INTERVIEW : David Bour et David Semler

INTERVIEW : David Bour et David Semler

Entretien avec David Bour et David Semler du groupe Iron Bastards au Hard Rock Café à Paris

Le mardi 11 juin, David Bour ( chant, Basse) et David Semler (Guitare) du groupe Iron Bastards ( Hell Prod) étaient en promotion au Hard Rock Cafe Paris et Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec eux .

Le dernier album du trio Cobra Cadabra est sorti le 4 avril 2019.

David Bour : Bass & Vocals et David Semler : Guitars

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Depuis la fondation du groupe en 2013 on peut dire que vous avez été plutôt très productif puisque vous avez déjà sorti 2 EP en 2014, un premier album « Boogie woogie violence » en Septembre 2015 suivi du second album « Fast & Dangerous » en décembre 2016, un premier live « Keep it Fast! Live in London » en février 2018 et le 4 avril dernier votre 3 ème album studio « Cobra Cabada ». C’est votre Fast Rock’n’roll qui vous pousse à sortir un album presque tous les ans ?

David ( Guitare) : Le Live ce n’est pas vraiment un album puisqu’il n’y a aucune nouvelles compositions.

David (chant) : C’est vrai que nous sommes plutôt productifs, puisque à partir du moment où nous avons des choses à dire on les pose sur disque. On va aussi vite que notre musique et on aime ça. On ne cherche pas spécialement à sortir du disque pour faire du disque, ou pour avoir de l’actu ou autre. Mais on avait pas mal de choses à dire puisqu’il s’est passé quasiment 2 ans et demi entre la sortie de  « Fast & Dangerous » et de celui ci. Donc c’est plutôt long. Mais c’est vrai que lorsque tu fais du Fast Rock’n’roll il faut avoir l’attitude et le rythme qui va avec.

Rock Metal Mag : Cobra Cadabra succède donc à Fast & Dangerous . Est ce que votre processus de composition reste identique.

David ( Guitare) : Principalement oui. Ce sont plus les influences qui ont un peu changées et évoluées. Mais sinon les processus de composition sont globalement les mêmes . En fait on peut même dire que l’on en a jamais eu.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Alors comment cela se passe ?

David (chant) : La principale différence avec les deux albums précédents, c’est la possibilité que nous avons eu d’avoir du temps pour le composer.

Par exemple pour celui d’avant, nous étions entre deux concerts. Nous étions entre 3 heures de répétitions et on commençait à bosser des trucs. Ce n’est pas forcément ce qui permettait le plus d’affiner les compositions. Cela ne veut pas dire que l’on y arrivait pas mais ne ce n’était pas le plus facile.

Cette fois ci nous avons eu 7 mois pour étaler la compo. Donc, en ce qui concerne le processus en lui même, à savoir qui ramène un riff, ou comment nous procédons cela reste sensiblement la même chose.

Souvent c’est David qui amène un riff à la guitare et on commence à bosser. Après on voit quelle suite d’accord il faut donner et puis on affine un peu.

Moi je ramène les textes derrière une fois que la chanson est finie. Toto (ndlr : Anthony Meyer) ramène des éléments de batterie, des idées rythmiques et autres.

Mais c’est vraiment le fait d’avoir pu étaler tout ça sur 7 mois qui nous a permis d’affiner et de travailler les détails. Et ce n’est pas forcément ce que l’on avait pu faire auparavant.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Avec qui avez vous travaillé pour l’enregistrement de l’album ?

David (chant) : Alors on a gardé la même formule que pour le second. Nous avons bossé avec deux amis, Samuel Lichawski et Harold Feuerstoss. Le premier est sur la partie mix, enregistrement, mastering. Le second est sur la partie plus technique, installation, choix du micro…

En ce qui concerne le studio on l’a plutôt fait en « Do it yourself ». Le petit détail que je rajouterais est que nous avons fait comme sur le précédent, c’est à dire que la base, batterie, guitare, basse, est enregistrée en live.

