Interview : UNTITLED WITH DRUMS

Interview : UNTITLED WITH DRUMS

Entretien avec Rémy batteur de UNTITLED WITH DRUMS

Jeudi 2 avril malgré le confinement et grâce à l’Agence Singularités, j’ai pu m’entretenir par téléphone avec Rémy batteur du groupe UNTITLED WITH DRUMS

Le premier album Hollow est sorti le 06 Mars 2020.

TRACKLIST :

  01 Play With Fire
  02 Passing On
  03 Stasis
  04 Amazed
  05 Silver
  06. Hex
  07 Consider
  08 Revolve
  09 Heirs
  10 Strangers

© Charly Lurat

LINE-UP
  Martin L.B (Basse, chant)
  Maxence P. (Guitare, choeurs)
  Lucas D. (Guitare)
  Rémy D. (Batterie)
  Nicolas Z. (Claviers, choeurs)

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Depuis votre formation en 2014 est ce que le Line up a changé ? Tu peux me présenter le groupe aujourd’hui?

Rémy : Le line up n’a pas changé. Le projet UNTITLED WITH DRUMS (UWD) est parti de compos écrites par notre chanteur et bassiste Martin. C’était son projet solo à la base. On se connaissait tous parce que nous allions aux mêmes concerts et aussi parce que nous avions eu l’occasion de nous croiser sur des concerts lorsque nous jouions dans d’autres groupes .

Donc Martin cherchait des musiciens pour jouer ses morceaux. Ils nous a sollicité un peu tous et à partir de là le line up n’a plus bougé. Au début c’était un projet qui n’avait pas du tout été pensé sur du long terme. Martin voulait surtout voir ce que donnait ses compos sur un format live. Donc voilà, il a sollicité 2 guitaristes, un batteur, un claviériste pour faire les machines. Et tout est parti de là.

Martin et Maxence avaient déjà un groupe de punk Hardcore, moi un groupe de post Hardcore, Nico un groupe d’Indie Rock avec lequel il joue toujours. Donc avec nos projets personnels nous étions déjà tous très occupés et au début nous n’étions pas vraiment à fond sur UWD.

Ensuite, mon projet et celui de Martin et Max se sont arrêtés et on s’est lancés à fond. C’est l’époque où l’on a enregistré notre premier EP qui à la base ne devait même pas sortir. Finalement le résultat nous a plu et on l’a sorti en CD en 2017 .

Voilà c’est parti comme ça. A la base ce n’était pas un projet à part entière et puis cela a évolué vers un vrai groupe.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : La batterie a toujours été ton instrument de prédilection ?

Rémy : La batterie c’est vraiment mon instrument de prédilection. Au tout début où j’ai commencé la musique, j’étais très jeune et je faisais du chant. Mais j’ai vite bifurqué sur la batterie. En fait mon premier groupe je l’ai eu assez tôt puisque je n’avais que 11 ans.

A l’école de musique de mon village il y avait un atelier qui se montait pour faire des reprises avec des ados. Ils cherchaient un batteur âgé de 14/15 ans et ils ne trouvaient pas . Donc moi j’étais assez motivé mais je n’avais que 11 ans. Et au final j’ai fait de la batterie avec ces gars là pendant 3/4 ans.

Ensuite je me suis mis à la guitare, d’ailleurs j’en fais toujours aujourd’hui. Et vers l’âge de 18/19 ans lorsque le groupe de punk rock avec lequel je jouais en tant que guitariste s’est arrêté, j’ai repris la batterie à fond. Cela fait quasiment une dizaine d’années.

J’ai découvert plein de nouveautés et je suis sorti de mes styles de prédilections. Je suis très Punk Rock à la base et j’ai donc découvert toute la scène Post Rock, Post Metal, Post Hardcore, Ambient.. Avec des structures un peu moins intro/couplet/refrain.

Rock Metal Mag : Tu baignes dans la musique depuis toujours si je peux dire ?

