Entretien avec Brun’o de Shaârghot

Entretien avec Brun’o de Shaârghot

Etienne et Brun'o du groupe Shaârghot étaient en promotion au Hard Rock Café et Rock Metal Mag a eu le plaisir de s'entretenir avec le guitariste Brun'o Klose.

Entretien
au Hard Rock Café à Paris
avec Brun’o Klose,
guitariste de
Shaârghot

Etienne et Brun’o du groupe Shaârghot étaient en promotion au Hard Rock Café à Paris avec Roger de Replica Promotion .

Crédit photo : Yann Charles

Rock Metal Mag à eu le plaisir de s’entretenir avec le guitariste Brun’o Klose .

Shaârghot a sorti son EP « Break your Body »  le 25 nov 2017
1.Doomsday
2. Kill Your God
3. into The Deep
4. Break Your Body
5.Bucolokiller

Line Up

Etienne Bianchi : chant
Brun’o Klose : guitare
Clemence Clemx Dufieux. ou Clem X: basse
Olivier Hurtu : Batterie

Photo à la une : Teddy Masson

http://shaarghot.bigcartel.com/

https://www.facebook.com/shaarghot/

_____________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Shaârghot est né en 2011, comment s’est fait ta rencontre avec Etienne, fondateur du projet ?

Brun’o : Alors Etienne je l’ai côtoyé dans des soirées parisiennes. On se voyait visuellement sans vraiment se parler et un jour on a finalement été amené à discuter ensemble. Moi, à cette époque, j’avais déjà une activité musicale dans divers projets. Donc,  c’était en 2013, et on a échangé quelques mots sur nos activités musicales et puis il m’a dit qu’il était en train de monter un projet Electro Indus Metal. Il était en train de composer et il m’a dit : « si tu veux lorsque j’aurais 4 titres je te les ferais écouter pour avoir ton avis » . Et à partir de là, on a laissé passé un petit moment et en 2014 il m’a filé 4 morceaux qui correspondaient aux titres du 1er EP, (ndlr : Mad Party) ou plus exactement les extraits de l’album Vol 1. Donc, j’étais très surpris, car en fait je n’ai pas entendu une maquette, mais plutôt un produit fini et d’une très bonne qualité et surtout très rafraîchissant musicalement. Donc, j’ai rejoint Etienne pour un poste de multi- instrumentiste et à l’époque il y avait déjà un batteur et un guitariste.  Et en fait, à l’heure de la première répét, le guitariste n’est pas venu, et comme j’avais travaillé des parties guitare, l’ingé son m’a dit de prendre le poste et de jouer. Et c’est comme ça que je suis devenu guitariste de Shaârghot.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que le Metal industrial est ta musique de prédilection ou tu as d’autres influences.

Brun’o: Alors moi j’ai baigné dans plusieurs styles musicaux. A la base j’adore la musique mais j’ai toujours aimé les genres atypiques et j’écoutais énormément de groupes issus de la scène gothique. J’ai beaucoup aimé aussi les années 90 et tout ce qui est grunge, tous ces groupes qui ont émmergé des Etats Unis grâce à la présence de Nirvana . Et en parallèle aussi j’écoutais des groupes qui faisaient de l’Indus Metal, comme le groupe allemand Die Krupps . Et il y a eu l’arrivée de Rammstein, sur la scène internationale qui est pour moi une vraie révélation. Il y avait enfin sur scène un groupe qui nous emmène dans un autre monde, dans leur monde. Il n’y avait pas que la musique, il y avait aussi ce coté du personnage qui nous  immergeait dans une autre dimension pendant deux heures.

__________________________________________________

Rock Metal Mag :  Vous ne vous produisez en Live que depuis 2015 est ce que c’est compliqué d’organiser un concert de Shaârghot?

