LIVE REPORT RAISMES 2015

LIVE REPORT RAISMES 2015

Le RAISMES FEST pour sa 17ème année nous a encore proposé un programme de qualité avec de très bons groupes de hard rock de renomée internationale pour la plupart d’entre eux. C’est dans le parc du chateau de la princesse d’Arenberg que le Raismes Fest a élu domicile depuis bien longtemps et cette année encore

Le RAISMES FEST pour sa 17ème année nous a encore proposé un programme de qualité avec de très bons groupes de hard rock de renomée internationale pour la plupart d’entre eux.

C’est dans le parc du chateau de la princesse d’Arenberg que le Raismes Fest a élu domicile depuis bien longtemps et cette année encore le site est prêt à accueillir 19 groupes sur 2 jours.

Partie 2.2 (3)

(cliquer sur les photos pour les agrandir)

VENDREDI 11 SEPTEMBRE

Les portes se sont ouvertes sur le coup des 17h15, et le premier groupe initialement programmé pour 18 h n’a finalement fait son entrée en scène qu’à 19 heures.

Ce sont les français d’ X-RATED ( ex STEEL POLLUTION) qui ouvrent officiellement les concerts de ce vendredi Raismois. Le trio envoie un hard rock acéré aux influences Gun’s and Roses ou encore Black Sabbath. Une belle entrée en matière mais leur jeu de scène manque un peu de punch. De bons solos malgré un son un peu saturé. On aura quand même eu plaisir à écouter leur prestation.

A 20h00, C’est le groupe belge MAX PIE, formé en 2005 par le chanteur Tony Carlino, qui prend le relais avec un power metal progressif puissant aux riffs acérés. Le quatuor propose les titres de leur dernier album « Odd Memories » sorti en juin 2015, avec « Don’t Call My Name », « Unchain Me »… (voir nos articles : http://rockmetalmag.fr/max-pie-nouveau-clip/  et http://rockmetalmag.fr/max-pie-nouvelle-lyric-video/). Leur dynamisme fait mouche et le public se prend au jeu des belges avec un Tony Carlino très efficace et avec de talentueux musiciens dont riffs incisifs et solos ne laissent pas indifférents.

La soirée avance et à 21h15, et c’est le groupe espagnol ELDORADO, déjà présent en 2013, qui fait son entrée en scène. Il vient présenter son nouvel album  « Babylonia Haze » ( ou « Karma Generator » en version espagnole) sorti le 20 février 2015. Jesus Trujillo, de sa voix chaude et claire, chante admirablement un hard rock énergique et moderne aux compositions entrainantes, accompagné de musiciens de grande qualité. Le groupe nous a servi une reprise du grand Ray Charles « I Don’t Need No Doctor » en hommage à HUMBLE PIE (1971). Un show des plus réussi, très apprécié par le public et l’on en aurait bien redemandé encore !!!

SETLIST

1 : Karma Generator

2 : Midnight Game

3 : Plastic Flowers (New Song)

4 : Flowers of Envy

5 : I Don’t Need no Doctor (Ray Charles cover)

6 : Reactor

7 : Space Mambo

8 : Lady of the Mountain

9 : Another Bright Sunday

10 : Mad Woman

 Le dernier groupe est annoncé pour 23h00. Après une mise en place et des réglages un peu long, FREAK KITCHEN s’élance sous les applaudissements. C’est leur 4ème passage au Raismes Fest et celà faisait 9 ans qu’il n’avait pas remis les pieds sur les terres du chateau d’Arenberg. Influencé par de nombreux genres musicaux en dehors de la scène metal classique, le trio suédois incorpore jazz, pop, et inspiration à la Franck Zappa dans leur rock progressif au style très personnel. ( voir nos articles : http://rockmetalmag.fr/clip-freak-kitchen/ , http://rockmetalmag.fr/freak-kitchen-nouveau-clip/ )

 Le public est réceptif. Bonne ambiance et beaucoup d’humour de la part des musiciens mais un peu trop bavards tout au long de leur set. Un morceau est perturbé par un fan éméché qui a voulu jouer les vedettes en montant sur scène pour s’emparer du micro. Heureusement tout t rentre vite dans l’ordre et son intrusion est rapidement oubliée.  Mattias IA Eklundh, en virtuose de la guitare a encore démontré un talent exceptionnel et sans faille.

