WORKING KLASS HEROES : Interview

WORKING KLASS HEROES : Interview

Entretien avec Le Double, chanteur de WORKING KLASS HEROES

Entretien avec Le Double (Adrien), chanteur de WORKING KLASS HEROES à l’occasion de la journée promotion organisée par Roger de Replica Promotion au Hard Rock Café à Paris.

Fabien et Adrien

NO EXCUSES, NO REMORSES
Vamacara Studio / Brut Us
19 Février 2022

WORKING KLASS HEROES pochette

Tracklist :

1. Left for Dead Too (03:41)
2. Collapse (04:10)
3. Hurt Me Plenty (04:07)
4. The End Is Nigh (04:46)
5. Holy Diva (03:33)
6. The Queen Of The Dancefloor (04:12)
7. Hollywood Holocaust (03:36)
8. Vanguard Bandits (03:31)
9. Children Of The Porn (03:16)
10. Unity (03:42)
11. Working Klass Ego (05:25)

Working Klass Heroes est un groupe de Newcore, né en 2010 à Perpignan.  Un premier album éponyme, sort en Mars 2018. Quelques dates dans le sud de la France, lui ouvre la voie en tant que première partie de Mass Hysteria et Dagoba.
Suite au départ de plusieurs membres en 2019, les 4 piliers du groupe ont décidé de donner une nouvelle dimension à leur musique.

Le nouvel album a été pensé simplement : Du Metal et de l’Electro !!

Un nouveau son, un visuel et surtout, un nouveau chanteur Le double (Adrien) et un nouveau bassiste Chris. Les voila prêt a faire parler encore de WKH. Leur seule envie faire la fête et vous inviter dans un univers ou les beats binaires électro et les guitares enragées du hardcore vont éveiller vos sens.

Pour ce nouveau album qui s’appellera « No Excuses, No Remorses » ils ont fait appel au Vamacara Studio (HK STRAUSS) qui a produit Black Bomb A, Dagoba, Sinseneum… et tant d’autres !!! Ainsi qu’une coproduction avec Brut Us qui
apporte son expérience et son soutien aux groupes catalans !!

Membres du groupe

« Le Double » – Chant
Hugues – Guitare
Joël – Batterie
Mars – Keyboards
Chris – Basse
Fabien « Masson » – Guitare

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Tu es donc le nouveau chanteur arrivé en 2019. Comment s’est passée cette collaboration avec les 4 anciens membres ?

Le Double (Adrien) : Alors cela s’est très bien passé. Cela fait une vingtaine d’années que je fais de la musique et j’ai toujours pris l’habitude de jouer avec des amis et des gens que je connais bien. Donc, cette fois, c’était une sorte de challenge de jouer avec des personnes que je connais peu. On s’était vu une fois sur un concert et on avait bien accroché.

Du coup lorsqu’ils m’ont demandé d’intégrer le groupe, je me suis dit qu’en changeant de façon de travailler ce serait une sorte de challenge pour moi. Donc, ils m’ont mis rapidement à l’essai et finalement les affinités se sont faites très vite.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : A tout hasard est ce que la chanson de John Lennon, Working Class Hero parue dans son 1er album John Lennon/Plastic Ono Band, de 1970, a influencé le choix du nom du groupe ? 

Le Double : Alors non cela n’a aucun rapport. Sinon je peux faire un peu de spéculation et je pense être surement près de la vérité en disant que si on se retrouve à venir travailler en bleu de travail il y aura un petit coté village People. Un infirmier, un ambulancier et tout de suite cela peut être assez rigolo. Il y a un petit coté travailleur catalan.

_________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous définissez votre style musical comme du NewCore. C’est quoi exactement du progressif dance floor electro metalcore?

Le Double : En ce qui me concerne je le définis comme : On fait exactement ce que l’on a envie de faire au moment où l’on a envie de le faire. Et c’est ce que j’ai ramené dans le groupe. C’est à dire que lorsque l’on a composé cet album, le but était de ne pas se formaliser à un style précis de musique. Même si on sait que, surtout dans le metal, les gens suivent un style précis. Les Aficionados du Thrash vont écouter que ça, pareil pour le Hardcore pur.

Mais moi, je voulais que l’on se fixe, zéro limite. On a un machiniste et des guitaristes de talent qui ont de supers idées et il serait dommage de ne pas combiner toutes leurs influences.

Donc c’est sur qu’il fallait trouver un mot très court.