Les 11 chansons de cet album ont été enregistrées en une journée et en août dernier . Ensuite, nous sommes arrivés chez Samuel et nous avons fait les arrangements guitare, les solos et nous avons retravaillé quelques trucs, et les voix.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Musicalement parlant, même si on vous compare toujours à Motörhead, ce qui est honorifique, vous avez plus de maturité et votre propre style est plus affirmé dans ce troisième album. Qu’en pensez vous ?

David (guitare) : Oui on est tout à fait d’accord la dessus dans le sens où l’on a carrément affiné et enrichi nos différentes influences musicales en termes de compositions pour cet album là. Et on a pu davantage se pencher sur nos influences du fait que l’on a eu plus de temps. Et donc nous avons eu plus de possibilités à les intégrer.

David (chant) : Je suis également content de te l’entendre dire car c’est ce que l’on pense aussi. La formule guitare, basse batterie avec une basse ronronnante qui se joue sur un ampli grave, David qui a une rythmique basse et la batterie bien énervée est une formule très Motörheadienne.

Donc, cette formule là n’a pas bougé puisque c’est la base de notre musique. Après par contre, ce que l’on pose dessus on considère que c’est quelque chose de beaucoup plus personnel.

Cela a mis quelques années à se mettre en place et au cours de ces années on a fait beaucoup de concerts et nous avons beaucoup travaillé . On a progressé ensemble mais aussi, chacun individuellement.

David (guitare) : Même les structures sont beaucoup plus variables. Les morceaux sont un peu plus complexes et on reste moins sur les formules classiques de couplet/refrain, couplet/solo de guitare/ refrain. On essaie d’avoir plus de diversité dans nos morceaux.

David (chant) : On a peut être plus la maîtrise de notre sujet tout simplement.

David (guitare). Oui voilà, c’est une espèce d’amélioration de l’enregistrement de notre musique, sans en changer la direction.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Et quelles sont vos nouvelles influences aujourd’hui ?

David (chant) : On a toujours écouté autre chose que du gros Hard Rock à la Motörhead, mais il a fallu un peu de temps pour savoir comment l’incorporer subtilement et de façon cohérente à notre musique

David (guitare) : Voilà c’est vraiment avoir la maîtrise d’un sujet et pouvoir ensuite ajouter d’autres idées.

David (chant) : David par exemple est un gros fan de Heavy Metal, moi je vais être un gros fan de Deap Purple ou des Beatles, Toto lui c’est plus le Blues Rock . On va écouter aussi du Stoner, des choses plus modernes comme Death Alley, Vintage Caravan ou des choses comme ça . Et tout ce Melting Pot, pas seulement nos influences, mais aussi des choses que l’on aime, que l’on a en tête, on a pu l’incorporer pour avoir la maîtrise de notre sujet.

David (guitare) : Ce qui est marrant, c’est que cela s’est fait d’une manière assez inconsciente et assez instinctive. On n’avait pas pour objectif de refaire une autre musique ou de l’enrichir. En fait c’est à force de gagner en maturité que l’on a su comment inclure ces éléments là dans cette base musicale qui reste quand même très Motörheadienne .

David (chant) : On a un regard beaucoup plus immédiat pour telle ou telle autre chanson. Et surtout par rapport à la façon dont elle pourrait sonner en Live.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu vous avez déjà eu des critiques négatives par rapport au fait que votre musique est très proche de celle de
Motörhead  ?

David (chant) : Oui il y a des gens qui écoutent ça et qui n’entendent que ça. Ils vont trouver que c’est pas mal mais que ça sonne trop
Motörhead  . Donc David et Toto et moi même étant des gros fans de
Motörhead et plutôt des connaisseurs du genre, nous ne sommes pas d’accord. D’ailleurs en ce qui concerne les gens qui nous disent ça , pour être honnête, je connais mieux Motörhead qu’eux.

David (guitare) : Les gens qui connaissent bien Motörhead ne disent pas ça.

David (chant) : Bon, c’est une influence que l’on assume et que l’on revendique. Mais parfois cela nous embête que certains nous enferment là dedans, mais je crois que ça ne représente pas la majorité des gens qui écoutent notre musique.

