Interview: KORITNI (Eddy Santacreu)

Interview: KORITNI (Eddy Santacreu)

Interview de Koritni, avec le guitariste français Eddy Santacreu, réalisée lors du festival belge Masters@Rock (Torhout). Rock Metal Mag: Avais-tu déjà entendu parler de ce festival ? Eddy Santacreu: Non, c’est la première fois qu’on y vient. Jusqu’à présent, quand on venait en Belgique pendant les tournées, on passait quasiment toujours par le Spirit Of 66

Interview de Koritni, avec le guitariste français Eddy Santacreu, réalisée lors du festival belge Masters@Rock (Torhout).

Rock Metal Mag: Avais-tu déjà entendu parler de ce festival ?

Eddy Santacreu: Non, c’est la première fois qu’on y vient. Jusqu’à présent, quand on venait en Belgique pendant les tournées, on passait quasiment toujours par le Spirit Of 66 à Verviers. C’est une salle super sympa où on y a jouait au moins une dizaine de fois. On est aussi allé à Bruxelles, mais ce festival à Torhout reste une première. On va donc profiter de ce soir.


 

Rock Metal Mag: Comment as-tu vécu ce concert ?

Eddy Santacreu: Ça s’est bien passé ! En plus de ça, c’est la dernière date de notre tournée estivale. On en a donc bien profité. On s’éclate toujours sur tous les concerts, car on là pour s’amuser et le public le voit. L’organisation est au top donc c’est super. Malheureusement, c’est un peu dommage par rapport au temps pluvieux, mais c’est quelque chose qu’on ne contrôle pas !


 

Rock Metal Mag: Comment as-tu intégré Koritni, qui est un groupe australien ?

Eddy Santacreu: C’est une longue histoire, mais je vais essayé de faire court. Lex Koritni, le chanteur, avait enregistré sur Paris un album sous le nom de Green Dollar Colour avec un autre guitariste français. C’est comme ça que je l’ai rencontré. Puis ils sont retournés en Australie pour promouvoir l’album. De là, ils m’ont demandé d’aller aussi là bas pour monter le groupe, mais comme j’avais ma vie sur Paris, j’ai dû refuser. Ils ont essayé avec d’autres guitaristes, mais ça n’a pas marché et ils me relançaient à chaque fois. Au bout d’un moment, j’en ai eu marre de Paris et je suis donc parti en Australie pour voir ce que ça donnerait. Le groupe a par la suite changé de nom et s’est appelé « Koritni ». Maintenant de la formation d’origine, il reste Chris Brown le batteur et Lex. On a désormais Vivi (Yves Brusco) à la basse, qui est l’ancien guitariste/bassiste de Trust, et Manu Livertout qui est là depuis un moment et qui remplace l’autre guitariste qui n’est plus disponible. C’est un peu compliqué car je vis en Australie et Lex vit à Paris mais bon, ça ce n’est pas très intéressant !


 

Rock Metal Mag: Vous enregistrez actuellement un nouvel album. Où ça en est ?

Eddy Santacreu: Oui ! Il y a déjà une bonne partie des chansons qui sont enregistrées. Il nous en reste encore quelques unes à faire mais ça avance bien. Sans en dire trop, il y aura quelques surprises. On espère sortir l’album l’année prochaine, vers fin 2015 donc on a hâte. Si on aime Koritni ça va être bien !


 

Rock Metal Mag: Est-ce que Mike Fraser (AC/DC, Aerosmith, Van Halen…) sera de nouveau au mixage comme sur les précédents albums ?

Eddy Santacreu: Sur le dernier en date « Welcome To The Crossroads« , Mike Fraser n’était pas seul au mixage, il y avait aussi Dean Maher et Daniel Leffler. Mais je pense qu’encore une fois ça sera Mike, car il connait bien notre son et il est très doué. On fera aussi ça peut être avec Dean Maher car il a fait du bon son sur certains titres, même si c’est différent de Mike, ça se prête bien aux chansons concernées.

koritni

 


 

RMM: Et justement, comment le groupe compose les chansons ?

Eddy: Pour ce qui est des paroles et des mélodies, c’est Lex qui s’occupe de ça. Il faut bien qu’il fasse quelque chose (rires) ! Donc ça c’est son boulot. C’est principalement Lex et moi qui composons les morceaux. Il écrit une chanson tout seul, moi je m’occupe de la musique, guitare, batterie, tout ça et je lui envoie le morceau. Ensuite il pose les paroles dessus et il me renvoie ça. On a toujours travaillé à distance et ça marche très bien.