NewCore, ça allait bien mais après on est sur du hardcore, de l’electro, de la dance des années 90, de metal prog. Donc il y a un peu toutes ces influences que l’on a pu chacun amener sans jamais se freiner, tant que cela nous semblait cohérent. Avec tout de même une dominance Hardcore Electro. Après, si on avait une idée, quelle qu’elle soit, on ne devait rien se refuser .  C’était le but premier de cet album.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : l’Electro, c’est une de vos influences communes ?

Le Double : Alors c’est plus le machiniste. Mais il y a quand même des groupes que l’on écoute tous plus ou moins comme Electric Callboy. Ensuite c’est sur que l’on vient d’univers différents. Moi, j’ai commencé en faisant du Blues et du Jazz. Donc les Blues Brothers, Stevie Wonder, m’ont beaucoup influencé.

J’ai toujours voulu essayer de nouvelles choses dans la musique.

Donc c’était l’occasion de le faire avec ce groupe, en faisant des choses que je ne faisais pas avant dans d’autres groupes.

Après le blues, j ‘y reviendrai, mais, dans dix ou 15 ans.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Coté composition quel est votre processus?

Le Double : Alors, généralement, c’est soit un des guitaristes, soit le machiniste qui arrive avec un riff, une idée, quelques notes, une boucle et ainsi de suite. Et on essaie de se greffer dessus afin de voir si il y a une petite alchimie et si, surtout, cela amuse et plait à tout le monde. A ce moment là on continue à travailler dessus jusqu’à la maturité. Ensuite, une fois que le morceau est assez mûr, j’ai quelques idées de lignes de chant et notamment de syllabes. En fait, je travaille très bizarrement. C’est à dire que je vais travailler le texte en dernier. Ce qui m’intéresse avant tout c’est la ligne de chant, les notes et aussi ce que je pourrais appeler les syllabes fortes. Un peu comme les accents toniques en espagnol et ainsi de suite.

Donc quand une syllabe fonctionne bien, à partir de là, j’écris.

Je m’imprègne du morceau et j’essaie de voir ce que je vais pouvoir raconter dessus et ce que ça m’inspire. Après je couche ça sur le papier.

_______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que les thématiques son toujours en rapport avec la société et ses problèmes comme dans votre 1er album éponyme Working Klass Heroes?

Le Double : Oui, il y a un peu de ça. A part dans Collapse ou le thème est quand même assez évident. Mais je préfère raconter des histoires et laisser ça en sous texte. Chacun l’interprète à sa façon. Alors forcément j’y mets toujours un petit peu de moi aussi.

Par exemple, dans Collapse cela parle des influenceurs. Ils passent leur temps devant leur écran d’ordinateur ou de téléphone mobile et ne regardent jamais devant eux. Et finalement je suis également comme ça, donc c’est aussi une critique personnelle.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi ton surnom Le Double? C est en rapport avec ton double chant clair et screamé?

Le Double: Alors, je ne saurais pas dire pourquoi parce que c’est un surnom que j’ai depuis l’âge de 16 ans. Cela fait 20 ans maintenant. Je ne sais pas d’où ça vient et c’est resté. C’était l’époque de FÁTIMA, NOFX et Cie et tout le monde avait un pseudo.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : D’ailleurs Collapse a été choisi en premier single. Il a une importance plus particulière?

Le Double : C’est surtout un morceau plus facile à appréhender. C’est un morceau un peu plus proche du Neo Metal, donc d’une écoute plus facile pour les non aficionados du Meatal.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi le titre « No Excuses, No Remorses » ?

Le Double : Alors cela vient du fait que l’on a eu envie de faire exactement ce que l’on voulait et d’aller à 100% dans notre délire . On a décidé de ne rien se refuser et on veut aussi le défendre à 100%. On ne veut pas avoir le regret de ne pas avoir essayé. Donc, aucun remords, on y va. C’est un album qui nous ressemble à 100%, on le défend et advienne que pourra.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous vous êtes fait d’abord plaisir .

Le Double : Voilà, c’est ça. Et c’est le plus important. Sur scène on veut se faire plaisir, parce que l’on s’amuse et on a toujours le sourire. Donc cela se communique aux gens et eux aussi s’éclatent comme nous. Cela leur permet d’avoir une petite heure où ils ne pensent à rien d’autre. Ils oublient les problèmes politiques, financiers, les soucis habituels.

C’est aussi pour cela que je veux que mes messages soient en sous textes. Je préfère raconter des histoires, des petites comptines. Cela permet de s’amuser et d’être plus en communion avec les gens. On laisse les problèmes en dehors de la salle de concert.

____________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il y a un titre avec des paroles en anglais et en français, pourquoi ce mélange?

