Interview avec le trio de Toybloid

Interview avec le trio de Toybloid

Interview avec le trio de Toybloid au Black Dog à Paris

Entretien avec Madeleine, Lou et Greg du trio Toybloid, le mercredi 1er juillet 2020 au Black Dog à Paris avec Roger Replica de Replica Promotion

L’album “Modern Love” est sorti le 26 juin 2020

01 Violence
02 Monster
03 Diamonds
04 Ants
05 Seven
06 RCK N ROLL
07 Sunrise
08 Queer
09 Shiny Kid
10 Halo
11 Beauty and the Beast
12 Fur
13 Donna

Membres du groupe

Lou (chant/guitare)
Madeleine (basse)
Greg (batterie).

Facebook : https://www.facebook.com/toybloid

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Toybloid existe depuis 13 ans déjà, aujourd’hui quel regard portez vous sur votre parcours ?

Madeleine : Et bien je suis plutôt très fier d’en être arrivée là avec Toybloid. On a commencé il y a 13 ans, à 16/17 ans et personnellement c’est un groupe qui m’a fait grandir.

J’ai grandi avec, j’ai évolué avec et ma vie s’est construite jusqu’à présent autour du groupe. Et pour Lou c’est la même chose.

C’est un parcours hyper intéressant et on a vécu des choses vraiment très fortes. On a pu jouer dans de très grosses salles, on a joué à Bercy, au stade de France. Mais en même temps à coté de ça on a toujours joué dans de tous petits rades, devant 20 personnes.

Cela peut sonner très démago de dire ça mais très sincèrement, on adore faire les deux. Et je pense que cela a vraiment équilibré le groupe pendant ces 13 années.

Admettons que l’on aurait fait que des grosses salles, même si j’ai du mal à le concevoir, cela serait surement resté impersonnel. On aurait peut être vrillé ou pris la grosse tête. Du coup on se serait engueulé.

A l’inverse, on aurait fait que des vieux rades cela aurait été fatigant au bout d’un moment. Donc le fait de toujours alterner nous a merveilleusement bien équilibré. Ce qui fait que nous sommes toujours là. On sort même un deuxième album. On peut constater que l’on est un peu lent (rires) mais peu importe.

Donc beaucoup de fierté et de reconnaissance.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Greg, tu as rejoint le groupe il y a un peu plus de 3 ans. comment est née cette collaboration ?

Greg : Alors au mois de juillet cela fait pile 4 ans. J’étais venu pour dépanner, puisque Pierre l’ancien batteur était parti. Je devais le remplacer pour les dates d’été et finalement je suis resté.

On s’est rencontré à Paris vu que l’on répétait dans le même local et en plus j’étais déjà fan de Toybloid . C’est mon père qui écoute beaucoup de rock, qui m’a fait découvrir le groupe.

Il m’avait dit d’écouter l’EP et que les nanas faisaient du rock dans le même local que moi. En plus l’EP de 4 titres dure 9 mn et c’était parfait pour faire cuire les pâtes. (rires)

_________________________________________________

Rock Metal Mag : La musique Rock a toujours été votre musique de prédilection?

Madeleine : Moi, personnellement oui. Mes parents écoutaient beaucoup de Rock. Mes frères aussi et ils jouaient de la guitare. J’ai bien baigné dans le rock et Lou aussi avec son père guitariste et Greg aussi je pense .

Greg : Ouais c’est ça.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : En ce qui concerne Lou ce sont ses racines familiales qui l’ont incité à jouer du Rock? (ndlr : ( Lou est la fille de Stéphane Sirkis et la nièce de Nicola Sirkis du groupe Indochine

Madeleine : Alors souvent ce que raconte Lou, c’est qu’elle a eu la réaction inverse. Comme son père était guitariste, ses parents voulaient absolument qu’elle fasse de la guitare. Du coup elle faisait de la résistance et elle voulait faire du violon. (rires) Quand je le raconte ça me fait trop rire. Finalement elle a fait de la guitare.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez monté votre propre label Toybloid records, une envie de tout gérer librement et être totalement autonome?

Madeleine : Complètement. En grandissant ou plutôt en vieillissant on a vachement pris confiance en nous. On a appris beaucoup de choses car à force de travailler avec Label et manager, tu vois comment ça se passe et comment les choses fonctionnent . En fait, tu te rends compte que tu pourrais très bien le faire toi-même.

