Interview : Diane de SILENCE OF THE ABYSS

Interview : Diane de SILENCE OF THE ABYSS

Entretien avec Diane du trio SILENCE OF THE ABYSS

Mercredi 29 avril , j’ai pu m’entretenir avec Diane qui est à l’origine du projet Silence of The Abyss avec David.

David, Diane et JB

Le trio SILENCE OF THE ABYSS fondé en 2017, à Bastia, comprend David SANTUCCI (guitare et chant), Diane GIANNELLI (batterie et chant) et le nouveau chanteur et bassiste, Jean Bernard FLORES . Ce dernier apporte une voix aux harmonies très méditerranéennes.

Après un premier EP éponyme paru en mars 2018 le groupe a sorti son premier album studio intitulé « Unease & Unfairness » en mars dernier . Sa thématique se concentre sur certains malaises comme la folie ou le nihilisme et sur l’injustice comme la maltraitance animale entre autres.

TRACKLIST :
1 Amok – 05:51
2 Nothing At All – 05:10
3 See Arcturus – 02:06
4 My Fair Fury – 04:54
5 Matando – 02:12
6 The Color Of The Walls – 03:16
7 God is Dead – 04:50
8 Weak !!-04:22
9 Lunar – 06:41

https://silenceoftheabyss.bandcamp.com/

Facebook : https://www.facebook.com/SilenceOfTheAbyss/

Notre chronique : https://rockmetalmag.fr/silence-of-the-abyss-unease-unfairness/

_______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Avant de fonder Silence Of The Abyss avec David en 2017, vous faisiez parti du groupe El Diablo qui existe depuis 2010 et qui comprend également Jean Bernard Flores . Qu’est ce qui vous a décidé à monter ce nouveau projet metal?

Diane : Alors Jean Bernard on le connait depuis 2006. On enregistrait chacun un album dans un studio commun mais nous n’étions pas dans le même groupe. Donc, on s’est rencontré dans ce studio et à cette époque, on a monté un projet ensemble, plutôt rock, mais avec des voix corses.

Comme ce projet s’est cassé la figure, on a monté El Diablo en 2010. On avait envie de continuer de jouer ensemble puisque cela faisait déjà 4 ans que l’on bossait et nous étions de très bons amis. Voilà, on a fait un groupe pour s’amuser tout simplement. On fait beaucoup de reprises avec ce groupe qui est toujours d’actualité.

Ensuite, avec David, on est parti sur un projet metal. JB n’était pas forcément disponible car il faisait beaucoup de choses à ce moment là. On a rencontré quelqu’un qui voulait bien faire partie du projet Silence Of The Abyss et qui a donc participé à l« EP.

Et puis nous avons eu un problème avec le chanteur sur une date parce que ça ne collait plus. On a donc demandé à JB de le remplacer au pieds levé et par amitié il a bien voulu le faire.

C’était terrible car il a eu deux semaines pour tout apprendre. Au final on lui a demandé de rester et bien sur il a accepté.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Tu as une frappe incroyable à la batterie qu’est ce qui t’a poussé vers cet instrument plutôt qu’un autre?

Diane : A la base j’ai fait 10 ans de piano classique et j’ai commencé à 5 ans. Dans ma famille j’ai tout le coté de mon père qui est musicien et l’autre coté qui est mélomane. Ma mère avait une batterie car elle en jouait quand elle était plus jeune. Comme le piano était à coté de la batterie vers 15/16 ans j’ai finalement choisi la batterie. Je prenais des cours dans mon quartier.

Et puis à 19 ans, j’ai raté mon année de musique à la Fac d’Aix. Quand ma mère m’a demandé ce que je voulais faire, j’ai bien évidemment répondu, de la batterie. Alors du coté paternel, mes oncles sont profs au conservatoire de Bastia et du coup ma mère m’a dit de partir en Corse.

Je suis partie là-bas et c’est mon oncle Jean-Michel Gianelli qui m’a formé et qui m’a permis d’obtenir mon prix au conservatoire.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Je croyais que tu étais originaire de Corse.

