interview : YANN ARMELLINO & EL BUTCHO

interview : YANN ARMELLINO & EL BUTCHO

Entretien avec YANN ARMELLINO & EL BUTCHO au Hard Rock Café à Paris

Entretien avec  YANN ARMELLINO & EL BUTCHO au Hard Rock Café à Paris

Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec YANN ARMELLINO & EL BUTCHO  au Hard Rock Café à Paris, à propos de «17» leur nouvel album sorti le 23 novembre 2018 sur Xplose Music (https://www.xplosemusic.com/)

Lien  : https://www.xplosemusic.com/artist/5bf716f5b582e12dc1e03941?fbclid=IwAR3IJRVnoRGCzTGQW4f4hoX6nc3voSP_8huvWzdMoMJS41uRUOmubgmrPiY

Cet album fait suite à  ‘’Better Way’’ paru deux ans plus tôt, le 14 octobre 2016

Titres :

Mr Wish
Love Ain’t Easy To Tame
How The World Is Turning On
I Don’t Give Up
Separate Ways
Let’s Start Again
Under My Skin
Don’t You Worry Bout The Thing
Drawn In My Fears
Smile Giver
A1y25

Facebook : https://www.facebook.com/Yann-Armellino-El-Butcho-165360693890783/

___________________________________________

Rock Metal Mag : Nous nous étions rencontrés en octobre 2016 pour la promo de « Better Way » on se retrouve aujourd’hui pour la promo de 17, à l’époque vous ne saviez pas si un deuxième album verrait le jour et depuis le 23 novembre 2018 17 est dans les bacs , comment s’est décidé la poursuite de votre projet démarré en 2014 ?

Yann : Alors ça s’est fait naturellement quand même

Butcho : Oui, au fur et à mesure on a commencé à bosser les quelques petites idées que l’on avait à droite à gauche. Du coup il y avait de quoi faire un deuxième album.

Yann : Au départ , j’étais même parti sur un EP si tu te souviens, parce que c’était plus facile à produire et moins coûteux. Surtout qu’aujourd’hui les gens raisonnent plus par titre que par album, comme la plupart des consommateurs de musique. Donc on est vite arrivé à 5 titres et à partir de là tu te dis que tu peux aller plus loin. On a eu pas mal d’idées qui sont restées sur le carreau. En fait j’avais pas mal de compos restées dans un tiroir et je pensais que l’on pouvait peut être en faire quelque chose. Et puis finalement on a pris quelques bribes mais on est parti essentiellement sur du nouveau matériel.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Quand avez vous décidé de lancer une campagne participative ?

Yann : Assez rapidement après avoir décidé de lancer ce deuxième album. On s’est dit que l’on pourrait peut être tenter le coup, parce qu’il y a beaucoup de groupes, d’artistes et même de créateurs qui se servent de ces plateformes participatives. Alors c’est vrai qu’au départ, j’étais très réticent parce que j’avais un peu l’impression de quémander quelque chose . Il y a des causes beaucoup plus importantes dans lesquelles on peut mettre son argent. Mais en même temps la personne qui nous a aidé à monter le dossier pour Ulule, m’a fait comprendre à juste titre que l’on ne quémande rien puisqu’il s’agit de co-production avec les gens qui participent et t’aident à produire l’album. Ils ont à chaque fois une contrepartie, voire plusieurs. Donc la plupart ont pré-commandé l’album à hauteur de 15/20 euros. Donc vu comme ça, ça m’a fait plier et à l’arrivée on ne regrette pas. Cela a permis aussi d’alimenter tous les réseaux sociaux, internet, les sites de médias…… ( https://fr.ulule.com/yann-armellino-el-butcho/ )

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous étiez surpris par l’élan de vos fans ?

Yann : Oui, c’était quand même un gros pari, sachant que même si tu arrives un tout petit peu en dessous, ta campagne est annulée. Donc c’était plutôt une bonne surprise d’aller au bout.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Si cette campagne ne s’était pas achevée avec succès vous auriez abandonné la sortie de 17 ?

