Interview avec Zoé et Max de HERRSCHAFT

Interview avec Zoé et Max de HERRSCHAFT

Le groupe HERRSCHAFT a sorti son nouvel album LE FESTIN DU LION le 21 Juin 2019 via les Noires Productions / Season of Mist et Rock Metal Mag a pu s'entretenir avec Zoé et Max au Black Dog à Paris

Entretien avec Zoé et Max, guitariste et chanteur du groupe HERRSCHAFT au Black Dog à Paris le 4 juillet avec Roger Wessier de Replica Promotion.

Le groupe HERRSCHAFT a sorti son nouvel album LE FESTIN DU LION le 21 Juin 2019 via les Noires Productions / Season of Mist

01 Technosatan
02 How Real Men Do
03 Stray Dog
04 But I Know
05 Le Festin du Lion ( El Worm de WORMFOOD )
06 New World Order
07 Behind This Smokescreen
08 The Great Fire ( Etienne de Shaârghot )
09 The White Russians (Baptiste Bertrand de öOoOoOoOoOo (CHENILLE))
10 Hate Me ( Jessy Christ de SYNDRO-SYS et Dany Boy de JE T’AIME )

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : HERRSCHAFT a subi une restructuration, avec Max qui est passé de la batterie au chant, pourquoi ces changements ?

Max : Alors on avait plus de chanteur !

Zoé : Historiquement nous étions un trio. Max et moi-même étions la base compositrice du groupe et Ludo s’occupait du chant. En 2014 nous nous sommes séparés de Ludo et on s’est posé la question de continuer en duo ou reprendre un 3ème larron avec nous. Et il s’est avéré que nous étions plus à l’aise en restant à deux.

J’ai donc proposé à Max de prendre le chant. Il a du travailler pendant plus d’un an pour apprendre à chanter correctement. Ensuite on a testé en faisant les premiers morceaux et on s’est rendu compte que ça rendait super bien. Et on a adoré. Donc en restant à deux Max a du passer de la batterie au chant. Il a même fait un petit passage aux synthés entre les deux d’ailleurs. Et donc voilà comment tout cela s’est passé en 2014.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Tu n’avais jamais chanté auparavant ?

Max : Non, je ne savais pas chanter et j’ai du prendre des cours, trouver ma voix et voir si elle allait coller à HERRSCHAFT et à ce que l’on voulait faire. Donc on a trouvé une nouvelle direction artistique qui change un peu par rapport aux albums précédents et qui va totalement dans le sens de ce que l’on veut faire.

Rock Metal Mag : Alors bravo, car la voix est impeccable

Zoé : C’est vraiment un petit exploit car moi aussi il m’a surpris. Mais j’avais foi en lui et je l’ai poussé à chanter. Cela fait déjà 4 ans maintenant.

Rock Metal Mag : Tu as définitivement abandonné la batterie?

Max : La batterie j’ai mis de coté. Il y avait des raisons personnelles d’organisation, qui font que je n’étais plus trop à l’aise pour prendre la batterie dans HERRSCHAFT . On avait déjà commencé à faire des concerts avec d’autres batteurs. On a eu Jordan qui a pas mal joué pour nous et puis en 2015 c’est Liv qui nous a rejoint à la batterie et qui ne nous quitte plus depuis. Et c’est très bien comme ça aussi.

Zoé : On savait que de toutes façons il fallait un poste à Max et que l’on continuerait la composition des albums à deux. Et même à l’époque où l’on avait encore Ludo au chant, Max continuerait de faire partie du groupe soit dans l’ombre soit juste en studio.. Et quand Ludo est parti, cela a été le déclic. Ce poste qui se libérait était évidemment pour Max.

_____________________________________________

Rock Metal Mag :Ce 5 ème album marque donc un nouveau départ pour HERRSCHAFT ?

Zoé : On a profité de ce changement de Line up et de cette réorganisation pour décider de ce que nous allions faire. Donc c’est un renouveau mais c’est aussi une continuité musicale des autres albums. On reste le même groupe puisque l’on composait déjà tous les deux avant . On a changé de voix, un petit peu de visuel et un peu aussi ce que l’on avait envie de raconter dedans, mais cela reste du HERRSCHAFT .

Max : Oui on va dire que c’est le renouveau d’une formule et plus exactement un regain d’énergie.