Le Double: Dans Holy Diva, c’est un patchwork de tous les groupes, tous les chanteurs qui m’ont influencé. Il n’ y a rien de moi dans ce morceau. Il y a même un truc d’Obispo. Mon but était de mélanger énormément de groupes qui m’ont inspiré et de faire quelque chose de cohérent. Donc, si cela ne s’est pas senti c’est que j’ai réussi mon coup. Donc, je suis très content.

Il y a aussi un autre morceau en français qui est 100% Electro. Cela vient d’une blague que l’on s’est faite, quand j’étais seul avec le machiniste. Il m’a sorti ça et j’ai commencé à faire le con en lui disant que l’on allait l’enregistrer en y ajoutant des paroles. Et on le ferait écouter. Et puis finalement cela nous a tellement fait rire et que l’on ne se refuse rien, on a trouvé que ce serait énorme de mettre ça sur l’album. En plus, c’est encore un grand écart avec ce que l’on attend d’un album Metal.

_____________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez travaillé avec le Vamacara Studio (HK STRAUSS). Mais aussi en coproduction avec Brut Us?  tu peux m’en dire plus sur cette collaboration et qui est Brut Us?

Le Double : En fait Brut Us, c’est la femme du batteur. C’est un petit peu notre « manager » et elle essaie de nous aider en nous apportant un maximum de communication. C’est toujours bien d’avoir quelqu’un de l’extérieur. Et avec le studio cela a été assez intéressant. C’est, en tout cas une expérience que j’espère, on ne reproduira pas.

C’était pendant le Covid et du coup, on a enregistré toutes les pistes chez nous à Perpignan. Et ensuite, on a envoyé ça au studio par webcam. Alors c’était une super expérience, mais j’espère que  nous pourrons faire le prochain album dans des conditions optimales. Donc, en restant au studio et en pouvant se concentrer complètement sur l’album.

________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Cet album vous l’aviez donc commencé à quel moment?

Le Double : On l’a commencé en février et on l’a enregistré 3 ou 4 mois avant de l’envoyer au studio. Il y a une chose que je n’aurais jamais faite si on l’avais enregistré en studio, c’est d’enregistrer tout le chant d’un bloc. Il ( ndlr: HK) aurait préféré que je lui envoie phrase par phrase. Mais je partais toujours du postulat que si je n’arrive pas à chanter le morceau comme ça, je n’arriverais pas à le faire non plus sur scène. Donc ce serait se foutre de la gueule du monde. Mais en même temps, il m’a dit que ce n’était pas le plus important car lui étant en studio lui ça lui permettait de travailler avec plus d’énergie et plus efficacement. De temps en temps, cela se ressent un peu dans le souffle, mais voilà, j ‘ai fait tout d’un bloc.

________________________________________________________________

WORKING KLASS HEROES pochette

Rock Metal Mag : Qui est l’auteur de la pochette. Quels ont été les critères pour définir ce visuel ?

Le Double : Alors on l’a faite avec le machiniste, Martial. On voulait avoir vraiment une image qui nous représente et qui représente bien l’album et toutes les influences qu’il y a dedans. Donc, on voulait ce coté un peu indus hardcore avec cet espèce de couloir aux murs un peu crades et décrépis. Mais par dessus, des lumières chaudes avec un néon bleu et du rose. Donc un mélange visuel de Dance Electro avec des dalles bien Hardcore.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous allez ressortir un prochain clip ?

Le Double : On va essayer en début d’année de sortir, peut être, un inédit, suivi d’un clip. Peut être aussi, amener deux ou trois nouveautés avant la période estivale. On espère d’ailleurs moult dates. Pour ensuite attirer l’oeil encore un peu jusqu’à l’arrivée de dates où l’on pourra défendre notre album sur scène.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi avez vous attendu aussi longtemps pour faire la promotion de cet album qui est quand même sorti en février 2022?

Le Double : En fait on a commencé à jouer localement et on a vu que cela marchait vachement bien. Donc on pensait que ce serait bien de trouver le moyen de  faire passer notre musique au delà de l’Occitanie. Il a fallu trouver quelqu’un que cela intéressait et qui nous apporte quelque chose que l’on avait pas forcément. Donc, les contacts et toute la machine qui permet de communiquer beaucoup plus efficacement en dehors de Perpignan et de ses alentours.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Donc vous avez déjà des dates sur votre planning 2023?

Le Double : On est en train de trouver un maximum de dates pour jouer un peu partout et se faire plaisir.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Le Double, Roger de Replica Promotion et le Hard Rock Café