Rémy : Oui parce que j’ai un papa guitariste et donc des parents bien à fond dans la musique. J’ai grandi avec ça .

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Peux tu expliquer le choix du nom UNTITLED WITH DRUMS ? (sans titre avec batteries)

Rémy : Alors Untitled With Drums c’est le nom d’un morceau d’un groupe qui s’appelle Shipping News et qui est extrait de l’album « Flies the field ». A la base Shipping News est une de nos influences et Martin qui composait les morceaux nous a fait cette proposition. Il adorait cet album et il voulait utiliser ce nom car cela faisait en quelque sorte écho à la configuration de UWD.

Nous sommes des pièces rapportés au projet de Martin. Il a fait appel à des potes pour jouer de la musique avec lui et nous sommes devenus un vrai groupe. Donc c’était cette formule Untitled With Drums qui nous plaisait et c’est aussi pour ça que l’on a choisi ce morceau.

Moi je suis un gros fan de Nick Cave and the Bad Seeds et c’était aussi un clin d’oeil pour moi à ce type de formule là.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez surement tous des influences musicales différentes ?

Rémy : Oui complètement. On ne vient pas du tout des mêmes univers. Martin est très fan de prog metal et des groupes des 9o’s à la Soudgarden, Failure, Deftones… Lucas, notre guitariste est vraiment un progueux. il est fan de Tool et toute cette musique là.

Tout le monde écoute de tout. Notre claviériste faite de la pop. Il joue avec son groupe d’indie rock, très pop, Niandra Lades. Et Maxence est beaucoup plus fan de metal bien heavy.

En fait ce qui nous réunissait le plus c’était le post rock. On a vraiment des goûts communs et on écoute les mêmes groupes.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : J’ai trouvé que vous aviez aussi des influences Grunge.

Rémy : Oui carrément. En fait ça vient de tous ces groupes des années 90 qui tournent autour de Failure. Je pourrais te citer Nirvana, des groupes comme Helmet , Shiner, de cette époque là, même un peu de la seconde partie avec les années 97.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti un premier EP, S/T W/D, en 2017 , quel est la signification du titre?

Rémy : Self Titled With Drums. On a voulu réitérer la formule du nom du groupe. A la base cet EP ne devait pas sortir et ne ne devait même pas être un disque. On avait prévu juste une démo de quelques morceaux. Et c’était surtout pour aller chercher quelques concerts. En fait le nom est écrit uniquement sur la version physique.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Quelles sont les différences les plus marquantes entre votre EP et votre album Hollow?

Rémy : Avec S/T W/D, nous sommes partis des morceaux que Martin avait déjà composé. Du coup nous sommes très peu intervenus. Sur la batterie j’aime bien arranger et retourner des parties, mais toute la trame de Martin a été conservé. Nous sommes restés sur son travail personnel.

Avec l’album l’approche a été totalement différente. Martin nous a fourni des riffs et des matières beaucoup plus bruts. De là nous avons tout retravaillé et tout ré-arrangé en répétitions. C’est pour ça que la composition a pris du temps.

On a voulu que tout le monde puisse mettre sa patte. C’est ce qui donne ce coté un peu plus abrasif sur Hollow, à cause de nos influences un peu plus Post Hardcore, plus metal. Le résultat vient plus de la méthode.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Mais la base des compositions c’est toujours Martin qui en est l’auteur ?

Rémy : Oui c’est Martin qui apporte plusieurs riffs de guitare, une idée de structure, des arrangements au clavier, sa basse. Il travaille beaucoup sur Guitare Pro. Il va tabler des morceaux et nous les envoyer et on revoie tout cela ensemble après.

En général les guitares ne bougent pas trop mais il va y avoir beaucoup de changements sur les structures. Sur l’album il y a des morceaux qui ont été complètement revu, mais il y en a d’autres qui ressemblent pratiquement aux versions initiales de Martin.

