Interview: KOBRA AND THE LOTUS

Interview: KOBRA AND THE LOTUS

Kobra And The Lotus est un groupe Canadien de Heavy Metal, formé en 2009. Salué par la critique, le quintet enchaîne alors les tournées et Gene Simmons (Kiss) prend le groupe sous son aile. C’est en 2010 que sort leur premier album “Out Of The Pit”. Deux ans plus tard, un second opus au titre

Kobra And The Lotus est un groupe Canadien de Heavy Metal, formé en 2009. Salué par la critique, le quintet enchaîne alors les tournées et Gene Simmons (Kiss) prend le groupe sous son aile. C’est en 2010 que sort leur premier album “Out Of The Pit”. Deux ans plus tard, un second opus au titre éponyme voit le jour. Entre temps, la voix de la chanteuse Kobra Paige a beaucoup évolué ce qui rend ces deux albums assez différents. Un troisième opus nommé “High Priestess” paraît en 2014. Puis, en août 2015, Kobra And The Lotus sort un EP de reprises rock “Words Of The Prophets”. Rock Metal Mag a rencontré Kobra Paige à l’occasion de leur tournée européenne aux côtés de Kamelot et Gus G.

*******

Rock Metal Mag : Comment te sens-tu à l’approche de ce premier concert parisien ?

Kobra Paige : Je suis vraiment impatiente car c’est la première fois qu’on joue à Paris. On a eu un problème avec la livraison de nos tenues de scène, donc on ne les a pas, mais on va se débrouiller avec ce qu’il y a dans nos valises ! A part ça, on a tous hâte.


Rock Metal Mag : Parlons de l’EP “Words Of The Prophets”. Pourquoi avez-vous décidé de faire un EP de reprises ?

Kobra Paige : C’était supposé être un projet amusant, juste pour le fun. On sait que les fans ne s’attendaient pas à ce qu’on sorte quelque chose de la sorte. Ils ne pensaient pas nous voir faire du classic rock, pourtant c’est une des nombreuses racines du metal. C’est une surprise sans vraiment l’être. On a grandit en écoutant tous les grands classiques. Ces mélodies nous ont beaucoup inspiré, donc on a voulu rendre hommage à ça.

kobra


Rock Metal Mag : Pensez-vous en sortir un autre prochainement ?

Kobra Paige : Oui probablement (rires) ! Je ne suis pas sûre si sera encore en rapport avec des groupes canadiens mais, ça sera à nouveau du classic rock. Ça nous permet de varier un peu.


Rock Metal Mag : Et quel est le titre que tu préfères sur cet EP ?

Kobra Paige : Je dirais que “Lay It On The Line” (de Triumph) est mon morceau préféré à jouer, car il y a une plus grande attitude qui s’en dégage. C’était amusant de chanter ça.


RMM : Comment avez-vous choisi les chansons ?

Kobra : Ces chansons sont en fait mes préférées, elles sont toutes géniales ! C’est mon adolescence. Elles amènent de la nostalgie et c’est pour ça que je les ai choisi.


RMM : Tu as des paroles au sens assez fort. Te vois-tu comme un messager pour les jeunes fans qui écoutent ta musique ?

Kobra : En quelque sorte oui, c’est toujours ce qu’on espère. Je sais que la musique est quelque chose qui affecte vraiment l’humeur des gens. Ils ont besoin de ça dans leur vie. J’essaie d’écrire sur des choses que j’ai traversé ou que je ressens. En général, beaucoup de personnes s’identifient aux paroles car on a des émotions communes.


RMM : Vous avez partagé la scène avec de grands groupes comme Kiss ou Def Leppard. Qu’as tu appris à leurs côtés ?

Kobra : Wahou, on a tellement appris ! A chaque fois qu’on jouait avec eux, on passait à un niveau supérieur grâce à ce qu’on avait appris. Quand on a tourné avec Kiss et Def Leppard, ça nous a vraiment montrer des relations différentes entre musiciens. Dans Def Leppard, ils chantent tous avec de superbes harmonies et des hymnes très mélodiques, qui ne sont pas spécialement compliqués. C’est juste mémorable. Kiss a un show vraiment génial. C’est le genre de concert où tu ne peux pas ressortir sans t’être amusé, même si tu n’écoutes pas du rock. Je pense que c’est bien de le remarquer. Tout ceci a été une aide précieuse pour nous.


RMM : Et Gene Simmons vous a pris sous son aile ?!

Kobra : Oui, c’est dingue ! Il était lui-même assez dingue (rires). Gene a été super avec nous. Il était toujours là si on avait des questions. C’est quelqu’un de très accessible et de très amusant. Il veut vraiment voir le rock vivre, et le triomphe du metal. Je pense qu’il veut se porter à travers les générations. Il aime soutenir les jeunes groupes, assister à des concerts.


RMM : Aimerais-tu collaborer avec un autre groupe ou faire un duo ?

Kobra : Ça serait juste super ! J’adorerais. Je pense qu’il y a un choix infini de collaborations. Apocalyptica est sur ma liste ! J’attends ma chance de collaborer avec eux, ça serait incroyable. Et ça serait cool aussi de faire quelque chose avec Lzzy Hale (Halestorm), car nos voix sont assez différents, ce qui apporterait beaucoup de textures dans une chanson. Il y a tellement de possibilités.


RMM : Comment as-tu atterri dans le monde de la musique ? A quel âge as-tu commencé à chanter ?

Kobra : J’ai commencé à chanter quand j’avais 8 ans mais j’étais dans la musique classique. Et puis quand à l’âge de 15 ans j’ai vu Judas Priest à Calgary (Canada), là où je suis née, j’ai virée de bord (rires). Après ça j’étais là “Ok c’est le point de rupture”. En fait, je n’ai jamais voulu chanter de l’opéra et plus je grandissais plus je m’éloigner de ça car cela ne correspondait pas à ma voix. Quand j’ai vu Judas Priest je me suis dit “il a le vibrato mais il ne chante pas comme à l’opéra”. Non c’est plus brut, plus primitif. Donc voilà, Judas Priest a été le point tournant.


RMM : Es-tu stressée avant de monter sur scène ? As-tu un petit rituel ?

Kobra : Je suis habituellement très excitée. J’ai souvent une petite appréhension mais ça va, c’est du bon stress. Par contre le premier concert est toujours le plus stressant. Ça devrait bien se passer ce soir.


RMM : Avez-vous commencé à écrire le prochain album ? Quels sont les futurs projets pour Kobra and The Lotus ?

Kobra : On a commencé à écrire quelques idées. C’est en cours. On sera surement en studio en février 2016 donc on commence à planifier tout ça. Après cette tournée, on se posera et on écrira de manière plus sérieusement. Pour le moment, on se focalise seulement sur la tournée.

Merci à Him Media et à KATL.