CHRONIQUE : AMON AMARTH – Album BERSERKER

CHRONIQUE : AMON AMARTH – Album BERSERKER

CHRONIQUE : AMON AMARTH – Album BERSERKER Sortie 3 mai 2019 via Metal Blade Records Par Véronique Passos

AMON AMARTH – Album BERSERKER

Sortie 3 mai 2019 – Metal Blade Records

Genre death metal mélodique – Viking metal – Heavy metal épique.

Chronique de Véronique Passos

**********

Rendez-vous sur la montagne du destin*

Depuis vingt-sept ans Amon Amarth pose les jalons d’un death metal mélodique qui est devenu la référence pour tous les groupes qui officient dans ce genre. Ils sont aussi souvent catalogués dans le sous-genre Viking metal à cause des thèmes abordés dans leurs albums et principalement inspirés par la mythologie et l’histoire Viking. Mais le groupe réfute cet enfermement et Johan Hegg qui est l’auteur des textes précise qu’il s’inspire également de son propre vécu, de ses lectures ou des films qui l’ont marqué.

Loin d’être à cours d’inspiration, Amon Amarth nous offre sa onzième production : BERSERKER (le Berserker est un guerrier nordique presque invincible possédé par la fureur d’Odin).

Le death metal mélodique n’est pas qu’une version gentillette du death metal et Amon Amarth nous le démontre encore une fois. Ecouter Amon Amarth c’est entendre ce bruit d’acier qui s’entrechoque, sentir ce goût de sang sur vos lèvres fendues avec en arrière-plan l’odeur de la terre humide retournée par le piétinement des guerriers…

Les Vikings comme on le sait maintenant ont mis le pied en Amérique du nord vers l’an mille, Amon Amarth n’a donc pas eu de mal à retraverser la mer pour travailler avec Jay Ruston, connu pour sa collaboration avec Anthrax, Stone Sour et Steel Panther. Jay Ruston leur a suggéré d’enregistrer morceau par morceau, ne passant au suivant qu’une fois le titre finalisé et je trouve que cela donne à chaque chanson une force et une plénitude intéressantes. L’album a été produit au Sphere Studios de North Hollywood.

Ce nouvel opus comporte douze titres et marque un retour tout en muscles pour les suédois. BERSERKER vous amène au cœur de la bataille, là où l’humain se révèle, là où il fait face à son destin, serez-vous un héros le moment venu ?

« Fafner’s Gold » débute par une intro acoustique presque folk et surprenante qui ouvre un morceau joliment mélodique et entraînant mais d’une rapidité ne laissant guère de place à la rêverie.

« Crack The Sky » suit et vous guide vers le champ de bataille au pas de charge d’un riff de guitare imparable. La voix gutturale de Johan Hegg fait le reste et les cieux se fendent.

« Mjolner, Hammer Of Thor » commence sur un bruit d’enclume que l’on frappe. Vous comprenez vite que l’enclume est votre tête et c’est sur elle que les cinq suédois abattent leur marteau musical.

« Shield Wall », le quatrième titre est un hymne guerrier parfait pour headbanger en concert !

« Valkyria » vient ensuite. Un magnifique morceau où tout est parfaitement en place, une mention spéciale pour la basse de Ted Lundström que j’adore ici mais qui est un véritable délice tout au long de l’album. ‘Valkyria » après vous avoir bien tabassé s’achève sur un piano bienvenu et apaisant.

« Raven’s Flight », le premier single sorti est un bon condensé de l’album avec une excellente utilisation des atouts d’Amon Amarth. La puissance, le rythme, l’équilibre des guitares magiques avec la section rythmique imposante, le chant irrésistible de Johan, font
assurément de « Raven’s Flight » l’un des meilleurs morceaux de l’album.

« Ironside » confirme mon affection pour ce groupe qui reste une valeur incontournable du death metal mélodique. Amon Amarth ne vous laisse pas douter et vous emporte à chaque chanson dans son univers. Ces hommes savent écrire des chansons ! J’aime aussi la partie « vraiment chantée » par Johan Hegg, il prouve que la puissance de sa voix ne nuit pas à sa qualité. Son chant n’est jamais sec ou irritant et l’on peut l’écouter longtemps sans fatigue.
« The Berserker At Stamford Bridge » est le récit épique d’un combat historique où un seul guerrier viking tue de sa hache soixante-dix anglais avant de succomber sur le Stamford Bridge. Rien de mieux pour exalter le courage et le sacrifice ultime ! Tout dans ce morceau concourt à la dramaturgie et l’on sent l’importance de ce moment dans l’histoire des Vikings.

« We Can Set Our Sails » est le neuvième titre mais ne comptez pas sur Amon Amarth pour faiblir bien au contraire, hissons les voiles et repartons au combat !
« Skoll and Hati » est plus classiquement dans la lignée thrash metal et sera fort apprécié dans la fosse à l’occasion d’un live.

« Wings Of Eagles », débuter un morceau avec un quasi solo de batterie il faut oser mais quand il est aussi fabuleux… Saluons donc Jocke Wallgren qui tient les baguettes d’une main assurée et dont c’est le premier album avec le groupe.

Ce titre est remarquable par sa structure complexe et impressionnante et il faut toute l’ expérience du groupe pour réussir un tel pari que l’on déconseillera à des débutants fussent-ils arrogants. Amon Amarth fait valoir sa maîtrise et prouve que le choix de travailler avec Jay Ruston était le bon. « Wings Of Eagles » sera étudié et admiré longtemps je n’en doute pas.

« Into The Dark » conclut BERSERKER de façon lourde et crépusculaire et n’est pas exempt d’une certaine gravité mélancolique. L’album se termine déjà, nous renvoyant à nous-même.

La musique d’Amon Amarth s’accompagne admirablement d’images tant les morceaux sont cinématographiques et BERSERKER fera l’objet d’une trilogie de vidéos dont « Raven’s Flight » et « Crack The Sky » sont les premières sorties. 

Un album cent pour cent Amon Amarth mais qui a tout de même la possibilité de surprendre les fans les plus fidèles par certaines évolutions . Mais comme ils le disent eux-mêmes « un groupe qui ne va pas de l’avant reste immobile » . Amon Amarth c’est l’art d’évoluer sans se renier.

Amon Amarth est un groupe passionnant à plus d’un titre, mais pour moi il fait partie des groupes que l’on devrait écouter à chaque fois que l’on se sent démotivé et déprimé car il vous redonne immédiatement l’envie de vous relever et de reprendre le combat même lorsque tout semble perdu.

La musique des suédois porte une énergie communicative et bienveillante à l’image de ces hommes remplis de courage et de sagesse nordique. Solidarité, bravoure, sens du destin, mythologie, il est peut-être temps de trouver un nouveau souffle, Amon Amarth vous y aide.

« Ironside stay my name for all eternity »

*Le nom du groupe Amon Amarth (la montagne du destin) est tiré de l’œuvre de J.R.R. Tolkien.

Tracklist :

01. Fafner’s Gold
02. Crack The Sky
03. Mjolner, Hammer Of Thor
04. Shield Wall
05. Valkyria
06. Raven’s Flight
07. Ironside
08. The Berserker At Stamford Bridge
09. We Can Set Our Sails
10. Skoll and Hati
11. Wings Of Eagles
12. Into The Dark

Line up :

Olavi Mikkonen – Guitare

Johan Hegg – Chant

Ted Lundström – Basse

Johan Söderberg – Guitare rythmique 

Jocke Wallgren – Batterie

***********************************

FACEBOOK

2 Commentaires