David (guitare) : Et puis après dans l’absolu ce n’est pas grave, et si on nous compare à Motörhead tant mieux.

David (chant) :  It’s only Rock’n’roll.  (rires)

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Que signifie le titre Cobra Cadabra

David (chant) : Alors déjà de base, on trouvait que ça sonnait super bien. C’est une idée de notre batteur qui n’est malheureusement pas là. Alors c’est un peu une double référence avec le coté magique « Abracadabra » et une référence à une chanson de Black Sabbath (ndlr : sabbra cadabra).

Et puis derrière on a aussi cette thématique du serpent un petit peu imagée. Le serpent c’est une symbolique assez vaste, à la fois de maladie et de guérison. C’est l’Ouroboros, le serpent qui se mord la queue, donc une thématique très intéressante. Et ça représente aussi le coté magique du rock aussi.

David (guitare) : Oui voilà, on a voulu ajouter une touche ésotérique à notre musique. Et au final, ça se ressent assez bien , même musicalement sur le titre Cobra Cadabra, justement, qui a des connotations un peu mystiques

David (chant) : Et puis le coté Ouroboros , du serpent qui se mord la queue, on l’a suffisamment montré sur la pochette. Elle se lit dans les deux sens.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est Vincent Vincent  qui a réalisé cette pochette. Comment vous êtes-vous connu?

David (chant) : Alors Vincent c’est notre homme à tout faire, notre meilleur pote.

David (guitare) : Le roi de la country aussi

David (chant) : Notre driver, notre Merch guy, notre harmoniciste et c’est notre colocataire

____________________________________________

Rock Metal Mag : Alors justement sur «  You only live twice » il y a de l’harmonica, c’est peu habituel dans vos compositions. ?

David (chant) : Et c’est lui qui joue.

Rock Metal Mag : Et c’est très Country rock.

David (guitare) : Rock sudiste à fond. Et sur l’album, il se détache quand même des autres morceaux.

David (chant) : En fait Vincent, que nous saluons, avait fait un solo d’harmonica sur l’album précédent . Cela s’était décidé un petit peu sur le tard, mais on avait réussi à l’incorporer sur l’album et cela avait bien marché. Aussi bien musicalement que sur scène au niveau des réactions du public. Donc cette fois ci on a voulu refaire un morceau avec lui, mais cette fois là en prenant le temps de le composer. Et du coup cela a été pas mal composé par David et lui même, notamment toute la partie solo de question/réponse et autres. Et du coup toutes les influences communes que l’on pouvait avoir et qui sonnent bien avec l’harmonica, ce sont des influences américaines du rock sudiste. D’habitude c’est vrai que l’on est plus sur un rock British.

David (guitare) : Cela dépend mais c’est vrai qu’il a une sonorité beaucoup plus bluesy

Rock Metal Mag : Du Hard Blues Rock si je peux dire.

David (guitare) : Ouais c’est ça. On a apporté une touche très country. Déjà c’est un morceau qui sonne majeur. En terme de théorie musicale c’est un morceau qui est composé en gammes plus majeures. Du coup on sent beaucoup plus l’influence américaine , qui est très commune à tous ces groupes comme Molly Hatchet, les Allman brothers et autres .

David (chant) : On a commencé à composer l’album alors que l’on revenait d’un séjour de 3 mois en Angleterre et comme Vincent jouait avec nous sur cette chanson j’en ai profité pour écrire un petit texte sur nos expériences anglaises avec lui. Le coté « You only live twice », c’est le fait que l’on ait mis un peu tout de coté en septembre 2017, pour aller vivre une autre expérience outre manche et c’est de ça que parle le texte.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Justement quels sont les principaux thèmes des paroles ?