SETLIST

1 : Blind

 2 : God Save the Spleen

3 : Speak When Spoken To

3 : Porno Daddy

4 : (Saving up for an) Anal Bleach

5 : Chest Pain Waltz

6 : Ranks of the terrified

7 : Raw

8 : Razor Flowers

9 : Propaganda Pie

10 : Nobody’s Laughing

11 : Freak of the Week

Rappel :

12 : My New Haircut

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui ! Une première journée réussie qui aura dessiné un sourire de contentement sur la plupart des visages des fans présents ce vendredi 11 septembre.

————-

SAMEDI 12 SEPTEMBRE

Nous sommes de retour pour la seconde journée du Raismes Fest qui hélas débute sous un ciel très couvert !

Il est 13h00 lorsque DEADLINE ouvre la Main stage, mais la pluie fait son entrée en scène elle aussi dès les premières notes du groupe français. Malgré le manque de monde et la grisaille, les parisiens mène leur set de 30 minutes avec entrain et délivrent un hard rock classique et moderne à la fois.

13h35 et c’est BLACK JUJU INC, fondé en 2006,  qui prend place sur la petite scène. La pluie redouble d’intensité mais le public nordiste courageux tient bon. Le groupe français vient présenter son 1er album « The Call Of Juju » et son nouvel EP « Cannibal Fest » dans son style cold wave.

14h05, et la grande scène reprend du service avec les australiens de KING OF THE NORTH et son stoner rock. Le power duo arrive à produire un show énergique aussi puissant qu’un combo de plusieurs musiciens. Andrew Higgs , chanteur guitariste aux riffs incisifs et Danny Leo batteur percutant nous offrent les titres de leur album « Sound Of The Underground » (2014).

 

la pluie cesse à la fin du dernier morceau et au moment où le duo, sollicité par le public, s’apprête à rejouer un dernier titre. Hélas il sera stoppé par un des tecniciens du son!  pas de rappe car il est 14h45 et sur l’autre scène démarre le set de MR-X, groupe français formé en 2011.

Le trio nordiste nous livre son premier album « Trouble In The Machine » qui vient juste de sortir dans les bacs. Du pur classic rock, ambiance 70’s aux accents psychédéliques pimentés de Blues.

Retour sur la grande scène à 15h15 et sous les averses, pour accueillir le trio allemand NITROGODS,  composé du chanteur Oimel Larcher et de deux ex-membres de Primal Fear dont Henri Wolter à la guitare ( fondateur du groupe THUNDERHEAD) et  KLAUS SPERLING à la batterie (également batteur chez FEEDOM CALL).

La voix rocailleuse du chanteur Oimel Larcher semblable à celle de Lemmy rend bien évidement NITROGODS, comparable à Motorhead , Le trio bardé d’humour envoie son rock’n’roll festif,  direct et pêchu dans un style très personnel avec des titres aux accents rock sudistes, ou encore très groovy extraits de leur deux albums dont « Nitrogods » sorti en 2012 et « Rats & Rumours sorti en octobre 2014. (chez Steamhammer / SPV Records pour les 2).

 

A 16h00, le groupe français, ONE EYE DOLLAR, fondé en 2012, s’avance sur la petite scène avec son stoner rock énergique aux influences marquées du groupe de heavy metal américain Down.

Il est 16h30 lorsque le groupe islandais THE VINTAGE CARAVAN, formé en 2006, est annoncé sur la scène principale. Le jeune trio envoie un hard rock bluesy pur 60’s, 70’s dans un style très personnel. Et ça déménage vraiment ! Ils ont de l’énergie à revendre et leur prestation scènique électrise le public. Le set démarre sur « Craving » (Album « Voyage » sorti en 2014) suivi de morceaux bien entrainants avec « Babylon »ou »Last Day of Light » issus de leur dernier album « Arrival » (sorti le 18 mai 2015). Le titre « Expand Your Mind » clotûrera magnifiquement un show très apprécié. The Vintage Caravan devrait très vite devenir un groupe incontournable !

