Welcome X : interview au Black Dog

Welcome X : interview au Black Dog

Grace à la journée promotion organisée au Black Dog à Paris par Replica Promotion Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec Philippe Bussonet et Sam Kün du groupe Welcome X

Entretien avec Philippe Bussonnet et Sam Kün du groupe Welcome X.

Welcome-X est le projet formé par Phil Bussonnet (ex bassiste de Magma 1996-2020) et Sam Kün (Ex Flesh & Dust). Ils sont accompagnés de Thomas Coeuriot (guitare), Joseph Champagnon (guitare) et Julien Charlet (batterie)

WELCOME X- VOL 2” est sorti le vendredi 25 juin 2021 en format physique via The Triton Label

TRACKLIST

1.Thylacine Blues
2.Bullseye
3.Everesting Light Prelude
4.Scent of Sakura
5.Everesting Light Part II
6.Ombromanie
7.Inevitable Collapse
8.32GE

 line up

Sam Kün : Vocals
Philippe Bussonnet : Bass
Thomas Coeuriot : Guitar
Jo Champ : Guitar
Julien Charlet : Drums

BANDCAMP

https://www.facebook.com/WelcomeXOfficial/

________________________________________________

Rock Metal Mag : Depuis notre dernière rencontre en 2019 et la sortie de votre 1er album, il y a eu malheureusement une pandémie. Est ce que vous avez pu défendre cet album malgré la suppression des concerts depuis mars 2020 ?

Sam : Ben oui et non. On a pu jouer un petit peu et il y pas mal de dates qui ont été annulées.

Philippe : Cela nous un un peu coupé l’herbe sous le pied quand même.

Sam : Pour tout ce qui est festival cela a été un petit peu compliqué. Mais bon c’était le cas pour tout le monde et tout cela a été un peu rapide. Et on a pas pu le défendre vraiment come on voulait.

Philippe : Après on a décidé d’enregistrer le deuxième album, malgré l’épidémie et malgré le confinement. Et on a aussi hâte de le sortir maintenant. On aurait pu attendre l’année prochaine que les choses s’améliorent. Mais bon, en même temps, on a pas de perspectives, on ne sait pas . Et comme là c’était enregistré et mixé, je n’avais pas envie d’attendre encore.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il y a eu quelques petits changements au sein du groupe avec l’arrivée de Julien Charlet à la batterie en remplacement de Yoann Serra.  Comment est née cette collaboration?

Philippe : On a changé de batteur, parce que l’on arrivait pas à se caler avec Yoann, pour des histoires de disponibilités. Il s’est installé à Nice, donc c’est quand même assez loin.

Sam : Et c’est un batteur très demandé.

Philippe : Oui,  c’est un batteur qui joue beaucoup et qui a toutes sortes de projets. Donc, on avait du mal à se retrouver pour travailler et c’est pour ça que j’ai fait appel à Julien Charlet. On se connaissait déjà depuis longtemps.

Sam : Philippe pensait que cela pouvait correspondre à ce que l’on fait et puis cela a accroché tout de suite. Julien a parfaitement compris ce que l’on faisait et c’était immédiat.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Toi Philippe, tu as quitté Magma qu’est ce qui a déclenché cette décision, l’envie de te consacrer uniquement à Welcome X?

Philippe : Alors c’est un sujet que je n’ai pas tellement envie d’aborder, je ne te le cache pas . En fait ce n’est pas moi qui ai décidé de partir, je me sus fait virer. Et pas que moi d’ailleurs. Et du coup c’est vrai que cela me libère beaucoup de temps pour autre chose.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Volume 2 est donc sorti en digital le 26 mai et en version physique le 25 juin, quand avez vous commencé la composition et est ce que vous avez gardé le même processus que pour le 1er?

Philippe : Oui, exactement de la même manière . C’est à dire, j’ai composé des morceaux en pensant aux voix que Sam pouvait poser dessus. Ensuite, je lui ai soumis toutes les idées que j’avais et les morceaux étaient à peu près déjà finalisés. Donc, comme pour le 1er album, il a imaginé toutes les voix qu’il pouvait poser dessus. On a remanié ça très légèrement tous les deux et tout est allé assez vite . Cela s’est fait dans la continuité du 1er album et dans la même veine. C’est pour ça qu’il s’appelle Vol 2. Il n’est pas dissocié du 1er, c’est vraiment une seule entité .