David (chant) : Il y a 3 catégories. La première c’est surtout sur la Rock’n’roll way if life, avec des moments magiques sur scène, des moments très longs sur la route avec des galères. Il y a en seconde catégorie des chansons plus personnelles qui peuvent parler de sentiment, d’amour, ou d’autres choses qui se passent dans mon esprit. Et en troisième type ce sont des chansons plus politisées, plus engagées. On va dire plus rock’n’roll et luttes des classes, une vision un peu plus sociale du monde qui nous entoure. Sans forcément avoir une critique uniforme des comportements mais plus une réflexion sur les inégalités. Un titre comme Days of Rage qui exprime des moments de colère sur des espoirs bafoués et toute la déception qui s’accompagne derrière.Je m’intéresse beaucoup à la politique et à l’histoire et donc ce sont des choses qui m’inspirent et mettre ça en musique ce n’est pas toujours facile. Même si cela a une portée assez limitée, à partir du moment où tu as quelque chose à dire si on te met un micro devant la bouche et bien tu t’exprimes.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que tu t’inspires de livres ou de films ?

David (chant) : Oui ça m’arrive. Par exemple pour «You only live twice » c’est une histoire que j’ai lu dans un journal en Angleterre. Mais bon c’est assez vaste et c’est plus un gros Melting Pot de tout ce que je lis sur l’histoire et la politique . Le morceau « Feel It in Your Bones » s’inspire de l’oeuvre de Jean Jaures et de ses œuvres pacifistes contre la première guerre mondiale.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez réalisé un premier clip sur le titre « Days of rage », c’est un de vos morceaux préférés ?

David (guitare) : Cela dépend des personnes. On a tous à peu près notre morceau phare. David, c’est Days of Rage » j’imagine.

David ( chant) : oui je l’aime beaucoup, car il est court et efficace. On l’a sorti en premier parce que nous trouvions que c’était un bon morceau pour présenter le groupe. Après il n’est pas forcément représentatif et d’ailleurs il n’ y a pas UN titre vraiment représentatif, à notre goût. Par contre je trouve que c’était un de ceux qui se prêtait le mieux à la conception d’un clip coup de point et percutant. Il reprend des images d’archives de tout un tas de mouvements et ça va des suffragettes dans les années 1910 au Royaume Uni jusqu’aux gilets jaunes plus récemment. Ce sont des jours de colère un petit peu motivés par l’espoir d’un monde meilleur . Je trouve que c’est un phénomène très intéressant.

David (guitare) : Alors, moi , celui que je préfère jouer c’est « Speed Machine » et celui que je préfère écouter, c’est le dernier, « Outside The Nest ». J’adore les couleurs de ces deux morceaux. Il y a des sonorités très « Maiden » dans le premier et donc étant un gros fan de heavy metal je kiffe trop ! Et l’autre titre, c’est pour la fin et son coté très bluesy et très intéressant en terme d’improvisation . C’est l’extase quoi. L’éclate. (rires)

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous allez sortir d’autres vidéos ?

David (chant) : On en a sorti un hier sur le morceau Cobra Cadabra. . Enfin c’est une animation autour de la pochette. Du coup il y tout le délire ésotérique, spatial et psychédélique.

David (guitare) : Mais oui pourquoi pas en sortir un autre

David (chant) : Pour le moment on a pas encore trop d’idées en place . Mais on ne fait pas de clip parce que c’est utile pour la promo, on le fait parce qu’il y a une idée derrière.

David (guitare) : Oui pour le coté artistique et cela dépend aussi du feeling que l’on a avec le réalisateur

David (chant) : Cela dépend des affinités car on a déjà sorti 7 ou 8 clips depuis le début et c’est, à chaque fois, parti d’une idée qui nous est venue à tous les 3. Ce ne sont pas les plus impressionnants en terme de réalisation et d’esthétisme mais ce sont des clips qui ont chacun un sens pour nous et qui collent avec la musique et avec ce que l’on a voulu exprimer à ce moment là.

David (guitare) : On a pas envie de faire un clip banal où certains clichés pourraient revenir et qui au final pourraient rendre la chose inintéressante Et qui en plus pourrait avoir des répercussions sur la musique. Donc on va faire un clip à partir du moment où l’idée est très pertinente ou drôle.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : En 2017 Vous étiez au Metal Corner du Hellfest, c’est un souvenir marquant pour vous ?

David (chant) : Ah oui carrément. Jouer devant 5 000 personnes ça ne nous arrive pas tous les week end. Les conditions étaient top. On a pas joué bourré.