Nous avons passé beaucoup de temps pour les pré-productions de ce disque. On a beaucoup travaillé en s’enregistrant nous-mêmes en répétitions. C’était difficile d’avoir du recul sur nos morceaux, donc on a du faire plusieurs versions pour certains morceaux.

Cela nous a permis de faire des choix sur des tempos. Lorsque tu joues les morceaux parfois tu as tendance à le faire très vite et tu ne te rends pas compte si tu dois conserver une intensité dans tel passage ou si tel effet de guitare arrive au bon moment. Donc cela demande beaucoup d’écoutes et de ré-écoutes.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi avez vous choisi de travailler avec Serge Morattel au REC Studio (Geneva, CH) pour la production l’enregistrement le mix et le mastering?

Rémy : Alors Serge je le suivais depuis un petit moment . Il a fait un travail avec un groupe suisse qui s’appelle Ventura mais aussi avec Year of No Light qui est un groupe de Post Metal français de Bordeaux. Serge a fait leur 1er album. Et en fait j’adore le travail qu’il a réalisé sur « Ultima Necat » de Ventura.

Du coup on l’avait contacté avec mon groupe de l’époque, Birmingham, mais finalement nous n’avions pas pu donner suite, et le groupe s’est arrêté. Et alors que l’on était en répétition avec les gars d’UWD cela m’a fait pensé à Ventura et donc à Serge.

On l’a contacté en lui envoyant le premier EP en lui demandant si ça lui plaisait. Il a répondu de suite. Il avait clairement cerné tout notre univers de nos influences à nos producteurs comme le chanteur de Failure ou encore ken Andrews. Et pourtant on ne lui avait rien dit . On a vraiment bien accroché avec lui et j’ai eu de longs échanges de mail avec Serge.

On hésitait avec un autre studio en France qui nous plaisait bien aussi. Au final on a eu un tellement bon feeling que nous sommes allés chez lui. D’un point de vue technique il maîtrisait le processus du début à la fin, avec enregistrement, mixage et mastering. Donc il pouvait tout gérer et c’est ce qui nous a plu.

Souvent les studios ne veulent pas faire le mastering et ils le laissent à des studios spécialisés. C’était d’ailleurs le cas avec l’autre studio avec lequel on hésitait. Donc lui il gardait la main jusqu’au bout et il s’ investissait dans les morceaux.

On lui a envoyé les pré-prods et il nous a fait beaucoup de propositions concernant le travail de production. Certaines structures de morceaux ont été changées, on a revu des tempos. Il n’a pas changé le disque, mais il nous a apporté cette patte qui a permis de faire sonner l’album tel qu’il est aujourd’hui.

C’est ce que l’on voulait car nous n’avions vraiment pas envie d’enregistrer à la maison, à Clermont. Nous sommes très satisfait du choix d’un tel producteur et la perspective d’aller en Suisse était très cool.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Je présume que c’est Martin qui écrit les paroles mais est ce que tu peux me parler des principaux thèmes ?

Rémy : C’est Martin qui écrit les textes en s’inspirant beaucoup de sa propre vie. C’est très personnel et nous n’intervenons pas du tout. Sur Hollow les thèmes qui reviennent sont surtout le vide, le creux et tout ce qui tourne autour sous toutes ses formes. C’est très métaphorique en fait.

Les textes parlent beaucoup d’abandon, d’isolement et de ce genres de choses. C’est très mélancolique et très sombre.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Le titre Stasis par contre est plus énergique, moins sombre et plus hardcore. Quel est sa signification ?

Rémy : C’est une volonté du groupe d’avoir fait ce morceau beaucoup plus vénère que les autres. A la fin il y a un coté très violent. A la fin il dit : « I am Fine » et puis on balance tout notre Blast. Le titre parle d’échec en fait et on a voulu le retranscrire de façon beaucoup plus énervée.

Martin écrit les textes après la composition et donc il a fait son texte en s’inspirant du morceau déjà composé. Cela parle de sabotage en fait et donc le coté expéditif se retrouve dans les dynamiques du morceau avec cette explosion à la fin.

