INTERVIEW : WORMFOOD

INTERVIEW : WORMFOOD

Entretien avec Renaud Fauconnier, le guitariste de Wormfood pour la sortie de leur nouvel album

Rock Metal Mag
a eu le plaisir de s’entretenir
avec le guitariste Renaud Fauconnier
vendredi 29 avril 2016
à La Machine du Moulin Rouge à Paris

WORMFOOD était en promotion à Paris et nous avons pu nous entretenir avec le guitariste Renaud Fauconnier

13100821_589538684538347_2100115199679541173_n

Le nouvel album de WORMFOOD
« L’Envers »
sortira le 20 mai prochain,
aux formats CD Digipack A5 et Digital
chez Apathia Records

Partie 2.2 (13)

______________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment vous est venu l’idée de créer ce style de Metal totalement avant gardiste ?

Renaud :  Alors je ne sais pas si l’idée nous est venue ou si le style est venu de lui même en fait. Moi je ne suis pas dans Wormfood depuis sa création donc tout ce qui touche au passé et qui est antérieur à 2010 je ne peux pas t’en parler. Mais pour cet album, c’est venu assez naturellemnt de vouloir mélanger les différentes influences, un peu plus brutale de l’album « France » (ndlr : sorti en 2005) et un peu plus calme et plus sincère que le dernier album « Posthume » (ndlr : sorti en 2011). Donc le disque s’est fait un peu de lui-même et d’une façon très naturelle et on a pas eu de volonté particulière.

_______________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi avoir choisi de revenir chez Apathia Records ?

Renaud : Parce qu’on les adore. A titre personnel j’ai mon autre groupe de Metal Abstrusa Unde qui a signé chez eux. Et c’est un label qui marche très bien, ils sont très sympas et il se bougent beaucoup. C’est un label assez dynamique, qui signe beaucoupd de groupes, et à mon avis on fait bien d’investir sur Apathia.

____________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : L’Envers succède à Posthume avec donc un nouveau label, mais aussi un nouveau Line Up. Cet album marque un nouveau départ pour Wormfood ?

Renaud : Oui, personellement je pense que oui , vu que je n’étais pas sur Posthume, mais ça va marquer un tournant important dans la carrière du groupe, en tant qu’auditeur, puisqu’évidemment je suivais wormfood avant de rentrer dans le groupe. Je trouve que c’est un bon condensé, c’est un album qui peut faire figure de maturité artistique. C’est un peu prétentieux de dire ça comme ça, mais j’ai l’impression que l’on a trouvé une identité du groupe qui va perdurer. Si on compare « France » et « Posthume » qui sont assez différents, je pense qu’on va s’inscrire dans cette veine là et tâcher d’y rester.

Rock Metal Mag : Et qu’est ce qui change par rapport à Posthume ?

Renaud : Le son des guitares est beaucoup plus agressif. Moi j’utilise une guitare Dean qui est sur ENG 81 et c’est un son Mesa Boogie et ça donne un son vraiment très metal. Les guitares ont été dédoublées, quadruplées, à droite, à gauche etc….donc il y a vraiment cet aspect là qui change. Je pense que l’on est sur des compositions plus violentes aussi et les thèmes abordés sont plus des histoires par rapport à Posthume qui était au niveau des textes très personnel au chanteur Emmanuel. Donc très sombre et triste.

__________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi le titre ‘ »L’Envers » ?

Renaud : Alors c’est Emmanuel qui a eu l’idéée du titre, ça cristalise pas mal de choses qui nous tiennent à coeur. Il y a le mot vers dedans, pour montrer que c’était une évidence. Puis l’envers du décor bien sûr, donc derrière les coulisses, derrière le rideau en rapport avec le milieu du thèatre qui nous est cher. C’est aussi un mot qui phonétiquement est très proche de l’Enfer, c’est une dimension importante, et enfin un dernier jeu de mot sur l’année du vers, l’an vers qui marquerait le retour de Wormfood, puisqu’il y a eu 5 ans entre les deux albums. Donc il est temps de signifier notre retour avec l’ an vers et par conséquent l’Envers.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est déroulée la composition de cet album en ce qui te concerne ?

