The Velvet SuperSloths : Premier album éponyme

The Velvet SuperSloths : Premier album éponyme

Chronique : 1er album éponyme de The Velvet SuperSloths
The Velvet SuperSloths mérite le détour et ce premier album éponyme a franchement de quoi vous martyriser les cervicales. Riffs éloquents et refrains entraînants, chaque morceau à une accroche évidente.

CHRONIQUE

The Velvet SuperSloths
Album: The Velvet SuperSloths
Label: Hell on the rock (label du groupe)
Date de sortie : 16 janvier 2021
Genre: Groove Metal

CD Track list:

1- Irresistible
2- Higher fire
3- Forsaken life
4- Dead red moon
5- Sold your soul
6- Never too late
7- I am Penny
8- Uncertain Outcome
9- Dirty night
10- Where are you
11- Sloth-toé
12- Realms of death

Band Line-up:
David Boisse – Vocals
Eric Provencher – Guitar/Back vocal
Jean-François St-Cyr – Guitar
Yanick Brouillard – Bass
Johnny Maximum – Drums

BANDCAMP

__________________________________________

The Velvet SuperSloths s’est formé fin 2014 à Sherbrooke, au Québec. Les deux premières années, David, Eric, Jean-François, Yanick et Johnny ont passé leur temps à composer beaucoup de chansons. Après de nombreux concerts locaux et un succès grandissant, le quintet a sorti 4 singles entre 2017 et 2018. Très acclamé par les critiques le groupe a donné encore plus de concerts dans la province de Québec et en Ontario. Il devenait évident qu’un album devait voir le jour .

Etant chacun, ingénieur du son, graphiste, marketeur, etc, les cinq membres du groupe avaient toutes les cartes en main pour concrétiser leur projet DIY presque à 100%. Ils ont donc enregistré, édité, mixé, arrangé ce premier album et ont fait appel à l’ingénieur du son Luc Tellier (Simple Plan, Millencolin..) pour le Mastering.  Le résultat final est vraiment optimal.

On ressent beaucoup d’influences telles que Pantera, Soulfly, Korn, mais aussi Godsmack ou encore Kyuss parmi les plus évidentes. The Velvet SuperSloths a pris le temps de sculpter et peaufiner 12 morceaux imprégnés de sa propre identité sonore. Le quintet définit lui-même son style comme un “entre deux” du Metal. Une musique qui n’est pas assez modérée pour le rock, mais pas suffisamment intense pour le «vrai Metal extrême» de 2021.

Les textes abordent des thèmes sensibles et très humains, comme l’addiction (Irresistible), le suicide (Forsaken life), la détresse des peuples autochtones (Dead Red Moon, Higher Fire), l’espoir (Never too late), le mensonge et l’auto destruction (Realms of Death)  …  Ils sont principalement écrits par le chanteur David Boisse à l’exception de Higher Fire par Johnny Maximum et Realms of death par Eric Provencher.

Quoi qu’il en soit The Velvet SuperSloths mérite le détour et ce premier album éponyme a franchement de quoi vous martyriser les cervicales. Riffs éloquents et refrains entraînants, chaque morceau a une accroche évidente. Et c’est le fougueux Irresistible qui donne le coup d’envoi avec l’ombre de Godsmack qui se dessine par moment. La puissance de son allure bien Thrash se poursuit avec Higher fire et fulmine dans un style très Pantera. Voix rocailleuse et féroce à souhait portée par un Groove imparable.

Avec son cri d’alarme, de colère et d’amertume, Forsaken life, prend alors un vrai coup de speed, avec un Heavy /Hard Rock percutant. Avec une voix rugissante, le rythme s’emballe sous un martèlement de batterie intense et une basse grondante. La désillusion se transforme en mélancolie avec le bouleversant Dead red moon à l’ambiance planante et mélodieuse. La pesanteur du tempo est ponctuée de riffs bondissants et d’un chant sombre et déchirant d’où retentit une grande détresse. 7mn30 de profondes émotions !

Mais très vite l’atmosphère s’électrise avec Sold your soul et sa cavalcade de riffs soutenus par une basse/batterie ultra efficace. Le solo de guitare accentue l’urgence du morceau et ce rythme endiablé se prolonge avec l’intro de Never too late aux atmosphères variées. Guitares heavy et chant thrashisant, rythmique bien lourde, passage psyché et solo acéré, ce morceau au rythme soutenu est très dense.

 I Am Penny livre alors sa déferlante groovy qui s’achève sur un stoner écrasant et hypnotique. Mais pas le temps de souffler car Uncertain Outcome fait son entrée. Son influence marquée de nu metal kornéen est hyper enivrante et accrocheuse. Un grosse bouffée de guitares infaillibles avant l’insolite Dirty night. A la fois frénétique et multi genre, son dédale de riffs s’entrecoupe d’un tempo au ralenti et répétitif avec une basse hyper lourde.

Mais Where are you repart en force avec ses choeurs en fond sonore, son allure cadencée et son chant qui monte en force au fil du morceau. Et grosse surprise avec Sloth-toé, qui est chanté en québécois et bourré de dérision . Une chanson gouailleuse et heavy avant Realms of death qui enchaîne sur une note beaucoup plus pessimiste.

Les riffs sont d’une pesanteur extrême et cela crée une ambiance malsaine et morbide. Une descente au royaume des morts avec des sonorités écrasantes et dissonantes. Comme une lente agonie dans un monde sombre et sans espoir.

Bien que ce final soit totalement déroutant par rapport au reste de l’album, The Velvet SuperSloths n’en demeure pas moins un très bon 1er cru. Et il serait dommage de passer à coté.

Christiane.T

https://www.facebook.com/thevelvetsupersloths