Sam : Lorsque Philippe m’envoie les morceaux ils sont tous déjà très bien structurés. Je trouve les idées de chant  à mettre dessus et ensuite on se voit et on met tout ça à plat. Et même pour le morceau de Tom, 32GE, c’est le même  principe. Les choses sont déjà très bien construites quand ils nous les envoie et après on les retravaille ensemble. Mais cela va très vite car c’est toujours le même processus.

______________________________________________________

Rock Metal Mag :  Vous êtes toujours en quête d’ambiances musicales très riches, variées et uniques, aux inspirations incroyables ce qui donnent des compositions denses et longues. On pourrait presque dire qu’elles sont inépuisables.  Quand et comment décides-tu que le morceau est achevé?

Philippe : En fait, je procède toujours de la même manière. Pour un titre, je pars toujours d’une idée qui est en général relativement simple et je creuse à partir de tout ce que je peux imaginer. Ensuite, je me retrouve avec un certain nombre d’éléments que j’organise pour faire un morceau structuré, avec une progression. alors d’un morceau à l’autre cela peut prendre différentes formes. Ce n’est pas du tout un refrain traditionnel.

Et quand le morceau est fini, je le ressens en fait. J’ai l’impression que le filon est épuisé et que j’ai creusé tout ce que je pouvais creuser et que j’ai envie de passer à autre chose. Donc, c’est très instinctif. En réalité, ce sont toutes les musiques que j’ai écouté depuis ma plus tendre enfance qui ressortent d’une certaine manière. Ce sont toutes les influences que j’ai pu avoir et tout ce que j’ai envie d’entendre.

En fin de compte, je suis mon propre groupe et je fais des choses qui me font plaisir. Si une choses me plait et m’excite, je vais creuser dans ce sens là. Si à l’inverse, elle ne me plait pas, je peux être chaud sur un petit riff un jour, et le lendemain, je vais trouver que ce n’est pas si intéressant que ça et je vais laisser tomber. Je ne m’acharne pas sur des choses qui me paraissent moisies.

______________________________________________________

Rock Metal Mag :  Vous l’avez construit en 3 parties cet album?

Philippe : Exactement. Alors il y a les deux premiers morceaux qui sont un petit peu similaires au niveau du format. C’est une construction un petit peu parallèle, avec une intro qui prend bien son temps, puis un premier Riff qui apparaît et qui se met en place peu à peu. Ensuite, on est, plus ou moins, sur une structure couplet refrain qui débouche sur un pont. Ce pont ouvre sur autre chose et amène un final qui peut ou pas revenir sur l’intro. Ce sont des formes assez longues. On est à 7 ou 8 mn et donc ces deux premiers morceaux sont faits sur le même schéma.

Ensuite, il y a la partie centrale de l’album. Au début, c’était une idée plutôt instru, mais sur laquelle on a posé une voix parlée avec un poème un peu type japonais haïku. Donc, c’était une sorte de respiration au milieu de l’album. Je voulais un truc un peu large, très aérien et qui permette de se détendre un petit peu. Là évidemment, la forme n’est pas du tout académique et on peut dire que c’est de la musique progressive, dans le sens où il n’y a pas de structure. C’est une chose qui évolue du début à la fin.

Et puis la troisième partie de l’album, c’est plus un retour à une forme Rock un petit peu basique, Garage je dirais. C’est pour ça que l’on a fait un petit clin d’oeil au début de Ombromanie qui ouvre la 3ème partie. On entend un bruit infernal et c’est une porte de garage qui s’ouvre et qui se ferme. Elle est en ferraille et elle fait un boucan du tonnerre. L’idée est que dès que la porte s’ouvre, le groupe est là et envoie tout.

Sam : C’est très instinctif.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Ombromanie est un morceau très long mais très addictif.

Philippe : C’est un morceau construit en 3 parties et il y a vraiment 3 tableaux différents

Sam : Après au niveau univers c’est le ressenti du moment. Quand j’ai le morceau que m’envoie Phil, ce sont des choses très visuelles. J’ai tout de suite une image qui me fait penser à un truc. Finalement, les paroles et l’émotion en découlent et ça part dans des directions très différentes. C’est comme pour une expo de tableaux, tu vas avoir une émotion particulière. Tout est cohérent dans l’absolu mais tout est un peu différent.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Et quelles sont les thèmes principaux des paroles ?  Toujours en rapport avec l’environnement et l’état du monde actuel?

