Interview avec Ombeline d’Asylum Pyre

Interview avec Ombeline d’Asylum Pyre

Ombeline (chant) et Johann (guitariste/chant) du groupe ASYLUM PYRE étaient récemment en journée promotion au Black Dog à Paris avec Roger de Replica Promotion et Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec Oxy afin de discuter du nouvel album N°4, qui sort ce vendredi 26 avril 2019 sur M & O Music

Entretien avec Ombeline, chanteuse du groupe Asylum Pyre.

Ombeline (chant) et Johann (guitare/chant) du groupe ASYLUM PYRE étaient récemment en journée promotion au Black Dog à Paris avec Roger de Replica Promotion et Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec Oxy afin de discuter du nouvel album N°4, qui sort ce vendredi 26 avril 2019 sur M & O Music

Ombeline (Oxy) et Johann

L’ Artwork a été réalisé par Gustavo Sazes (Amaranthe, Machine Head…) d’après une photo de Béranger Bazin / Lykh’Arts.

TRACKLIST

1 Lullaby for the clairvoyants
2 One Day (Silence – part 2 : Day Dreaming)
3 Sex, Drugs And Scars (Ft. Beast in Black’s Yannis Papadopoulos)
4 Lady Ivy
5 On First Earth
6 (D)ea(r)th ( Ft T.A.N.K. (Think of a New Kind))
7 Into The Wild
8 MCQ Drama
9 Borderline
10 The Right To Pain
11 The Broken Frame
12 The Cemetery Road

Facebook : https://www.facebook.com/asylumpyre

Rock Metal Mag : Quand as tu rejoint le groupe Asylum Pyre et comment cela s’est passé ?

Ombeline : Alors j’ai rejoint le groupe officiellement en octobre 2016 mais je travaillais avec Johann depuis le mois de juillet . Donc lorsque Heidi est parti, Johann a commencé à prospecter. Et c’est un de nos amis communs, Steve, excellent guitariste assez connu dans la scène Metal et que tu as pu voir dans Dead Bones Bunny, et Malemort également, qui lui a dit d’essayer avec moi. Et voilà, c’est arrivé comme ça.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez tous un diminutif, pourquoi ? (Ombeline « OXY » Duprat : vocals / Johann « JAE » Cadot : guitars, vocals,/ Pierre-Emmanuel « WIK » Pélisson : guitars / Fabien « HED » Mira : bass / Thomas « KAS » Calegari : drums)

Ombeline : Alors en fait, tout est en rapport avec le concept de cet album qui lui même est entièrement intégré à un projet que Johann a développé de son coté lorsqu’il a commencé Asylum Pyre. Donc nous avons deux personnalités. Là telle que tu me vois, c’est ma tenue de tous les jours, même lorsque je vais travailler, mais c’est aussi devenue la tenue officielle. C’est celle que l’on a en tant que personnages avec nos prénoms, dans la vie réelle.

Nos diminutifs ce sont aussi nos prénoms en tant que résistants, en tant que personnes qui vont s’engager justement à travers des thèmes que l’on retrouve dans cet album. Ce sont surtout des postures écologiques et des prises de conscience. Donc nous sommes des leaders résistants et nous essayons de faire changer les choses tout au long des thématiques évoquées dans N°4.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Ce nouvel album marque un vrai tournant pour Asylum Pyre ?

Ombeline : Oui c’est un vrai tournant au point de vue artistique, même si on reste sur une base où c’est Johann qui compose. Ensuite il est tout à fait ouvert et si nous avons des idées, nous pouvons lui apporter. C’est vrai que nous avons tous un back drop de musicien totalement différent les uns des autres. Cela peut,comme dans le cas de notre batteur, Thomas, qui a bossé avec de la musique africaine, donner des plans assez typés.

Moi je viens plutôt du Jazz et j’ai commencé en jouant du Saxophone. Du coup l’idée est venue de mettre à un moment donné du Sax, mais cela ne s’y prêtait pas. Donc, cela ne sert à rien d’essayer de faire pour faire. Par contre au niveau de la voix si j’ai envie de faire ma Whitney Houston, je suis libre de faire du vrai RNB. (rires)

_________________________________________________

Rock Metal Mag: Pourquoi l’avoir intitulé tout simplement n° 4 ?

