Interview : Swarm au Black Dog à Paris

Interview : Swarm au Black Dog à Paris

Interview avec le groupe Swarm au Black Dog à Paris le 8 janvier 2020

Entretien avec Antoine (guitare), Rémy (chant) et Matthieu (guitare) du groupe Swarm au Black Dog à Paris avec Roger de Replica Promotion

De gauche à droite : Antoine, Rémy et Matthieu

Nouvel album “Anathema” paru le 30 septembre 2019.

A propos de Swarm

Originaire des Alpes-Maritimes, Swarm a été créé en 2014. Le groupe compose dans un registre qui mélange Groove, Thrash et Hardcore.

En 2017 « Division & Disharmony » voit le jour après plusieurs années de travail. Un premier album qui évoque autant la folie qui peut résider dans chaque individu que les dérives de l’homme moderne.

Aujourd’hui, Anathema est dans les bacs et ce nouveau cru est excellent.

Membres du groupe
Rémy Pauck: Lead Vocals;
Antoine Chapet: Lead Guitar;
Matt Bankowsk i: Rhythm Guitar, Lead Guitar, Vocals;
Mikael Gentili: Bass, Vocals;
Anthony Trillaud: Drums

Notre chronique :

https://rockmetalmag.fr/chronique-anathema-de-swarm/

Facebook :
https://www.facebook.com/swarmofficial/

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Swarm est né en 2014 à Antibes. Comment s’est concrétisé ce projet ?

Antoine : Alors cela faisait très longtemps que j’avais ce projet en tête, de monter un groupe de « Groove Metal ». C’est un peu mon rêve depuis l’age de 16 ans. Donc cela a pris pas mal d’années avant de trouver les personnes qui voulaient bien s’investir.

En 2014, on a enfin trouvé un Line Up stable avec Mika à la basse, et Antho et Pierre Louis, des amis de longue date, aux guitares. Rémy, notre chanteur, nous a rejoint en 2017.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Matt Bankowski c’est donc le petit dernier de la bande. Il remplace Pierre-Louis SENECA à la guitare rythmique. Comment est née cette collaboration ?

Antoine : Matt est arrivé en 2018. C’ est un guitariste un peu plus jeune que nous, mais qui a déjà joué dans pas mal de groupes. On s’était déjà croisé et on a des amis en communs. Quand Pierre Louis est parti, il semblait être le meilleur remplaçant. Surtout que c’est un très bon guitariste et il a un état d’esprit qui nous convient bien. On a fait une audition et ça roulait.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Le Growl de Matt ajoute une puissance supplémentaire à l’album.

Antoine : Notre ancien guitariste, Pierre Louis, chantait aussi en scream, mais Matt a un chant effectivement beaucoup plus développé. Donc son Growl est plus puissant et apporte une certaine lourdeur.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Qui a eu l’idée du nom Swarm ?

Antoine : C’est mon idée. Swarm c’est un essaim d’abeilles. Je voulais un nom court et simple. J’en avais un peu marre d’entendre des noms genre, A Day To Remember…

Moi je voulais vraiment un nom qui puisse évoquer plein de choses en fait. Qui laisse un peu de place à l’imagination de chacun, quant à la signification du mot. Dans Swarm, l’essaim, il y a un coté assez fédérateur que j’aime beaucoup.

_____________________________________________________

https://studioartmusic.com/

Rock Metal Mag : Votre second album Anathema succède à Division & Disharmony et vous avez choisi de retravailler avec Sebastien Cahmi au studio Artmusic à Nice pour le mixage et de l’enregistrement. Tout s’est bien passé pour ce second album, car vous aviez eu quelques problèmes avec le premier?

Antoine : Alors le premier album avait été enregistré chez quelqu’un avec qui on a eu beaucoup de soucis pendant l’enregistrement. Du coup cela nous a pris plus d’un an. Lorsque Seb a récupéré le bébé pour faire le mixage, il s’est retrouvé avec un projet vraiment bordélique. Il a donc fait un travail énorme.