Donc on s’est un peu débarrassé de tout le monde. Et finalement en étant plus que tous les trois, tout va beaucoup plus vite. Et on a la chance d’avoir tous les trois la même vision des choses. Il n’ y avait pas du tout de prise de tête et on faisait immédiatement ce que l’on voulait que ce soit pour la réalisation d’un clip ou l’envie de travailler avec telle personne.

Cela a été une libération de dingue. Avant lorsqu’il y avait une idée, il fallait envoyer un mail à machin pour qu’il la valide. Tout prenait 10 plombes et surtout on était pas moddeur à cause des gens qui réfléchissaient à notre place. Ils pensaient peut être que l’on avait pas assez d’idées alors qu’au final on a plein de choses à dire.

Greg : C’est quand même toi qui t’occupes principalement des trucs, en partie, on va dire ..

Madeleine : Des trucs chiants. (rires)

Greg : Ouais les trucs chiants. Mais du coup, qui fait ça super bien. Même mieux que si on avait un vrai label. Après comme tu l’a très bien raconté, c’est juste de la liberté au niveau artistique.

Madeleine : Tu peux travailler avec qui tu veux. Mais bon financièrement cela a été compliqué et puis c’est une lourdeur administrative et d’organisation sur pas mal de choses. Mais en fait ce n’est pas impossible. On a en plus la chance de faire des métiers à coté qui nous laissent le temps de nous en occuper.

On est tous les trois intermittents, donc on travaille quand on veut. Ce n’est pas comme si on avait un métier du lundi au vendredi, toute la journée. Là je ne sais pas si cela aurait été possible. Actuellement, on a vachement de temps à consacrer au groupe.

________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous ne vivez donc pas encore à 100% de votre musique ?

Madeleine : Là, ça devait être l’année !!! Mais bon, voilà, ce sera l’année prochaine.

Greg : Et puis ce n’est pas une finalité en soi. On ne le fait pas pour en vivre. Si on y arrive tant mieux. Mais on a, avant tout, envie de faire des morceaux et des concerts. C’est peut être pour ça que le groupe tient depuis aussi longtemps. C’est le Leitmotiv.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : En février dernier vous avez intégré le Label KMS crée par Nicola Sirkis (Indochine) en 2017. C’est quand même un point très positif pour le groupe ?

Madeleine : Oui très. Cela a vraiment été le petit coup de pouce final ; Jusqu’à ce moment là, on avait vraiment TOUT fait seul. Donc nous sommes les producteurs de notre album mais Nicola est intervenu à la toute fin du processus. C’est exactement ce qui nous fallait. La petite pichenette juste avant la sortie puisque son Label est chez Sony. On a donc signé chez Sony en distribution et c’est Royal.

Grâce à ça on est hyper bien mis en avant dans toutes les Fnacs. On travaille avec des gens hyper motivés et compétents qui nous ont soulagé un peu financièrement sur la fin du trajet. Ils ont surtout été de très bons conseillers et je suis hyper contente de ça.

On s’est vraiment bien débrouillé tout seul pendant deux ans et à la fin on a le coup de pouce. Sans eux on y serait quand même arrivé mais nous aurions eu une moins belle exposition.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez quand même lancé une campagne Ulule qui a eu énormément de succès.

Madeleine : Oui tout à fait. Alors sans ça je ne sais pas comment on aurait fait. Merci aux gens qui ont participé parce qu’ils ont attendu 2 ans. Mais cela a été un gros soulagement financier. Cela nous a vraiment permis de mettre en place l’album que l’on voulait faire et en être les producteurs.

Greg : A la base j’étais le moins chaud dans le principe du Ulule. Et en fait ce que j’ai apprécié ce n’est pas juste la production de l’album. C’est tout ce qu’il y a autour. Cela a permis de sortir notre 4ème et 5ème clip, et il y en a un autre qui va arriver.

Et tout ça, les pochettes d’albums, les photos et Cie c’est grâce au Ulule. Sans cet argent et le support des gens on aurait pas pu le faire. Donc c’est une globalité et pas juste cet album là. C’est ce qui a permis au groupe de vivre et durer pendant ces trois années où justement nous étions sans tourneur, sans manager et sans label.

