SILENCE OF THE ABYSS : « Unease & Unfairness »

SILENCE OF THE ABYSS :  « Unease & Unfairness »

Chronique : SILENCE OF THE ABYSS : "Unease & Unfairness" paru le 13 mars via M&O Music/Season Of Mist

SILENCE OF THE ABYSS : « Unease & Unfairness »
Date de sortie : 13 mars 2020 via M&O Music / Season Of Mist

TRACKLIST :
1 Amok – 05:51
2 Nothing At All – 05:10
3 See Arcturus – 02:06
4 My Fair Fury – 04:54
5 Matando – 02:12
6 The Color Of The Walls – 03:16
7 God is Dead – 04:50
8 Weak !!-04:22
9 Lunar – 06:41

Le trio SILENCE OF THE ABYSS fondé en 2017, est partagé entre le Sud de la France et la Corse. Fondé à Bastia, il comprend aujourd’hui David SANTUCCI (guitare et chant), Diane GIANNELLI (batterie et chant) et le nouveau chanteur, Jean Bernard FLORES . Ce dernier apporte une voix aux harmonies méditerranéennes.

Après un premier EP éponyme sorti en mars 2018 le groupe sort son premier album studio intitulé « Unease & Unfairness » . Sa thématique se concentre sur certains malaises comme la folie ou le nihilisme et sur l’injustice comme la maltraitance animale entre autres.

Cet album nous plonge dans les profondeurs abyssales de son Modern Metal. Un dédale de tempos tirés du Death, de l’alternatif, du prog, du nu metal et même du rap Metal parmi les genres les plus marquants.

Ce bouquet musical vous explose à la face dès le premier titre avec un Amok, plein de fureur. Un véritable branle bas de combat instrumental, mené de front par une batterie percutante.

Un rythme infernal soutenu par le chant clair mélodique secoué de lignes plus sauvages et enragées, façon Gojira, où s’entrelacent la fureur du Rap Metal à la RATM.

Véritable tremplin, ce premier morceau vous propulse au coeur de « Nothing At All » . Diane a une force de frappe incroyable qui est toujours mise très en avant. La rythmique plombe l’ensemble du morceau où le chant insulaire se distingue nettement.

L’accroche est inévitable, le son des guitares Molybaronesque et cette fusion finale Prog/death est surdimensionnée. Un pur régal auditif.

Après cet uppercut, on se relève doucement avec l’interlude de « See Arcturus » et son chant corse ancien.

« Je vais te tuer fils de pute », le cri de guerre est lancé et la rage de « My Fair Fury » te prend aux tripes. La batterie se fait plus technique avec sa double pédale. C’est une cavalcade de mesures indisciplinées et complexes, enrichie d’un double chant avec le renfort du Growl de Diane.

L’agression sonore est totale et vous secoue littéralement de la tête aux pieds. Un monstre hybride tout en puissance !

La folie meurtrière achevée, « Matando » laisse place à sa mélodie acoustique histoire de reprendre son souffle avant d’être à nouveau projeté contre un mur de sonorités extrêmes avec « The Color Of The Walls ».

La machine infernale est en marche . « Wake up.. Get Up ». L’allure est soutenue et Thrash/punk, suivi d’un « God Is Dead » Thrash/Grunge . Cette diversité des tempos est parfaitement dosée . Uns association particulière qui donne une réelle personnalité à ce trio endiablé.

« Weak » débarque avec son Rap Metal mêlé de saveur insulaire corse et vous assène un déluge de riffs des plus efficaces.

Place à l’émotion avec l’intro de « Lunar » et sa fausse douceur éthérée.. La tempête musicale donne son dernier sursaut avec toujours cet accent prog à la Molybaron.

Mais le tempo se fait plus violent et c’est avec un déferlement de batterie et de guitares que s’achève cet album, suivi d’une distorsion déchirante et de quelques notes acoustiques…

« Unease & Unfairness » se referme et laisse place au silence des abysses.

Cet album est tout simplement divin et je vous le recommande à haute dose. Son engrenage musical vous décongestionne en deux temps 3 mouvements et c’est vraiment ce dont on a besoin en ces temps perturbés.

Christiane.T

Lyric vidéo du titre « Nothing at All » 

Website : https://www.silenceabyss.com/

Facebook : https://www.facebook.com/SilenceOfTheAbyss/