INTERVIEW du groupe EXCEPT ONE

INTERVIEW du groupe EXCEPT ONE

Entretien avec Estelle et Crypp du groupe EXCEPT ONE au Dr Feelgood les Halles à Paris

Entretien avec Estelle et Crypp du groupe EXCEPT ONE 

Le groupe parisien EXCEPT ONE  a sorti son 1er album « F∀LLEN »  le 23 novembre 2018 et Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec Estelle et Crypp au Dr Feelgood les Halles à Paris.


De gauche à droite : 

Crypp, Estelle , Junior, Naty et Tim

1er album « F∀LLEN »

Membres du groupe
Vocal : Estelle
Guitar : Junior 
Guitar : Tim
Bass : Crypp
Drum : Naty

***********************************


Photo © Fafa

Rock Metal Mag : 2 ans après avoir rejoint le groupe, Adibou est parti et vous avez accueilli récemment son remplaçant Tim, vous le connaissiez déjà ?

Estelle : Pas du tout. Tim, on l’ a rencontré par hasard et on s’est dit qu’il ferait un bon guitariste. En gros, on a passé des annonces et on a fait du recrutement.

Crypp : On a passé plein d’annonces et Tim sortait vraiment du lot, humainement comme techniquement.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag: Est ce que vous écoutez tous, principalement du Metal ?

Estelle : Personnellement, j’ai découvert le Metal assez jeune et donc j’en écoute depuis longtemps. Mais avant j’écoutais du punk. J’adore aussi la musique classique, j’écoute un peu de rap à l’occasion et même des chanteurs français. Je ne me limite pas au Metal

Crypp : Ce ne sont que des fréquences, et on leur a juste donné un nom, donc ensuite, on aime ces fréquences ou on les aime moins..

Estelle : On mélange surtout les genres de Metal que l’on aime bien. Je ne sais pas si un jour on mélangera le reste de ce que l’on écoute.(rires)

Crypp : Après en termes de compositions, on ne se dit pas on va faire ci ou ça. Lorsque l’on compose on ne cherche pas à savoir à quel style cela peut correspondre, on aime ce que l’on joue. Après, c’est sur que les influences de chacun se reflètent dans notre musique.

Estelle : On ne se limite pas du tout à un style de Metal et on ne s’est jamais posé la question. On fait juste ce qui nous plait et on laisse les chroniqueurs nous attribuer un style. (rires) Après, c’est vrai que je n’ai jamais choisi de faire autre chose que du Metal en tant que groupe.

Crypp : C’est un style très viscéral et il nous représente très bien. On avait besoin de s’exprimer à travers ce genre de musique.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag à Estelle : Qu’est ce qui a déclenché cette envie de chanter en voix saturée?

Estelle : En fait, c’est très drôle car lorsque j’ai commencé à avoir ce projet là, c’était donc un premier groupe où il y avait déjà le batteur et bassiste d’origine ( ndlr : Fanch’ et Boris ) et moi, à la base , je jouais de la guitare. Mais je me suis abîmée la main et je ne pouvais plus jouer. Et Boris, à l’époque, m’a dit : « ce n’est pas grave, passe au chant ». Donc pour moi c’était improbable puisque je ne savais pas chanter. Mais finalement, j’ai bossé énormément et je suis passée au chant en voix saturée. Et j’ai appris toute seule. Par contre, après, j’ai pris des cours de chants pour apprendre à chanter juste puisque ce n’était pas glorieux de ce coté là. Donc en chant saturé je suis une autodidacte pure et dure.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Quels sont les chanteurs ou chanteuses qui t’ont le plus iinfluencé ?

Estelle : Alors celui qui m’a le plus influencé à La base c’est Max Cavallera. Ensuite j’adore Behemoth, donc Nergal m’a un petit peu influencé aussi. J’ai découvert plus tard des groupes comme Arch Enemy, qui a aussi une chanteuse. Mais j’avais déjà commencé à chanter.

__________________________________________

Rock Metal Mag : « F∀LLEN » succède à « Haunted Humanity » paru en 2015, quels sont les principales différences entre les deux albums ?