Ombeline : Nous avions forcément réfléchi à plusieurs titres qui ne se résumeraient pas juste à un chiffre et une lettre. Mais au regard des thématiques et du cynisme ambiant qui règne actuellement, le parallèle s’est très vite fait entre le monde du luxe et de la mode. Donc c’était, comme le N°5 de Chanel, le N° 4 d’Asylum, notre nouvelle fragance.

Donc pour cette pochette là, c’est l’officielle « moi » , « Oxy », désignée comme mannequin dans le concept et qui porte une sorte de masque à gaz, mais stylisé. Tu as le logo, fait avec des strass, la couronne de reine de beauté, l’attitude avec les petits tattoos. Donc on a vraiment travaillé cette pochette dans ce sens là et on voulait surtout qu’elle rappelle les pubs de parfums. Il y a toujours aussi cette image féminine que tu retrouves dans tous les albums d’Asylum.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Cette pochette a été réalisée par Gustavo Sazes  d’après une photo de Béranger Bazin / Lykh’Arts. Comment s’est fait le choix de travailler avec Eux ?

Ombeline : Alors évidemment comme nous ne sommes pas graphistes nous avions des idées extravagantes et lorsque nous avons contacté Gustavo, le technicien, il nous a tout tout de suite dit ce qu’il n’allait pas faire. Donc il nous a demandé de nous prendre en photo afin qu’il puisse construire une pochette telle que nous la voulions, avec cet univers un peu de luxe, de mode..etc. Donc la photo c’est Béranger, qui est non seulement très sympa mais aussi très doué.

Je pense que pour Gustavo, il s’agissait d’un exercice un peu nouveau car lorsque l’on regarde ses autres pochettes, elles ne sont pas trop dans ce créneau là. Donc c’est vrai que l’on a pas mal tâtonné avant d’arriver à ce coté luxe et mode.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : C’est vrai qu’elle a une super accroche mais je n’avais pas forcément pensé à cet univers mais plus à l’image d’un monde en pleine asphyxie, par rapport à tout ce qui se passe actuellement.

Ombeline : Mais tu as tout à fait raison, puisque on porte des masque à cause de l’air irrespirable, mais comme nous sommes dans un monde totalement cynique, on va customiser ou plutôt « fashionner » ce masque à gaz. Et pour l’anecdote, on a appris récemment que en Chine, il faisait des petits masques contre la pollution et qu’une marque avait commencé à les styliser et à les modifier en mode « Fashion », vraiment haut de gamme.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez changé de label puisque vous étiez chez Massacre Records et maintenant chez M&O music ? quelles sont les raisons de ce changement ?

Ombeline : C’est une question un petit peu compliquée car je n’étais pas là en ce qui concerne le deal avec Massacre. Mais cela n’avait pas été suffisant en matière de promo et autres. Il n’y avait pas forcément de communication aussi. Par exemple lorsque Johann, a envoyé des report, Massacre ne bossait pas forcément. En plus il travaillait , d’après ce que j’ai compris, avec une entité de promotion qui était à moitié en train de se barrer du label.

Donc comme il n’y a pas eu de deal plus intéressant pour nous, nous avons décidé de nous réorienter sur de la distribution, de la diffusion et de la promotion, en prenant tout en charge de notre coté. On a même eu un deal de la part d’une personne qui voulait racheter tout le catalogue et garder les droits pendant 12 ans ! (rires) Le genre ubuesque quoi ! Là c’est carrément de la prise en otage !

________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous écrivez les paroles à deux ?

Ombeline : Non, c’est Johann. Je le surnomme l’artisan , parce que c’est quelqu’un qui va prendre le temps de tout fignoler. Il va te mettre un aplat de feuille d’or, là où personne ne le verra, mais lui il le saura. Il fonctionne comme ça : il va composer, parce qu’il a déjà écrit les paroles avant . Enfin pour cet album là, c’était le cas et, moi je l’ai rejoint ensuite. Ils avaient déjà commencé à composer des maquettes avec Chaos Heidi, donc il y avait déjà toute la base qui était faite.