Zoé : Et puis on a aussi un ton différent par rapport aux autres albums. Donc voilà, musicalement c’est la continuité mais en étant meilleur à chaque fois .

____________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est ce qui explique les 6 ans entre l’album précédent  «LES 12 VERTIGES» de 2013 ?

Max: Oui c’est vrai que l’on est toujours un peu lent entre deux albums. On avait déjà mis 5 ans entre « Tesla » et « Les 12 Vertiges ». Donc là il y a une petite année en plus justement à cause de la restructuration. Cela nous a permis de travailler le chant tout en pensant vraiment à ce que l’on voulait faire.

Ensuite on produit nos albums en prenant notre temps et en les construisant petit bout par petit bout. Notre processus de création est forcément lent parce que cela nous plait et surtout parce que Zoé a son propre studio. On produit l’album du début jusqu’à la fin de façon totalement autonome en ce qui concerne notre musique.

Zoé : Nous sommes notre propre maître et personne ne nous dit ce que l’on a à faire, ni quand et comment le faire. C’est un choix que l’on défend bec et ongles. Donc les 6 années c’est un peu à cause de la restructuration et du fait que Max a du apprendre le chant, qu’il a fallu voir si ça fonctionnait et le tester en Live.

Donc lorsque tous ces voyants étaient au vert on s’est mis d’accord pour réaliser un nouvel album. Mais c’est aussi parce que nous sommes totalement indépendants, que l’on maîtrise notre musique totalement de A à Z, en terme de production et de sortie..etc. Donc cet avantage peut aussi être un inconvénient puisque du coup on a pas de pression. On attend d’être complètement satisfait de ce que l’on a à proposer avant de sortir l’album.

voir :
www.studio-zoe-h.com

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Le metal indus et l’électro ont toujours été vos musiques de prédilections ou bien vous écoutiez ou écoutez encore d’autres genres ?

Max : On a des influences très variées. Par contre cet Electro Metal que l’on veut faire avec HERRSCHAFT existe depuis le début, c’est vraiment notre ligne directrice musicale. C’est vraiment la musique que l’on aime faire. Ce n’est pas le même Metal Indus que l’on entendait lorsque l’on a commencé . C’est à dire come en 2004 avec très peu de Metal et beaucoup d’Indus. Alors que nous on voulait promouvoir la Synthwave, la New Wave des années 80 avec sa sonorité synthé.

Zoé : Mais en ajoutant les influences Black Metal que Max a depuis toujours. Et en ajoutant aussi mes influences plus américaines Texanes de Rob Zombie, Prodigy entres autres. Mais c’est ce mélange là qui fait qu’
HERRSCHAFT  est vraiment à moitié entre Electro et Metal, sans faire prédominer l’un ou l’autre des styles et en étant le plus fusion et le plus intégré possible entre ces deux genres musicaux.

Max : Après en ce qui concerne les styles que l’on écoute, on est beaucoup plus versatile.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez donné un nom allemand au groupe (HERRSCHAFT : la règle) parce que le style Metal  industriel est très prédominant en Allemagne ?

Zoé : Oui tu as raison, on peut dire que la musique industrielle prédomine en Allemagne. En 2004 lorsque l’on s’est lancé on a choisi ce nom là parce que la musique industrielle venait plus d’Allemagne que d’ailleurs et nous avions beaucoup d’inspirations dans les groupes allemands. Donc maintenant ce nom a 15 ans et il a peut être plus la même saveur aujourd’hui. Tu en penses quoi Max?

Max : Une fois que l’on a un nom de groupe, on ne le quitte pas et on l’assume. Mais en 2004 c’était très important pour nous et nous étions très fiers de ce nom là.

Zoé: C’était aussi pour se démarquer. Autant on a toujours voulu être un groupe « international », c’est un bien grand mot, mais on ne voulait pas forcément être taxé de groupe français. Donc on a choisi HERRSCHAFT , peut être plus pour marquer notre identité européenne.

Max : Bon par la suite si on doit remonter un groupe on verra l’orthographe, car pour l’instant ça fait 15 ans que les gens n’arrivent pas à écrire le nom correctement.

Zoé : Le seul vrai problème HERRSCHAFT est qu’il y a plus de consonnes que de voyelles.

____________________________________

Rock Metal Mag : Vous vous consacrez à d’autres projets musicaux en dehors de HERRSCHAFT ?

