INTERVIEW THE DISTANCE

INTERVIEW THE DISTANCE

ROCK METAL MAG a eu le plaisir de s’entretenir avec Le chanteur / guitariste Mike et le guitariste Sylvain du groupe français THE DISTANCE avant leur concert à la Boule noire le 31 mars 2016 Mike Mike et Sylvain ********************* Rock Metal Mag : On dit que vous avez réinventé l’esprit du Rock des années 90, qu’en

ROCK METAL MAG
a eu le plaisir de s’entretenir avec
Le chanteur / guitariste Mike et le guitariste Sylvain
du groupe français THE DISTANCE
avant leur concert à la Boule noire le 31 mars 2016

co686 - Copie

Mike

co797

Mike et Sylvain

*********************

Rock Metal Mag : On dit que vous avez réinventé l’esprit du Rock des années 90, qu’en pensez vous?

 SylvainEn fait on est fortement influencé par les années 90, parce que nous sommes des enfants des années 90 donc forcément on a une teinture musicale qui est sujette à rappeler notre enfance. Celà fait partie de notre culture musicale. Inévitablement ça se ressent dans notre musique, après de là à dire qu’on a réinventé le style 90’s, non je ne pense pas. On le fait pas trop mal parce qu’on l’a juste bien intégré quand on était petit. En plus, en France il n’y a pas trop de groupes qui font ce style musical.

MikeC’est peut être aussi pour celà qu’on le réinvente et qu’on le remet au goùt du jour avec le son habituel des amplis et des guitares. On a essayé d’actualiser.

 SylvainEn fait ce que l’on a toujours essayé de faire, c’est de ne pas être en décalage avec son temps. On fait toujours en sorte d’être musicalement en harmonie avec son époque et de faire de la musique de 2016. Ceci dit, ça n’empêche pas les influences et les teintures bien marquées qui correspondent à des goûts bien personnels et des harmonies musicales qui sont le propre de tout un chacun. Quand on crée quelque chose, inévitablement, ça a une portée non personnelle en même temps personnelle et je pense que c’est là dessus que les gens reconnaissent cette musique des années 90 parce que, voilà, nous sommes des enfants de Nirvana.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous la définiriez comment votre musique ?

SylvainPour moi , on fait du Rock Alternatif Post Grunge. C’est la meilleure définition que l’on puisse donner à la musique de The Distance, parce que ça reste du Rock alternatif avec cette petite touche post grunge, voire même new wave sur les bords parce qu’on a aussi d’autres influences issues de l’enfance et des années 80 comme Dépèche Mode, New Order……..On les retrouve un petit peu même si ce n’est pas flagrant, mais ça fait partie aussi de notre culture musicale. Voilà pour moi c’est un tout. On ne se met pas trop de limites dans la composition. C’est une pâte à modeler avec laquelle on fait ce que l’on veut et il n’y a pas de raisons de se mettre des barrières.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et quelles sont vos principales influences musicales ?

MikeOn a tous des influences différentes. Tous les personnages du groupe ont des influences très variées et c’est ce qui fait cette force et ce mélange… Par exemple Duff (ndlr bassiste) est très Metal, Dag (ndlr Drums and vocals) est lui aussi très Metal, en même temps il aime aussi tout ce qui est Funk et puis moi j’aime tout, donc voilà c’est cette diversité qui fait aussi que l’on arrive à s’entendre musicalement. Et puis on est aussi bien influencé par la musique que par les films. Tout à l’heure on nous a demandé ce que l’on avait écouté pendant la compo de l’album et ‘ai répondu qu’en fait on a rien écouté et que l’on regardait surtout des séries et c’est plus la musique de ces séries qui au final nous ont le plus influencés. Parce qu’on était à fond à regarder les « Son’s of Anarchy », les « Beaking Bad », les »Games of  Thrones », des choses comme ça et en fait c’est ce qui a déclenché notre inspiration.

SylvainEn fait tout peut déclencher l’inspiration…….C’est peu être un peu con mais moi un petit oiseau à 6 heures du matin ça me donne des idées. (Rires!!)

______________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Dans votre album « Radio bad Receiver » vous reprenez 3 titres de votre EP. Pourquoi le choix de ces trois morceaux?

MikePourquoi ces trois titres? Eh bien parce qu’à la base, on devait sortir un seul album et ces trois morceaux en faisaient partie. On avait en tout une vingtaine de titres et on en a gardé 12 pour l’album et du coup on a aussi voulu sortir un EP, pour que les gens n’attendent pas trop longtemps cette sortie de l’album?