Yann : Non , on l’aurait quand même produit. Avec ou sans nous étions décidé à produire cet album.

Butcho : Cela nous a quand même un petit peu aidé.

Yann : Cela nous a surtout donné une respiration financière et nous a permis de faire les choses dans de meilleures conditions et un peu plus sereinement.

_______________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi le titre 17 ?

Butcho : Alors à nous deux réunis cela fait 17 albums.

Yann : Evidemment « Better Way » n’est compté qu’une seule fois. Et l’on a pas compté non plus les DVD que j’ai pu faire à coté. C’est toujours super compliqué de trouver un titre. On ne voulait pas l’appeler 2 ou rien. (rires)

Butcho : Je trouvais qu’aucun titre ne collait à l’album.

____________________________________________

Rock Metal Mag : « 17 » c’est un nouveau départ avec Xplose Music , comment cela s’est passé?

Yann : Alors, moi je connais depuis très longtemps, Jean Marc Hauser qui a fondé le Label. Je suivais en fait l’évolution de Xplose qui a été créé en 2015 et qui propose une autre façon de voir la musique. Donc travailler avec Jean Marc, je considère presque ça comme un acte militant, avec ce qui se passe aujourd’hui, dans le métier du disque qui est, quand même , en train de mourir. Lui, il voit les choses différemment. Il a monté sa propre plateforme de streaming, et on peut acheter l’album soit numériquement soit physiquement. Ce qui nous est reversé, à nous, en tant qu’artistes, est beaucoup plus intéressant. En fait on a ce que l’on devrait avoir sur toutes les autres plateformes, sachant que sur Deezer, Spotify, Apple Music, etc……, on touche 0,004 centimes d’euros quand notre titre est écouté. Donc même lorsque tu as des centaines de milliers d’écoute, à l’arrivée tu peux t’acheter une cartouche de cigarettes. Donc il y a très peu de choses qui circule à ce sujet là et ce sont des documents qui émanent de l’Adami, de la Spedidam, de la Sacem, et tous ces acteurs là, essaient de se battre contre ces géants du numérique. Mais c’est très compliqué car des accords ont été signé et il est très difficile de faire machine arrière lorsque l’on a une aussi petite part du gâteau . Donc Jean Marc et son Label c’est un peu un truc participatif. Il nous présentait ça un peu comme les AMAP, les marchés directs du producteur au consommateur. Donc là c’est un peu ça avec Jean Marc entre les deux. Mais il y a beaucoup moins d’intermédiaires. Pour l’instant l’album n’est disponible que sur la plateforme Xplose, mais physiquement c’est comme s’il était sur Amazon, Fnac , etc… Et à terme on voudrait quand même être disponible en boutiques, donc on essaie de trouver une chaîne de magasins pour que l’album soit dans les bacs début 2019, ainsi que chez quelques disquaires spécialisés et indépendants qui sont peu nombreux mais qui font encore très bien leur travail. Aujourd’hui, être disponible à la Fnac, pour nous en tous les cas, ça ne sert à rien. Lorsque tu n’es pas Bruel ou Hallyday, cela n’a aucun intérêt. En ce qui concerne les ventes de Better Way, on a fait la plus grosse partie dans une autre chaîne de magasin, plutôt que la Fnac, où tout est centralisé. Donc, si la centrale te prend 40 ou 50 exemplaires, ils sont dispatchés dans toutes les Fnac et certains magasins n’en auront pas et dans d’autres tu auras un exemplaire. Donc autant dire que tu es totalement invisible. Il est bien loin le temps où Butcho, qui était avec Watcha ou moi même avec mes trois premiers albums nous étions chez Sony Music. Les albums sortaient, on étaient en Facing dans toutes les Fnac et lorsque tu te ballades et que tu vois ton album en écoute ça te fais un petit quelque chose. Et qui dit écoute dit vente aussi ! Donc c’était plus facile. Aujourd’hui, c’est différent, la Fnac c’est Darty, et ils vendent plus de machines à café ou d’aspirateurs que de disques.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Quand avez vous commencé la composition de ce second album ?