Après, sur le prochain album, je participerais de façon plus active, en matière de composition. Je pense que l’on fonctionnera différemment aussi pour prendre plus de risques et en mêlant encore plus les influences. Mais j’ai quand même mon mot à dire sur les paroles et Johann encourage beaucoup à le faire. Mais en fin de compte, il est tellement habitué à cet exercice que tu trouves que c’est très bien comme ça.

______________________________________________

Rock Metal Mag :  La lutte, la mort , la destruction, la colère , sont les thèmes principaux de vos paroles , ?

Ombeline : Oui c’est exactement ça. En fait i y a toujours un parallèle avec les propres troubles humains. Autant Johann que moi, on a des angoisses mais pas les mêmes. Pour lui ,ce sont plus des angoisses écologiques, mais ensuite c’est vrai que l’on aime bien explorer les méandres du psychisme humain, où tu vas t’intéresser, comme avec le titre « MCQ Drama » à l’incapacité de faire des choix.

C’est finalement très contemporain et propre à notre génération et peut être encore plus la mienne puisque je suis plus jeune que lui. On te dit que tous les choix sont possible alors qu’au final tu n’en as aucun. Tu as tellement de choix que tu ne sais plus comment faire car tu es comme un enfant gâté qui veux tout avoir parce qu’il a l’impression qu’il va passer à coté d’une opportunité.

Donc tu as ce cheminement intellectuel avec ses interrogations et à coté toujours cette lutte, cette dénonciation des aberrations de tout ce qui se passe dans le monde aussi bien humainement que écologiquement parlant.

________________________________________________

Rock Metal Mag :  Quelle est la signification du titre MCQ Drama ?

Ombeline : Alors MCQ, c’est la question à choix multiple en anglais. Il a plein de trucs comme ça Johann. Plein d’associations d’idées .

______________________________________________

Rock Metal Mag : Comme (D) EA(R)TH : qui associe à la fois la mort et la Terre .

Ombeline : C’est ça, c’est bien du Johann.. Il y a aussi ‘Into The Wild » qui parle de se barrer très loin, et ça reprends l’idée du film. (ndlr : « Into The Wild » film de Sean Penn 2007)

Rock Metal Mag : Ce film est génial mais la fin est dramatique.

Ombeline : Oui, et il te fait bien réfléchir.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Le titre Lady Ivy est plus mordant, plus hargneux et plus déchirant il a une signification particulière ?

Ombeline : Alors c’est une question d’interprétation et c’est le titre sur lequel je me suis sentie le plus à l’aise. Je l’ai enregistré en deux prises. Pourtant dans sa composition il est typé plus ancien mais avec une patte un peu moderne.

Rock Metal Mag : C’est vraiment un des titres qui m’a le plus accroché. On sent que tu y mets toutes tes tripes .

Ombeline : Celui là pour l’anecdote lorsque je l’ai chanté, il y avait un tabouret en cabine et j’étais à cheval dessus et je me balançais d’avant en arrière.(et Ombeline se met à chanter en imitant la scène…) (rires) Mais du coup c’est cool car cela veut dire que tu as bien ressenti l’énergie déployée dans ce morceau.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Tu m’a dis qu’il y avait des titres qui avaient déjà été ébauchés auparavant , ce sont lesquels ?

Ombeline : Alors il y a deux chansons qui sont Into The Wild et (D) EA(R)TH qui ont vraiment été retravaillé et qui ne devaient pas du tout ressembler à ça. Franchement le refrain tel qu’il est actuellement a subi 5 modifications.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Et est ce qu’il y a des morceaux qui vous ont posé plus de problèmes ?

Ombeline : Oui il y a des titres sur lesquels je n’étais pas forcément d’accord sur la ligne de chant, ou bien je trouvais que ça manquait un peu de pêche et qu’il fallait faire des morceaux plus directs aussi. Comme pour D) EA(R)TH, par exemple, car il y a ce coté double voix sur lequel Johann n’était pas forcément habitué vu qu’il il vient du Power.