_______________________________________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 899087.jpg.

Rock Metal Mag : C’est aussi Martin qui a réalisé la pochette?

Rémy : Martin est graphiste et du coup c’est lui qui nous a fait la proposition. C’est lui qui a fait tous nos Artworks, d’ailleurs. Donc, il s’occupe de tout. Il nous a fait plusieurs petites propositions.

Le point de départ était un visage et entre les premières et les dernières ébauches, celui-ci a totalement évolué. Martin a réussi à retranscrire totalement le coté vide., creux, remis en perspective avec les sentiments humains évoqués dans ce disque

___________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous allez sortir un clip ?

Rémy : Oui, on a bossé sur un clip avec des amis réalisateurs sur Clermont Ferrand. On a choisi un format un peu live et il est actuellement en cours de réalisation. On a fait une bonne partie du tournage en ce qui concerne les scènes live. Mais pour les scènes complémentaire, on a du repousser à des échéances incertaines à cause du confinement.

Le clip devrait sortir dans les prochaines semaines ou prochains mois. En attendant, on en profite pour faire du dérushage. Sinon on a aussi une lyric vidéo dans les tuyaux et elle sortira plus tard.

On a aussi un clip Live de prêt qui devrait sortir incessamment sous peu. C’est un concert que l’on a fait au mois d’octobre où l’on joue un des morceaux du disque que l’on a capté à la Coopérative de Mai à Clermont Ferrand.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a un morceau que tu aimes plus jouer qu’un autre et pourquoi?

Rémy : Celui que je préfère jouer c’est « Strangers », le dernier morceau de l’album. C’est celui qui recroise le plus les influences que j’ai à la base, Post Hardcore, Post Metal.. Cela se ressent dès le début avec son coté très lourd, avec une tension au milieu et une explosion à la fin.

C’est un morceau que l’on joue depuis plus longtemps que les autres. « Play With Fire » et « Strangers » ont été composé un peu plus tôt que les autres. On les avait déjà joué quelque fois en concerts.

« Strangers » c’est notre morceau de fin de set et avec lequel on clôture notre concert. En live, en plus on arrive à lui donner une autre interprétation avec encore plus de tension que celle donnée sur le disque. Elle est aussi bien mais pour le coup elle est différente.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Malgré la situation actuelle est ce que vous avez pu planifier quelques dates de concerts?

Rémy : C’est compliqué. C’est moi qui m’occupe du booking dans le groupe. Alors déjà nous avons eu des dates annulées mais on ne s’en sort pas si mal par rapport à d’autres qui ont des tournées complètes qui ont sautées. Nous en avons une qui a été annulée mais elle était encore en cours de booking.

Ce que j’ai pu constater c’est que c’est très difficile d’avoir du répondant. Alors avec la situation de confinement c’est pire. Notre tournée de sortie de disque devait avoir lieu en octobre mais à présent que l’on a des réponses on nous dit qu’il y a trop de demandes . Les calendriers sont plein jusqu’à l’hiver car beaucoup de tournées ont pu être rattrapées.

On ne sait vraiment pas comment faire car tous les groupes veulent partir en tournée en même temps et au même moment.

C’est vraiment l’incertitude totale et mon constat est que ces annulations et ces reports de dates posent de réelles difficultés. Comme nous n’avons pas de tourneur, nous sommes noyés dans la masse. C’est beaucoup plus difficile d’avoir une réponse d’une salle, d’une asso, lorsque tu fais ta demande en direct.

Déjà En temps normal , tu as du mal à les avoir car comme ils sont sur sollicités. Donc comme ils ne te connaissent pas, ton mail n’est même pas ouvert.

Voilà c’est très compliqué et encore plus face à la situation actuelle.!

_______________________________________

Bandcamp : https://untitledwithdrums.bandcamp.com/

FACEBOOK : https://www.facebook.com/untitledwithdrums/

Rock Metal Mag remercie Rémy du groupe Untitled With Drums et l’agence Singularités.

1 1 Commentaire