En étant seul et en faisant tout nous même, nous avons pu faire des concerts et des clips. Donc vraiment merci aux personnes du Ulule.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et le clip de RCK N RLL que vous présentez dans votre campagne Ulule a été réalisé avec Fred Lefranc. Vous travaillez avec lui depuis longtemps je crois ?

Madeleine : Alors Fred Lefranc c’est le réalisateur et ingé son de l’album. C’est avec lui que l’on a tout enregistré. Le clip a été fait avec lui et une bande de copains avec qui on a refait un nouveau clip, le dernier et qui est sorti “Shiny Kid “. C’était exactement la même équipe.

En fait lorsque l’on s’est retrouvé seul on a ouvert les yeux et on s’est rendu compte qu’autour de nous, il y avait plein de copains qui savaient faire plein de choses. De très bons monteurs, de très bons cadreurs, même des stylistes des maquilleuses.

En fait on avait tout autour de nous et nous n’avions pas besoin de quelqu’un qui aille chercher d’autres gens. On pouvait vraiment avoir un crew et en plus ce sont nos amis.

Greg : Ce sont des personnes qui connaissent notre univers et avec lesquelles on a plein de discussions. Donc, si on avait dû travailler avec des inconnus cela aurait demandé plus de temps et d’énergie, pour un résultat moins convainquant.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est passé la composition de ce nouvel album “Modern Love” ?

Madeleine: C’est surtout Lou qui a amené beaucoup de choses. Soit des morceaux complets, soit des refrains ou des couplets. Après on retravaille tous ensemble en répète.

Très vite, Fred Lefranc est aussi pas mal intervenu, pour cet album. On a fait un gros travail de pré-prod avant d’enregistrer et il y a beaucoup de choses qui ont déjà été arrangé. Lui, nous a guidé assez tôt.

Greg : Oui, il tranchait un peu. Dans un trio il y a vraiment cette relation de couple à trois. Souvent au niveau des idées, lorsque nous ne sommes pas d’accord, il y en a toujours deux pour et un contre.

Donc c’est toujours hyper compliqué de trancher. Comme nous avons toujours la tête dans le guidon à faire nos morceaux et nos textes c’est bien d’avoir quelqu’un avec un regard extérieur. Il arrive à prendre du recul.

Madeleine : Même avec Lou, il a réussi à lui donner énormément de confiance et à lui extraire beaucoup de choses, notamment sur l’écriture des textes. Elle n’était pas très sure d’elle et elle a enfin sorti tout ce qu’elle avait à dire.

Je crois que c’est beaucoup grâce à Fred. Il l’a vraiment poussé en lui disant : “Mais si tu peux le faire, sors ça, écris mois un texte pour demain!” (rires)

Au niveau de la voix, des arrangements de guitare il lui a vraiment extirpé tout ce qu’elle avait en elle.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Donc c’est Lou qui écrit tous les textes ou vous intervenez dans la rédaction?

Madeleine : J’en ai écrit deux, Violence et Shiny Kid. Lou en a écrit 11.

Greg : Sur cet album. Sinon Pierre l’ancien batteur en avait écrit un aussi.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Vos paroles traitent de sujets tels que la communauté LGBT, l’amour, l’enfance, la société… des sujets sensibles et actuels. Vous vous considérez comme un trio engagé?

Madeleine : Oui je pense. On ne l’a pas toujours été. Pendant longtemps il y a plein de choses que l’on on ne voulait pas du tout mettre en avant et surtout pas que l’on était des filles. On voulait vraiment tout lisser.

Et en grandissant on s’est rendu compte qu’en fait être dans un groupe c’est une sorte de podium incroyable. On peut dire tout ce que l’on a envie de dire et en plus on est écouté. Il faut donc profiter de ça pour faire passer des messages.

Comme par exemple notre pochette avec deux femmes qui s’embrassent. Cela devrait être une chose normale et non pas un événement mais en fait cela en est un.

Et pour les textes de Lou, il me semble que tous parlent d’histoires d’amour entre filles. C’était hyper important pour elle et pour nous de pouvoir parler de ça et de la mettre en avant.

Avant elle n’osait pas en parler . Ce n’était pas de la honte évidemment, ni de la gêne. Mais c’était plus dans le sens où cela n’était pas la peine d’en parler car on s’en fiche.

Mais on s’est rendu compte que ce n’est pas du tout anodin et qu’il y a encore énormément de problèmes là-dessus en ce moment.