On voulait alors lui faire confiance au studio Kohlekeller pour le mastering. Les deux studios sont en fait partenaires. Kohlekeller est un studio allemand assez connu en Europe. Il s’occupe de Benighted, Aborted, Powerwolf

Seb est quelqu’un qui travaille super bien. Il a fait pas mal de groupes du coin comme par exemple Heart Attack. Voilà, l’enregistrement et le mixage du second album avec lui était une évidence.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Cet album représente assurément un travail considérable, quand avez vous commencé la composition et comment cela se passe entre vous ?

Antoine : C’est moi le compositeur principal, mais ensuite Matthieu a apporté des Riffs, Mika aussi. Tout le monde apporte sa pierre à l’édifice. Rémy a également participé à la composition du deuxième album . Pas sur le premier car il est arrivé pendant l’enregistrement.

Donc cela a été plus un effort de groupe par rapport au premier, même si c’est moi qui compose en majorité. On s’est retrouvé plus en synergie, si je peux dire. On a pas forcément pris plus de temps puisque l’on a mis 10 ans pour écrire le premier album.

Pour Anathema cela s’est fait un peu plus vite. Mais vu que l’on a une méthode de travail différente, on a fait des maquettes dans notre propre Home studio. On a ainsi pu travailler beaucoup plus efficacement et surtout plus ensemble.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Dans votre album on ressent pas mal d’influences musicales . Je présume que vous avez chacun vos styles de prédilection. Qu’est ce que vous écoutez le plus ?

Antoine : En ce qui me concerne, j’écoute beaucoup de choses dans le metal, mais j’écoute aussi du rock et même certains trucs electro. Dans le metal je suis quand même assez éclectique. Cela va du Djent jusqu’au Death Metal. Après mon style de prédilection c’est tout ce qui est Groove, Thrash, Hardcore. Cela se ressent .

Mika, le bassiste, est très fan de Metalcore. Antho, le batteur est très fan de musique Punk, de Thrash et de Groove Metal.

Rémy c’est plus du Tool et du Nine Inch Nails. Mais il écoute aussi Rammstein et Pantera.

Par contre Mat il a vraiment beaucoup d’influences. Cela va du Rap US jusqu’à Kiss en passant par le Black Metal. Il écoute vraiment beaucoup de choses.

_______________________________________

Rock Metal Mag : Sur cet album je trouve que l’on perçoit des influences de Metallica, Refused, RATM ou encore du Mass Hysteria sur la partie chantée en français du morceau The Deed is Done.

Antoine : Rage est un de mes groupes préférés et Mass Hysteria est un des groupes préférés de Rémy. C’est vrai qu’en live ils sont supers. Je ne sais pas si c’était vraiment voulu consciemment sur cette partie chantée en français. Mais Mass est une grosse influence de Rémy.

Pour Refused, c’est un peu le coté The Shape Of punk To Come. (ndlr: 3ème album du groupe de punk hardcore suédois Refused, sorti le 27 octobre 1998). J’aime beaucoup ce groupe. On dit que c’est du Punk Hardcore mais an fait c’est hyper varié. Il y a des passages Jazz ou Electro. J’aime bien ce coté un peu surprenant et varié. D’ailleurs on aime tous ça .

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Justement Anathema est très riche musicalement et très varié.

Antoine : C’était vraiment notre but pour Anathema . Sur notre 1er album, même si il y a de la variation, cela reste un bloc. Donc, on voulait aérer le deuxième en y apportant plus de variations. Surtout que, en ce qui me concerne, ce coté très uniformisé c’est un vraiment un truc qui me « dérange » dans le Metal. Je pense que c’est un peu le cas des autres aussi.