Crypp : Lorsque je suis arrivé pour « F∀LLEN » , il y avait déjà l’offre de faire un album studio plutôt qu’un format EP. On a vraiment mis tout ce qu’il y avait déjà de meilleur dans « Haunted Humanity », mais on voulait plus d’espace pour s’exprimer. Donc il a fallu passer à un stade supérieur et on ne s’est pas gêné pour que chaque morceau reflète juste un aspect spécifique. On a pas essayé de mélanger plusieurs aspects dans une musique en essayant de compiler plusieurs émotions. Chaque musique a vraiment sa propre texture et son propre style. Et ça se voit dans l’album. Il y a des morceaux qui se ressemblent, d’autres qui sont totalement extra-terrestre et on s’est vraiment fait plaisir. On s’est bien marré mais on s’est aussi bien pris la tête. (rires)

_____________________________________

Rock Metal Mag: En fait vous n’avez pas de processus de composition spécifique ?

Estelle : En général il y en a un qui a une idée et peu importe que ce soit le batteur, le guitariste ou le bassiste. Donc il arrive avec son idée et tout se construit autour d’elle. Il y a aussi les guitaristes qui arrive parfois avec des chansons déjà toutes faites. Donc on voit ce qui nous parle ou pas.

Crypp : Des fois c’est un vrai patchwork, à un point que l’on arrête et que l’on reprend à zéro.(rires)

__________________________________

Rock Metal Mag: Mais vous repartez toujours sur de nouvelles compos. Il n’ y a pas de morceaux composés précédemment que vous ressortez d’un tiroir pour les remettre au goût du jour ?

Crypp : Non . En plus avec le nouveau line up, on a vraiment l’envie de s’exprimer en instantané. Au départ c’est feuille blanche. Notre idée c’est l’album et c’est notre aventure humaine pour « F∀LLEN »

_________________________________________

Rock Metal Mag: Quand avez vous commencé la composition de cet album ?

Crypp : Il nous a fallu un bon 8 mois ! Avec 4 mois extrêmement intensif. On restait ensemble des week-end entier, des soirées toute une semaine.Notre pauvre guitariste, Junior, qui faisait les pré-prods également n’avait plus du tout de vie sociale.

_______________________________________

Rock Metal Mag: Vous avez choisi Efficient Records studio pour l’enregistrement , vous aviez déjà travaillé avec ?

Estelle : On n’avait jamais travaillé avec, par contre on connait Harry, qui est un ami. Donc, comme il bosse bien, on a choisi de travailler avec lui.

Crypp : C’était important aussi d’avoir quelqu’un qui nous connaisse humainement aussi.

Estelle : Il savait ce que l’on voulait exprimer et comment travailler justement sur nos chansons. Il a également apporté quelques idées très intéressantes pendant l’enregistrement puisqu’il est lui même musicien.

_____________________________________________

Rock Metal Mag: Pourquoi le A de « F∀LLEN »  est à l’envers ?

Estelle : Alors ça c’est moi. Lorsque j’ai fait le design de la pochette j’ai voulu essayer le A à l’envers pour accentuer cette sensation de chute. Je trouvais cela intéressant et c’est la lettre qui s’y prêtait le plus. Et finalement, ça rendait bien tout simplement et cela appuyait vraiment le coté de « F∀LLEN »

______________________________________________

Rock Metal Mag: Qui est l’auteur de la pochette ?

Estelle : Les peintures ont été réalisées par un artiste peintre qui a fait une série appelée Chaos Architecture et on a vraiment adoré , unanimement, son travail qui représente parfaitement notre univers. L’artiste peintre se nomme YaYa K. . Donc on lui a demandé si on pouvait utiliser ses peintures et ensuite j’ai juste fait la mise en page.

https://www.facebook.com/Yannick.kerguelen/

___________________________________________

Rock Metal Mag: Vous avez privilégié le Noir et Blanc pour
« F∀LLEN »  par rapport à votre univers musical ?