SETLIST

1 : Craving

2 : Babylon

3 : Midnight Meditation

4 : Carousel

5 : Winterland

6 : Let Me Be

7 : Last Day of Light

8 : Expand Your Mind

 

17h20, retour sur la petite scène pour y découvrir les français de 58 SHOTS et leur classic rock, qui oscille entre le style des Beatles et celui des Rolling Stones , mais qui affirme sa personnalité en nous présentant des mélodies touchantes et entraînantes, avec des solos de guitares bluesy ravageurs.

Mais il est déjà temps de rejoindre la grande scène où le groupe breton de PAT O MAY fait son entrée à 17h50 avec un rock celtique progressif. C’est sa première venue au Raismes Fest et le public lui fait un excellent accueil . Malgré la pluie l’ambiance est très festive. Le set démarre sur « On The Moor » issu du dernier album Behind The Pics sorti en novembre 2014. Pat dégage un charisme extraordinaire et tout le monde se délècte de son jeu de guitare et de son mix musical. Les bretons nous offrent une très bonne reprise du titre de Gary Moore « Over the Hills and Far Away ».

SETLIST

1 : On The Moor

2 : No Religion

3 : Over the Hills and Far Away (Gary Moore cover)

4 : Mickael’s Calling

5 : Black Mountains

6 : It Doesn’t Matter

7 : Eliz iza

8 : Homeland

9 : Break Out

10 : Alan the Brave (Alan Stivell medley, arr. by Pat O’May)

11 : Overlord

12 : Whiskey in the Jar

A 18h50, le groupe français  TOYS IN THE FOREST  s’avance sur la scène découverte Ils se sont fait connaitre dans les bars de la région lilloise avec leur mélange de Glam punk hard rock bien tranchant.

Mais le public est impatient de retrouver sur la grande scène le groupe suédois BONAFIDE ( formé en 2007) et leur hard rock endiablé ! Le set démarre sur « Doing the Pretty »  issu de l’album Ultimate Rebel sorti en août 2012, suivi du titre éponyme du single  Hold down the fort paru en novembre 2014 et qui figure bien sur sur le dernier album Denim Devils paru en février 2015. Le chanteur et guitariste Pontus Snibb et le guitariste Anders Rosell qui a rejoint la bande en 2013 nous offrent un duo mémorable . Le quatuor suédois dégage une énergie des plus communicative, du pur hard rock aux riffs puissants avec un son impeccable et un chanteur à la voix extraordinaire qui, quand on ferme les yeux nous renvoie l’image du mythique Bon Scott. C’est d’ailleurs l’anniversaire du talentueux Pontus Snibb, qui fête ses 40 ans et Spike le leader des Quireboys, rejoint les suédois sur scène pour le fameux Happy Birthday avec une reprise de « I don’t need a doctor » tout comme Eldorado la veille. Quelle prestation ! un pur bonheur !

SETLIST

1 : Doing the Pretty

2 : Hold Down the Fort

3 : Dirt Bound

4 : The Mess

5 : Rock N’ Roll Skal

6 :50/50

7 : Good Stuff

8 : No Doubt About It

9 : Suburb Baby Blues

10 : Rebel Machine / Nice Boys Don’t Play Rock’n’roll (Rose Tattoo cover)

11 : Night Time

12 : I Don’t Need No Doctor (Ray Charles cover)

13 : Loud Band

14 : Hard Livin’ Man

15 : Fill Your Head With Rock

 A 20h30 les hard rockers français du groupe français WIZZÖ déboulent sur la petite scène. Ils se sont déjà fait une bonne réputation depuis leur formation en 2010 et ce soir les parisiens sont prêts à en découdre malgré un son qui laisse à désirer. Quelle fougue ! des riffs redoutables, une basse extrême, sur des airs très rock’n’roll dans un style qui leur est propre.

La soirée se poursuit avec un public de plus en plus nombreux malgré la fraicheur et l’humidité ambiante.