Renaud : Alors moi je me suis occupé de ma partie guitare, j’ai réfléchi aux parties batterie avec Thomas , on a fait une partie ensemble, j’ai fait le rôle de script aussi, j’ai retranscrit toutes les compositions d’Emmanuel et je suis aux arrangements dans le sens large comme tous les autres membres du groupe d’ailleurs.

____________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : On se trouve dans une atmosphère très baroque et très théatrale du 17ème siècle. Est ce que tu aurais aimé vivre à cette époque ?

Renaud : Alors moi j’ai grandi à Versailles. Donc c’est une époque qui me parle beaucoup et ça ne m’aurait pas dérangé d’y vivre, plutôt du coté des nantis que du coté des paysans bien sûr. C’est vrai qu’il y avait un côté assez rassurant dans cette époque, où la technologie n’en est pas là où elle en est actuellement. Il peut sembler aux gens de notre période contemporaine que la vie à cette époque était plus facile. Je ne sais pas si c’est effectivement le cas, en tout cas, c’est une question que je me suis pas mal posée sur le 17 ème siècle et aussi sur la période médiévale qui me fascine beaucoup.

______________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Les chants sont très sombres et macabrement poétiques, il y a plusieurs termes qui pourraient définir les paroles comme, décadence, perversité, par exemple… Est ce que les textes reflètent un message particulier ou bien est ce que c’est juste un jeu théatral chanté ?

Renaud : Non, il n’y a pas de message ni politique ni religieux, mais vraiment une envie de divertir, de monter un spectacle, de faire rentrer  dans un théatre un peu morbide. Chaque morceau à son thème propre que l’on peut voir comme des scènettes qui s’inscrivent dans la continuité d’un spectacle plus long.

Rock Metal Mag : Est ce qu’on pourrait le qualifier d’Opéra Metal

Renaud : Alors non, moi je le vois pas comme ça. C’est vrai qu’il y a différents personnages interprétés et incarnés par Emmanuel. Musicalement parlant je ne peux pas m’enpêcher de le comparer à l’Opéra Metal de notre claviériste Pierre Le Pape, du groupe Melted Space, mais là on est plus sur du Théatre Metal, si je peux dire, une pièce de théatre Metal plus exactement.

______________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Combien de temps a pris la composition de l’album ?

Renaud : Enormément de temps ! Je crois qu’entre le premier morceau que nous ayons composé et les premières sessions studio que nous avons réalisées dessus et la fin du dernier morceau a avoir été composé, il s’est passé peut être un an. Et je parle vraiment des structures, parce qu’ensuite, tous les arrangements ont été faits après, en ce qui concerne le clavier , tout comme la partie batterie qui a été un peu composée dans la foulée et surtout par Thomas Jacquelin et pour le chant, moi je n’ ai pas eu accès aux paroles avant fin novembre 2015. Donc on a vraiment pris notre temps, tout le temps qu’il fallait, parce que ça nous tenait à coeur et aussi du fait que l’on était tous pris par nos carrières respectives; Donc au final, l’Envers nous a pris 1 an et demi, deux ans pour la composition. Ensuite pour l’enregistrement ça nous a pris aussi beaucoup de temps puisqu’on a enregistré les titres un par un au Walnut Groove Studio d’Axel Wursthorn, qui fait des claviers sur le morceau 5 « Gone On The Hoist », donc là aussi on a du mettre 1 an pour enregistrer toutes les parties, car c’était un travail énorme . Par exemple, il y a un solo que j’ai commencé et fini 6 mois après. Donc on voulait vraiment prendre notre temps et je ne regrette pas.

_______________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il y a des invités qui sont intervenus sur cet album, comment celà s’est passé ?