Brun’o: Non, en fait ce qui est compliqué, c’est de nettoyer derrière nous (rires). Cela va faire 3 ans dans 15 jours que nous tournons et réalisons des concerts et la seule chose qui est compliquée est le fait que notre apparence sur scène nécessite 3 ou 4  heures de préparation. Techniquement ce n’est pas un problème, mais ce qui est un petit peu délicat est de pouvoir nous donner du temps de nous préparer.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment as tu choisi ton look très Cyber Machine ?

Brun’o: En fait j’ai toujours été attiré par l’univers biomécanique, post apocalyptique . Et c’est exactement ce qu’est Shaârghot. Je voulais parfaitement intégrer ce coté machine et être une sorte de garde rapprochée de Shaârghot. j’ai donc opté pour cette apparence un peu robotique, pour renforcer ce coté un peu plus dur , pour jouer un peu le rôle de Cyber Robot avec le look biomécanique à la fois humain et un peu mécanique.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est un costume difficile à porter sur scène?

Brun’o: Tout à fait, c’est même assez contraignant car cela enlève beaucoup de mobilité pour jouer notamment de la guitare. Mais c’est le prix à payer pour avoir quelque chose  qui sort de l’ordinaire. Donc ça demande beaucoup plus d’effort. Et c’est vrai qu’à la fin d’un concert , je suis un peu plus fatigué que si j’avais joué en tee-shirt . En plus, j’ai pas de chance car je joue souvent dans des salles où il fait très chaud. Donc, c’est là où le costume est difficile à porter comme cet été lorsque l’on a joué à 18h dans le Sud de la France où il faisait + de 39 degrés à l’ombre. Mais dans l’immédiat on envisage pas de changer de look.  Ces costumes, c’est nous qui les avons créé et ils nous permettent d’extérioriser avec spontanéité ce que l’on a à l’intérieur. Mais nous les avons fait avec quelques maladresses et on espère que dans les années à venir  il y aura une amélioration et qu’il y aura des personnes qui pourront nous proposer des solutions pour que ce soit moins lourd avec des tissus plus aérés. Et pourquoi pas une tenue de scène pour l’été et une autre pour l’hiver. Mais bon pour l’instant on en est pas encore là. (rires)

________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Shaârghot signifie « porteur du chaos », mais en fait quel message voulez vous vraiment faire passer ?

Brun’o: Alors on apporte pas de choses négatives. Ce que l’on veut surtout c’est que les gens qui viennent nous voir ou qui nous découvrent sur un festival, découvrent un univers qui leur fait oublier leur quotidien et leurs soucis journaliers; C’est comme lorsque vous allez au cinéma, pendant 2 h, vous regardez et vous vous laissez transporter.  Nous notre message c’est ça. Le chaos c’est un peu ça. C’est « laissez vous aller, amusez vous et rejoignez nous dans notre monde ». Et les gens qui viennent assister au concert d’un autre groupe et qui nous découvrent pour la première fois  sont complètement conquis par ce coté visuel et cette atmosphère, cette présence sue scène, et notre musique. C’est comme un bloc et les gens se sentent mieux après un concert de Shaârghot. Il faut vraiment nous voir en Live !

_______________________________________________________________

Clem X : portrait par Lucy Leroy

Rock Metal Mag : Comment se passe la composition des chansons et l’enregistrement ?

