Praetor : interview au Hard Rock Café

Praetor : interview au Hard Rock Café

Entretien au Hard Rock Café à Paris avec Noémie et Alex du groupe Praetor

Entretien avec Noémie et Alex du groupe Praetor à l’occasion de la journée promotion organisée au Hard Rock Café par Roger de Where The Promo Is

Interview de Christiane.T

Noémie et Alex du groupe Praetor

L’album éponyme est paru via Metal East Productions le 24 février 2023.

PRAETOR POCHETTE

TRACKLIST

1.No Return 02:41
2.Move On 04:09
3.Pitch Black 03:10
4.Mass Extinction 04:00
5.Dormant Brain 04:11
6.Precious Time 03:26
7.Screens 04:18
8.Enemy 03:46
9.United 03:13
10.Distant Road 03:34

Praetor

Hugo / Guitar & Vocals
No / Guitar
Seb / Bass
Alex / Drums

Hugo Centero (guitare, chant), Alex Guignard (batterie), Sébastien Gouttes (basse) et Noémie Bourgois (guitare),

www.facebook.com/praetorthrash/

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Tout d’abord j’aimerais connaitre un peu plus l’histoire du groupe qui s’est formé récemment en 2019 ?

Noémie : Oui, effectivement c’est assez récent. Alors nous sommes tous des musiciens qui jouons depuis un paquet d’années dans d’autres groupes. On va dire que cela fait 15 ans que nous sommes sur scène. Et en fait, on a tous des groupes en commun. Par exemple, moi, j’ai un groupe avec Alex et Seb, notre bassiste. Alex a 4 groupes avec Seb et un groupe avec Hugo, notre chanteur guitariste. Du coup, on se connaissait déjà et on avait l’habitude de jouer ensemble.

Alors quand on a commencé avec Praetor c’est venu tout naturellement.

Alex : Et surtout, on savait où on mettait les pieds. On connait les personnes et on sait ce qu’ils attendent, donc cela aide pas mal.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’aujourd’hui vous ne vous consacrez qu’à Praetor ou bien vous continuez de jouer dans vos autres groupes?

Noémie : Alors les autres groupes se sont des Tributes et c’est en plus .

Rock Metal Mag : C’est le coté plus alimentaire?

Alex : Non, c’est vraiment une passion mais c’est différent.

Noémie : Ce n’est pas le même travail.

Alex : De toutes façons, depuis le Covid, on nous a une peu coupé l’herbe sous le pied. Mais en vrai, on n’a pas trop relancé tous les tributes. J’ai fait 2 ou 3 trucs comme ça mais pas plus, et ce n’est pas la priorité.

Maintenant la priorité c’est Praetor.

_________________________________________________

Rockhal

Rock Metal Mag : Etant franco-luxembourgeois, cela ne vous pose pas de problèmes pour les répéts ou autre ?

Noémie : Alors cela fait un petit peu de route. Nous sommes tous les deux à Nancy, Seb est en Moselle et Hugo au Luxembourg. Avant on avait un local en France et on répétait aussi à la Rockhal au Luxembourg. Sauf que depuis un an on a plus de local en France, donc, on répète exclusivement au Luxembourg . Cela nous fait 1 heure et quart de route pour y aller.

Alex : Oui, quand on trace.

Noémie : Donc, c’est un petit peu de temps, c’est de l’organisation, mais on a la possibilité de répéter à la Rockhal, qui est une énorme salle.

Alex : C’est LA grosse salle de concert du Luxembourg.

Noémie : Oui c’est vraiment énorme et on a une salle de répéts là-bas que l’on peut utiliser un petit peu quand on veut. Donc c’est sympa.

Alex : Mais à cause des frontières, pendant le Covid il y a eu des soucis, puisque nous, on n’avait pas le droit d’aller chez eux ou ensuite eux ne pouvait pas venir chez nous. Donc, à cette période là, on était tous dans notre coin .