Moi j’écoute plus du Black ou du Death. Donc forcément j’aurais tendance à mettre de la double partout. (rires) Donc ça c’est une affaire personnelle d’apport stylistique. Forcément lorsque tu écoutes souvent la même chose tu as tendance à engranger et à refaire de manière inconsciente la même chose . Tout comme moi qui à force d’écouter du Behemoth ou du Der Weg einer Freiheit je suis quand même pas mal influencé par leur style.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez à nouveau travaillé avec Didier Chesneau pour l’enregistrement ?

Ombeline : Non, pas sur cet album. On a travaillé avec Angelo Buccolieri. Le groupe l’avait rencontré lors de la tournée avec Rhapsody en 2016 et il était l’ingé son de Iron Mask . Comme cela avait bien collé entre eux, lorsque l’on s’est mis a chercher un ingé son pour avoir vraiment cette patte moderne, on a pensé à lui. Johann avait pris acte des reproches qui avaient été fait sur le dernier album et du coup il voulait vraiment pallier ça. Donc forcément on a cherché plusieurs studios tout d’abord en France, pour des raisons de logistiques et de coûts.

Et il s’est avéré qu’enregistrer au fin fond de l’Italie, revenait moins cher qu ‘en France. Cela t’offrait une expérience différente car lorsque tu es en région parisienne, tu as le boulot qui va te téléphoner, tu as ci, tu as ça… Tu prends ton RER tu es claqué et tu n’es pas forcément dans des conditions optimales. Alors que là on a enregistré, dans le Sud de l’Italie, vers Bari, chez Angelo. On avait loué une petite maison au bord de la mer à la même époque. Cela fait un an pile.

Donc tu te lèves, il fait beau. Tu es quand même dans les Pouilles dans le sud italien et quand tu ouvres ta fenêtre tu as la mer. Tu as envie d’enregistrer toute la journée et tu adores ça. (rires). Tu es dans une ambiance de travail assez reposante, relaxante ou tu peux alterner tes journées entre aller prendre un café ou un mojito tout en regardant la mer et en continuant d’enregistrer.

Tu es dans un cadre propice à la création. En plus Angelo était à fond sur le projet, il connaissait tous les morceaux de manière hyper rigoureuse  et c’était un vrai confort. Moi il me mettait directement sur les parties que je devais chanter. Donc il n’était pas juste là pour appuyer sur des boutons ou pour nettoyer les pistes. Il prenait part concrètement à ce processus de création.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez dévoilé une première lyric vidéo du single « Sex, Drugs & Scars » (Ft. Beast in Black’s Yannis Papadopoulos). Pourquoi le choix de ce titre en particulier ?

Ombeline : Ce titre dit beaucoup de choses sur « nous » et je l’ai énormément expérimenté malheureusement ces derniers mois. C’est vrai qu’ Asylum a tendance à sortir, depuis son dernier album ( ndlr : Spirited Away paru en 2015 ) des titres assez punchy, quitte à se faire taper dessus par les « plus durs ». Mais on s’est dit, on va y aller à fond et on va assumer le coté Lady Gaga metal. Mais de toutes les façons c’est comme pour tout, si tu n’y vas pas a fond tu risques de te faire laminer. Yannis a vraiment la voix qui collait pour ce titre là. A la fois très énergique et au final un peu à contre emploi de ce qu’il peut faire.

Seulement le problème est que l’on aurait adoré faire un clip avec lui, surtout que d’un point de vue promo cela aurait été idéal. Sauf que maintenant à cause de la notoriété qu’il commence à avoir, il est forcément rattaché  à son label. Du coup le label dit non car nous sommes un petit groupe qui ne va pas lui apporter grand chose et il doit faire gaffe à son image.

Voilà donc ce n’est qu’une question d’image mais tu peux tomber sur un groupe amateur qui va en faire n’importe quoi. Les gens ne sont pas tous bien intentionnés et il y en a qui ne voudront peut être pas respecter un cadre ou un procédé de diffusion compatible avec l’image de l’artiste.