Sam : C’est pareil. il y a des morceaux qui vont me faire penser à certaines choses. C’est toujours très universaliste, très proche de la nature. C’est, où va l’humain et qu’est ce que l’on est en train de faire ? Ce sont juste des observations, des constats, des pensées. On déambule en fait. Je suis autant spectateur qu’auditeur.

Je peux m’inspirer d’un fait divers et évoluer sur quelque chose de plus général et vers des questions philosophiques que l’on se pose tous. Cela peut être sur l’être humain et sur le fait d’être englobé dans cet espèce de monde et de truc économique dans lequel on est tous des consommateurs.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que la pandémie a influencé certains textes et a interféré dans l’ambiance des compositions?

Sam : Non, pas tant que ça. Cela a surtout exacerbé les choses. Cela a provoqué des émotions. On n’ était pas très objectif au départ. (rires)

Philippe : De toutes les façons on fait partie du monde dans lequel on vit. Donc, ce que l’on fait, même si l’on en est pas trop conscient, c’est un peu une chronique de ce que l’on est en train de vivre. Que ce soit en fonction des émotions purement musicales, que des paroles.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Le titre Thylacine Blues évoque bien sur la disparition du Thylacine (loup de Tasmanie) mais c’est surtout pour évoquer un thème plus général sur la disparition des espèces?

Sam : Exactement. C’est le Requiem de cet animal disparu mais qui peut parler pour tous les autres. Même pour nous peut être aussi.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a un morceau plus représentatif du groupe ?

Philippe : Non, je ne pense pas. C’est vraiment l’ensemble. Chaque morceau a une ambiance différente et c’est justement l’identité de Welcome X. En fait, il n’y a pas d’identité précise, ni d’exercice de style particulier. On ne veut pas forcément faire quelque chose dans une certaine direction. C’est selon ce qui apparaît sur l’instant et c’est une surprise en fin de compte.

Sam : On ne peut pas choisir un morceau plus qu’un autre. Mais c’est le genre de question intéressante. Comme on a beaucoup de titres très longs, on doit quelquefois en enlever un ou deux et souvent on ne sait pas trop. Le choix est toujours difficile parce qu’on les aime tous. Donc, à un  moment, il faut faire le choix d’en enlever mais ce n’est pas plus celui là qu’un autre. En fait, il n’y en a pas un qui représente plus le groupe qu’un autre.

_________________________________________________

Rock Metal Mag :  Le titre 32 GE est en rapport avec l’élément chimique de l’atome de Germanium ?

Sam : Bien joué, c’est ça. Bravo. Pour le moment tu es la seule a nous l’avoir fait remarquer.

Philippe : Cela évoque le Germanium qui est un semi conducteur. Il est comparable au silicium qui est utilisé dans certains effets de type Fuzz et qui provoque un son très particulier et qui donne un certain type de grain que l’on entend au début du morceau.

Sam : On aime les choses physiques, naturelles comme pour notre logo. Les éléments sont des choses essentielles et nous parlent beaucoup. Sur notre première pochette le logo était très metal très cuivre et rouille. Sur celle là il est plus aquatique.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez choisi de retravailler avec Ëmgalaï Grafik pour l’Artwork et les illustrations, vous lui avez donné des directives ? Le motif ressemble à des écailles . Quelle est sa signification ?

Sam : Alors, un peu comme pour le premier , il a écouté le morceau.  D’abord il s’est fait sa propre interprétation en écoutant les morceaux, même sans les paroles au départ. Ensuite, il m’a demandé un note d’intention à chaque fois sur chaque texte, pour savoir à quoi cela correspondait . Et moi j’ai l’habitude de me faire des croquis sur un petit carnet. Donc cela part des visions que j’ai et je lui donne des petites directives. Mais après, il a fait un peu ce qu’il voulait sur la base des textes et des explications que je lui ai donné. Donc, il a travaillé sur mes explications de textes.

Et sur la cover ce ne sont pas des écailles mais des pierres . C’est un peu comme le lit dans une rivière.

Philippe : L’idée que l’on avait eu en fait avec Paulo, c’était de représenter le lit d’une rivière très pure, avec le sigle qui ressort du fond de l’eau, très lumineux. Et après, c’est lui qui l’a réalisé à la main. C’est un très grand et très impressionnant dessin en fait .

Sam : Comme le dessin que tu as pour “Scent of Sakura” qu’il a entièrement réalisé à la main et colorisé ensuite. Mais il y a passé des centaines d’heures.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Justement est ce que “Scent of Sakura” dont le titre évoque le Parfum du cerisier Japonais est en rapport avec l’accident nucléaire de Fukushima ?