Max : Absolument. Si on parle des 6 ans de production entre plusieurs albums c’est parce que Zoé est sursollicité de projets parallèles. Il faut arriver à capter son attention pour pouvoir justement lui rappeler …

Zoé : C’est vrai que j’ai la chance d’avoir mon studio à Paris et je suis en fait producteur de musique. Je produis donc plusieurs groupes et je collabore avec Shaarghot, avec Freak Injection. J’ai mes propres projets dans lesquels je suis musicien, comme Ambassador21 qui est un groupe Electro Biélorusse. Je participe à un autre projet Post Punk qui se nomme JE T’AIME, j’ai travaillé avec THE CNK avant . Donc tous ces projets me prennent beaucoup de temps puisque pour ceux où je suis musicien , je pars en tournée et pour ceux qui me sont soumis au studio, il faut que je les enregistre, que je les mixe et que je les produise. Donc cela représente beaucoup de travail.

Max : Et HERRSCHAFT vient se placer la dedans. C’est quand même notre projet principal, celui du coeur en tant que musicien.

Zoé : C’est notre projet le plus personnel.

Max : Et pour le coté dominant, cela dépend des périodes et de ce qu’il est important de faire. Il faut quand même que Zoé prenne du temps pour ses autres projets. Et le fait de faire plein de trucs en même temps c’est super entraînant. C’est la vie quoi ! Mais notre projet de coeur reste HERRSCHAFT et on le fait avancer doucement. En toile de fond de tout ce que fait Zoé.

Zoé : Et au final, il n’en restera qu’un. (rires)

Max : Cela explique la longévité du groupe. C’est un groupe de fond.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Et de ton coté Max, tu as d’autres projets en dehors de HERRSCHAFT ?

Max : Alors oui j’ai des projets familiaux, professionnels (rires), mais musicaux non. HERRSCHAFT est mon seul et unique projet musical. Et c’est déjà bien assez pour moi. Chacun son agenda.

Zoé : C’est vrai qu’il y passe beaucoup de temps .

____________________________________________

Jessy Christ

Rock Metal Mag : Vous avez de nombreux amis , invités sur cet album,
c’est habituel ce coté collectif festif ?

Max : Non mais ce ne sont pas des amis. (rires) On a invité tous les gens que l’on détestait afin de pouvoir les afficher sur un mauvais album. Comme ça ils auront bien honte. (rires) Sinon, oui ça fait partie d’ HERRSCHAFT qui depuis le début est un groupe qui aime avoir une communauté de groupes depuis l’époque de notre fondation en 2004. Donc il y en a beaucoup qui sont morts depuis et nous on a la chance d’être encore là. En fait on a toujours été un groupe où on aime bien collaborer avec des gens que l’on aime.

Zoé : Max parle de groupe mais ça devient plus un projet musical, où les intervenants participent.

Max : L’idée du collectif c’est vraiment un rêve. Donc on est très porté sur le fait de faire participer des intervenants. Et dans les 5 albums que nous avons sorti il y en a un qui est un album de remix qui a récolté les 10 années de travail collaboratif que nous avions fait. On remixait les gens et les gens nous remixaient et dans tout ça il y a beaucoup de collaboration. C’est faire vivre la musique en y réinjectant des influences tous ensemble. Time & Dust était à fond la dedans et bien sur depuis on continue la dessus. Donc sur un album d’ HERRSCHAFT on a forcément envie d’inviter des gens sur nos morceaux.

Zoé : A la limite d’un Laibach, qui est un groupe sur scène mais les gens qui composent ne sont même pas sur scène finalement. Il y a énormément de gens qui travaillent en fond derrière et qui font avancer le projet ensemble. Par exemple Jessy Christ, (ndlr : chanteuse du groupe Syndro-syS) qui chante quasiment sur tous nos albums nous accompagne pas forcément sur scène mais elle travaille avec nous derrière en studio. C’est elle qui a coatché Max pendant 1 an pour sa voix et c’est ce genre de travail que l’on essaie de tisser ensemble. Donc il y a des gens qui viennent sur scène et d’autres qui restent derrière. C’est une véritable entreprise . (Rires) C’est bien organisé maintenant.

Max : Et puis il y a aussi le plaisir de travailler ensemble.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Daniel (Basse) et Liv (Drums) sont présents pour les live, est ce que vous envisagez qu’ HERRSCHAFT devienne un vrai quatuor aussi bien sur scène que pour les compositions ?

