SKÁLD – Album Le Chant des Vikings

SKÁLD – Album Le Chant des Vikings

Chronique : SKÁLD Album Le Chant des Vikings par Véronique Passos

Chronique : SKÁLD
Album Le Chant des Vikings
par Véronique Passos

SKÁLD : Album Le Chant des Vikings

Label :  Universal Music Division Decca Records France

Genre : Nordic Epic Music, Pagan Folk, Vikings.

Sortie 25 janvier 2019

Folk mais pas folklo !

Un jour mon prince viendra… oui mais alors seulement s’il se présente sur son langskip (long bateau en scandinave) à proue de dragon !

Vous connaissez Wardruna, vous êtes un inconditionnel de la série Vikings, vous aimez vous perdre dans les tourbières les cheveux au vent, vous rêvez d’être un chamane… maintenant vous avez la musique qui va avec !

SKÁLD est très jeune puisque sa fondation date de 2018 mais sa réputation et le nombre de ses fans sont déjà impressionnants. C’est un groupe français, oui, et pourquoi ne serions-nous pas légitimes dans ce genre, les vikings ne sont-ils pas venus jusqu’à Paris et n’ont-ils pas laissé leur empreinte dans notre Normandie !

S’il fallait les situer, je dirais qu’ils sont entre Wardruna et Danheim mais avec une prédominance des voix et entre Garmarna et Faun avec plus de gravité et de rigueur sur les choix musicaux et les instruments. Ils chantent en vieux norrois de l’âge des Vikings (langue qui a engendré le danois, le norvégien et le suédois) on en garde également des traces dans le français issu du normand dans les termes plutôt marins.

SKÁLD c’est Justine Galmiche (entendue sur le titre « Whisper For The Sky » album Following The Starlight de Heimsgard), Pierrick Valence (Phazm, Black/Death Metal) et Mattjö Haussy (Madonagun, metal hardcore prog) trois superbes vocalistes et musiciens réunis sous l’égide de Christophe Voisin-Boisvinet production, composition, percussions et programmation.

Les textes mythiques sont servis avec force et honneur par Justine, Pierrick et Mattjö ; scandées, envoûtantes, leurs voix nous initient à la transe chamanique. Chaque son qu’il soit instrumental ou vocal est éclairé et parfaitement mis en valeur ce qui change de la soupe indigeste que l’on nous sert parfois dans ce genre.

La musique de SKÁLD est indissociable des paysages nordiques et de l’histoire Viking. Le logo choisi est un assemblage de runes, les runes sont à la fois un alphabet et un support de divination. Le groupe tire son inspiration de la mythologie nordique où Les scaldes (skaldes), qui sont l’équivalent de nos bardes celtes, transmettent oralement les histoires épiques des héros et des dieux scandinaves.

Les chants et les poèmes louent le courage des guerriers face à des dieux impitoyables dans des décors dantesques où la nature impose sa force. Afin de mettre en scène cette fantasmagorie, la musique nordique utilise des instruments ancestraux et des voix surnaturelles.

SKÁLD joue de tous les instruments du Moyen Âge Viking avec une prédilection pour les cordes telles que la Talharpa (ou Tagelharpa) la nyckelharpa, la Lyre de Trossingen, la Citra suédoise ou la Maurache à archet. Les percussions, comme les tambours chamaniques de toutes tailles jusqu’au plus simples comme des morceaux de bois ou des os qui sont frappés, rythment leurs chansons et leur confèrent une grande solennité.

Sans être exhaustif, on pourrait encore citer la guimbarde bien connue des amateurs de folk, les flutes creusées dans de l’os, du bois ou des coquillages ou encore des cornes diverses bien que les instruments à vent soient plutôt discrets dans leurs compositions et c’est heureux à mon goût.

Le Chant des Vikings, reprend les titres de l’EP SKÁLD paru en juillet 2018 et nous offre treize chansons au total. Les morceaux sont courts, dépaysants et percutants. Après une intro « Enn átti Loki fleiri börn » presque onirique, le premier titre « Rún » captive immédiatement par ses percussions majestueuses. SKÁLD nous invite à un voyage dans le temps où la magie, la nature, les dieux et les hommes se mesurent dans des aventures grandioses. On imagine sans peine, des guerriers partir à la conquête et au combat galvanisés par toutes ces légendes.

