Interview: Hell Of A Ride

Interview: Hell Of A Ride

Entretien avec Noré, guitariste de Hell Of A Ride pour parler de l'album "Bête Noire" sorti en octobre 2015

Formé en 2010, Hell Of a Ride c’est l’histoire d’une tête brûlée, d’une vengeance abreuvée d’octane, d’une course poursuite avec la mort à travers la passion, la nostalgie, l’insouciance et le désir.
C’est la bande son parfaite pour une vie sans limite de vitesse, entre le gros son du Rock US (Alter Bridge/Papa Roach/Black Stone Cherry) et le Metal.
Alors préparez-vous à vivre une virée en enfer avec Hell Of a Ride, car une chose est sûre, ces cinq gars sont prêts à vous faire goûter l’asphalte ! Leur album « Bête Noire » est disponible depuis octobre 2015.
Entretien avec Noré (guitare) pour discuter de ce premier album.

copy3257

Rock Metal Mag: Combien de temps a pris l’enregistrement de l’album « Bête Noire » ?

Noré the Lucky: On va dire que l’enregistrement a pris 12 jours très exactement et après pour la préparation, il a fallu 3-4 mois. On a enregistré les préprods et avec tout le groupe et ensuite on a enregistré deux morceaux. En fait, on avait déjà deux morceaux qui étaient composés à l’avance et on a travaillé sur les nouveaux morceaux. On avait plein d’idées donc, on a tout enregistré et tout recentralisé pour qu’après, notre producteur Charles Kallaghan qui travaille aux Etats-Unis, revienne en France. On a retravaillé à fond les morceaux avec lui pendant 12 jours, 24h sur 24, et il en a sélectionné une partie. Tous n’ont pas été retenus donc, on a réenregistré avec lui les morceaux choisis.


Rock Metal Mag: Alors justement, comment se passe la sélection des chansons ?

Noré the Lucky: En fait, nous on travaille beaucoup au ressenti. C’est à dire que l’autre guitariste se ramène avec deux grattes où moi je ramène avec deux grattes, on jam et puis on part de cette idée là, on rebondit dessus. Ensuite, on enregistre ça sur l’ordinateur et après on travaille beaucoup le chant comme pour « Aphrodisiac Cadillac ». On rajoute la musique. Mais c’est vraiment Kallaghan qui fait la sélection. Au départ il avait retenu 12 morceaux mais au mixage il en a retiré un et c’est pour cela que l’album ne comporte que 11 titres.


Rock Metal Mag: Pourquoi avoir donné un titre en français à votre album alors que vous chantez en anglais ?

Noré the Lucky: En fait, c’est un mélange de plein de choses. A la base, il y a l’histoire de notre personnage que l’on a développé sur notre premier EP et que l’on voulait continuer dans cet album. Dans l’EP, on voit qu’il se fait voler, il perd sa voiture à cause des Pussy riders, donc il capture une des filles pour la questionner et savoir où est sa voiture et ça se termine là dessus. Après on voulait faire ressortir tout un sentiment de vengeance, de revanches. Il y avait tout un tas d’émotions qu’on voulait faire passer par le biais de ce personnage dans l’album et on ne trouvait pas de terme approprié en anglais pour donner un titre, alors on a pensé à Bête Noire. On s’est rendu compte qu’au final « Bête Noire » pouvait être un nom utilisé sans problème par les anglos saxons. Donc on s’est dit banco ! On prend ça car ça colle bien à ce que l’on veut faire passer, et en plus ça nous donne un petit coté Frenchy.

hellofarideALBUM


RMM: Comment avez-vous rencontré Sin Quirin (Ministry) qui figure sur le titre « At The Drive-in » ?

Noré: On l’a rencontré grâce à notre producteur, Charles. Au début, Charles vivait en France puis il est parti aux USA où il a un petit studio d’enregistrement. Il avait un groupe avec lui pour un autre projet et il a rencontré Sin par le biais d’enregistrements qu’il faisait à Los Angeles. Il lui a parlé du groupe et il a été d’accord pour poser un solo. En fait, ça s’est fait tout naturellement. On a enregistré l’album et 6 mois après il a enregistré son solo. C’était super, on a dit oui direct.


RMM: Comment t’es tu retrouvé dans le monde de la musique? A quel âge as-tu commencé à jouer ?