Max : Nous sommes un quatuor, puisque Dany Boy et Liv nous ont rejoint depuis quelques années. On a vraiment trouvé un Line up auquel on est vraiment fier et super attaché.

Zoé : On a vraiment plaisir à jouer ensemble

Max : Au niveau de la compo, on est habitué historiquement à composer à deux avec Zoé. On avait un Backlog de morceaux et on était déjà à moitié engagé, pare que l’on a beau mettre 6 ans pour faire un album, on a quand même des idées qui rémanent depuis plusieurs années. Donc on prend des vieux projets et on les retravaille.

On a donc continué ce processus mais lorsque l’on se pose la question de savoir ce que l’on fera pour le prochain album, clairement, on a envie de travailler à quatre. Parce que là, on a vraiment trouvé un Line up qui n’est pas seulement pour le Live. On a un nouveau groupe.

Zoé : Cela a un petit peu commencé sur cet album puisque Dany Boy, le bassiste, chante sur le dernier morceau « Hate Me ». On commence un petit peu a intégrer les choses comme ça . Après ils sont arrivés un peu sur le tard sur la composition de cet album. Mais maintenant que nous sommes à pleine puissance à quatre, je pense que pour le prochain on fera participer tout le monde.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Le dernier titre « Hate Me » est d’ailleurs très différent des autres, plus électro Danceflor c’est un avant goût pour la suite du groupe ?

Zoé : Très Cold Wave, je peux même dire, mais c’est difficile à dire parce que pour le moment on ne s’est pas encore projeté sur l’album suivant. C’est vrai que l’on est en pleine promo de celui là, que nous en sommes content et que nous allons l’emmener sur scène, mais c’est sur que cela faisait partie de nos idées au moment où on se restructurait avec Max. On voulait essayer d’autres choses aussi et c’était un des morceaux qui partait sur une autre couleur. Et on se disait que cela pourrait être le futur d’ HERRSCHAFT. Je ne sais pas si ce sera le cas , mais c’est une des pistes testée et cela nous a beaucoup plu.

Max : C ‘est ce qui a fait que c’était obligatoire de mettre ce titre sur l ‘album.

Zoé : Oui, parce que c’est du HERRSCHAFT quand même, sans guitare, mais cela fait partie de nos influences et des choses que l’on aime. Il n’est pas exclu que l’on tire un peu sur le fil pour voir ce qu’il y a derrière. Mais peut être que nous ne le ferons pas. (rires)

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez eu des critiques par rapport à ce morceau ?

Zoé : On nous en parle souvent.

Max : On en attendait justement pour savoir comment il allait être perçu. Sur les premiers retours, les gens étaient très contents. Ils trouvaient que cela tombait très bien car cela faisait une fin rafraîchissante. Et comme l’album est assez compact et qu’il n’y a pas trop de morceaux et que ça attaque bien tout au long de l’album, beaucoup de gens ont trouvé que cette fin était parfaite.

Zoé : Surtout que l’on pensait se faire insulter avec ce morceau. (rires)

Max : Mais en fait cela n’a pas choqué plus que ça.

Zoé : On a eu des tractations avec un Label de Black Metal qui était plutôt intéressé et je n’osais pas leur envoyer le morceau. Mais au final on en est très fier. On s’attendait à ce que les purs et durs métalleux nous reprochent ce titre, puisque ça chante en voix claire et qu’il n’y a pas de guitare. Donc nous sommes très contents de voir que ça plait.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Comme pour les 12 vertiges vous avez également choisi un titre en français pour « Le Festin du Lion » et il y a aussi une chanson en français alors que vous chantez en anglais, pourquoi?

Max : Alors le fait de faire des morceaux en français, vient de l’héritage de Ludo, notre ancien chanteur. Et donc, régulièrement Ludo voulait continuer de montrer le coté international. On a « De Flammes et d’Ombres » sur Architects of the Humanicide (2006). Pour les 12 Vertiges le titre est en français mais il n’y a pas de morceau.

Pour le Festin du Lion il s’est passé 2 choses. Déjà pour le morceau « Le Festin du Lion », lorsque l’on a écouté la musique et que l’on avait le coté fiévreux, on avait déjà l’ambiance des paroles. On voulait un coté viscéral, carnassier, une sorte de personnification du désir assez crade. Et j’ai commencé à écrire les paroles en anglais.

