a tout de suite emballé. On a juste peaufiné deux-trois trucs, et tout était réglé.

RMM: Quels sont les thèmes principaux du nouvel album?

AX: Tous les textes évoquent les maux des Hommes, mais toujours avec une issue optimiste. C’est un regard de l’Homme sur l’Homme, toujours avec beaucoup de métaphores. Et beaucoup de rapprochements avec des textes fondateurs, des idéologies à la Victor Hugo, des références à la mythologie. C’est un mixe de tout ça.

RMM: Si vous deviez faire la première partie d’un artiste, qui choisiriez-vous?

AX: En ce moment, je dirais Lamb Of God ou Terror par exemple, pour les gros noms.

RMM: On vous compare souvent a Lamb Of God d’ailleurs…

AX: C’est vrai. Parce que c’est une influence commune de tous les membres du groupe. On a tous des influences différentes. Notre guitariste rythmique est plus influencé par tout ce qui est thrash, donc je suppose que cela se ressent dans certains riffs.

RMM: Si tu devais collaborer avec un ou plusieurs artistes issu d’un univers complètement différent, qui serai(en)t-il(s)?

AX: Ce serait peut-être un réalisateur. Pourquoi pas pour un clip? Ou alors, avec le chanteur de Converge, Jacob Bannon, qui fait des graphismes et qui a un studio aussi…

RMM: Pour la suite, vous avez une tournée de prévu, et quoi d’autres?

AX: Nous avons une quinzaine de dates qui arrivent jusqu’au mois de mai, plus des festivals au mois de juillet. Puis dans 1 mois, on commencera a booker une autre tournée pour septembre, avec des dates en Espagne par exemple. Nous avons envie de tourner un maximum pour défendre cet album, le faire découvrir, rencontrer des nouvelles personnes. Ensuite, on reprendra la composition. On a aussi envie d’essayer de nouvelles choses.

RMM: Vous arrivez donc à composer en tournée?

AX: Clairement, l’image du groupe qui compose dans le van ça ne marche pas. Soit on dort ou soit on s’amuse (rires). Mais on commence à se voir dans la semaine, à travailler sur de nouvelles choses.

RMM: Dernière question, qu’écoutes-tu en ce moment?

AX: Il y a certains CD qui reviennent souvent. Par exemple, l’album «Around The Fur» de Deftones, qui est une valeur sure. J’essaie de découvrir plein de groupes. Avec les gars, on a découvert qu’on pouvait partager des playlists à l’aide de Spotify. Du coup chaque semaine, on s’envoie trois-quatre groupes. Sinon, je dirais que j’écoute pas mal de choses différentes, très variées. Cela passe du deathcore au post hardcore (comme Cult Of Luna, par exemple). Je peux aussi écouter Radio Nova dans la voiture. Je suis plutôt metal mais je ne suis pas fermé à cela.

Remerciements à Beyond The Styx, à Replica Promotion, au Hard Rock Café et à Boris.