Diane : Je suis née à Marseille et toute ma famille est Corse. Mon père est un peu l’exilé , mais j’allais tout le temps sur l’île puisque j’y passais toutes mes vacances.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Coté composition comment ça se passe?

Diane : Alors ça marche toujours de la même manière. Que ce soit pour l’EP ou pour l’album, le processus est le même. C’est David qui crée et qui compose toute la musique. Il propose, les premières structures, mais il a déjà construit toute la chanson : Le couplet, le refrain, le pont, l’intro. Ensuite il nous propose le titre et nous demande ce que l’on en pense.

Avec JB, on remodèle, en fonction de ce que l’on pense et de ce que l’on entend. Pour l’album, cela a moins bougé que pour l’EP où j’avais beaucoup touché au coté technique, aux mesures, aux tempos.. Mais là, David était vraiment très inspiré pour cet album et je n’ai pas retouché grand chose finalement.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : La thématique de « Unease & Unfairness » porte sur les malaises et injustices de la société. C’est le choix de Jean Bernard? Tu peux m’en dire un peu plus sur les textes?

Diane : En fait, David avait le titre de l’album avant que l’on ait les thèmes. Il avait cette idées de vouloir transmettre des émotions. A chaque fois c’est très personnel. Ce ne sont pas des constats généraux de la société. C’est ce que l’on entend actuellement. Les choses évoluent et dans deux on entendra peut être pas les mêmes choses.

Au niveau des textes, j’en avais qui me touchaient vraiment beaucoup. En ce qui concerne la maltraitance en général, la maltraitance animal, et donc pas mal de thèmes comme ça. Mais sur certaines chansons, je n’avais pas d’idées et JB en a trouvé plein. Comme sur le titre Amok, God is Dead.. Il est quand même prof de philo à la Fac, donc évidemment ça aide un peu. (rires)

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Alors justement parler d’un Amok est peu courant, car c’est malheureusement une réalité qui porte sur la folie meurtrière d’une personne?

Diane : C’est ça, complètement. C’est le pétage de câble. Alors pourquoi? on ne sait pas d’où ça vient. Mais, c’était intéressant car c’est JB avait dans la tête de faire une chanson où l’on ressentait cette bi-polarité. Alors, il chantait très calme puis d’un coup, il s’énervait, puis rechantait calme. C’est lui qui a vraiment tout géré dans l’intention et le thème. C’est top.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est vrai qu’il y a une vraie fureur dans ce titre et une très forte intensité dans tout l’album qui est vraiment super bien structuré.

Diane : Merci, c’est très gentil. Car nous ne sommes que trois. Ensuite pour le son on le confie à Brett qui s’occupe du mix et du master (ndlr: Brett Caldas-Lima au Tower Studio). Mais comme nous sommes en auto-production, ce n’est jamais facile d’avoir du recul sur ce que l’on fait.

On fait vraiment tout en sous-marin. On est pas à Bastia mais à Borgo, à 20 kms. Même si est proche de la nationale on est à coté de la mer et de la montagne. On est donc comme dans un cocon et lorsque quelque chose en sort on peut dire que ça sort du garage.

Alors, lorsque des personnes nous disent qu’ils sont touchés par notre musique, on hallucine car c’est ultra personnel. Donc, c’est la meilleure récompense que l’on peut avoir lorsque les gens ressentent des émotions.

BORGO

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Ce petit interlude de See Arcturus, c’est pour rappeler vos racines Corses ?

Diane : Alors si tu as écouté El Diablo, JB chante du corse, et ça, pratiquement depuis qu’il est né. Il maîtrise très bien le répertoire des chants traditionnels des chansons Corses. Donc l’idée était d’assumer cette identité.

Chose que l’on ne pouvait pas faire avec l’ancien chanteur qui n’était pas corse. Il n’avait pas la culture Corse puis qu’il était normand. On arrivait pas à passer cette identité.