______________________________________________

Logo by Gustavo Sazes Art

Rock Metal Mag : Pourquoi avez vous choisi le nom de Praetor? 

Noémie : En fait on cherchait un nom de groupe et on en voulait un que l’on associe facilement au Thrash. Donc on cherchait un nom qui finisse en or. Alors évidement on avait plein de noms avec des jeux de mots, mais on ne trouvait pas trop.

Il faut savoir que l’on joue beaucoup a des jeux de société et il y en a un qui s’appelle Praetor. Et un jour où l’on jouait, on s’est dit que Praetor sonnait plutôt bien. En plus c’est un mot anglais qui fonctionne aussi bien en français. Et au final lorsque l’on a regardé la définition d’un Praetor, on a trouvé que c’était plutôt sympa.

Alex : C’est un petit peu guerrier. En fait ce sont des généraux romains et globalement leur attribut a évolué dans le temps.

Noémie : En fait,  ils rendaient une certaine justice.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Votre album est sorti le 24 février dernier, quand avez vous commencé les compositions?

Noémie :Alors cela remonte assez loin, parce que de base, c’est Alex et Hugo qui ont eu l’envie de créer un groupe de Thrash. De là, ils se sont demandés si cela pouvaient nous intéresser Seb et moi-même. Mais cela a mis du temps à se mettre réellement en place. De mon coté, j’avais déjà des morceaux car je voulais monter un groupe de Thrash féminin. Sauf que je n’ai pas trouvé de musiciennes. donc lorsque Alex m’a demandé si cela m’intéressait j’ai dit : allez c’est parti !

Alex : C’est Hugo qui t’a proposé dans le groupe.

Noémie : Oui donc quand vous m’en avez parlé j’ai accepté de venir jouer avec vous puisque mon groupe féminin ne se ferait pas.

Alex : Cela a pris un peu de temps car Hugo avait aussi un autre groupe de Thrash important à coté. Du coup, il était un peu partagé. Il pensait qu’avec Praetor il n’aurait pas le temps. Du coup, on cherchait un guitariste chanteur.

Finalement, comme il est revenu, tout est bien qui finit bien.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Quel votre processus de composition?

Noémie : Alors c’est Hugo et moi qui composons, sachant que nous ne fonctionnons pas exactement de la même manière. Moi, je vais plus avoir quelques riffs et les travailler directement avec Alex. Hugo arrive avec un morceau déjà très structuré avec aussi des idées de batterie, etc.. Donc c’est plus construit et finalisé alors que moi ce sont des idées de riffs.

Alex : Ce sont deux processus différents. Toi tu arrives avec un ou deux riffs er globalement, on joue ensemble, on met ça en place, voire, je participe à la structure, etc.. Avec Hugo, même si on peut changer des trucs, il vient avec un gros squelette et tout s’enchaîne. Il a aussi des idées de batterie puisqu’il est aussi batteur. Donc on fait des modifs, on négocie et on fait notre petite tambouille.

Noémie : Et on a tous les quatre notre mot à dire.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Les textes plutôt engagés et écrits par Hugo, sont en rapport avec les dérives de la société actuelle, Mais est ce qu’il a des inspirations plus personnelles ?

Noémie : Alors, je sais que c’est ce qui l’entoure, mais il y a d’autres textes plus personnels mais qui, au final, peuvent être interprétés de plein d’autres façons. C’est le cas avec Distant Road qui est assez personnel mais qui peut toucher beaucoup de monde.

Alex : Dans tous les cas ses textes ne sont jamais explicites et c’est toujours sujet à interprétation.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti récemment le clip de Dormant Brain. C’est une chanson forte de votre album. Est ce qu’elle est la plus représentative de vos états d’âme sur le Monde actuel?

Noémie : Oui elle parle bien et en plus le clip correspond vraiment. Mais, en fait, ça dépend des moments.

Alex : En fait c’est un constat relaté dans la chanson et que l’on a tous. C’est ce que l’on ressent.