David ( Guitare) Et oui il était assez tôt donc on a pas eu le temps de se murger la gueule

David ( chant) : On a été très bien reçu aussi bien au niveau du Hellfest qu’au niveau du public. On a vraiment pu déployer notre set et on a même joué avec un petit peu d’avance. On a pu rajouter une chanson et ça fait plaisir. On avait assez peur que le concert passe très vite, parce que 40 mn c’est court. On avait pas envie que cela passe comme un gros flash. On a gardé de belles images de ce mélange d’amis qui étaient là.

David ( Guitare) : C’était un vrai melting Pot de personnes que l’on avait rencontrées sur le route toute l’année . Et on trouvait ça excellent de les voir rassemblées à ce Metal Corner.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti un premier Live à Londres en février 2018, pourquoi pas en France ?

David (chant) : Erratum ! On a sorti un live en France sur le Net mais jamais en CD. On avait fait un premier Keep it Fast, mais fin 2015. Donc pour celui de Londres on a repris le nom, car On trouvait que « Keep It Fast » sonnait bien. On a enregistré ce concert en novembre 2017 dans une salle de londres qui s’appelle The Unicall sur Camden. En fait le type qui s’occupait du son nous a proposé de nous enregistrer le concert complet et moyennant 20 pounds il nous filait les bandes . On a écouté et on a dit ok c’est parti. Je me souviens que l’on était fauché et j’ai mis les 20 pounds de ma poche. C’était vraiment la galère mais on s’est dit que ça valait le coup. Au minimum cela fera un super souvenir . Et en l’écoutant on s’est rendu compte que l’on avait bien joué et qu’il y avait une bonne ambiance.

David (guitare) : Notre pote Sam a fait quelques retouches pour que cela sonne mieux. Donc il a remixé le tout et on l’a sorti  en rentrant d’Angleterre.

David (Chant) : Et cela fait plaisir de se dire que l’on a pu enregistrer un Live à Londres

David (guitare) : Il y a aussi le coté emblématique . C’est quand même le pays du Rock !

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous ferez sûrement d’autres albums live?

David (chant) : Carrément . On en ferait bien un en Allemagne. On a comme idée de continuer la série des Keep It Fast mais en changeant l’endroit du Live.

David (guitare) : Après il faut voir les opportunités qui vont s’offrir à nous.

David (chant) : Ce n’est pas une chose à laquelle on réfléchit forcément mais cela se fera en fonction des offres de concerts que nous aurons.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Par rapport au dessin de la pochette, elle vous représente en quelque sorte dévorant doublement le Monde?. C’est une de vos ambition d’être reconnu à l’international ?

David (guitare) : Sans parler d’ambition , c’est plus un moyen de diffuser notre musique. On a envie qu’elle touche un maximum de personnes mais pas dans le sens où l’on veut absolument convertir les gens à notre musique. On veut avant tout leur proposer notre musique et voir si ça leur parle ou pas.

David (chant) : Et au pire on les mord. (rire)

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Comment vous est venu l’idée du dessin à double sens sur la pochette ?

David (chant) : C’est une idée qui est venue de Vincent. Après cela ne représente pas forcément notre volonté et cela dépasse un petit peu le cadre de notre musique. L’ image du Serpent qui croque un peu tout, ce n’est pas forcément l’idée de conquérir le Monde. Mais bon, c’est vrai que l’ on avait pas forcément pensé à cette idée là et ce n’est pas inintéressant.

David (guitare) : C’est sûr que je n’avais pas forcément pensé à cette image. C’est plus la thématique du Monde dans sa forme ésotérique et c’est plutôt comme ça que cela a été pensé.

David (chant) : Mais j’ entends la remarque même si l’on avait pas pensé à cet angle là.

David (guitare) : Après on a quand même cette envie là aussi. On va pas se le cacher. Nous, on veut diffuser à max notre musique et surtout qu’elle parle au maximum de gens . Je pense que c’est l’intérêt de tout artiste.