Alors quand JB nous a dit qu’il avait envie de faire un interlude en intro de My Fair Fury, on lui a dit : Vas-y, lâche toi. On lui a même dit d’accentuer les « ricuplades » qui sont typiquement corses. Et c’est vraiment ce que l’on voulait faire passer.

Il faut savoir que à la base, See Arcturus, My Fair Fury et Matando, c’est la même chanson. Mais on l’a coupé en trois. On évite de trop dire les thèmes pour que les gens puissent écouter ce qu’ils veulent, mais c’était une chanson sur la corrida.

See Arcturus te met un peu dans l’ambiance méditerranéenne. Ensuite My Fair Fury c’est le combat dans l’arène avec le taureau qui fracasse tout . Puis Matando te ramène dans la réalité avec le taureau qui meurt.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est vrai que les intonations méditerranéennes sont bien présentes sur cet album. On parle de chant traditionnel polyphonique c’est bien ça?

Diane : Oui et le chant corse polyphonique, on appelle ça les paghjelle. On est pas non plus dans les harmonies purement traditionnelles. Les chants existent depuis des centaines d’années et bien évidemment il y a des harmonies qui ont évoluées.

Mais on a essayé de maintenir cette identité, parce que c’est vraiment ce que l’on est et il n’est pas question de la renier.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Dans My Fair Fury il y a aussi un double chant pour accentuer la rage de ce morceau. Dans ma chronique j’ai pensé que le chant Growl venait de toi, c’est bien ça ?

Diane : Alors, c’est David. Mais cela m’a fait plaisir que tu penses que j’étais capable de faire ça. David s’est lancé pour faire son Growl. On avait besoin d’une voix vraiment caverneuse, pour illustrer sans caricaturer bien sur, la souffrance du taureau.

Alors comme JB le sentait pas forcément c’est David qui s’y est collé. JB a un chant clair plus gitan et plus méditerranéen. David a juste fait 2 prises, il n’a jamais chanté en fait.

_______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comme tu chantais sur l’EP et aussi sur cet album j’ai cru que c’était toi. En fait vous chantez en trio?

Diane : Ah non le chant Growl je ne peux pas, je m’étouffe ! (rires). Mais on chante bien en trio. J’avais plus chanté sur l’EP car il est plus aéré. Sur cet album, il n’y avait pas vraiment de place.

En fait sur l’EP, le chanteur débutait complètement. Donc j’avais comblé car je trouvais que ça ne suffisait pas. C’était un peu du bouche trou sur l’EP car je trouvais que ça manquait de ci ou de ça. Dans ma tête, j’entendais des idées tout en sachant que le chanteur ne les ressentais pas.

Après c’est vrai que l’on m’a demandé pourquoi je ne chantais pas. Mais je trouve que je ne sais pas chanter. David voulait que je chante quand même sur l’album. Mais toutes ses harmonies et ses accords étaient tellement serrés que je n’ai pas réussi à mettre une double voix, comme je le voulais.

Alors évidemment, David regrettait d’avoir mis trop de notes, la prochaine fois j’en mettrais moins. (rires)

Rock Metal Mag : Il faudra y penser pour le prochain album.

Diane : Mais c’est déjà écrit sur l’ardoise. (rires)

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Matando est un rappel de votre groupe El Diablo avec son style Flamenco ?

Diane : Oui c’est vrai. Comme cela parlait de la corrida on cherchait une consonance hispanisante. En fait, El Diablo, c’est parce que l’on est Fan de Rodrigo y Gabriela. Le but était de faire des reprises du duo mais avec beaucoup de percussions et en mettant le feu.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Quels sont les groupes qui vous ont le plus influencé dans la scène Metal ?

Diane : Alors, bien sur on écoute pas que du Metal mais dans cette scène le déclic pour moi a été Korn. Là j’ai dit, ça c’est ma vie . Ensuite Gojira, c’est sur que c’est devenu une influence principale.On le ressentait vraiment aligné avec nous.