Noémie : C’est vrai que l’on discute beaucoup entre nous et très clairement on se sent très concerné par beaucoup de problèmes dans le monde. Nous sommes tous plus ou moins touchés à différents niveaux selon les problématiques. Le clip a été réalisé par ma petite soeur qui a recherché plein d’images d’illustration.

Et lorsque je l’ai vu, j’en avais mal au ventre.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Quelle est le morceau qui vous tient le plus à coeur?

Noémie : Alors j’aime bien justement Dormant Brain. J’adore la jouer. D’ailleurs sur scène, avec toute la montée des guitares à la fin du morceau, j’ai parfois même les larmes aux yeux. Je pense que c’est un des morceaux qui me touche le plus. Je ne dis pas que c’est mon préféré mais c’est celui qui me touche vraiment quand je le joue.

Alex : Dans l’album, là où j’ai le plus d’émotions, c’est aussi dans Dormant Brain. A partir du moment où Hugo chante et jusqu’au solo. Je trouve que le chant est incroyable, tout comme le solo. Donc, musicalement parlant, c’est celui qui me touche le plus.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez fait également un clip sur No Return. C’était plus une vidéo de présentation du groupe?

Noémie : Oui, voilà. c’est un clip simple où l’on nous voit jouer et c’est brut et efficace.

Alex : Notre point fort c’est vraiment l’énergie. Et sur scène cela se passera comme sur le clip de No Return. On balance toute notre énergie au public.

On est 4, il y a un look et on est cohérent.

Alors quand je passais des annonces pour chercher des musiciens je ne voulais pas d’enfants, puisque je ne voulais pas de frein. Bon, notre bassiste a des enfants mais il a toute l’énergie nécessaire. Et je voulais aussi des cheveux longs .

Noémie : En fait c’est plus l’état d’esprit que le look.

Alex : Oui parce que je voulais un esprit de groupe. Je disais si tu n’as pas les cheveux longs tu n’as pas mon esprit. (rires)

Noémie : Et beaucoup de personnes se sont foutues de nous du fait que l’on soient 4 sur scène avec les cheveux longs. On est comme on est avec un coté authentique et certains se moquaient en disant que l’on préférait quelqu’un qui a les cheveux longs plutôt que quelqu’un qui sait bien jouer. Alors que non pas du tout. Et au final quand ils nous voient, 4 chevelus, sur scène, ils trouvent que ça pète.

Alex : Alors on n’a pas de tenue de scène et on s’habille sur scène comme on s’habille tous les jours. Et en fait le look il se fait tout seul.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Le Thrash Metal Old School c’est vraiment votre principale source d’inspiration (EXODUS, METALLICA, DEATH ANGEL, TESTAMENT, VIO-LENCE, SLAYER).

Alex : Pour moi, c’est le Thrash américain. Seb aime bien le Thrash allemand et Hugo le Thrash un peu plus moderne.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Et vous n’aviez pas peur que l’on trouve votre musique trop proche de ces groupes là?

Noémie : Oui et non parce qu’au final on a plein d’autres influences en dehors du metal. Par exemple, moi, je suis fan de Led Zeppelin, de Black Sabbath, etc.. Après on avait une certaine crainte car tout le monde trouve que Hugo à un chant à la James Hetfield. En plus il est ultra fan et c’est vrai que dans sa façon de chanter on retrouve James. Mais il ne cherche pas à l’imiter.

Alex : Après certaines personnes font le lien et d’autres non.

Rock Metal Mag : Et toi Alex tu as quelles autres influences?

Alex : Alors les mêmes, Led Zeppelin, Black Sabbath mais à différents degrés. Par exemple lorsque j’étais plus jeune j’étais fan et même fanatique de certains groupe et notamment d’Iron Maiden. J’en rêvais la nuit. La 1ère fois que j’ai vu Maiden, j’avais 17 ans. J’avais ma place et j’attendais ça depuis à peu près 1 an et demi. Et à la fin du concert, je disais maintenant je peux crever je m’en bat les reins. (rires).