Renaud : Alors comme invité il y a Paul Bento qui a fait du Sitar en session dans Type O Negative, et qui joue dans Carnivore. Paul est un ami d’Emmanuel de longue date. Ils se sont connus via le biais du chanteur Peter Steele de Type O Negative et il avait déjà joué du Sitar et du Tampura sur « Posthume » et il a toujours été question qu’il participe à l’album. Je ne l’ai malheureusement pas encore rencontré mais je le ferai avec plaisir. Et en ce qui concerne Axel, c’est identique, c’est un ami d’Emmanuel et c’est dans son studio que l’album a été enregistré. Et celà s’est fait plus spontanément de son coté et il a eu l’idée de mettre des parties d’orgue Hammond sur le morceau « Gone On The Hoist » qui est plus rock que les autres. Et à l’unanimité, on a trouvé ça génial. Donc il était déjà sur l’album en tant que producteur, ingénieur du son, voire arrangeur ou directeur aristique, même si c’est un terme que l’on utilise plus trop, mais pour nous c’est tout à fait ça et on est ravi de l’avoir sur cet album.

____________________________________________________________________________________

 Rock Metal Mag : Et en ce qui concerne Pierre Le Pape ?

Renaud : Donc c’est notre claviériste, ce n’est pas un invité et c’est lui qui fait tous ses arrangements claviers , qui sont extraordinaires d’ailleurs. Alors il est très pris avec Melted Space, donc il sera avec nous sur scène mais sous forme de bande. Les claviers ne seron pas présents physiquement.

______________________________________________________________________________________

 Rock Metal Mag : « Gone On The Hoist » marque une nette transition avec les autres titres, en plus c’est le morceau central de l’album, son style est tès différent et beaucoup plus léger et ça donne une petite note de gaieté dans l’atmosphère générale de l’Envers qui est très macabre.  Pourquoi avoir choisi de le chanter en anglais ?

Renaud : Exactement, il est central et plus gai et ce morceau est vraiment un virage dans l’album. Les trois morceaux qui le précèdent sont vraiment très sombres et assez violents, tandis que les trois autres qui le suivent sont un peu plus légers. Ils sont légèrement plus rock et un tout petit peu plus teintés de « Posthume », comme « Poisonne » qui commence très doucement et d’une manière très atmosphèrique, alors que toute la première partie de l’album est assez froide. Donc voilà, on commence par beaucoup de noirceur et on fait un petit détour un peu plus léger pour réégayer l’album et ensuite on va vers des choses beaucoup plus tempérées.

Rock Metal Mag : Alors moi, quand j’ai écouté « Gone On The Hoist » j’ai pensé à David Bowie.

Renaud : Oui on me l’a déjà dit et j’ai écouté son dernier album il y a deux jours. Donc je trouve que c’est un très beau compliment car c’est un très bon album. Sur « Gone On The Hoist », la voix est traitée de manière très différente et le chant en anglais donne ça aussi. C’est moins joué et plus chanté.

__________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Trois titres ont déjà été dévoilés est ce que vous allez en dévoiler un autre ?

Renaud : c’est au programme et je n’en dirais pas plus .

( ndlr : le nouveau titre a été dévoilé le 10 mai, voir l’article suivant : http://rockmetalmag.fr/wormfood-nouvelle-video/

____________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que tu as un morceau préféré ?

Renaud : Non, impossible, vraiment j’ai trop participé pour en trouver un meilleur que les autres. Il y a des morceaux que je préfère jouer éventuellemnet en répétition car ce sont plus des challenges et c’est un vrai parcours du combattant par exemple avec « Ordre De Mobilisation Générale » qui est je crois le morceau le plus long de l’album, il fait 10mn,  et sur lequel je m’amuse beaucoup car je suis en solo.

_________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Dans la chanson « Mangevers » vous citer les albums « France » et « Posthume ». Pourquoi faire référence à ces deux albums ?

Renaud :  Le texte d »Emmanuel fait écho à son passé, je crois, d’où le titre du morceau « Mangevers », Wormfood donc, et on cite quelques influences de « France ». Il y a des personnages de France qui reviennent et il y a quelques mentions faites à ‘Posthume » et des riffs un peu plus Rock qui vont de l’un à l’autre. Pour Emmanuel c’est un morceau récapitulatif en fait de la carrière de Wormfood et un postulat d’où il en est et d’où nous en sommes maintenant.

Rock Metal Mag : Dans « France », il y avait beaucoup de textes sur Molière.