Noré: Alors j’ai commencé très tôt. Je suis allé au conservatoire à l’âge de 6 ans. J’ai fait de la flûte traversière pendant trois ans. Je voulais faire du violon mais il n’y avait plus de place. Donc j’ai arrêté jusqu’à l’age de 14 ans. C’est à partir du collège que j’ai rencontré des gens qui écoutaient Guns’N’Roses. Et puis mon père jouait de la batterie et il écoutait beaucoup de Rock. A partir de ça, j’ai commencé à me remettre dedans et à vouloir faire de la guitare. J’ai commencé à en jouer à 14 ans et je n’ai pas lâché depuis. J’ai monté mon premier groupe à 16 ans, puis j’ai enchaîné dans d’autres groupes jusqu’à Hell Of A Ride.


RMM: Le titre « From Dusk Till Dawn »,  c’est une référence à Tarantino?

Noré: Totalement. Ce morceau là, il a une histoire particulière parce que c’est un morceau que l’on a mis sur l’album alors qu’il a été composé bien avant, même avant l’EP. Bbizarement, on voulait se le garder pour plus tard. On continuait à le jouer en Live et puis on s’est dit que là c’était le moment de le mettre dans l’album. On a trouvé un coté visuel qu’on a développé autour de notre personnage. On est totalement fan du cinéma de Tarantino, Robert Rodriguez, de tout ce qui est Road Movie et de toutes ces choses là. C’est tout naturellement que cette chanson s’est faîte en s’inspirant de ce film là.


RMM: Est-ce que tu as un titre préféré ?

Noré: C’est difficile car sur l’album il y en a beaucoup que j’apprécie. Chaque titre exprime quelque chose donc peut-être « Red Light Mississippi » pour le coté pêchu du morceau.


RMM: De quel(s) groupe(s) aimeriez-vous faire la première partie ?

Noré: Il y en a tellement ! Tous les groupes américains qu’on aime. On a déjà joué avec Black Stone Cherry à La Maroquinerie, mais faire une tournée complète avec eux ça aurait été mortel ! Alter Bridge, Halestorm, tous les groupes dans notre style… Papa Roach, Five Finger Death Punch, tous ces groupes qui ont malheureusement été annulés. On devait aussi aller voir Foo Fighters. Ces groupes correspondent très bien à notre style de musique.


RMM: Est-ce que tu es stressé avant d’entrer sur scène ?

Noré: Je contrôle bien maintenant donc non, pour moi ça va. Je n’ai pas ce trac là. En fait, ce n’est pas avant de monter sur scène, c’est plus le matin. Quand je me réveille, j’ai un petit peu le trac, une petite appréhension. Bizarrement, je me demande si je vais me rappeler des morceaux, si je ne vais pas oublier une partie, mais après la journée se passe, je bois une ou deux bières et ça me relaxe. Et c’est parti.. Rock’n’Roll


RMM: Vous avez donné un concert la semaine dernière, est ce que vous avez prévu d’autres dates ou même des festivals ?

Noré: Et bien, on avait déjà deux dates de prévues, celle du 14 novembre au Bus Palladium et celle de demain en région parisienne mais qui ont été annulées. Je pense que cela va être reporté en janvier et là on est en train de travailler sur d’autres dates, d’autres projets. On espère que cela va aboutir. On a déjà eu des retours et on travaille dessus en ce moment. Voilà, il n’y a rien de validé à 100%, mais on aura des dates, c’est sûr, puisque actuellement notre but est de défendre l’album sur scène évidement. Pour le moment c’est en cours, ça se fait progressivement.


RMM: Est-ce que vous avez déjà de nouvelles chansons en cours de préparation ?

Noré: Pour le moment on va dire que l’on a des idées chacun de notre coté. Avec le guitariste, on a des riffs que l’on a enregistré dans un coin mais on ne s’est pas encore retrouvé pour les retravailler. On pas pas encore répété pour ça mais on commence quand même à travailler sur de nouveaux morceaux.


RMM: Enfin, trouvez-vous facilement l’inspiration ?

Noré: En fait, c’est par période. Il y a des moments où des choses qui vont produire un déclic. C’est assez simple. Par exemple, pendant un film il y a une musique que je vais entendre avec une ambiance particulière et où là je vais me dire « tient ça me fait penser à quelque chose ». Des fois je pars de rien, je prends ma guitare et je joue des notes, des gammes et puis d’un coup je trouve un truc. C’est variable. Et puis il y a des moments avec des périodes creuses, où tu trouves rien et là tu laisses ta guitare dans un coin ou tu travailles tes gammes, mais bon c’est vraiment par période.

Merci à Replica Promotion et à Hell Of A Ride