Après David écoute beaucoup Opeth. Il adore ce groupe. Sinon j’écoute vraiment de tout. Cela peut aller de l’album S.C.I.E.N.C.E. d’Incubus, que j’adore et qui est Funk Metal, jusqu’à Cannibal Corpse. Je n’ai pas trop de limites.

JB par contre est plus Neo avec des groupes comme Slipknot, Korn, RATM aussi énormément. Tu t’en étais rendu compte. (rires)

____________________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image0_26279700_1583508757.jpg.

Rock Metal Mag : Pour la très belle pochette vous avez travaillé avec Eric de Kahinienn Graphix, . Comment s’est fait le choix de cet artiste ?

Diane : C’est lui qui nous a contacté. Il nous avait envoyé un message lorsque l’on a sorti l’EP, pour nous dire qu’il avait doré la musique. Je crois que c’était un an ou deux après la sortie de l’EP.

En fait on avait pas de compte Instagram et c’est lorsque l’on a fait ce compte qu’il nous a contacté. Du coup je suis allée voir ce qu’il faisait. Et ses pochettes sont vraiment trop belles.

Pour le digipack de l’EP, c’est nous qui avions fait la pochette. Donc je ne t’explique pas la galère quand ce n’est pas ton métier. (rires)

Donc pour l’album, on s’est dit on va se soulager. En plus il est très fort, donc nous sommes allés voir chez lui et il y avait plein de pochettes. On avait choisi deux pochettes et lorsqu’on lui a demandé si on pouvait lui acheter, il nous a dit qu’une des deux était déjà vendue.

Back

Donc le Back devait être en front et pour le dos il nous a proposé de nous faire une compo dans le même style que celle qui nous avait plu. Et en fait c’est devenu le Front. Quand on l’a vu on s’est dit ce n’est pas possible de la mettre derrière.

En gros, il nous a demandé les thèmes de l’album et puis le post apocalyptique que l’on peu entendre dans Lunar, lui avait plu, donc il est parti sur ça.

Quand il nous l’a envoyé, on a validé de suite et il n’y a pas eu de retouches. Il est monstrueux. Et puis humainement, le courant est passé comme si l’on se connaissait depuis 20 ans. Vraiment extraordinaire.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti un premier single « Nothing At All » et sa lyric vidéo. Ce titre a une importance particulière?

Diane : On trouvait qu’il était dans la lignée de l’EP, en mieux. Il n’était pas extrême et il est un peu le résumé du groupe. Il est accessible et en même temps c’est du Metal. On voulait que ce soit un petit résumé de ce que l’on fait en général. Mais bon, pour moi, c’est un peu la ballade, quand même. (rires) Je préfère My fair Fury.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez l’intention de sortir un clip dès que la situation le permettra?

Diane : Oui complètement. c’était prévu que l’on tourne le clip justement à l’époque du confinement, fin mars début avril. Donc on a du le repousser et on espère le sortir ou au cours de l’été ou début septembre. On dévoile pas le titre pour le moment et ce sera la surprise.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Le dernier morceau est uniquement instrumental pourquoi?

Diane : Alors on se donne pas de limites. Lorsque l’on entend un truc si il faut 8 voix on va mettre 8 voix. Par contre si il n’en faut pas on n’en met pas.

Pour l’anecdote, en fait c’est parce qu’il y a deux ans, on a eu un gros feu juste à coté de la maison. Tous les ans la Corse est ravagée par des incendies mais cette fois ci cela avait touché des habitations.

Et David a écrit la chanson sur ce feu. Donc on entendait pas de voix sur ce morceau. Il s’agissait d’un paysage lunaire dans le sens ou tout était cramé. Il n’ y avait donc pas de vie humaine à mettre dessus.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : En plus tu te défoules bien sur ce dernier titre.