 

RMM: Quels sont tes coups de cœur musicaux ou tes dernières découvertes musicales ?

Eddy: J’écoute tellement de styles différents qu’on y est encore demain ! J’en reviens toujours à ça mais, j’aime beaucoup le rock des années 70. Par exemple, j’adore les deux derniers albums de Whitesnake. En ce moment, j’écoute beaucoup de Freddie King. Pour ce qui est des groupes plus récents, je suis toujours à la recherche de nouveaux groupes à écouter, mais je n’arrive pas à en trouver qui me plaisent donc j’ai tendance à retourner aux vieux groupes. J’ai des goûts de vieux (rires) !


 

RMM: Vous avez tourné avec Motley Crue !

Eddy: Oui c’était en 2012 je crois, après le Hellfest.

RMM: Et avec quels autres groupes aimerais-tu tourner ?

Eddy: Un groupe dont je suis fan et qui tourne encore, c’est Deep Purple. C’est mon groupe favoris depuis toujours donc, ça serait un truc à faire avant de passer l’arme à gauche. Faire la première partie de Deep Purple et les rencontrer. Déjà un de mes rêves était de jouer au Zénith de Paris et maintenant c’est fait avec Motley Crue !


 

RMM: A quel âge as-tu commencé la guitare ? Est-ce que tu as tout de suite su que tu ferais de cette passion un métier ?

Eddy: Oui ! J’ai commencé la guitare à 5 ans. Au début, j’embêtais beaucoup mes parents avec ça car eux, ils pensaient que c’était seulement un truc de gamin. Ils m’avaient donc acheté une petite guitare pourrie qui était plus un jouet qu’autre chose, donc ils m’ont envoyé au conservatoire et j’ai commencé à apprendre sur une guitare classique. J’ai fait 17 ans de guitare classique et je voulais être concertiste professionnel, donc je faisais des concours internationaux etc. En parallèle de ça, je suis devenu ado et vers 12/13 ans, je me suis payé ma guitare électrique, puis je l’ai un peu laissé dans un coin parce que mon truc c’était vraiment la guitare classique. Mais depuis l’âge de 5 ans je n’ai jamais arrêté et j’ai toujours su que c’était ce que je voulais faire.


 

RMM: Est ce que tu as d’autres passes-temps en dehors de la musique ?

Eddy: Et bien ma première passion étant la musique, j’en joue dès que je le peux. Mais sinon, j’aime bien bouffer donc j’adore faire la cuisine. J’aime aussi lire. J’ai des goûts plutôt simples. Avec les concerts c’est pas toujours facile donc, quand je suis chez moi, j’aime les choses simples ! Quand je suis chez moi et que j’ai du temps libre, je joue de la guitare. C’est vraiment ce que j’aime faire donc, ça reste principalement la musique !

0BeFunky_BeFunky_MastersAtRock (cricri) 911

 


 

RMM: As-tu le trac avant de monter sur scène, un petit rituel pour contrer ça ?

Eddy: Non pas spécialement. Je fais une prière au Dieu de la technique pour que tout se passe bien et qu’il n’y ait pas de problèmes de ce côté là (rires). Les soucis techniques sont vraiment ma hantise. A part ça le trac, non. C’est quelque chose que j’ai appris à maîtriser avec la guitare classique, les examens, les concours… Bon là c’est différent mais au contraire, c’est plus de l’excitation, une chose positive car on est entre potes.


 

RMM: Y a t-il à nouveau des concerts de prévus en France prochainement ?

Eddy: Pas pour le moment, mais ça sera le cas quand l’album sortira. En attendant, on espère faire des festivals en été 2015, ça serait pas mal ! Mais on ne se presse pas, on verra au fur et à mesure et on préfère prendre notre temps, surtout pour les albums car on veut faire ça bien.


 

RMM: Donc vous restez ce soir. Quels groupes vas-tu voir ?

Eddy: Tous ! Ouais, j’espère voir un peu tous les groupes. Tout à l’heure, j’ai regardé les Crucified Barbara. On a fait des concerts avec elles et plusieurs festivals donc c’est cool. Je vais aller voir le prochain groupe. C’est pour ça qu’on reste. On nous avait demandé si on voulait partir après avoir joué, mais comme c’est notre dernière date, autant rester et en profiter. C’est aussi le côté sympa des festivals, on peut aller écouter les autres groupes.


Galerie photos du concert au festival Masters@Rock: (Live Report du jour 2 ICI)

Merci à Sam Prévot, à Koritni, à Sabrina de Verycords et au festival Masters@Rock.