Interview: JARED JAMES NICHOLS

Interview: JARED JAMES NICHOLS

Mardi 13 octobre 2015,  Rock Metal Mag a eu le plaisir d’interviewer l’excellent bluesman Jared James Nichols, qui faisait l’ouverture du concert de Glenn Hughes au Divan du Monde à Paris. Rock Metal Mag: Comment se passe la tournée ? Jared James Nichols: C’est horrible (rires) ! Non c’est super, bien sûr. Pour moi, le fait de jouer avec

Mardi 13 octobre 2015,  Rock Metal Mag a eu le plaisir d’interviewer l’excellent bluesman Jared James Nichols, qui faisait l’ouverture du concert de Glenn Hughes au Divan du Monde à Paris.

420

Rock Metal Mag: Comment se passe la tournée ?
Jared James Nichols: C’est horrible (rires) ! Non c’est super, bien sûr. Pour moi, le fait de jouer avec un de mes héros, c’est comme un rêve devenu réalité. Entre Glenn [Hughes] et Doug [Aldrich] il y a une très bonne entente et c’est un honneur de jouer avec deux. J’ai grandi avec leur musique !

~~~

Rock Metal Mag: Tu dis avoir réellement découvert le Blues à l’âge de 15 ans. Qu’est ce que tu écoutais avant ça ?
Jared: Avant de découvrir le blues, je dirais que j’écoutais beaucoup de classique rock et aussi un peu de hard rock. J’écoutais beaucoup Led Zeppelin, The Who, Black Sabbath, Black Label Society, Pantera et plein de trucs comme ça.

~~~

Rock Metal Mag: Et tu as commencé la guitare à 14 ans mais quand as-tu commencé à chanter ? As-tu pris des cours ?
Jared: Et bien j’ai commencé à chanter de manière sérieuse à 21 ans. J’en ai 26 maintenant. Mais en fait au début, je ne chantais pas vraiment par plaisir, il fallait juste que je le fasse. Je n’arrivais pas à trouver un bon chanteur alors on m’a dit “pourquoi tu ne serais pas toi-même le chanteur, ça serait plus simple”. Donc je m’y suis mis et maintenant j’adore ça. Maintenant, tout comme la guitare, je me voue au chant. Et je n’ai pris qu’un seul cours de chant. C’était avec avec un des coachs de l’émission “American Idol”. Un seul cours, mais qui m’a vraiment bien aidé. Et voilà où nous en sommes !

~~~

RMM: Quels sont tes groupes favoris ?
Jared: Mon super top serait, Mountain, Cream, Free, Stevie Ray Vaughan, et évidemment Jimi Hendrix. Mais j’aime aussi des groupes comme Alice In Chains et… il y en a bien trop à citer ! Mais c’est ce genre de musique que j’aime et aussi tout ce qui est très orienté sur la guitare. Tout ça m’inspire énormément. J’écoute tellement de groupes, et ça change tout le temps.

~~~

RMM: Et avec quel(s) musicien(s) vivant voudrais-tu jouer ?
Jared: Très certainement Leslie West de Mountain. C’est un de mes héros d’enfance, toujours en vie. Donc ça serait vraiment cool.

~~~

RMM: Comment pourrais-tu définir le blues de nos jours ? Qu’est ce qui a changé au fils des années selon toi ?
Jared: C’est tellement difficile de définir le blues maintenant parce qu’à l’heure actuelle, il y a davantage de musiques. Il y a beaucoup plus de genres ou de sons, comme l’éléctro. Le blues de nos jours pourrait être décrit comme le blues de l’époque 70’s car dans un sens, c’est toujours quelque chose qui vient du cœur et de l’âme. On est libre de s’exprimer comme on veut à travers cette musique. Sans ça, tu perds tout ce qui fait le blues. L’essence même du blues n’a pas vraiment changé, il y a juste quelques dérivés. Donc pour conclure, je dirais que le blues doit être vu de la même manière qu’avant c’est à dire, exprimer des émotions grâce à la musique.

~~~

RMM: Tu as dit que le blues ne pouvait être enseigné car ça doit être quelque chose qui vient de l’intérieur. Que ferais-tu si tu n’avais pas le blues dans l’âme ?
Jared: Oui le blues tu l’as en toi, et si je n’avais pas le blues dans l’âme, je ne jouerais pas de musique. C’est certain ! Je ne dis pas ça en mal bien entendu, mais je crois que j’essayerais de trouver un travail, ou du moins de faire autre chose. Parce que sans le blues dans la musique, ce n’est plus la même chose et je n’aime pas ça.  Ce n’est pas toujours simple à expliquer, mais tu dois vraiment avoir ça en toi. J’ai besoin de quelque chose qui me fasse ressentir des émotions. Ce n’est pas un truc qu’on retrouve dans beaucoup de musiques. Donc sans le blues,  je travaillerais probablement dans une station essence (rires).

~~~

RMM: Y a-t-il une chanson que tu préfères sur l’EP “Highway Man”, qui sortira prochainement et pourquoi ?
Jared: Ce qui est bien avec cet EP, c’est qu’on a pu y mettre plusieurs reprises au milieu de nos propres titres. Je dirais que ma chanson préférée est “30 Days in The Hole”. C’est une reprise d’Humble Pie et c’est aussi une des toutes premières chansons que j’ai joué à la guitare. C’est vraiment génial de pouvoir mettre ce morceau sur ton propre CD, c’est comme une connexion. J’adore l’écouter. Et on a d’ailleurs enregistré quelques titres en France, c’était super.