Brun’o: Alors on a la chance d’être tous multi- instrumentistes, donc on a tous chez nous ce qu’on appelle un home studio. On peut tous enregistrer chez nous. Sinon c’est Etienne qui décide en majeure partie des morceaux. Il travaille avec Clem X, la bassiste et une fois que le morceau est composé au 3/4, j’interviens pour voir ce qui peut être amélioré ou même transformé au niveau du son et des notes . Donc il y a un premier recul sur la composition. Et une fois que tout est bouclé, ça part chez notre ingénieur du son qui est producteur de nos albums. Il reprend alors le morceau et il n’hésite pas à couper les choses qui sont inutiles. On a cette force de pouvoir prendre du recul sur ce que l’on fait et surtout ce qui est difficile pour un musicien et pour un groupe qui compose c’est de laisser le titre évoluer sans vraiment intervenir et en faisant entièrement confiance à notre ingé son. C’est très important pour nous et c’est ce qui fait un « plus » aujourd’hui à notre groupe. Il y a parfois des structures que je ne reconnais plus à tel  point qu’ il faut retravailler le morceau. En fait, on enregistre la totalité et ensuite tout part chez l’ingénieur du son qui réarrange l’intégralité des morceaux.  Et il fait un travail monumental en y passant des heures ne serait ce que pour le mixage . Ensuite on réécoute les titres tous ensemble et on les valide à l’unanimité. Généralement on est jamais déçu car il a des idées que nous n’avons pas puisque nous sommes trop dans le système de compositions, et nous, on a pas le recul que lui peut avoir. Il écoute un produit fini et de là il réarrange ce qui ne lui convient pas et tous les gros groupes ont cette structure de travail. Et même si nous ne sommes pas encore un gros groupe on a choisi de fonctionner comme ça.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Ensuite vous adaptez les paroles ?

Brun’o: Oui mais les paroles sont écrites par Etienne en tant que chanteur et nous on intervient pas du tout et on le laisse complètement libre de gérer ça.  Mais la méthode est très simple, on cherche la mélodie à la voix en chantant ce que l’on appelle du yaourt et ensuite on adapte les mots pour retrouver cette phonétique et cette fluidité.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est Lyan, qui a réalisé la pochette, comment ça se passe au niveau de la création?

Brun’o: Lyan est une personne très impliquée dans le groupe. Elle a exactement la même vision que nous. Il y a juste à lui donner les grandes lignes et elle travaille dessus. Pour cet EP elle a eu carte blanche. On lui a juste dit que l’on voulait que Shaârghot apparaisse sur la pochette. Elle connaît suffisamment l’univers du groupe  visuellement et scéniquement  pour pouvoir reproduire certaines scènes assez marrantes que l’on peut faire lors d’un concert. C’est un peu l’univers Comics . Ce sont des personnages que l’on va retrouver dans une ville comme Gotham City.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous pensez réaliser un film d’animation ou une série ou une bande dessinée ?

Brun’o: Alors oui on y pense,  mais on a en ce moment beaucoup de travail donc chaque chose doit se faire au bon moment . Donc actuellement on essaie de faire parler de nous musicalement, après, tout ce qui peut venir en parallèle arrivera si cela doit se faire . Mais on y pense. Une BD serait très intéressante car les personnages peuvent se décliner peut être pas à l’infini mais c’est très intéressant de savoir comment ils en sont arrivés là. Donc si on en arrive au stade de BD ou peut être même par la suite au court métrages ou aux films de fiction ce sera surement Lyan aux commandes avec pourquoi pas, un nouveau poste de directrice artistique pour un éventuel court ou long métrage si je peux dire.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous allez sortir une vidéo prochainement ?

Brun’o: Oui. La vidéo qui va sortir c’est sur « Break Your Body ». Elle a été tournée il y a 4 mois et le montage du clip s’est achevé hier ( ndlr: 1er fevier ) et il passe à l’étalonnage et à la création des effets spéciaux. Donc il devrait être disponible d’ici un mois , un mois et demi.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous travaillez sur votre second album et est ce que vous avez déjà des morceaux de prêts?

Brun’o: On travaille beaucoup sur le volume 2. En fait on a une date buttoir car il y  a quand même des gens autour de nous qui veulent un résultat assez rapide pour pouvoir travailler. Alors logiquement, ce que l’on va appeler Volume 2 pour le moment, car on ne sait pas encore si il va s’intituler « Vol 2 », on aimerait bien pouvoir le sortir en novembre ou en décembre 2018. Les titres sont déjà enregistrés, pas en totalité mais tout est composé. Il y aura 14 ou 15 morceaux sur cet album.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que ce volume 2 sera en quelque sorte une suite au premier album ou alors il sera différent ?