On a fait quelques tests et on trouvait que ça n’allait pas. J’ai repris ces paroles et je les ai mises en français et c’est exactement ce qu’il nous fallait. Donc en travaillant ce morceau on s’est dit qu’il fallait vraiment le faire en français.

Après il fallait lui trouver un nom, en français, et donc, Le Festin du Lion. On pensait avoir notre OVNI de l’album. Et lorsque le reste des chansons est arrivé, que le visuel a commencé à poindre et que l’on s’est rendu compte que le thème de l’album était cet espèce de Satan avec son acolyte qui disent : « l’humanité n’a même plus besoin de nous pour faire de la merde », le titre Le Festin du Lion est devenu une évidence.

Zoé : Les deux personnages parlent de choses crades en fait et lorsqu’il a fallu nommer cet album, on a réfléchi aussi et c’est tombé comme une évidence que Le Festin du Lion était le plus représentatif de l’album. Mais ce n’était pas forcément une volonté de mettre un titre en français. Cela s’est fait naturellement, car aucun des autres morceaux ne collent. Cela nous dérangeait presque de mettre un titre en français puisque nous l’avions déjà fait avec « Les 12 Vertiges ».

Max : On veut montrer le coté international tout en on ne voulant pas passer pour un groupe Franco français, mais bon , tant pis, c’est comme ça et ça doit être comme ça.

Zoé : Mais ce n’est pas du tout pour souligner nos racines françaises, c’est surtout pour montrer notre coté européen. On veut bouger en dehors des frontières française, donc c’était même un frein de mettre encore un titre en français.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour en revenir au thème de l’album, c’est l’humain au service de Satan ?

Max : Non ce sont les dérives de l’humain.

Zoé : C’est l’humain au service de lui-même qui n’a même plus besoin de Satan. Ces deux personnages, Satan et son assistant qui regardent le Monde et qui constatent qu’ils ne peuvent plus rien pour eux. Ils se débrouillent seuls pour faire n’importe quoi.

Max : L’humain part en roue libre et il n’a besoin de personne.

Zoé : Et eux regardent le monde brûler. Ils se frottent les mains mais tout de même avec un petit coté déçu et désoeuvré maintenant.

Max : Le coté un peu triste de ne plus servir à rien. (rires)

_______________________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 66323694_2361919440532879_7699762758312525824_n.jpg.

Rock Metal Mag : Qui a réalisé la pochette ?

Zoé : C’est Aurélie Raidron, une superbe photographe de Lyon avec qui j’avais déjà collaboré sur d’autres projets. On aime beaucoup son travail et lorsque l’on a pensé au style d’Artwork que l’on voulait, on lui en a parlé et elle a été très emballée. Nous sommes allés à Lyon et elle nous a monté tout cet Artwork avec ces gens nus, façon « Le Radeau de La Méduse« . On a passé une incroyable journée avec tous ces gens là et on est très fier du résultat. Elle a vraiment fait un boulot de dingue.

Max : On lui a donné des instructions mais on voulait qu’elle amène sa patte.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Et l’idée des costumes ?

Zoé : Cela fait partie des éléments que nous avons apporté. On construisait depuis quelques temps ces personnages là, parce que cela collait aux paroles que l’on commençait à écrire dans l’album. Cela collait aussi avec ce que l’on voulait montrer sur scène pour nos prochaînes dates . Donc on lui a apporté nos costumes et cela l’a inspiré pour construire l’Artwork et créer cette lumière.

Max : L’idée des longues jupes vient d’elle. Elle nous voulait à 2m50 de hauteur avec de très longues jupes et des gens nus à nos pieds. Et du coup, c’est comme ça que tout s’est construit, avec beaucoup de talent de la part de cette artiste.

Zoé : C’est entièrement fait avec de la vidéo projection.

Max : Et c’est là où on se dit on veut un coté ésotérique, un coté satanique et ce coté sombre…

Zoé : C’était aussi important d’ajouter une sorte de cynisme et d’humour. On ne voulait pas un Artwork trop sérieux et quelque chose d’un peu moins glacial que ce que l’on faisait avant. D’où l’idée de prendre des gens nus, vieux et de les mettre à nos pieds.