On ne prend plus autant de risques que dans les années 90 ou 80. Par exemple lorsque l’on pense à un groupe comme Pantera, on pense à Walk ou à Cowboys From Hell. Mais ce sont des mecs qui ont tout de même été capable de faire un truc comme Suicidal Note 1 et 2 qui commence en ballade acoustique à la Folk. Ensuite ça part presque en Death Metal tellement c’est violent.

Cette variété dans la composition, c’est quelque chose d’hyper important pour nous. C’est un album assez long qui dure quand même 1h, donc pour garder l’attention des auditeurs, il faut vraiment apporter beaucoup de variations. Sinon on va s’ennuyer.

________________________________________________

Rock Metal Mag Comment s’est fait le choix de Chromatorium pour l’Artwork ? Cette pochette est à double sens en fait ?

Antoine : Oui, c’est cool d’avoir remarqué sa double signification. En fait c’est un concept album sur le double sens, la dualité et sur l’opposition.

Sinon pour le choix de Chromatorium , c’est quelqu’un qui fait beaucoup d’Artwork, pour de nombreux groupes français comme The Butcher’s Rodeo, Heart Attack, AqME il me semble, et bien d’autres encore. On adore ce qu’il fait. Il a pu justement retranscrire cette dualité.

Cette pochette on l’a fait volontairement de manière à pouvoir la retourner et montrer son double sens. Sur la face avant on peut penser à l’image de l’homme qui domine la femme. Donc avec un coté un peu misogyne. On nous l’a déjà dit.

Alors que, en fait, lorsque l’on regarde le dos de la pochette, c’est l’inverse. Il y a ce coté de dualité et c’est vraiment le fil conducteur de l’album. C’est un album concept un peu large. Après au niveau des thèmes et des paroles chacun peut imaginer sa propre interprétation . C’est ce qui permet de s’approprier l’album.

Rémy vient justement nous rejoindre quelques minutes entre deux interviews pour parler du concept d’Anathema

Rémy : En fait le thème de l’album dans son ensemble, c’est la contradiction. Donc les deux pochettes sont en parfaite contradiction. Mika nous avait demandé d’ailleurs si nous n’avions pas peur des réactions féministes par rapport à l’image de la femme soumise.

Rock Metal Mag : Alors je vous avoue que cela ne m’était pas venu à l’esprit. Je l’ai vu plus comme l’homme et la femme qui fondent une famille et qui se trouve enchaînés dans la vie et dans la société. Et coté pile, l’homme enchaîné donc soumis à la société et qui est soutenu par la femme qui l’aide à relever la tête. Mais bon ça c’est mon interprétation.

Et sinon, l’idée de la pochette vient de vous ou du graphiste?

Rémy : Alors, lorsque je suis arrivé chez Chromatorium, Designer à Brest, je lui ai proposé un croquis que j’avais réalisé. Je lui ai donné mes idées, donc la contradiction et les éléments que je voulais qu’ils mette en avant.

Pour le croquis, j’ai fait juste une croix avec un homme et une femme à main levée. Il faudrait d’ailleurs que je retrouve ce croquis. De là il nous a dit qu’il allait voir ce qu’il pourrait faire.

Et quasiment au premier essai il m’a pondu ça. Après il a rajouté les couleurs rouges et quelques détails pour montrer la contradiction avec la Terre, la ville, la civilisation et la nature. Donc dès le premier jet j’ai fait waow ! C’était super et je ne voyais pas ce que l’on pouvait faire d’autre. (rires)

C’est vrai qu’ensuite on a peaufiné quelques détails mais la base était déjà magnifique. Et en plus, il y a bien cette opposition sur la pochette avant et sur le dos du CD, où figure les titres, puisque on peut également inverser soit avec le fond noir soit avec le fond blanc.

Il y a un coté lumineux et un coté sombre, comme pour le concept de l’album. L’album parle de contradictions donc il fallait une pochette qui puisse se contredire pour que selon l’humeur on puisse la changer.

Rémy nous quitte et Matt nous rejoint.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Matt tu es le dernier arrivé dans le groupe en tant que guitariste et donc tu as apporté aussi ton chant Growl à Swarm.