Brun’o: En fait le Volume 1 est assez brut, tranchant et en même temps on commence à sentir des mélanges de styles et de sons qui vont être beaucoup plus accentués sur le volume 2. Il sera moins brut. On peut déjà voir l’évolution sur l’EP . Par rapport au Vol 1 on sent que l’on a beaucoup plus accentué le coté machine et on va descendre plus en tonalité pour qu’il soit beaucoup plus lourd. Il y aura plus de maîtrise au niveau de la technique tout en lui donnant un coté plus acéré et plus direct. Depuis trois ans, en ayant fait plus 30 concerts,  on s’est rendu compte que c’était nécessaire sur scène. Il y a des morceaux plus légers sur le volume 1 que l’on ne jouent plus et nos influences ont été beaucoup plus accentuées pour le volume 2.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez découverts de nouveaux groupes qui vous inspirent pour vos compositions ?

Brun’o: A l’heure actuelle tous les groupes que l’on écoutait sont toujours présents, par contre dans l’electro metal on a des nouveaux groupes qui sont arrivés et notamment des groupes français. On est toujours très fans de Punish Yourself,  mais on a été effectivement inspirés par des groupes comme Sonic Area ou HORSKH  qui sont deux groupes du même label que nous et qui sont vraiment très atypiques et on adore ce genre. Mais bon, on a baigné dans les débuts de Rammstein de OOMPH et il y a des influences qui resteront toujours car c’est ce qu’on aime écouter et voir également.

_______________________________________________ ____________

Rock Metal Mag : Est ce que tu as un projet parallèle avec Shaârghot ?

Brun’o :J’ai un projet parallèle que j’ai mis en sommeil car Shaârghot demande énormément d’énergie et de temps. Sinon je fais du Vjing c’est à dire de la projection d’images en fonction de ce que passent les DJ.   Et depuis peu je fais à la fois le DJ et le Vjing. Donc je mixe mes propres images pendant que je mixe la musique. Je fais aussi beaucoup de prestations en conception décors et lights. Tout ça évidement ce sont des passions puisque j’ai aussi un vrai métier à coté.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et en ce qui concerne les autres membres du groupe,  comme Olivier Hurtu qui est batteur chez Jesus Volt?

Brun’o : Clem X étant ingénieur du son est très prise par des enregistrements et des prises de son pour des films,  Etienne lui est monteur vidéo mais il n’a pas d’autres groupes . En fait il n’y a qu’Olivier qui ne fait que de la batterie et qui  jouent pour 2 ou 3 groupes en plus de Shaârghot

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Votre planning 2018 est en  préparation et vous avez deux dates prévues en hollande et en Belgique( 06.04.18. Downhill Festival @ Sittard (NL) 07.04.18 Rock Balegem @ oosterzele (BE)) est ce que tu as d’autres concerts à annoncer ?

Brun’o: Alors il y a plein de propositions qui sont à l’étude en ce moment, mais c’est notre tourneur qui s’en occupe. Nous on intervient pas dans le choix et c’est lui qui gère tout ça. On a juste demandé un petit break en janvier/février et mars pour pouvoir travailler l’album.  Et à partir de juin on doit repartir sur pas mal de dates avec quelques festivals dans le sud de la France.

______________________________________________________________

Olivier et Clem X

Rock Metal Mag : Que penses tu de la scène Metal indus et Electro française à l’heure actuelle ?

Brun’o: L’Electro Metal en France ce n’est pas trop le pays où il faut en faire. C’est surtout l’Allemagne qui est le pays de prédilection pour cette musique. En Allemagne les groupes Electro Metal indus sont très nombreux.  En France, on a le coté Electro qui marche très bien mais ce n’est pas notre Electro à nous. Les groupes français Electro Metal il n’y en a pas tant que ça et c’est aussi pou ça que l’on intéresse beaucoup de gens et beaucoup de producteurs de spectacles, car c’est toujours bon à d’avoir ce genre de groupes dans une programmation.

____________________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Brun’o pour cet entretien et Roger de Replica Promotion