Renaud : Oui il y avait beaucoup de Molière, et je pense à « TEGBM ».  C’est l’écho de Molière dans « L’Envers »,  pour moi,  et sur « Serviteur du Roi », justement. C’était l’idée de faire comme un renvoi vers  « TEGBM » pour créer un lien avec l’album. Du coup cette ambiance là n’est pas présente dans « Mangevers » mais on a l’ambiance du morceau  » le Vieux pédophile » et aussi l’atmosphère du titre « Miroir de Chair », et lorsque l’on tend l’oreille , il y a quelques mots qui sont repris pour faire office de rappel. Donc en fait c’est comme créer un lien et faire une boucle au final. Et c’est pour celà que cet album est vraiment un nouveau départ pour le groupe.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : La pochette de « L’Envers » est très belle. Pourquoi avoir choisi un packaging aussi luxueux ?

Renaud : Et bien , on se place vraiment dans une succession de scènettes, comme une pièce de théatre ou bien un recueil de nouvelles et on voulait vraiment présenter ça sous la forme d’un bel objet. Déjà le format DVD n’est pas innocent puisqu’il peut faire penser à un spectacle visuel et on voulait vraiment s’appuyer de photos pour la présentation . Il faut se dire qu’à l’ère du numérique, c’est une bonne chose d’avoir des albums de plus en plus beaux. Les gens qui achètent un album, ne l’achètent pas uniquement pour la musique puisqu’ils l’ont déjà en téléchargement, mais c’est surtout pour l’objet. Et moi j’y suis très attaché. Et quand un groupe fait un tel effort, je me rue dessus. Et on voulait aussi vraiment, faire la part belle au travail de Andy Julia et Hicham Haddaji (ndlr : Strychneen Studio) qui est vraiment magnifique, donc on voulait lui laisser beaucoup de place pour s’exprimer.

______________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : « Nec pluribus impar » ( supérieur à tous) est la devise du Roi Soleil, pourquoi l »avoir inscrite sur la pochette ? 

Renaud : Oui, alors c’est bien la devise de Louis IV et c’est bien, « supérieur à tous » parce que c’est l’idée de cette cour du Roi Soleil, qui était un petit peu dans la lune et qui se sentait supérieure. Et ça nous fait beaucoup rire, parce que c’est un peu de provocation et puis c’est la décision d’Emmanuel que j’ai tout a fait saluée. Voilà, donc comme j’ai grandi à Versailles et que j’ai appris que c’était la devise du Roi Soleil, j’étais ravi. Et c’est évidemment à prendre au second degré .

_________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag :  Est ce que vous avez déjà eu des retombées positives sur les premiers titres qui ont été dévoilés ?

Renaud : Oui, on a pas mal d’amis qui nous ont dit qu’ils avaient aimé. On a déjà eu trois chroniques qui sont sorties et qui semblaient plutôt satisfaites de cet Opus. Maintenat l’album sort le 20 mai donc on ne sait pas encore exactement comment le public va le percevoir, mais on est plutôt confiant car on a mis beaucoup de nous même pour arriver au résultat final.

Rock Metal Mag : Vos fans sont dans l’attente de ce nouvel album  ?

Renaud : Oui, ça fait un  moment que l’on ne s’est pas exprimé. Moi je suis rentré dans le groupe en  2010, « Posthume » est sorti en 2011 et c’est vrai que depuis on a fait des scènes tout en travaillant sur ce nouvel album. Donc oui ils nous attendent et on espère que ça leur plaira.

__________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez prévu une tournée avec la sortie de « L’Envers » ?

Renaud : Oui, tout à fait, mais on a pas encore planifié et on étudie ça. On veut faire le plus de concerts possible, dans de bonnes conditions. Pour le moment il n’y a pas de dates confirmées.

_____________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous envisagez un évènement particulier pour fêter les 15 ans d’existence du groupe, puisque la sortie de « L’Envers » marque le 15ème anniversaire de Wormfood ?

Renaud : C’est vrai ! donc l’anniversaire du groupe serait le 31 décembre au soir, puisque Wormfood s’est formé le 31 décembre 2001, alors pourquoi pas, ça serait sympa de faire un concert le 31 décembre, puisqu ‘Emmanuel et moi-même n’aimons pas fêter la nouvelle année.

____________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie
Renaud
Roger de Replica Promotion
et Jehan d’Apathia Records