Il est 21h05 et THE QUIREBOYS ( fondé en 1985) s’emparent de la grande scène pour un set énergique de 15 titres.  On plonge avec bonheur dans le bon vieux rock anglais des années 80 emmené par la voix rocailleuse de Spike.L’album de 1990 « A Bit Of What You Fancy » est à l’honneur et les anglais joueront 8 morceaux pour le plus grand plaisir des fans de la première heure. Le public apprécie la bonne ambiance qui se dégage tout au long du show. Un réel succès et un vrai plaisir de les revoir après leur passage au Hellfest en juin dernier.

SETLIST

1 : Black Mariah (« Well Oiled » 2004)

2 : Too Much of a Good Thing (« Beautiful Curse » 2013)

3 : Misled   (« A Bit Of What You Fancy »1990)

4 : There She Goes Again  (« A Bit Of What You Fancy » 1990)

5 : Roses & Rings  (« A Bit Of What You Fancy »1990)

6 : This Is Rock ‘N’ Roll (« This Is Rock ‘N’ Roll » 2001)

7 : Mona Lisa Smiled (« Halfpenny Dancer » 2009)

8 : Whippin’ Boy  (« A Bit Of What You Fancy » 1990)

9 : Searching (« This Is Rock ‘N’ Roll » 2001)

10 : Tramps and Thieves  (« Bitter Sweet and Twisted » 1993)

11 : Beautiful Curse (« Beautiful Curse » 2013)

12 : Hey You  (« A Bit Of What You Fancy » 1990)

13 : Sweet Mary Ann  (« A Bit Of What You Fancy »)

14 : 7 O’Clock  (« A Bit Of What You Fancy »)

Rappel

15 : Sex Party (with Bonafide) (« A Bit Of What You Fancy »)

A 22h20, sur la petite scène, s’avancent les français de BACKTRACK LANE avec leur hard rock bien musclé. Ils clotureront la scène découverte avec fougue et malgré la pluie qui aura tout de même un peu gâché le plaisir de l’auditoire qui s’est déjà dirigé vers la scène principale pour accueillir le groupe suisse Gottard.

A 22h50 ,GOTTHARD, tête d’affiche de la soirée, est très attendu par le public impatient de découvrir le nouveau chanteur Nic Maeder qui remplace Steve lee, mort en 2010. Le groupe était présent en 2007 et les voilà de retour 8 ans après. Le set démarre sur le titre  issu de leur dernier album éponyme « Bang ». le visage de Nic s’illumine en permanence d’un sourire de contentement. Il communique beaucoup avec un public très receptif. Le guitariste Léo fait quelques prouesses techniques en jouant avec sa 6 cordes au dessus de la tête. Pour le morceau « Starlight », Nic invite plusieurs personnes à monter sur scène pour une reprise en choeurs du refrain et dans la foulée le chanteur de Wizzo se joint au groupe. Gotthard cloture son show par le titre indémodable « Anytime Anywhere » issu de l’album Lipservice paru en 2005 sous les applaudissements d’un public conquis !

SETLIST

1 : Bang!

2 : Get Up ‘n’ Move On

3 : Sister Moon

4 : Right On

5 : Master of Illusion

6 : Feel What I Feel

7 :  The Call Play

8 : Life, One Soul

9 : Mountain Mama

10 : Remember It’s Me

11 : What You Get

12 : Starlight

13 : Hush (Joe South cover)

14 : Lift U Up

 Rappel

15 : Quinn the Eskimo (The Mighty Quinn) (Bob Dylan cover)

 16 : Anytime Anywhere

Gotthard clotûre avec succès cette 17ème édition qui aura livré une très belle affiche avec des groupes de qualité .

De belles découvertes et de belles retrouvailles dans une bonne ambiance malgré la grisaille et la pluie qui n’aura, malgré tout, pas pu gâcher le plaisir des plus courageux.

Merci aux organisateurs de nous avoir permis d’assister à leur festival pour la seconde année et l’on èspère avoir le plaisir de participer à la 18ème édition en septembre 2016.