___________________________________________________________


De gauche à droite : Raf Pener, Clément Rouxel,Thomas Moreau, Nils Courbaron et Olivier d’Aries

Rock Metal Mag : Vous avez invité sur le morceau 
(D) EA(R)TH , Raf, le chanteur de T.A.N.K, c’est un groupe qui fait partie de vos influences musicales ?

Ombeline : T.A.N.K ce sont vraiment des amis. Raf n’habite pas loin de chez Johann donc ils se voient assez régulièrement. Le guitariste, Nils Coubaron, qui est aujourd’hui dans Sirénia est également un très bon ami à nous. Il nous a dépanné plein de fois et c’est lui qui a fait tous les solis de guitare sur l’album.

Donc on a déjà de base, une histoire amicale avec ce groupe et c’est aussi un coup de cœur artistique. Raf est un chanteur incroyable . Et Nils Courbaron, tout le monde le connaît et c’est un être formidable. Je l’adore et il est extrêmement doué. Il mérite le respect parce qu’il a toujours bossé pour ça et il a jamais rien lâché.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez dévoilé un nouveau clip du single « ONE DAY (Silence – Part 2 : Day Dreaming) », c’est une continuité du titre « Silence of Dreams «  de « Spirited Away ?

Ombeline : Connaissant Johann, il y a sûrement un rapport puisque tous les albums son liés. Mais là j’avoue que je ne peux pas te répondre.

___________________________________________

Rock Metal Mag : En dehors du chant quelles sont les principales différences avec l’album Spirited Away paru en 2015 ? Je trouve que l’on retrouve l’influence du groupe Amaranthe surtout dans 
« ONE DAY (Silence – Part 2 : Day Dreaming) 

Ombeline : La différence majeure se ressent sur la production et sur la différence de son et sur l’accroche beaucoup plus moderne. La base est toujours Power mais plus clinquant et l’influence d’ Amaranthe vient du fait que Johann en écoute assez souvent. C’est le genre de groupe pour lequel on adorerait ouvrir. Je pense que ce serait tout à fait cohérent de partager une affiche commune. Ce sont des groupes qui ont différentes influences mais qui ont misé sur une production moderne dans leur façon de faire.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez des concerts à annoncer ?

Ombeline : Oui nous avons 3 dates en Suisse et en Allemagne où nous allons ouvrir pour Demons & Wizards, le groupe formé par le guitariste de Iced Earth et le chanteur de Blind Guardian.

Sinon nous nous concentrons davantage sur le fait de renouveler un peu l’image d’Asylum et remontrer notre logo que l’on a travaillé et que l’on met un petit peu partout. Donc voilà, l’idée était vraiment de sortir l’album, le 16 le clip, les dates qui arrivent fin mai. Et on va en profiter pour faire une captation pour avoir du matériel à rebalancer derrière . En septembre, je pense que l’on va aussi faire la Release Party officielle de l’album histoire de faire une belle date parisienne. L’idée ensuite est de partir en tournée européenne cet automne. Du coup il faut que l’on se dégage du temps et de l’argent.

___________________________________

Rock Metal Mag  : A tout hasard est ce que vous avez déjà commencé les compositions pour un prochain album ?

Ombeline : Ah oui. (rires) Johann a de quoi faire 50 albums. Il peut aller jusque en 2052. Il passe vraiment sa vie à ça. Je pense que cet été on va commencer à faire les maquettes du prochain album. Comme ça, une fois la tournée achevée, je pense qu’en janvier on aura fini les maquettes et que l’on pourra enregistrer . L’idée est vraiment d’ enchaîner les albums, car il y a eu quand même 3 ans de différences entre les 2. Après c’est normal lorsque tu changes de chanteur et aussi d’équipe. Donc c’est vrai que l’on a mis du temps à se stabiliser. Mais maintenant il faut avancer.

____________________________________________

Rock Metal Mag remercie Ombeline du groupe Asylum Pyre, Roger de replica Promotion et Le Black Dog