SylvainOn a mis beaucoup de temps entre notre dernier album et le nouveau. Presque trois ans, et puis on a fait beaucoup de concerts, on a changé un peu de Line Up, on a aussi changé de manager, de Label, et du coup de sortir un EP, c’était également une façon de faire le lien entre le premier album qui était très Rock’n’roll et le deuxième album qui est beaucoup plus varié dans la dimension. Du coup on s’est dit si on passe tout de suite au second, on va peut être un peu déboussoler les gens trop brutalement. Donc l’EP était un bonne transition, comme une petite levée de rideau sans dévoiler l’ensemble.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est ce qui explique que vous ayez pris la même pochette? Et comment c’est fait le choix de cette pochette.

SylvainOui . Alors pour le choix de pochette, en fait, on fait en sorte de travailler aux rapports humains. Que ce soit avec les réalisateurs les photographes ou les graphistes, il faut déjà que ce soit de l’humain; C’est vraiment une préférence du groupe d’avoir ce rapport de proximité et de privilège avec les personnes qui travaillent avec nous. Parce que l’on va aimer les personnes et aimer leur travail, ça donne un meilleur résultat que de travailler avec des gens avec lesquels on est pas sur la même longueur d’onde ou dans les mêmes délires. On avait pas vraiment d’objectif avec l’artiste qui a réalisé la pochette. On lui a présenté l’album, on lui a demandé de l’écouter, et on lui a dit de faire en fonction de l’émotion qu’il ressentait. Donc il a aimé l’album, on lui a laissé toute liberté pour sa création et lorsque l’on a vu ce qu’il avait réalisé il était difficile de dire Non, puisque l’artwork était très bien senti par rapport à l’univers de l’album de The Distance et au mental global du groupe. Donc ça collait tout à fait.

_______________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Combien de temps vous a pris la composition de cet album?

MikeAlors pour la compo, on a commencé en juin 2013 et en fait entre juin 2013 et décembre 2015 on a pas arrêté de composer.

Sylvain : Et c’était assez clairsemé parce qu’on l’a enregistré en plusieurs fois. On a un petit coté assez maniaque, donc si ça va pas on recommence, on reste pas sur un truc qui ne convient pas. Il n’ y a pas d’intermédiaire.

MikeEn fait dès que ça prenait plus de trois répètitions, et que ça ne collait pas, on jetait. Donc il y a énormément de choses que l’on a jeté et c’est vrai que ça a été un peu long.

Sylvain : On a travaillé beaucoup dans la spontanéîté, donc ça peut être synonyme de rapidité, mais en fait pas tant que ça. Parce que si un morceau ne trouve pas de suite sa voie c’est qu’il n’est pas bon.

MikeSi ça coule pas entre les riffs, entre les intentions, ça dégage. donc on a peu être 60 bouts de morceaux que l’on a pas fini d’exploiter. Peut être qu’un jour on va y revenir.

Sylvain : Si on a la bonne idée à ce moment là, parce que c’est pas la peine de perdre son temps avec quelque chose qui ne trouve pas sa place. Celà doit être limpide, et surtout pas quelque chose de contraignant.

MikeQuand on sortait de répét avec le smile on savait que le morceau était bon et qu’on allait aimer le jouer.

Sylvain : Je pense que tout le groupe est très content de ce que l’on a fait. The Distance est satisfait.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et en ce qui concerne l’enregistrement celà vous a pris combien de temps?

MikePour l’enregistrement, on a fait 3 sessions, et si on réunit tout ça on a du y passer 3 semaines, 1 mois. Parce qu’au niveau du son on savait très bien ce qu’il fallait, comment on allait faire les arrangements, comment on allait placer les voix, comment on allait placer les guitares, qui allait jouer quoi, voilà on s’était préparé. Donc on est arrivé en studio, enfin dans notre local de répèts, avec le matos qu’on avait loué. On enregistrait et on dormait sur place sur des matelas gonflables entre les pieds des micros. Le lendemain on enchainait à 6 heures et voilà on a fait ça tout le long. Il y a des voix que j’ai enregistré tout seul chez moi, parce que j’avais besoin de plus d’ intimité. On est vraiment allé à l’essentiel avec un « One shot » sur les prises.

Sylvain : Et puis c’est un gage de sincérité, d’authenticité et au moins on livre quelque chose qui nous ressemble.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous êtes toujours d’accord sur le choix des morceaux?

SylvainAlors nous deux , on s’engueule tout le temps mais on s’aime beaucoup. On a des caractères similaires et on est un peu le noyau explosif. Dag Et Duf sont un peu le tampon pour noyer nos ardeurs. Mais après il n’y a aucune animosité.

Mike : Et puis en fait on considère un peu un groupe comme un couple, c’est à dire on dort ensemble quand on part en tournée, on s’engueule comme des couples peuvent le faire à cause d’une connerie. Après concrètement sur l’album, on s’est pas trop pris la tête. C’était plutôt bon enfant.