Estelle : On a une certaine continuité dans les pochettes. Pour le premier album, ce sont des photos d’une usine désaffectée, sur le second, des photos historiques de champs de bataille. Pour celui là, cela reste de l’architecture mais en peinture. Donc c’est toujours le même coté qui se décline au fil des CD

Crypp : Ce n’est pas une image figée, c’est une œuvre d’art et chacun peut y apporter son interprétation.

____________________________________

Rock Metal Mag : Les paroles de tes chansons c’est ton exutoire par rapport à tout ce qui se passe dans le Monde actuel ? Tu peux me parler des thèmes principaux de tes textes ?

Estelle. Effectivement certaines chansons sont un exutoire de ce qu’est la société à l’heure actuelle, de ce qu’elle fait ou de ce qu’elle a fait auparavant. Je parle de l’humanité en général. Et je dis ce que j’ai à dire, vu que je fais de la musique pour m’exprimer. Après il y a aussi des chansons plus personnelles qui parlent de choses qui me sont arrivées dans la vie de tous les jours . C’est une sorte de catharsis puisque c’est mettre des mots pour les interpréter mais aussi pour m’en séparer. C’est une espèce de thérapie de toute manière, pour justement accepter plus facilement des événements qui ont pu m’arriver en mettant la rage et la colère que je peux avoir sur certains morceaux. Et puis il arrive aussi que j’ai juste envie de raconter des histoires.

________________________________________

Rock Metal Mag : Comme Swansong  au style un peu différent ?

Estelle : Alors Swansong, n’est pas la chanson la plus revendicative sur l’état de la société actuelle, mais c’est surtout pour dire que si l’on continue comme ça, cela risque de mal finir. Ensuite quand ils l’ont composé, je trouvais qu’elle avait une ambiance très « église ». C’est pour ça que le refrain comporte plus des passages de l’Apocalypse. Je ne les cite pas littéralement mais ce sont bien des passages de l’Apocalypse de st Jean comme par exemple le refrain avec les trompettes.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez choisi de réaliser une lyric vidéo sur le titre «Break The Wall » ce titre a une importance majeure ?

Estelle : Alors je ne sais pas si il est plus important qu’un autre mais on a essayé de faire passer un message un peu différent. D’habitude c’est dans le sens de détruire une société pour repartir sur de bonnes bases. Sur ce morceau, le message est surtout de dépasser les murs, qu’ils soient physiques ou issus du mental pour donner le meilleur de soi-même. C’est aller de l’avant en se disant qu’il n’y a pas de barrières et les franchir en montrant avec une partie des images qui sont dans les riffs, que ceux qui ont réussi à franchir ces obstacles là ont pu réaliser de belles choses. Du coup cela vaut peut être la peine de se sortir les doigts des fesses et d’y aller. Donc c’était intéressant d’avoir ce genre de lyrics, même si cela reste rageur et violent.

Crypp : Violent dans le sens ou cela nous prend au cœur, que ce soit de la joie, de l’amour ou même de la haine. Lorsque l’on s’exprime profondément c’est toujours avec beaucoup d’énergie. Et sur cette chanson le message passe beaucoup mieux en montrant les paroles.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti un premier clip avec « Nothing », est ce que vous allez en sortir un autre ?

Estelle. Oui , c’est dans les tuyaux mais pour le moment on ne va pas trop s’avancer, car si au final on ne le fait pas cela serait dommage.

Crypp : On a plein de surprises à venir.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Votre mot d’ordre c’est de « se battre contre un système destructeur ». ?

Estelle : Sans dire que c’est un mot d’ordre, cela représente une bonne partie des intentions qu’il y a dans les chansons. Après c’est toujours difficile de projeter ce que l’on fait et c’est ce qui résumait le mieux les messages que l’on veut faire passer.

Crypp : Un système, cela peut être un gouvernement, tout comme une façon de penser. C’est tout ce qui nous bloque.

Estelle : Oui, ce n’est pas du tout limité à une société ou a un gouvernement. On ne veut pas faire de politique et on est pas engagé politiquement.

Crypp : On est plus engagé humainement.