Rock Metal Mag : Pourquoi vieux ?

Zoé : Je dis ça pare que ce ne sont pas des éphèbes de 25 ans. Le plus âgé avait 65 ans je crois.

Max : Oui et ce qui était beau aussi était de travailler avec ces corps de tous ages, et aussi bien des hommes et des femmes. Et c’est ce qui crée la beauté du tableau. Aurélie est spécialiste des photos de corps humains. Elle photographie très bien l’essence du nu et c’est vraiment un de ses terrains de prédilection. Elle photographie des gens de tous les âges et elle les rend magnifiques.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Et ce petit motif c’est votre Logo ?

Zoé : Oui il a été créé par Heinrich Von B à l’époque, ancien guitariste de The CNK et qui est devenu tatoueur et qui m’en a fait une belle représentation sur le coude aussi.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Votre album est donc sorti le 21 juin et la release a eu lieu au Hellfest ou vous étiez en promotion , comment ce sont passés ces 3 jours en enfer?

Max : Il faisait chaud , on était chez nous, en enfer ! (rires) Il faisait vraiment super chaud et on a quand même fait la promo costumé. L’album est sorti sur le stand Season Of Mist et nous avons fait la Release Party sur le site du Hellfest. On a fait note Happening là-bas et on s’est servi de notre imagerie pour aller ce balader au milieu des gens. Et cela a très bien marché. C’était très dur car on a pas arrêté de courir partout. On a aussi pas mal bossé avec les interviews qui étaient planifiées.

Zoé : Et on s’est régalé car pour Max comme pur moi, cela faisait près de 10 ans que nous n’étions pas retournés au Hellfest.

Max : Donc le nouveau site, la nouvelle configuration et la taille du Hellfest aujourd’hui par rapport à 2009, nous a impressionné comme des gamins. Ils ont vraiment fait quelque chose d’exceptionnel. Donc, on a beaucoup bossé mais on a aussi pu en profiter car il y avait le Knotfest avant. Et le soir aussi après les journées de promos on a pu assister à quelques concerts.

Zoé : Oui, On a bien profité du festival cette année car le Metal Industriel était un peu plus représenté. Il y avait Eisbrecher, Combichrist, Shaârghot qui a fait un super concert. Moi je suis leur ingénieur du son donc on a pu profiter de tout ça ensemble. Il y a eu Punish Yourself, Rob Zombie, Ministry, et c’était vraiment une belle édition .

Cela nous a fait très plaisir car en plus on avait déjà été invité par le Hellfest quelques mois avant pour le Hellfest Cult . Donc on avait pu jouer en mars et visiter le site qui venait d’être reconstruit à ce moment là. On a eu un petit avant goût et on a pu retrouver tous les Hellfestculteux qui nous avaient beaucoup aimé et nous ont accueilli à bras ouverts dans leur espace privé. On a vraiment passé un super moment tous ensemble à retrouver tous ces gens là.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : On va peut être vous voir à l’édition 2020 ?

Zoé : Ce n’est pas de notre ressort mais on aimerait bien. On y travaille.

Max : Cela se pourrait bien et on va tout faire pour . (rires)

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Coté Live vous allez créer un décor particulier ?

Zoé : Oui maintenant on ne va jouer qu’avec des gens nus. Le public doit être nu comme sur la pochette. (rires) Mais nous on aura nos costumes.

Plus sérieusement, cela fait longtemps que l’on travaille la scénographie et dans l’industriel c’est quelque chose d’important. On a toujours voulu le faire depuis 15 ans et c’est une chose sur laquelle on travaille avec les moyens que l’on a .

On est pas Rammstein mais même sans parler d’un décor spécifique, on aime bien se mettre en scène avec nos costumes . Il y a plusieurs personnages dans cet album, que Max incarne de façon magistrale. Après on essaie de travailler à fond les vidéos projections et il y en a beaucoup qui nous suivent en concert.

Après on travaille aussi sur la pyrotechnie et les lights. Donc on essaie d’enrober notre musique avec ça.

Max : On a un style de musique qui est une musique à spectacle.

Zoé : On fait du divertissement. On en est très conscient et c’est ce que l’on veut faire en live et on l’assume parfaitement. On veut transmettre des idées que ce soit par la vidéo, par la musique par les paroles. Toutes ces choses sont des vecteurs. Nous ne sommes pas juste un groupe de musique, nous sommes un !art global.