Greg : Mais on ne va pas dire que l’on est engagé comme un groupe de Hardcore avec des messages scandés. Nous, c’est plus dans la douceur comme avec la pochette de l’album (ndlr: photo d’ Eva Quillec). Ce sont deux femmes mais qui n’ont pas 25 ans. C’est surtout pour montrer que l’on peut vieillir en couple en étant deux femmes.

Comme le clip de Sunrise qui justement met en avant un de nos amis qui est en pleine transition. Mais la vidéo n’est pas axée sur ça. C’est juste que l’on passe un après midi tous ensemble à boire des bières.

Ce sont des sujets qui nous tiennent à coeur mais on ne va pas faire de la provoc avec. Ce n’est pas évident de concrétiser tout ça mais vous voyez ce que je veux dire.

Rock Metal Mag : Oui , le message est déjà clairement évoqué par la pochette et vos clips montrent bien cette acceptation des uns et des autres quel que soit leur choix de vie sentimentale. Chacun fait ce qu’il veut et l’on arrive très bien à vivre tous ensembles et de façon tout à fait normale comme ça.

Lou vient nous rejoindre .

Rock Metal Mag : Alors nous parlions justement des textes que tu as écrit et où tu as pu dire tout ce que tu avais sur le coeur et affirmer ton homosexualité.

Lou : Il y a aussi les textes de Madeleine et on a pris une tournure très personnelle pour cet album. On en avait besoin et c’est un peu ce qui venait sur le moment. Je me suis lâchée pour écrire. Il fallait que je me vide.

C’est vrai que être Gay et faire du Metal, je connais que Judas Priest. C’est encore un sujet tabou. Et parler d’homosexualité dans les chansons, en étant une fille et lesbienne cela existe peu.

Bon, c’est vrai que cette année, on a des chanteuses plus grand public, style Angèle, Pomme, Hoshi et Suzane, qui en parlent et qui le disent ouvertement. Donc c’est un coté Mainstream peut être un peu plus dérangeant.

Voilà, pour moi, c’était important de le dire. Juste pour l’identification des gens dans le public. On fait partie de la jaquette. (rires) Enfin il n’y a que moi sur les trois.

Mais, Je me mets dans la peau d’une gamine de 14 ans, qui est lesbienne, qui n’a pas d’images et qui tombe sur un groupe comme Toybloid, elle peut se dire qu’elle n’est pas toute seule. Et c’est ce qui fait du bien. Donc si on est engagé ou pas je ne sais pas.

Madeleine : Mais ce sont des messages forts.

Lou : On va dire que l’on ouvre la parole sur le sujet. On veut un jeune garçon trans dans notre clip, on veut des drag queen, etc.. c’est un discours sensible.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous trouvez que les groupes féminins sont suffisamment représentés dans le milieu musical aujourd’hui?

Lou , Madeleine et Greg : Noooooooooooooooooon !! (rires)

Lou : C’es une cata !

Madeleine : Il y en a quand même de plus en plus. A l’époque où l’on a commencé, il y a 11 ans, je ne vois pas d’autres groupes de nanas. Bon maintenant il y en a des tonnes comme Catisfaction, Slurp..

Donc c’est énormément en train de changer et il en faudrait beaucoup plus. Mais cela va venir et c’est normal. Plus les filles vont voir d’autres filles sur scène et plus elles vont avoir envie de monter de groupes. Mais ça va prendre du temps.

Il y a plusieurs festivals anglais qui font la parité totale dans leur programmation. C’est génial. Au début je trouvais ça bizarre. Cela voulait dire que l’on allait prendre des groupes de filles non pas pour leur musique mais parce que ce sont des filles.

Mais si on ne le fait pas cela ne changera jamais. Il faut mettre plus de filles sur scène.

Lou : Et j’ai appris que Refused ne joue sur les festivals que si il y a une parité.

Madeleine : Et oui mail il faut ça.C’est dingue d’en être arrivé à un tel extrême mais c’est une étape obligatoire.

Lou : C’est pour ça que l’on a signé avec Rage Tour. (rires)

Madeleine : C’est vrai que dans leur Roster il n’y a que des keums. Je pense que si ils nous ont signé c’est beaucoup parce que nous sommes deux nanas. Tout le monde évolue là-dessus. En France comme partout d’ailleurs.