David (chant) : On est ambitieux mais pas prétentieux. On est surtout un groupe qui fonctionne en «  Do It Yourself ». On ne nous a rien offert depuis que l’on joue. Sur nos 250 concerts, pour 90 % c’est nous qui sommes allés les chercher. On y va vraiment à l’envie, la volonté, l’énergie, à l’acharnement. 3 gars de Strasbourg qui font du Rock, à la base ce n’était pas partie gagnante comme scénario initial. (Rire)

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez déjà commencé quelques compos pour le prochain album ?

David (guitare) : Non pas encore. Mais on n a les idées et on a les influences.

David (chant) : Disons que l’on commence à y réfléchir . On a fini la compo de cet album en juillet/août 2018, on a fait l’enregistrement et ensuite on a bossé sur sa sortie jusqu’en avril de cette année, donc c’est encore assez frais. C’est vrai qu’un album, c’est un an et demi de travail et donc on a pas forcément envie de se remettre immédiatement à la suite .

David (guitare) : Je préfère savourer ce genre de moment, maintenant, tout en ayant du recul par rapport à ce troisième album . C’est justement ce qui est intéressant, de pouvoir prendre son temps. On ne précipite rien et on réfléchit à ce que l’on veut. On sélectionne un peu plus les parties pour avoir quelque chose de plus ciblé. En terme de compositions on va essayer de pousser le concept un peu plus loin.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous allez ajouter plus de sonorités Country Rock comme avec le titre « You only live twice » ou bien un coté plus Stoner Rock comme dans le dernier morceau « Outside The Nest » avec un son un peu Fuzz  ?

David (guitare) : Moi je dirais qu’il a un coté un peu plus épique et plus léger dans la guitare. Pour ce morceau j’ai principalement utilisé une autre guitare. C’est un pote qui m’a prêté sa Strat et elle s’est bien apprêtée à ce type de morceau. Mais c’est vrai qu’il est assez changeant et j’ai fait quelques petits arrangements qui pourraient faire penser que j’utilise une pédale Fuzz . J’ai doublé certaines parties mélodiques qui donnent un effet Fuzz . Donc ce sont des enrichissements que l’on va surement continuer d’ajouter.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : vous avez commencé votre tournée le 7 juin à Metz et vous avez pas mal de dates jusqu’à l automne. Est ce que l’on peut espérer vous voir dans une salle parisienne avant la fin de l’année ?

David (chant) : Il faudrait demander ça aux organisateurs parisiens .

David (guitare) : Oui si on nous le propose on aimerait bien

David (chant) : Honnêtement on a pas trop de touches sur Paris.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : En 2023, vous fêterez 10 ans de carrière, vous vous projetez dans l’avenir ?

David (guitare) : C’est un peu difficile de se projeter, parce que l’on peut être très vite désillusionné. Je pense qu’il ne faut pas avoir trop d’attente à ce niveau là car on ne sait jamais ce qui peu arriver. 2023 ce n’est pas loin mais c’est aussi très loin.

David (chant) : Moi tu m’amènes à mes 33 ans, l’âge du Christ . (rires) On navigue à vue parce que c’est l’expérience qui nous a amené à faire comme ça. On est animé par énormément d’espoirs qui ont des fois été déjà été récompensé. D’autres fois on a été déçu et c’est ce ui nous motive à naviguer à vue. On apprécie chaque bonne nouvelle à sa juste valeur, ni plus ni moins. Alors on se fixe pas de limites minimum ou maximum. La seule chose c’est que l’on a pas envie de se réveiller un matin à 40 ou 45 ans en se disant « Putain, on a pas tout fait pour » ! Donc on fait tout pour, on bosse énormément et on y va avec le sourire et je pense qu’il n’y a pas de meilleure façon de faire. En tout cas c’est celle qui nous convient le mieux.

____________________________________________________

Rock Metal Mag remercie David et David du groupe Iron Bastards et Roger Replica de Replica Promotion.

https://ironbastards.bandcamp.com/album/cobra-cadabra

Facebook :
https://www.facebook.com/ironbastardsrocknroll

1 1 Commentaire