Après j’ai changé d’avis parce que j’ai été déçu. Pas par Maiden mais par le concert. En fait je ne m’attendais pas à être aussi compressé dans la foule et je me suis battu tout le long. Donc cela a été très compliqué parce que je n’étais pas préparé à ça. Par contre cela a été ma plus grosse journée d’émotions. J’étais devant le bus, j’attendais et dès que je voyais quelqu’un sortir du bus je pleurais. (rires).

C’était vraiment du fanatisme.

Aujourd’hui j’aime toujours Maiden mais c’est plus la même chose.

Ensuite j’ai eu ce truc, mais pas de la même façon, avec Metallica que j’adore et que j’écoute toujours, même si je ne suis plus trop en phase avec ce qu’ils font aujourd’hui. Donc, j’étais un pu plus âgé et j’appréhendais le truc différemment mais c’était un peu violent aussi. J’étais un bon gros fan quand même.

__________________________________________________

Fabien Cruzille

Rock Metal Mag : Vous avez travaillé avec Fabien Cruzille pour la production, mixage et mastering. Comment est née cette collaboration?

Noémie : Comme je suis régisseuse son, je connaissais vaguement Fabien qui était aussi musicien sur Nancy. Il avait enregistré une démo de 3 titres avec mon ancien groupe en 2014 ou 2015. Ensuite j’ai bossé avec lui et on s’est lié d’amitié. Du coup on aime son travail et c’est une personne que l’on apprécie aussi humainement. Donc c’est hyper important pour nous. Ce n’est pas juste quelqu’un qui nous enregistre et basta, il participe également à l’album.

Il y a un réel partage et il est hyper consciencieux.

Alex : Oui donc, on savait qu’il irait au bout des choses. Parce qu’il y a d’autres gars qui travaillent très bien sur Nancy. Nous sommes producteurs de concerts avec Nono. On connaît beaucoup de gens et on joue depuis longtemps donc on connait beaucoup d’ ingés sons qui mixent des albums. Mais on savait que Fabien allait nous suivre jusqu’au bout et que l’on pourrait aller encore plus loin. Je n’avais pas envie d’enregistrer avec quelqu’un qui me dise juste: tiens voilà ton son !

Noémie : Fabien est extrêmement minutieux. Il a une implication particulière et il est vraiment le 5ème membre du groupe. C’était vraiment une collaboration.

Alex : D’ailleurs, on l’a laissé faire à 100%.

Noémie : On lui a quand même dit ce que l’on aimait bien et ce que l’on aimait pas en terme de mixage. Après on l’a laissé mettre sa patte. Et c’était important d’avoir son identité.

Alex : Il a mis de lui dans Praetor et pourtant moi, la batterie je ne la mixerais pas comme ça. Ce n’est pas du tout dans ce genre de sons que je m’orienterais mais en définitif, c’est très frontal et cela rend très bien.

Il a fait un truc qui nous plait et c’est très bien.

______________________________________________

PRAETOR POCHETTE

Rock Metal Mag : Votre Artwork est très sombre et bien en rapport avec les thèmes de l’album. Vous avez choisi Gustavo Sazez. Est ce que vous lui avez donné des directives ou laissé carte blanche?

Noémie : Hugo avait déjà travaillé avec Gustavo sur son ancien groupe. Gustavo étant brésilien et Hugo portugais c’est plus facile de discuter avec lui. Donc, quand on s’est demandé à qui nous allions faire appel pour la cover, Hugo a pensé à Gustavo. Il lui a donné toutes les paroles et il lui a dit de faire ce qui l’inspirait.

Alex : D’ailleurs ça, c’est la première pochette que l’on aurait du avoir (ndlr : à l’intérieur du livret photo de gauche)

Praetor visuel

Celle-ci parlait un tout petit peu plus à cause du téléphone.