Estelle : Exactement et ce sont plus les systèmes de pensées, les carcans dans lesquels on est éduqué dès la naissance et qui changent selon les cultures, les pays e les environnements. Donc c’est vraiment s’évertuer de sortir de tout ça pour essayer d’avoir une humanité un peu plus solidaire. Vivre et pas survivre, ce serait déjà bien.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Des fleurs, des oiseaux des enfants… le tout dans un mixeur ! C’est votre image du monde actuel ?

Estelle : Là, par contre c’est le Slogan que l’on a depuis les débuts du groupe. C’est plus pour représenter ce que l’on fait car on est tous différent, on écoute tous et on aime tous des choses différentes. Donc on met tout ça dans un mixeur et on voit ce qui en ressort. C’est aussi notre note d’humour, parce que l’on a pas envie de se prendre la tête. C’est une image sympa qui nous représente bien .

____________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi avez vous choisi de faire le 6 ème titre en instrumental?

Estelle : A la base, c’est une idée de junior et on l’a trouvé très intéressante. Toutes les chansons s’enchaînent sans pause et on a trouvé que c’était pas mal pour reprendre son souffle . Donc c’est une petite transition qui fait un lien avec le reste. Comme l’intro qui est aussi instrumentale pour démarrer sur une note moins agressive . On termine aussi sur Black Water en instrumental, avec son ambiance assez prenante et plutôt glauque. Cela permet de rester sur l’atmosphère général de tout l’album mais de finir sur une note plus calme qui permet de digérer tout ce que l’on a écouté.

Crypp. Après il s’agit aussi de morceaux où le guitariste a pu s’exprimer . C’était quelque chose de viscéral pour lui et on s’est tous reconnu dedans.

_________________________________________________

Rock Metal Mag: Est ce qu’il y a un concert qui vous a plus particulièrement marqué depuis vos débuts ?

Estelle : Il y a plusieurs concerts qui nous ont marqué pour plusieurs raisons, car ce n’est jamais la même chose et c’est ce qui est bien aussi . Après certains concerts m’ont plus marqué pour le public, là où il est plus réceptif que d’autre. Il y en a où c’était totalement la folie, comme dans un petit bar à Cavaillon où on a joué deux fois et c’était des slams des pogos un mec habillé en gorille, des gens accrochés au plafond qui léchaient de la bière qui avait volé jusque là. (rires)

Crypp : En fait le plafond était assez bas et les slameurs léchaient la bière qui coulait du plafond !!

Estelle : Donc c’est dans ce genre de petits concerts où c’est l’ambiance qui marque. Après il y a aussi les concerts comme ceux de Lacuna Coil. Et ouvrir pour ce groupe est une chose dont je me souviendrais pendant longtemps. Comme le concert à La Machine avec Aqme, Black Bomba et Dagoba . Ce sont des affiches assez grosses, donc là je m’en souviens surtout pour le stress que j’ai eu avant le concert. Quand on ouvre pour des groupes connus, il faut être aussi bon qu’eux. On y arrive pas forcément mais on essaie.

Crypp : On est bon ! On met tout notre cœur dedans donc, on y arrive .

Estelle : Ok, alors on est bon !

_________________________________________

Rock Metal Mag : C’est sur que ce n’est pas toujours facile d’ouvrir pour des grosses pointures en sachant que le public est justement venu pour les têtes d’affiches.

Estelle : Alors jusqu’à présent, on a eu de la chance, car le public a toujours été assez réceptif et plein de bonne volonté.

Crypp : Moi, je me souviens d’un concert à Saint Etienne. On a commencé à jouer devant pratiquement personne, parce qu’il y avait un groupe local qui avait joué avant nous. Donc les gens prenaient des bières ou se reposaient un peu. On a joué un premier morceau et au bout de la deuxième chanson tout le monde est arrivé et on s’est éclaté.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez été surpris de faire la première partie de Lovebites le 20 novembre 2018 au Nouveau Casino ?

Estelle : Oui un peu surpris, surtout que nous l’avons su une semaine avant. Donc , cela a été un peu la course. En plus Tim venait d’arriver dans le groupe. Mais bon, hormis la surprise, c’était l’occasion de jouer au Nouveau Casino qui est une salle assez mythique à Paris. Donc pour une fois on était sur scène et pas dans le public. (rires) Ensuite cela s’est très bien passé, même si il y avait une grosse différence de genre entre les deux. Donc j’ai vu qu’il s’agissait d’un groupe de filles japonaises, habillées en lolita et j’ai écouté et finalement c’est du bon heavy. Et il n’y a eu aucun souci avec le public. Il a bien réagi, et bien bougé.