Lou : C’est pour ça que l’on nous accueille comme des reines. (rires)

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Avec votre nouvel album Modern Love je trouve que vous accentuez plus le coté pop de votre musique rock surtout à l’écoute du titre Sunrise.

Madeleine : Je pense que l’on a toujours eu ce coté pop. Lou a toujours eu cette passion de la pop et des mélodies pop. Avant on était peut être plus brut. Notre premier album est très pop mais avec une prod plus garage et plus distordue. Et là on a réussi à avoir des conditions de production qui font que ça sonne super.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Quels sont les artistes qui vous influencent le plus dans vos compositions ?

Greg : On écoute tous les trois des choses carrément différentes.

Madeleine : Dans la compo de cet album il y a beaucoup de choses que l’on a écouté pendant l’adolescence qui ont refait surface. Le rock des années 2000.

Lou : C’est clair. Linkin Park .

Madeleine : C’est vrai que c’est un groupe qui nous a énormément influencé même si on ne l’écoute plus aujourd’hui. C’est le rock moderne d’il y a 20 ans avec lequel on a grandi. Après on écoute beaucoup de choses actuelles.

Greg : Moi, à la batterie mes influences s’entendent un peu moins car je venais de rejoindre Toybloid . Mais ma copine écoute beaucoup de grunge des années 90 avec des groupes de meufs de l’époque tels que Hole , L7. Après les groupes de punk comme Bikini Kill et les classiques avec Riot grrrl

Lou : Moi pareil, les L7. J’ai grandi en écoutant ça.

Rock Metal Mag : Vous avez d’ailleurs joué en première partie des L7 au Bataclan le 17 juin 2015?

Lou : Oui et c’était très émouvant. En plus au Bataclan et elles ne viennent en concert que tous les deux ou trois ans. Elles partaient juste après au Hellfest. C’était vraiment un chouette moment.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Alors justement, quel est votre meilleur souvenir de concert ?

Lou : C’est pas facile car il y en a tellement ! Bercy et le stade de France, c’était des moments fous. Autant fous que jouer sur le toit d’un bus londonien. Il y a le Pont du Rock aussi qui était vachement bien (ndlr : 29 juillet 2016)

Greg : Oui c’était mon 4ème ou 5ème concert avec vous en festival Rock en Bretagne.

Rock Metal Mag : En 2016 aussi vous avez joué dans une Maroquinerie complète et en tête d’affiche.

Lou : Oui avec la chanteuse de Sun en première partie et avec qui on a fait un duo. On le garde pour l’instant et on va voir ce que l’on va en faire. Mais il est disponible dans notre live streaming.

On a eu la chance de jouer aussi bien dans un Kebab qu’au stade de France. Et dans tout ce panel, il y a toujours eu un bon moment.

_________________________________________________

https://www.digitick.com/d/event/toybloid/la-maroquinerie/6796229

Rock Metal Mag : Et le 16 septembre vous serez de nouveau à La Maroquinerie. Est ce que vous avez pu programmer d’autres dates pour l’automne?

Lou : Oui, on espère y être. (rires)

Madeleine : Grâce à notre nouveau tourneur qui est très bon et aussi grâce à notre album, qui est très bon aussi. Donc, là on a quand même 30 dates qui ont sautées à cause du Covid. A peu près tous les concerts sont reportés, sachant qu’il y avait déjà des choses de prévues.

Donc si tout va bien à partir de septembre on a une belle tournée. Mais bon cette histoire de Covid complique pas mal la donne car c’est en train de bouchonner dans les salles.

Rock Metal Mag : Même en 2021 cela va être compliqué.

Greg : Je pense que pendant 1 an et demi / 2 ans cela rique d’être compliqué pour beaucoup d’artistes.

Madeleine : Et en même temps si tous les groupes américains ne tournent plus cela fait plus de place. (rires)

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez déjà des idées pour de nouvelles chansons?

Lou : Ouais, le confinement a fait que je me suis enfermée avec une guitare et un ordinateur. Et du coup j’ai commencé vaguement à composer sur ordinateur . Ce que je n’avais jamais fait auparavant. Est ce que cela va être la suite, je ne sais pas.

Madeleine : Il y a des chances.

____________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Madeleine, Lou et Greg du Trio Toybloid, Roger de Replica Promotion et le Black Dog