Butcho : Assez rapidement et quasiment après Better Way. Un des premier titre composé était Mr Wish. On a même joué en concert assez vite.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Quelles sont les principales différences de 17 par rapport à à Better Way,  musicalement parlant?

Butcho : On a surtout fait beaucoup plus intervenir les potes qui jouent avec nous. Que ce soit Jacques à la guitare (ndlr : Jacques MEHARD–BAUDOT / Jesus Volt) et Julien à la basse ( Julien Boisseau / Jesus Volt) ou Alban Armellino ( frère de Yann) à la batterie, sur 8 titres.

Yann : Il y a plus une cohésion de groupe que l’on avait pas au départ puisque l’on a monté l’équipe après avoir enregistré l’album Better Way.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Jacques a écrit un seul titre ?

Yann : Oui il a écrit « How The World Is Turning On »

Butcho : C’est le morceau un peu plus Rock, si l’on peut dire.

Yann : Même Pop Rock. Butcho a trouvé un petit refrain qui évoque un peu Cheap Trick, avec son petit coté pop.

________________________________________________

Rock Metal Mag : En ce qui concerne tes paroles, Butcho, elles sont toujours très introspectives et personnelles ?

Butcho : Oui toujours. Je ne peux pas dire que j’ai un thème de prédilection, c’est selon ce que m’inspire la musique au moment où j’écris. La musique est tellement forte en émotions qu’elle pourrait se passer de paroles. Mais elle m’inspire tellement de choses que j’écris en fonction de ce que je ressens par rapport à cette musique. On parle de ressenti. Je ne peux pas dire de quoi parlent mes textes puisque c’est très différent en fonction de la musique. Donc il faut écouter et lire toutes les paroles pour comprendre. Mais en gros, ce sont toutes les émotions que je ressens sur de nombreuses choses.C’est un peu ma vision du Monde.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Concernant la pochette vous êtes restés fidèles aux photos, comme pour Better Way et c’est toi Butcho qui l’a réalisé?

Butcho : Oui, j’ai fait l’Artwork. j’ai voulu garder le coté chaleureux du bois. Le coté un peu Roots avec l’esprit un peu bûcheron.

Yann : Alors je tiens à saluer le boulot de Butcho;

Rock Metal Mag : Les photos sont très belles.

Yann : Elles sont de Mat Ninat. Il a vraiment bien assuré.

Butcho : Et là, par rapport à Better Way, il y a les paroles, que l’on peut lire et apprendre pour les chanter ensemble en concert.

________________________________________________

Rock Metal Mag : L’écusson de 17 c’est un clin d’oeil à la route 66?

Butcho : Oui, c’est le coté musique à écouter quand tu es sur la route 66. Tu traces sur la route, tu mets cette musique entre le Hard Rock et le Blues? Et donc cet écusson, c’est un clin d’oeil à notre inspiration musicale qui vient des Etats Unis.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti une lyric vidéo pour « Under My Skin », ce titre a une importance particulière ?

Yann : C’était juste histoire d’avoir de l’image, et c’est un morceau assez court avec un refrain entraînant.

Butcho : C’est quand même un titre que l’on a choisi car on l’aime bien . Il n’a pas de signification particulière et c’est un des derniers morceaux que l’on a fait. Il parle de liberté….etc, et j’ai plein de vidéo que j’ai faite sur la route lorsque j’étais à Las Vegas et du coup, comme la route exprime un peu cet esprit de liberté, cela collait bien à la thématique des textes.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous allez sortir une nouvelle vidéo prochainement ?

Butcho : Oui, je pense que notre single sera, « Love Ain’t Easy To Tame » qui fait également parti des derniers titres que l’on a fait.