SylvainC’est aussi ce qui fait la magie de la chose. En fait quand quelque chose ne va pas il faut crever l’abcès et dans l’ensemble c’est quelque chose de plutot sain.

Rock Metal Mag : Les critiques sont constructives !

Mike : Oui, voilà, on s’accroche mais c’est jamais pour de mauvaises raisons et au final ça fait avancer le truc et c’est ce qui fait l’histoire d’un groupe.

SylvainOui c’est pour le bien des choses, donc ç’est un coté positif. On s’accroche pour des choses qui mènent à un aboutissement très réussi.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Par rapport à votre album précédent « Spin The Black Circle », qu’est ce qui change musicalement avec « Radio Bad Receiver » ?

MikeEn fait tout change. « Spin The Black Circle », c’était vraiment notre premier album. On était pas des gamins puisqu’on avait notre expérience de musiciens et de groupes d’avant, mais on l’a fait un peu à la va vite, on se cherchait un peu. Et quand on le réécoute on se rend compte que les tempos sont trop rapides, que c’est moins spontané…

SylvainEn fait c’est un peu la même chose quand on couche avec une femme…. (rires) Les premières fois en général c’est nul et après c’est bien ! Sur une globalité on va dire que la première fois c’est pas toujours la plus réussie…Et avec le temps on devient plus performant.

MikeEt puis on venait de créer le groupe, on avait pas vraiment eu de dates de concerts avant. Donc là le fait de partir ensemble en tournée, ça nous a permis d’apprendre à nous connaitre, et puis d’avoir changé de Batteur avec Dagular ça a permis à The Distance de sonner différemment. Il y a plus d’émotions sur « Radio Bad Receiver ».

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : La vidéo de « Trouble End » est sortie récemment. Comment s’est passée la réalisation de ce clip et pourquoi avoir choisi ce morceau ?

SylvainEn fait on a demandé au réalisateur sur quoi il avait envie de faire un clip. Et puis nous, on avait un envie de ciné, vu qu’on adore le cinéma.On ne voulait pas faire un clip pour faire un clip. Donc voilà on voulait un petit cout métrage, un petit film, une petite histoire sans prétention mais c’était aussi surtout par rapport à une envie de fans. C’est pour ça que l’on s’est rapproché de Malik Doll. Malik nous a proposé cette idée, on a étudié les différentes scènes ensemble, avec une approche cinématographique et non pas une approche de « Clipeur ». Et puis ça se passait très bien. Il comprenait très bien ce qu’on voulait et ce que l’on avait envie de voir. Après pour le choix du morceau, comme c’était lui le réalisateur, on avait pas envie de lui imposer un titre. Il a donc fait son choix par raport aux ambiances et aux émotions qui l’inspiraient. Il avait quasiment carte blanche, et encore une fois il y avait ce coté humain. On savait qu’il était compétant donc on lui a dit : « Exprime toi ».

MikeSans vouloir non plus du Stanley Kubrick, on l’a quand même aiguillé pour qu’il y ait un petit coté « Shinning », ou « American Horror Story ». Donc le clip on l’a fait en deux jours et il nous a vraiment martyrisé ! On a tourné dans un chateau où il faisait très froid et c’était vraiment mortel.

SylvainC »était très intensif. On s’est rendu compte qu’il maitrisait grave le sujet!

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez un titre préféré sur  « Radio Bad Receiver »?

SylvainAlors ça c’est difficile…parce qu’on les aime à peu près tous.

MikeMoi je les aime tous. Mais j’aime bien « Alone » parce que c’est le dernier morceau que l’on a composé pour l’album et on était plutôt bien inspiré. C’est un titre, où j’ai parlé plus d’amitié. Des fois on ne se rend pas compte qu’on peut laisser un pôte dans ses galères, et ne pas voir qu’il a besoin de nous et que parfois il est trop tard pour aller le secourir. Et justement j’ai écrit ce morceau par rapport à un de mes meilleurs pôtes que je voyais couler et pour lequel je n’ai pas été présent au bon moment. Donc c’est un des textes les plus perso de l’album.

SylvainD’ailleurs on ne le jouera pas ce soir parce que l’on a que 45 mn et on a choisi de faire un set énergique pour aller à l’essentiel. Mais on le jouera sur un autre concert.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous envisagez de faire un autre clip sur un autre morceau?

SylvainOui, on espère. En fait c’est plus ou moins prévu. Tout dépend comment va se passer le calendrier. Là, on a cette première vidéo qui est sortie et jusqu’à cet été on a des dates de prévues, plus d’autres qui vont tomber, on envisage aussi une tournée Européenne, donc en fait le deuxième clip viendrait en support avant la tournée Européenne. On prévoit le Clip pour mi-octobre / fin octobre et ensuite la tournée sur mi-novembre / mi-décembre.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez joué au Bus Palladium en janvier dernier. Comment c’est passé le concert?