~~~

RMM: Comment as-tu rencontré le grand Eddie Kramer ?!
Jared: Je l’ai rencontré grâce à un ami technicien avec qui j’avais déjà travaillé en studio. A la fin de ma première tournée européenne l’année dernière, on a passé deux jours à l’Abbey Road Studio et Eddie était supposé être là. Je ne sais pas s’il était malade ou s’il s’est passé quelque chose mais il n’est jamais venu. Donc on a fait ça sans lui et j’étais super triste. Après ça, je suis retourné à Los Angeles. J’étais tranquillement à la maison en train de jouer avec mon chien et de faire ma lessive quand le téléphone a sonné “Salut c’est Eddie Kramer, je voudrais parler à Jared James Nichols” (prenant un air surpris) “oui, et bien c’est moi !”. On s’est branché pour boire un café et on a beaucoup discuté, surtout de musique. Il savait que j’aimais son travail et ce qu’il a fait avec des artistes que j’adore. Il a compris que je respectais vraiment la musique. Plus tard on s’est retrouvé en studio à enregistrer des morceaux. J’étais assez effrayé parce qu’il est comme un héros mais c’était super.

~~~

RMM: Et comment es-tu rentré en contact avec Erik Sandin (basse) et Denis Holm(batterie) ?
Jared: C’est une histoire drôle. Quand j’ai déménagé à Los Angeles, Erik a été le premier gars que j’ai rencontré. Il jouait de la basse dans un magasin d’instruments, le Guitar Center d’Hollywood. Je l’ai observé jouer et je l’ai trouvé plutôt bon. Donc je me suis présenté “hey je joue de la guitare et je voudrais avoir mon propre groupe, est-ce que tu voudrais te joindre à moi”. Il m’a donné son numéro de téléphone. Quelques jours plus tard je devais donner un concert donc je l’ai appelé et il a accepté de venir jouer, mais il à présent  il me fallait un batteur. Là Erik m’a dit qu’il avait un ami venant de Suède qui jouait justement de la batterie. Le même jour on s’est retrouvé dans une pièce tous les trois et on a commencé à répéter. Et depuis ce moment là, on continue de jouer ensembles ! Le trio bluesband était né !

~~~

RMM: Allez-vous rester un trio ?
Jared: C’est une question difficile. En studio je suis toujours en train de faire des choses différentes, comme jouer du clavier ou ajouter des chœurs. Je pense qu’en live j’adore jouer en trio parce que c’est tellement simple. Il n’y a que trois instruments mais c’est gros et puissant. En même temps il a toujours une partie de moi qui veut ajouter un orgue. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’ajouter un autre guitariste mais on verra ! Si quelque chose se passe, ça arrivera mais pour l’instant on est bien en trio.

~~~

RMM: Le succès est arrivé assez vite. Comment gères-tu ça ?
Jared: C’est amusant parce que j’ai vraiment travaillé d’arrache pied pendant une dizaine d’années. Tous les jours je me consacrais à la musique. Il y a 5 ans j’étais encore en train de bosser à fond sur ça et maintenant c’est en train de se faire. C’est galvanisant et je me sens tout à fait prêt. Tout ce que j’ai à faire, c’est donner le meilleur de moi-même tous les jours parce que j’ai trimé dur pour atteindre ce but. Je pense que c’est plus simple comme ça que pour quelqu’un qui démarre tout juste et qui se retrouve directement sous le feu des projecteurs. Pour moi c’est plutôt doucement, tout doucement et finalement on y arrive. Mais c’est tout simple dans mon esprit, tout va bien (rires).

~~~

RMM: Quels conseils pourrais-tu donner à quelqu’un qui débute dans la musique et plus particulièrement dans le blues ?
Jared: Le conseil, si tu veux vraiment faire ça, ça va te prendre tout ce que tu as au plus profond de ton âme. Tu vas devoir travailler comme jamais pour y arriver et surtout tu dois croire en toi. Ça sonne un peu ringard, mais tu dois vraiment avoir confiance en toi. Ce n’est pas facile. Il faut en vouloir, être passionné et foncer. Et sans oublier qu’il faut, bien sûr, être sympa, car personne n’aime les gens méchants !

 

Merci à Listenable Records et à Jared James Nichols.

Live report du concert avec Glenn Hughes ICI