Diane : Alors figure toi c’est assez bizarre car David m’a proposé Lunar construit tel quel. On a rien touché. Et il m’a dit: vas y improvise. Donc c’est ce que j’ai fait sur tout le titre. Et on a gardé l’impro.

Du coup, après, j’ai du apprendre mon impro. (rires) Mais, le délire !! C’est horrible car en plus je n’ai pas de mémoire. J’ai du écrire toutes mes parties et ça représente une partition de 6 feuilles. J’ai du la lire et j’enregistrais en lisant.

Maintenant ça va parce que j’ai eu le temps de l’apprendre mais c’était tellement speed.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Quand on a parlé de « Nothing At All » tu m’a dis que tu préférais My Fair Fury , c’est ton titre coup de coeur sur l’album ?

Diane : C’est un morceau que j’aime bien car il est assez physique mais en même temps il est stable. Amok est beaucoup plus difficile pour moi parce qu’il change tout le temps.

Donc, My Fair Fury, ça va mais il faut tenir dans le temps. Il y a une endurance mais c’est beaucoup plus stable que lorsque tu changes tout le temps de mesure.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Donc si j’ai bien tout suivi ton titre préféré c’est Lunar?

Diane : (rires) voilà tu as tout compris. C’est ça, parce que c’est une chanson difficile dans tous les sens du terme. Elle change tous le temps et du fait que ce soit une impro tu n’a jamais deux coups pareils.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez commencé de nouvelles compositions ?

Diane : Oui, on a attaqué. On pense plus faire des EP par la suite. Un album c’est énormément d’énergie et d’intensité. En plus tous les titres doivent être bons. On est plus à l’aise sur des EP . Et pour nous le studio, c’est un peu de la souffrance car on est pas très fan.

On le fait quand même avec autant de plaisir que l’on peut, mais on souffre énormément. Surtout moi. Si je pouvais éviter le studio je le ferais.

Donc, si on sort un EP il y aura 4 ou 5 titres. « Unease & Unfairness » ce sont 9 morceaux avec des styles tellement différents que et l’on s’est souvent remis en question. On se demandait si on ne sortait pas trop du contexte de l’album.

Pour moi il y a 3 chansons qui sortent vraiment de Silence. C’est JB qui a réussi à trouver le fil conducteur. Mais tu en as une qui sonne thrash, l’autre qui sonne néo. Moi, j’étais moins pour faire ça mais David avait envie de faire plein de choses différentes. C’est lui qui contrôle si tu veux mais on était tous d’accord au final.

Je pense que l’EP a plus de fil conducteur mais par rapport à l’album il est beaucoup moins abouti.

_________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez pu planifier des dates de concerts pour l’automne ou vous attendez 2021 ?

Diane : Justement, on est en train de voir pour faire une petite tournée cet automne/hiver 2020. Ce sera plutôt dans le Sud et peut être sur Paris. On va voir comment on peut organiser tout ça. De toute façon c’est le but.

Donc on jouera peut être un peu de l’EP, mais ce n’est pas sur et bien sur l’album, mais aussi quelques compos. Comme JB n’était pas là sur l’EP, ce n’est pas du tout le même chant et il vaut mieux partir sur du neuf

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Je te laisse ajouter quelques mots pour conclure.

Diane : Moi, je te remercie sincèrement au nom du trio, car cela fait vraiment plaisir d’avoir des retours comme le tien où tu parles d’émotions, de ressenti. Ce n’est pas juste le fait que tu aies aimé l’album, mais c’est tout le reste. On sent que tu as vraiment écouté et je te remercie pour cette interview car cela fait vraiment plaisir.

Rock Metal Mag : Merci , c’est super et justement le but de la musique c’est d’avoir des émotions et de les ressentir profondément. C’est ce que vous avez réussi à faire avec cet album. Du coup je vous en remercie aussi et je vous souhaite plein de bonnes vibrations pour la suite.

_____________________________________________________________________

Rock Metal MAg remercie Diane du trio Silence Of The Abyss et Roger de Replica Promotion

2 Commentaires