MikeC’était cool même très très bien. Même si on a eu pas mal de galère de son, vu qu’on a tendance à jouer un peu fort. Donc ça nous a bien déstabilisé. Mais après, les gens nous ont kiffé direct et on ne leur a pas trop montré qu’on galérait. Mais je pense qu’ils ont du le voir sur nos visages un peu crispés. Donc après il a fallu qu’on rattrape tout ça. Sinon, on a passé une super bonne soirée et on a eu plein de retour super positif.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez le trac avant de monter sur scène?

MikeMoi j’ai toujours un peu le trac et je pense qu »on aura toujours le trac. Moi je vais fumer plein de clops, je vais aller quinze fois aux toilettes, je vais boire un petit verrre, un petit shot de quelque chose quoi. Le trac fait parti de l’adrénaline et lorsque l’on monte sur scène pour brancher la guitare et qu’il y a le Larsen qui arrive c’est presque le meilleur moment et là, tu te dis que tu peux plus reculer.

SylvainAlors moi j’ai une anecdote la dessus. parce qu’une fois j’ai mangé dans un resto à coté de Galabru, et il y avait un jeune comédien qui a voulu se la péter et qui discutait avec Michel en lui disant : « moi, j’ai jamais le trac » et Galabru lui a répondu avec son accent typique : »ah petit si t’as pas le trac, arrête ce métier, c’est que t’as rien compris ». Et ça résumait bien la chose. En fait tout le monde à le trac, ça n’existe pas une personne qui monte sur scène et qui va produire un spectacle sans avoir une petite appréhension. Après certains sont plus sensibles que d’autres.

MikeEn fait moi, ça me ferait peur de pas avoir le trac parce que j’aime bien justement ce petit moment d’hésitation où tu te dis est ce que ma voix va tenir? Rien que ça c’est un trac immense.

SylvainMoi j’arrive pas à imaginer qu’on puisse ne pas avoir le trac. En fait, on est tellement sur de soi que l’on est persuadé que ce que l’on fait est énorme. Enfin c’est pour moi, l’antithèse de la création. Il n’y aurait pas de grands maitres parce que si on ne doute pas, je ne vois pas ce que l’on peut amener au monde. Il faut douter pour apporter quelque chose. Les gens qui disent ne jamais avoir le trac c’est juste pour se rassurer. C’est une auto persuasion. C’est peut être une thérapie pour affronter la scène car c’est une chose difficile. C’est une chose qui demande beaucoup d’énergie , qui pompe beaucoup d’énergie.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Quel est votre souvenir le plus marquant à l’occasion d’un concert?

MikeL’Olympia, quand on avait joué en première partie de Razorlight, qui est un groupe plutôt pop. Nous on est arrivé avec notre gros son et au deuxième morceau ils se sont demandés qui étaient ces OVNI. Après, au deuxième morceau,  ils sont rentrés dedans et ils ont commencé à kiffer. Par contre on avait pas le droit de mettre notre Merch en vente parce qu’il fallait payer.

Sylvain : En fait c’est comme au Zenith, il faut payer pour vendre, donc pour nous ça n’allait pas être rentable. Donc on a caché nos cartons derrière la scène et après notre set on a préféré tout donner et tout jeter dans la fosse pour que les gens puissent se servir. Ti shirts, CD, on a tout jeté !

MikeBon après on s’est fait tirer les oreilles. « C’est quoi ce bordel? refaites plus jamais ça les gars !! » Mais bon on l’avait fait, voilà. Donc ça reste une expérience , en plus on a fait un set mortel. Après on a fait d’autres concerts interessants avec toutes les tournées que l’on a pu faire.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Avec quel groupe aimeriez vous partager l’affiche?

MikeMoi en France j’aimerai bien partager l’affiche avec LAST TRAIN, des groupes comme NO ONE IS INNOCENTDETROIT (ndlr Bertrand Cantat) aussi qu’on aime bien.

SylvainMoi j’adorerai jouer avec DEUS, des belges qui ont une créativité extraordinaire.

MikeAprès en internationnal, je dirais les FOO FIGHTERS.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez des morceaux en préparation pour un prochain album?

MikeNon, on a des bouts de l’ancien. Une soixantaine de bouts qu’on utilisera peut être ou jamais.

Sylvainon est en jachère ( rires) !!!!!

*********************

Merci à Mike et Sylvain pour cette entrevue et merci à Roger de Replica Promotion

*******************

« Radio Bad Receiver » est dans les bacs depuis le 1er avril

12711262_10153636275963801_3408646996025889920_o

Jouez et gagnez des ti-shirts de The Distance

http://rockmetalmag.fr/the-distance-gagnez-des-t-shirts-du-groupe/