Noémie : Elle faisait un peu trop progressif. On préfère l’autre évidemment.

Alex : Et c’est lui aussi qui avait déjà fait le logo de Praetor.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti 2 clips mais est ce qu’une nouvelle vidéo est en préparation?

Noémie : Oui, on la tourne le 7 mai avec Davy qui a déjà fait le 1er clip de No Return. Et il est plutôt efficace en terme de montage, je pense qu’il devrait sortir fin mai. Ce sera sur le dernier morceau Distant Road .

Alex : Alors, Distant Road parce qu’on la trouve bien (rires) et qu’elle est à la fin de l’album. Donc, on a envie de la mettre en avant, car j’imagine qu’aujourd’hui on va moins au bout des albums. Je pense que ce sont les morceaux les moins connus.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag: Vous pensez que les gens ne vont pas écouter l’album jusqu’au bout? Pour ma part j’écoute du 1er au dernier titre.

Alex : Moi aussi.

Noémie : Oui mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Moi, c’est mon cas, puisque quand j’étais petite mon père m’a appris à écouter des albums du début jusqu’à la fin, sans passer des morceaux. Mais, je ne sais pas si c’est le cas dans les pratiques d’aujourd’hui avec le Spotify. Même moi, j’avoue, mes habitudes d’écoute ont changées. Donc on n’a pas envie que Distant Road passe à la trappe. C’est vrai que j’aime beaucoup cette chanson et le chant d’Hugo dessus. Alors on va en faire un clip.

_______________________________________________________________

Rock Metal Mag: L’ordre de la tracklist a une importance particulière?

Alex et Noémie : Non

Alex : Après on les a choisi et on a essayé de faire quelque chose de cohérent.

Noémie : Après il n’y a pas de lien entre les morceaux. Ce n’est pas un concept album.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous pensez diversifier votre style pour vos futures compositions ?

Noémie : On a rien prévu.

Alex : On fera avec ce qui nous vient.

Noémie : Je pense que le deuxième album sera un petit peu différent. Celui-ci c’est principalement moi qui ai composé, sur le deuxième, c’est principalement Hugo à la composition. Et c’est vrai que l’on fait attention de ne pas utiliser deux fois les mêmes choses sur les morceaux pour ne pas trop reproduire les mêmes sons.

Alex : Oui, on essaie, mais après on fera quand même du Thrash.

Noémie : En tous cas on ne s’impose rien.

Alex : On ne s’impose pas de limites., même si on avait quand même imposé sur cet album que les morceaux soient courts. Il fallait que ce soit audible dès les premières écoutes avec peu de riffs mais qui tabassent tout de suite.

Noémie : Pour que ce soit plus efficace.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Avez-vous des dates à annoncer pour 2023?

Noémie : Alors là on a rien avant la fin du mois de mai. Par contre après on a plusieurs concerts en France, en Belgique  et en Allemagne. On a la première partie d’Onslaught début juillet au Luxembourg. Ensuite on a une petite tournée au Portugal début août.

Alex : Et on a aussi 3 dates en Angleterre à la rentrée et 1 date à Prague en République Tchèque

Rock Metal Mag : Vous bougez pas mal quand même.

Noémie : Oui, vu où l’on est situé dans l’est, c’est très facile d’aller dans les pays proches de Nancy. On a peut être aussi une date en Hollande, mais en fait tout est assez proche. On est entre 3 et 5 heures de tous les pays qui nous entourent. A part le Portugal qui ce sera plus loin quand même. (rires) Mais comme Hugo est portugais il a pas mal de contact là-bas et il y a déjà joué souvent avec ses anciens groupes. Donc la tournée au Portugal, c’est lui qui la gère.

Alex : Et on commence à démarcher en France, vu que l’on y a pas encore joué..

Praetor vagosmetalfest

https://www.facebook.com/vagosmetalfest

______________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Noémie et Alex du groupe Praetor, Roger de Where The Promo Is et le Hard Rock Café à Paris