Rock Metal Mag : vous avez déjà commencé réaliser cette vidéo?

Yann : On y réfléchit. Ce sera Mat qui réalisera la vidéo car il fait aussi de très beaux clips. Il est vraiment doué. Après lorsque tu réalises un clip il y a différents angles . Faire un faux Live mais même parfaitement filmé, il risque de ressembler à beaucoup d’autres déjà existants. Donc j’aimerais trouver quelque chose de différent.

Butcho : C’est difficile de trouver un truc qui sorte de l’ordinaire, car tout a déjà été fait. A moins que quelqu’un qui nous lise ou nous écoute, ait un projet pour nous.

Rock Metal Mag : Vous pourriez justement le proposer sur les réseaux sociaux .

Butcho : Oui c’est une idée. Pourquoi pas!

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a un titre qui vous touche plus particulièrement?

Butcho : Oui, moi c’est « Love Ain’t Easy To Tame » . Il a un petit coté Blues que j’adore.

Yann : Oui je l’aime beaucoup aussi.

Butcho : D’ailleurs, c’est le dernier que nous avons composé, donc si il y a un troisième album, on voudrait partir plus dans la continuité de ce morceau. Un peu plus Blues/Hard Rock.

Yann : Mais j’aimerais aussi que l’on fasse un album acoustique.

Butcho : Oui je me suis un peu ouvert musicalement, donc ça va. (rires)

Yann : L’Ovni de ce disque, mis à part le dernier qui est instrumental, c’est « Smile Giver ». Il a un truc très pop et c’est aussi un des derniers composés. C’est vrai qu’il est très différent.

Butcho : C’est vrai qu’il risque de surprendre et soit on aime soit on aime pas du tout.


Butcho :
Mais quand j’ai balancé l’idée c’est vrai que Butcho a trouvé tout de suite un truc, et du coup, il avait sa place. Et on l’a composé très rapidement celui là, en 10mn, je crois.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez des titres mis de coté et que vous reprendrez peut être par la suite?

Butcho : Non, on a arrêté à onze morceaux. Mais, on est tous les deux très créatifs, donc la composition peut aller très vite. Je serais même prêt à parier qu’en une semaine on pourrait composer un album. A condition de vivre ensemble pendant toute une semaine.

Yann : Après il y aurait peut être du tri à faire aussi, mais c’est vrai que ça matche bien et que ça va vite. Je prends par exemple le titre « Let’s Start Again », en fait, le début de mon chorus de guitare, c’est Butcho qui l’a chanté. Il avait dans la tête ce Gimmick très chantant, et c’est quelque chose qu’en tant que guitariste j’aurais eu du mal à trouver.

Butcho : J’avoue être un guitariste frustré. (rires) Cela m’énerve de ne pas savoir jouer de la guitare, mais j’ai tout dans la tête. Heureusement il comprend ce que je veux dire.

Yann : Oui, après, la suite je l’ai faite, mais le thème le plus chantant et qui est vachement important et avec lequel je termine également mon chorus de guitare, c’est lui qui l’a trouvé.

Butcho : Cela vient de mon coté chanteur avec des mélodies. J’aime bien que l’on retienne les solos et que l’on puisse les chanter. Donc c’est vrai que l’on s’entend très bien musicalement, que l ‘on est similaire, avec les mêmes influences.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Et toi Yann, est ce que Pretty Maids et Blues Saraceno sont toujours une source d’inspiration pour toi Yann ?

Yann : D’inspiration, je sais pas mais ce sont des artistes que je continue d’écouter, même si Pretty Maids, je préfère leur coté mélodique. Quand ils partent trop dans le coté Metal, j’ai un peu de mal, mais c’est surtout la voix du chanteur Ronnie Atkins qui me touche vraiment. Je l’écoute depuis l’album « Red Hot and Heavy » (ndlr: 1984), donc j’étais encore ado et Blues Saraceno, c’est vraiment un des meilleurs guitaristes. Il a un truc chantant dans son jeu. Il fait beaucoup de musique de Films et il a un truc asssez incroyable.