Matt : Oui, plusieurs styles de chant et ma partie guitare. J’avais fait plusieurs auditions pour Swarm, au début du premier album. Mais j’étais déjà dans un autre groupe SmokeHead.

J’avais auditionné juste pour le chant avec Swarm et ça passait bien mais en raison de manque de temps et d’argent, j’ai du me concentrer plus sur mon autre groupe. Lorsque mon collègue a quitté Swarm, Je faisais un remplacement pour Heart Attack.

Et finalement ils m’ont dit que le guitariste étant parti je pouvais prendre la place. Et là j’ai dit oui, pourquoi pas. Maintenant cela fait un peu plus d’un an et demi et je suis content

__________________________________________

Rock Metal Mag : Le titre Anathema, c’est pour montrer votre réprobation envers les dérives de la société actuelle ?

Antoine : C’est ça. Mais c’est toujours sujet à interprétation. Don il y a un peu ce coté, dénonciation de la société et cette façon que l’on a de s’opposer entre nous et de critiquer l’autre. Cette façon de voir les autres comme inférieurs.

Même en ce qui concerne les goûts musicaux. Par exemple, nous, comme tous bons métalleux qui se respectent, on a instinctivement tendance à avoir un certain mépris pour les fans de Jul (Djoul).

Anathema est un mot intéressant parce que selon les ethnies, il n’a pas le même sens. Cela peut être une offrande ou un sacrifice. On trouve aussi d’autres significations , donc c’est vraiment l’idée de l’opposition au sens large.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : A travers vos chansons vous exprimez aussi une certaine rébellion?

Matt : Oui et non Car chacun voit sa propre image de ce que l’on va dénoncer ou critiquer. Après cela reste quand même des sujets de société.

Antoine : Des sujets sur l »écologie, l’environnement. Et puis aussi sur le mépris. Par exemple ce matin dans le RER, une personne bloquait les portes parce qu’il ne pouvait pas rentrer dans la rame. Du coup il râlait contre les autres personnes, mais il empêchait le départ du métro.

Donc voilà, c’est toujours par rapport à cette société où les gens sont en opposition les uns avec les autres.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : On sent quand même bien le coté rageur de vos compositions.

Matt : C’est notre façon d’exprimer notre réprobation.

Antoine : Oui voilà c’est pour exprimer notre sentiment de ne pas être adapté à la société. Au final c’est un peu ça.

__________________________________________________

Rock Metal Mag: Dans cet album Rémy chante brièvement en français donc sur « The Deed is Done » dans une tonalité très Mass Hystéria et aussi sur « Five » dans un chant très Slam, pourquoi?

Antoine : Alors pour Five, c’est un poème que Rémy a écrit en français et du coup on a décidé de le garder en français. C’était notre volonté d’apporter justement du français même si c’est clivant et que ça ferme des portes.

Mais bon c’est un peu comme les préjugés sur les groupes à chanteuse, on pense que cela va encore être de la symphonie. Alors que pas du tout. Donc on voulait apporter cette petite touche personnelle sans pour autant vouloir chanter en français.

Matt : C’est aussi pour montrer que nous sommes français.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous pensez faire un album uniquement chanté en français?

Antoine : Alors pas un album complet, mais quelques morceaux en français. On aime l’anglais, bien sur, comme la plupart des groupes , mais c’est intéressant d’avoir des chansons en français.

Cela change beaucoup de choses sur un morceau et les gens comprennent plus facilement les paroles, en France. Seulement ailleurs, les gens ne comprendront plus du tout, c’est pour ça que l’on aime cette langue car elle est universelle.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Quel est le morceau qui vous a demandé le plus de travail ?

Antoine : Alors au niveau du temps de composition, cela va être soit l’instrumental soit New Sun, qui sont les deux morceaux les plus longs. Mais, je pense que c’est surtout New Sun.

