King Buffalo : Regenerator chronique

King Buffalo : Regenerator chronique

CHRONIQUE : King Buffalo : Regenerator
Un futur des plus prometteur est en marche pour ce brillant trio aux compositions impeccables. Alors laissez vous transporter dans la Galaxie sans frontières et terriblement addictive de King Buffalo.

Le trio New Yorkais, King Buffalo sort son nouvel album Regenerator ce vendredi 2 septembre 2022 via Stickman Records et il est en écoute intégrale.

L’album est disponible : ICI

King Buffalo Regenerator

TRACKLIST

1.Regenerator 09:37
2.Mercury 04:30
3.Hours 04:57
4.Interlude 02:57
5.Mammoth 06:12
6.Avalon 06:19
7.Firmament 09:15

**********

Tout comme ses deux prédécesseurs, The Burden of Restlessness et Acheron, Regenerator est un album de toute beauté. Dernière sortie de la « trilogie pandémique » du trio, c’est le trait d’union entre eux.

 Ecrit et enregistré par King Buffalo à Rochester, NY au Main Street Armory en 2021, il est composé de sept chansons dont le magnifique titre d’ouverture de 9 mn 37 qui est une vraie bouffée d’oxygène psychédélique.

Le voyage inter-dimensionnel a commencé avec The Burden of Restlessness, aux profondes sphères psychédéliques/progressives/stoner rock. Il s’est poursuivi dans Acheron et l’aventure trilogique s’achève à présent dans Regenerator.

Ces trois albums sont nés suite à l’arrêt des tournées durant l’ère de la pandémie.

The Burden of Restlessness paru en décembre 2021, l’a montré avec son thème sombre tout en profondeur et très accrocheur. Osant à la dernière minute espérer quelque chose de mieux, le second album Acheron – du nom de la « rivière du malheur » dans la mythologie grecque – s’est révélé plus spacieux et fluide au niveau du son. Il a placé la tension et l’inquiétude de l’offrande précédente dans un nouveau contexte.

Le chemin s’achève donc aujourd’hui dans un sursaut d’allégresse et d’envolée sonore jubilatoire . Comme son nom l’indique Regenerator est une renaissance et un nouveau départ dans des sphères plus lumineuses. L’angoisse précédente s’est estompé ouvrant la voix de l’espoir. La mélodie atmosphérique est plus accrocheuse que jamais. Le chant se veut toujours aussi ensorceleur et le fuzz ardent toujours aussi pénétrant mais tout est plus léger et aérien avec une superbe dynamique (Hours) .

Le coté Stoner plus dense n’est pas pour autant mis de coté. Sur Mammoth on retrouve le rythme cadencé de la batterie accompagnée des guitares accordées très basses mais le tempo évolue vers une fringante accélération. La lumière d’Avallon surgit radieuse avec un chant mélodieux  qui rayonne positivement tout au long du morceau.

Firmament referme l’album tout en douceur.

Les yeux s’ouvrent sur un nouvel Univers aux cieux lumineux. Le rythme augmente progressivement pour un final grandiose . Une délivrance qui sonne le glas sur la noirceur de l’époque passé et libère toute la lumière sur un avenir « prometteur ». Ce dernier morceau résonne de quelques lignes sonores du superbe The Burden of Restlessness qui déclenche cette irrémédiable envie de réécouter la trilogie en entier.

En tout cas un futur des plus prometteur est en marche pour ce brillant trio aux compositions impeccables. Alors laissez vous transporter dans la Galaxie sans frontières et terriblement addictive de King Buffalo.

Christiane.T

King Buffalo

Membres du trio fondé en 2013 :

Sean McVay : chanteur/guitariste
Dan Reynolds : bassiste
Scott Donaldson : batteur

BANDCAMP

https://www.facebook.com/kingbuffaloband