Max : C’est à double tranchant aussi parce qu’il y a beaucoup de groupes qui jouent sur le visuel au détriment de leur musique qui est pauvre. Donc nous, on veut et apporter de la bonne musique et apporter des idées qui vont faire réfléchir les gens sur notre musique, les paroles ..etc, tout en sachant qu’en même temps il faut que ce soit un spectacle. Donc on veut vraiment jouer sur tous les tableaux mais on va jusqu’à un certain point d’ « entertainement ». On se refuse d’aller trop dans la simplification de la musique et je pense que l’on a trouvé un très bon équilibre.

________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’un vidéo clip est en préparation ?

Zoé : Nous en avons déjà sorti un il y a plusieurs mois et on travaille sur les prochains.

Max : Plutôt en 2015 !

Zoé : Oui, How Real Men Do est sorti il y a quelques temps mais ça fait partie des single de l’album. Donc, il faut un nouveau clip et on travaille dessus. On est en contact avec les mêmes réalisateurs que pour le premier.

Rock Metal Mag : On peut avoir un petit indice?

Max : Non, ce sera la surprise .

Zoé : On ne s’avance pas non plus sur une date car la dernière fois que l’on a parlé de la sortie de notre nouvel album, on l’a sorti 6 ans plus tard . On va faire le plus vite possible mais on ne peut pas donner de date.

__________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Que pensez vous de la scène Electro Indus en France ?

Max : Elle repart et c’est quand même très bien.Il y a eu une bonne traversée du désert dans les années 2000, et là c’est reparti.

Zoé : Je pense à ceux qui existaient à l’époque où on a créé le groupe et on peut dire que nous ne sommes plus beaucoup à être vivant. on a réussi à traverser comme Punish et c’est très bien. Par contre pour les autres, ça n’a pas marché et on en est désolé car ils étaient des amis.

Par contre coté renouveau il y a des groupes comme Shaârghot avec lequel on s’entend très bien et on aime beaucoup ce qu’ils font. C’est aussi pour ça que l’on collabore ensemble sur des morceaux et même en live il se peut que l’un de nous fasse une apparition chez eux ou inversement.

On essaie de tous se supporter et on travaille ensemble pour divertir les gens et pas se tirer dans les pattes. Je ne sais pas si cette mode là va durer, mais justement le Hellfest de cette année était un bon indicateur car il y avait beaucoup plus d’Electro. J’ai l’impression que les gens ont aimé car il y avait beaucoup de monde devant Eisbrecher, Combichrist, Shaârghot .. Etc

J’espère qu’ils vont l’entendre et développer ça pour les années suivantes.

Max : Avant , il y a 15 ans cela a toujours été difficile coté Metal Indus, de trouver son public. Les gens disent que ce n’est pas du vrai Metal et qu’ils préfèrent le Black Metal. Ceux de l’Electro qui disent que ce n’est pas de l’Electro et qu’il y a trop de guitare.

Zoé : Nous surtout, on a rencontré ces difficultés au moment où il fallait jouer. On arrivait devant des organisateurs de Festival Metal qui ne nous prenaient pas car nous étions trop Electro et ceux qui organisaient des festival Electro qui trouvaient que nous étions trop Metal.

Donc on a toujours eu ce coté cul entre deux chaises qui ne nous a jamais découragé puisque nous sommes toujours là, mais pendant très longtemps cela a été très compliqué de pouvoir jouer. Aujourd’hui, ça commence à s’ouvrir mais ça reste difficile.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Votre Release Party a lieu au Black Dog à Paris le 6 juillet mais est ce que vous avez des dates à annoncer ?

Zoé : On commence à se caler sur les futurs dates. On en a une a annoncer à Nantes au Warehouse le 1er novembre.

Max : Avec une super affiche : Punish Yourself, Ost+Front, Shaârghot, HrrH et Geisterwald.

Zoé : C’est organisé par KINBAKU MATSURI.

Max : Non seulement c’est un concert à la limite d’un festival car il y a plusieurs groupes, mais c’est aussi un Happening avec des performances, du Shibari, de la Pole dance. C’est vraiment un expérience très intéressante. Pour les autres dates elles vont arriver et on les annoncera plus tard.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Zoé et Max du groupe HERRSCHAFT , Roger Wessier de Replica Promotion et le Black Dog.