En fait ils nous ont demandé le plus de temps car ils sont liés musicalement. Le motif d’intro de l’album du premier morceau, New Sun, se retrouve arrangé différemment à la fin sur Pyroclastic Flow. Cela fait une boucle.

Du coup inclure cela a été très compliqué., car les 2 morceaux n’ont rien à voir. Ils sont longs et à tiroirs, avec plein de changements de tempos, plein de riffs.. D’une manière générale, tous les morceaux nous ont demandé pas mal de temps.

« Deaf Blind Silent » est un peu plus simple et il a été composé assez rapidement. Pour le premier et le dernier titre il nous a fallu facilement 6 mois par morceau.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez un coup de coeur pour un morceau en particulier ?

Matt : C’est vrai que l’on a toujours une petite préférence. Et pour ma part ce serait « Intifada ». Il a un coté très aérien, très atmosphérique et en même temps lourd. Ce morceau regroupe tout ce que j’aime.

Antoine : Avec le temps, moi ce serait « Life on Hold ». Cela peut changer, mais en ce moment c’est celui que j’aime le plus.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi finissez vous par un instrumental, comme sur Division & Disharmony ?

Antoine : Déjà c’est un peu un hommage aux groupes de Thrash des années 80 qui faisaient des parties instrumentales. Et j’ai toujours adoré ça, de toutes façons et je ne suis pas le seul dans le groupe.

L’instrumental ne sa fait plus beaucoup dans le Metal et je trouve cela dommage, car cela permet de véhiculer des émotions différemment. C’est un peu au final, comme faire des crédits de fin sur un film.

C’était donc un peu l’idée de conclure l’album avec une touche différente.

Matt : L’idée c’est que c’est un peu le patchwork de chacun.

Antoine : Cela permet de tenter d’autres choses différentes.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Avez vous commencé votre planning 2020 ?

Antoine : Oui, on est en discussion pour jouer dans un petit festival en juillet. On a une date le 1er février à Lyon, au Rock N’Eat. On doit aussi jouer en mars à Nice à La Terrasse. Ensuite on va certainement faire une tournée française en mai. On est en train d’organiser tout ça.

_________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez un projet de clip?

Matt : Oui on a un clip qui va sortir bientôt, sur « Deaf Blind Silent » qui est un moreau assez court.

Antoine : Il est déjà tourné d’ailleurs.

Matt : On va faire un Teaser et il devrait sortir d’ici la fin de ce mois-ci. Après on avait pensé aussi faire un clip de « Life on Hold » qui est vraiment le tube de l’album. Tout le monde peut s’y retrouver. Ce n’est pas ni le plus brutal, ni le plus calme. Pour moi, c’est le titre phare d’Anathema.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour conclure quels sont les projets pour le groupe ?

Matt : Aller toujours de l’avant, histoire de se faire une certaine notoriété. Après on n’a pas cette mentalité de Rockstar qui pense avant tout à gagner de l’argent en faisant de la musique.

Pour Nous, cela reste avant tout une passion. C’est un vrai partage. Notre objectif est donc de continuer d’innover et de créer tout en gardant notre patte avec ces musiques qui sont quand même assez riches

Depuis le premier album, on a quand même fait sur Anathema quelque chose de plus enrichi et plus éclectique. Donc je pense que l’on va continuer dans cette voie là.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez déjà des amorces de morceaux pour la suite?

Matt : Oui, on commence déjà à prendre un peu d’avance. C’est mieux car le temps passe si vite. Entre les tournées, le studio … il faut que tout soit prêt. Donc, on a déjà commencé la composition du futur troisième album.

____________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Antoine, Matt et Rémy du groupe Swarm, ainsi que Roger de Replica Promotion et le Black Dog.

https://swarmofficial.bandcamp.com/album/anathema

Notre chronique : https://rockmetalmag.fr/chronique-anathema-de-swarm/

1 1 Commentaire