Vient ensuite la très rythmée et presque dansante « Valfreyjudrápa ». Le titre « Níu » est le plus caractéristiquement folk de l’album. En cinquième, on trouve « Flúga » qui conte la légende du dieu Loki, des nains forgerons et du marteau de Thor, sans doute celle qui cède le plus à la modernité. « Gleipnir » la plus longue et la plus mythique reste l’une des plus marquantes.

Le septième morceau « Krákumál » profond et romantique nous laisse entre rêve et nostalgie. « Ó Valhalla » monumental et transcendant, seuls les valeureux guerriers pourront y prétendre pour se préparer au combat final le Ragnarök. Comme une respiration méritée, arrive alors « Ec man iötna » légère, belle.

« Yggdrasill » est la dixième chanson, c’est l’Arbre du Monde dans la mythologie nordique, les voix superbement assemblées sont un régal. « Ódinn », ode à Ódinn Le Très Haut et patron des scaldes, c’est mon titre préféré avec ses voix masculines si nobles.

Numéro douze « Ginnunga » comme une prière avec ses bruits d’eau et d’oiseaux ; et l’on s’y croit… les rames frappant l’eau au rythme des tambours, l’odeur de la terre et de la mer !

La chanson finale « Jóga » est une reprise de Björk ; J’ai l’amour difficile pour les voix féminines mais Justine la chante avec une voix de femme adulte qui lui donne toute la dignité et la puissance qu’elle mérite, sublime.

Le chant entre chant sacré, folklore, kulning (chant d’appel des troupeaux), polyphonie et galdr (incantation chantée) est au centre de toutes ces compositions. Pour illustrer l’importance du travail sur les voix, sachez, par exemple, qu’il y a soixante pistes de voix pour le titre « Gleipnir » et une centaine pour « Ódinn ». Les instruments joués avec science et révérence nous donnent l’impression d’avoir été initiés à des choses qui nous dépassent.

SKÁLD nous séduit et marque durablement nos esprits et il n’est pas simple de retourner ensuite à de la musique plus profane. Le groupe tient sa force dans la qualité des interprètes et leur érudition sur la musique du Moyen Âge Viking. Cette authenticité et ce respect les gardent de surfer simplement sur une mode. Je vous conseille d’ailleurs de visionner leurs vidéos sur leur page car ils font aussi preuve de pédagogie, elles m’ont beaucoup appris.

SKÁLD garde vivantes une histoire et des légendes qui viennent du fond des âges. Si vous aimez ou voulez découvrir ce genre, cet album est incontournable. Le Chant des Vikings nous rappelle que la fonction originelle de la musique était de nous rapprocher du sacré, de nous transmettre les grands mythes et de nous familiariser avec la mort. Car si toute la musique vient du blues, elle vient aussi du folk !

Je dois quand même vous prévenir d’un effet secondaire à l’écoute de cet album, vous pourriez avoir envie d’une longue ballade dans une forêt enneigée avec un loup blanc à vos côtés, mais rien de grave rassurez-vous !

Je vous souhaite, le plus tard possible bien entendu, de rejoindre le Valhalla.

Tracklist :
01. Enn átti Loki fleiri börn – 01:23
02. Rún – 02:40
03. Valfreyjudrápa – 03:06
04. Níu – 03:05
05. Flúga – 02:32
06. Gleipnir – 04:07
07. Krákumál – 03:20
08. Ó Valhalla – 03:35
09. Ec man iötna – 01:59
10. Yggdrasill – 03:34
11. Ódinn – 03:08
12. Ginnunga – 04:08
13. Jóga – 03:34

Line Up : 
Justine Galmiche
Pierrick Valence
Mattjö Haussy

Facebook : https://www.facebook.com/skaldvikings/

Retrouvez SKÁLD en concert le 20 février 2019 à La Cigale à Paris: https://rockmetalmag.fr/events/skald-a-la-cigale-a-paris/

1 1 Commentaire