Butcho : Non, c’est Nuno Bettencourt , le meilleur.

Yann : Ils sont très proches musicalement parlant.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Le 11 ème morceau est instrumental et que signifie le titre A1Y25 ?

Butcho : Alors A, c’est la première lettre de l’alphabet, donc 1 et Y est la vingt cinquième, donc 25.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Vous pouvez me parler de votre dédicace en mémoire de Philippe David Dr Boost, et Christophe Servel ?

Yann : Alors Philippe était un très bon ami qui s’occupait de tout le mixage des DVD, « Je suis guitariste », et que j’ai connus à l’époque où je faisais mes rubriques dans Guitare Part. Il faisait partie de l’équipe et lorsqu’il est parti (ndlr: novembre 2017), cela a vraiment été un choc. Et Christophe Servel c’est un ami de chez Sony Music. Alors pour la petite histoire, avant de me lancer dans la musique, fin 1999, début 2000, j’ai quitté Sony et Christophe m’a remplacé et j’ai gardé contact avec lui pendant très longtemps. Et lorsqu’il est parti lui aussi, cela a vraiment été un choc. Donc cet album on leur dédicace à tous deux et je pense que cet album aurait pu leur plaire.

lien : https://www.facebook.com/jesuisguitariste

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez commencé votre planning 2019 ?

Yann : C’est en cours. L’album vient d’arriver, donc les promoteurs, les salles attendaient de l’avoir . Donc il y a des options mais rien d’officiel.

Butcho : Nous n’avons pas vraiment de Booker.

Yann : Enfin si, nous en avons un mais c’est compliqué car ce n’est pas un gros tourneur. Donc cela va se faire au fur et à mesure. On espère !

Butcho : oui, parce que cela serait dommage d’avoir un album sorti et rester chez nous comme des cons ! (rires)

________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous êtes quand même plus serein sur la continuité du groupe. Après la sortie de Better Way, vous étiez un peu dans l’incertitude, mais aujourd’hui vous vous projetez un peu plus pour la suite et pour un troisième album?

Yann : Oh, oui, mais on va déjà faire vivre celui là.

Butcho : En fait on ne sait jamais, et on ne peut pas dire avec certitude que l’on va continuer . Mais pourquoi pas.

Yann : Si celui là nous permet d’en faire un autre. Il ne faut pas non plus que ce soit un gouffre. Après l’interrogation est: est ce que cet album sera le dernier physique que l’on fera. Puisque les gens aujourd’hui raisonnent plus par titres. Donc, pourquoi ne pas balancer juste un titre par ci, un titre par là……. Mais s’entêter à faire des albums si le métier du disque continue à mourir à petit feu…….c’est là toute la question. Mais il faut être réaliste, il y a 80% des gens, autour de moi, qui n’ont plus de lecteurs CD.

Rock Metal Mag : Après il y a le retour du vinyle , mais c’est aussi un autre budget.

Yann : Oui, ça coûte plus cher à fabriquer, mais les rééditions marchent bien.

Butcho : 1000 exemplaires de CD, c’est moins cher que 200 exemplaires de vinyles.

Yann : Donc les gens achètent beaucoup de rééditions d’ Aérosmith, de Pink Floyd, d’AC/DC, parce que c’est l’objet, ça leur rappelle leur jeunesse. Les nouveautés, faut pas se mentir, ça se vend très peu. mais on pensait à la K7. Je suis allé à Londres il y a quelques mois, et il y a vachement de groupes qui ressortent des K7. J’étais super surpris d’en voir chez pas mal de disquaires indépendants. Des nouveautés en K7, un truc de dingue ! Mais les anglais sont souvent précurseurs.

Rock Metal Mag : Attendons de voir la suite alors!

__________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Yann Armellino et Butcho, ainsi que Roger Replica de Replica Promotion.