Crypp : On a eu plein de retours positifs. Les gens avaient une certaine appréhension et finalement ils sont venus nous voir en nous disant leur satisfaction de nous avoir découvert. Donc c’était vraiment cool.

Estelle: C’était notre première date avec le nouvel album et c’est super motivant pour continuer et aller plus loin.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Et comment s’est passée la release party du 30 novembre 2018 au Feelgood ?

Estelle. Super bien, il y avait beaucoup de monde et on a très bien bu . (rires) . C’était une soirée de rencontre et une façon de remercier tous les gens qui nous soutiennent en buvant un verre avec eux. C’était une soirée d’écoute de l’album . On en a profité aussi pour diffuser tous les groupes de Metal parisien que l’on connaît, avec lesquels on a joué et qui sont des amis . Donc la playlist était spécifique Underground et c’était une super soirée.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous continuez de composer après la sortie d’un album , ou vous faite un break, histoire de le laisser vivre pleinement ?

Estelle. : En fait on ne s’est pas trop posé la question, car on a fait une pause au moment du recrutement. Donc, on s’est recentré avec l’intégration de Tim pour qu’il apprenne l’album. Du coup, à présent qu’il maîtrise, on a recommencé la compo directement  vu que la pause n’était pas foncièrement pensée ni volontaire .

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Tim a eu très peu de temps pour apprendre les morceaux de l’album?

Estelle : Oui mais apparemment cela ne lui a posé aucun problème. Il a ingéré tout ça à une vitesse incroyable

Crypp. Oui sur la dizaine de répétitions qu’il a fait depuis qu’il est avec nous il a fait une seule fois une erreur . On était super étonné. Il est monstrueusement bon.

Estelle : Il est vraiment très bon et c’est pour cela que l’on a eu la chance de pouvoir reprendre les concerts très vite après son arrivée et aussi de pouvoir se remettre à la compo dès maintenant parce qu’il est excessivement bon et qu’il apprend très vite . C’est quelqu’un de vraiment solide. D’ailleurs c’est lui qui a commencé à composer.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez déjà préparé votre planning 2019 ? des dates à annoncer ?

Estelle : Non pas encore. C’est en prévision mais on a encore rien de confirmé pour l’instant.

Crypp : On a contacté des gens . D’autres nous ont contacté et maintenant le but est de mettre tout le monde à sa place et de faire en sorte que l’expérience que l’on va offrir soit bonne pour tout le monde . Dans de bonnes conditions et que ça se passe bien avec les organisateurs et les autres groupes. Donc ça prend un peu de temps.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Cette journée de promo va vous booster et vous aurez surement de nombreux retours.

Crypp : Ce serait vraiment super.

Estelle : Déjà, on a de la chance les chroniques sont bonnes.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a quelque chose que vous aimeriez ajouter pour conclure ?

Estelle : Oui j’ai envie de dire aux gens d’écouter « F∀LLEN »  et si cet album leur plait, de le partager au maximum parce que c’est grâce à eux que l’on peut avancer et ce sont eux qui nous motivent. Sans un public qui écoute notre musique, nous ne sommes rien. Donc voilà : «  Si vous aimez, partagez aux gens qui peuvent aimer et venez aux concerts. »

Crypp. : On remercie aussi toute l’équipe que l’on a autour de nous : Vous les médias, Roger de Replica, Throne Agency qui nous aide énormément, Tous nos amis musiciens qui nous soutiennent et qui ont une très bonne mentalité. Du coup il y a une entraide.

Estelle : Oui vraiment, beaucoup de solidarité !

https://exceptone.bandcamp.com/

______________________________________________

Rock Metal Mag remercie Estelle et Crypp ainsi que les autres membres du groupe Except One présents ce jour là. on remercie également Roger de Replica Promotion et le Dr Feelgood Les Halles.