Sam : Non, en fait c’est plus large que ça. On s’est inspiré du mont Fuji même si ce n’est pas lui. Il y a cette immense ville japonaise qui regroupe les hommes qui bossent dans cette immense structure et à coté cette espèce de calme et de mer verte où les gens vont se laisser entraîner pour se suicider. C’est un retour à la terre et à la nature et c’est vraiment ce coté là que l’on a voulu lui donner. Tu retournes d’où tu viens.

Philippe : Et puis c’est vraiment cette espèce d’opposition que l’on ressent beaucoup dans un pays comme le Japon. Comme James le disait et j’aime beaucoup cette image : “une ville japonaise c’est comme une tempête de fer immobile”. Et donc je faisais le parallèle avec cette idée de nature d’où l’on vient avec Everesting Light.

Everesting est un jeu de mot entre Everest et everlasting (éternel). Et donc cette sorte de volonté d’un retour à une nature et à un truc intemporel. Cette espèce de calme comme en haut d’une montagne. En fait on aspire à ça car on est malheureux dans ces villes modernes et cette société hyper technologique dans laquelle on vit. On a plus envie de retrouver un petit peu d’air pur.

Sam : C’est pour ça que dans l’album tu es pris par cette violence du chant et de la guitare très métallique et après des choses beaucoup plus aériennes.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et vous avez dédié cet album à James ?

Philippe : Oui, c’est un de mes grands amis qui nous a quitté au début de l’année des suites d’une longue maladie. Il était guitariste et il aimait beaucoup ce genre de musique. Et il est toujours dans un petit coin de ma tête. Il n’a pas eu la chance de voir la sortie de cet album mais je pense qu’il l’aurait beaucoup apprécié.

________________________________________________________

  Rock Metal Mag :  Welcome-X à l’honneur dans le dernier Rock Hard France , une sacrée belle promo pour vous?

Sam : Ils avaient déjà adoré le 1er album. Et lorsqu’ils ont vu que j’avais posté sur Facebook que l’on allait sortir un second album, ils m’ont contacté par Messenger. Ils voulaient écouter l’album et m’avaient dit de ne pas hésiter de leur envoyer en disant qu’ils nous soutiendraient. Enfin tout dépendait si l’album allait plaire ou pas. Donc, cela s’est fait naturellement et ensuite l’album est sorti. Et finalement il a plu a Stéphane qui l’a chroniqué mais aussi à toute la rédaction.

Donc on est vraiment très content car c’est un beau tirage et c’est un beau magazine. On est assez honoré qu’ils nous soutiennent comme ça. Certains sont même venus au concert que l’on a fait ce week-end au Triton . C’est un grosse surprise que l’on soit mis à l’honneur comme ça.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Alors justement comment s’est passé cette reprise de concert le 2 juillet au TRITON ?

Philippe : C’était un vrai bonheur de pouvoir refaire du vrai son c’est à dire de jouer avec une batterie, des amplis..

Sam : A un volume décent. (rires)

Philippe : Cela fait quand même un certain temps que l’on avait pas pu baigner dans un son comme ça. C’était vraiment du bonheur pour nous mais aussi pour les gens qui étaient là. Ils avaient l’air vraiment heureux et tout le monde est resté tard après le concert.

Sam : On a joué à Pau le lendemain et on est revenu hier. Cela fait un an et demi que l’on était pas remonté sur scène et c’est vraiment quelque chose que l’on cherche. Welcome X est un groupe de scène, de Live. C’est quelque chose que l’on aime et la musique que l’on joue se ressent comme ça.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez des concerts à annoncer ?

Philippe : Non pas pour le moment. On espère que ça va bouger un peu.

Sam : Il faut que ça reprenne et que l’on nous booke. “N’hésitez pas à nous booker et nous contacter”.

Philippe : Toutes les propositions sont très intéressantes pour nous. Le plus tôt sera le mieux mais j’ai l’impression que cela ne bouge pas trop pour cet automne.

Sam : Les gens sont un peu frileux.

Philippe : On ne sait pas si il va y avoir une 4ème vague. Comment cela se passe au niveau des jauges et si les gens seront assis ou debout avec ou sans le masque. Donc on attend.

____________________________

Rok Metal Mag remercie Philippe et Sam ainsi que Roger de Replica Promotion