Interview avec Mark, batteur de BullRun

Interview avec Mark, batteur de BullRun

Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec Mark, batteur de BullRun pour parler de Wilderness le nouvel EP du groupe.

Entretien téléphonique avec Mark, batteur du groupe BullRun, à l’occasion de la journée promotion organisée par Roger de Replica Promotion.

Photo Michel Piedallu

Nnouvel EP ” Wilderness ” disponible depuis le 26 mai 2020.

https://bullrunofficial.bandcamp.com/releases

Tracklist
1 Downtown
2 Wilderness
3 Fire And Hate
4 Redemption Day
5 Roll Your Dice
6 Dust And Sand

Recorded, Mixed and Mastered by Symheris at Creampie Studio

Membres du groupe

Vocals & Bass: Remy Gohard
Guitars: Gaël Berton
Drums: Mark Dezafit

Facebook : https://www.facebook.com/BullRunOfficial/

___________________________

Rock Metal Mag : En 2017 avec Rémy, nous avions parlé de Dark Amber, sorti en avril de cette année là et premier chapitre du groupe. A l’époque vous prépariez déjà la suite et donc vous avez fait le choix d’un nouvel EP pour ce deuxième chapitre. Pourquoi ?

Mark : Parce que l’on est un peu méticuleux sur les compos et que l’on met pas mal de temps à les composer. En plus, on est très difficile sur le choix car on a toujours beaucoup plus que ce que l’on met sur le disque. Donc, on a une nouvelle fois préféré dire, on en met un peu moins mais on compose un peu plus vite.

Cela fait déjà deux ans et demi quand même, et on a préféré partir sur un petit format pour le sortir un petit peu plus rapidement. Et puis ce sont vraiment ces chansons là que l’on voulait montrer et pas plus. Ensuite si on ressort une nouvelle galette, je pense que cette fois, ce sera sous format album. Mais cette fois encore on est parti sur un nouvel EP car on a privilégié la qualité à la quantité.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Wilderness est sorti le 26 mai 2020 donc en plein confinement vous n’auriez pas préféré repousser la date ?

Mark : Alors là c’est la vraie question. Imaginons que l’on ait choisi de décaler la date, quand aurait il fallu le sortir? En fait il a été fini aux environs de fin mars/début Avril. Donc soit on le sortait, soit on attendait, mais sans savoir combien de temps. Peut être 1 an , 1 an et demi ? Alors pendant tout ce temps, on aurait eu cette galette toute chaude et on aurait attendu qu’elle refroidisse pour la sortir. Donc je pense que cela aurait été très dur pour nous moralement.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Et malheureusement, maintenant vous ne pouvez pas le défendre.

Mark : On ne peut pas le défendre en concert. Donc oui, la première arme de défense n’y est pas. On essaie par conséquent de compenser par la création de médias et notamment notre clip  “Fire and Hate” qui a bien joué son rôle . On compense aussi sur tout ce qui est Spotify et autres plateformes de streaming.

Il y a aussi une vidéo que l’on est en train de voir. On a mis un peu plus d’axes sur la com papier notamment pour Radio Metal qui sort un premier zine papier. En plus, On a la journée promo aujourd’hui avec Replica.

Voilà en gros. Soit c’était ça, soit il ne se passait rien. Et cela aurait fait vraiment plus de mal qu’autre chose d’attendre sans rien faire pendant je ne sais combien de mois.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous aviez déjà quelques compositions en cours, ou bien finalement vous êtes reparti sur du neuf pour Wilderness ?

Mark : 5 compos su 6 étaient déjà écrites. On a fait comme pour le premier EP. C’est à dire que toutes les compos de Dark Amber avaient déjà été testées en concert avant sa sortie. Et de la même manière, pendant que l’on tournait pour le 1er EP on avait déjà des compos pour le 2ème. Cela nous a permis de les essayer une première fois en Live, de voir un peu les retour dessus et aussi de les affiner.  A part Dust And Sand toutes la autres avaient déjà été testées en live.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : On peut dire que Wilderness est dans la même veine que Dark Amber,  intense et percutant et on y retrouve toujours les influences de Metallica mais quelles sont les autres influences du groupe? Tu écoutes quoi en général ?

Mark : Moi j’écoute des trucs un peu plus “FM” dans le genre Nickelback, un peu de Volbeat, et des choses dans lesquelles je trouve des petits trucs à piocher. Je suis vachement plus éclectique là où Rémy est plus old school avec Metallica, Megadeth, et des influences un peu country dans le son. Gael, lui, est le plus violent de la bande. Il a plus d’influences dans le Djent, le Death et les choses comme ça.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et toi, coté batterie, quel est le musicien qui t’as donné le déclic pour jouer de cet instrument?

Mark : Au tout début, Lars Ulrich, parce que c’était le lycée et c’était ce que je découvrais. Après dans le temps je suis allé plus chercher des influences dans des groupes qui avaient peut être rien à voir. Comme par exemple le batteur de Children of Bodom, qui m’avait inspiré dans mes 5 ou 10 premières années de batterie. Après j’ai beaucoup aimé le batteur de Volbeat et Nickelback. Je suis du genre à piocher un petit peu sur certains albums que je découvre en Live.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est passée la composition de ce nouvel EP ?

Mark : Alors on a gardé le même processus que pour Dark Amber . Rémy apporte un produit fini. Et en répét à force de le faire tourner dans tous les sens pour le remanier on arrive à une version beaucoup plus proche de ce que l’on veut sur l’EP. Mais c’est toujours Rémy qui apporte la base constructrice de chaque morceau.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez choisi de travailler avec Symheris au Creampie Studio comment est née cette collaboration?

Mark : Elle est née avant Dark Amber . Et on a pris les mêmes personnes que pour le premier EP. C’est suite à des rencontres, des connaissances, des essais. En se disant il y a quelqu’un qui connait quelqu’un et donc on peut toujours essayer d’aller voir ce qu’ils ont à nous proposer. En fait on a d’abord rencontré Jelly Cardarelli qui est l’ex batteur d’Adagio et l’actuel batteur de Disconnected. Et c’est lui qui nous a présenté à  Symhéris.

Donc là on a gardé le partenariat qui s’est très bien passé sur le 1er EP. On a beaucoup aimé et on a vraiment été guidé dans la recherche du son. C’est quelque chose de très dur pour  un groupe d’ arriver à chercher un son tout en étant objectif dans ce que l’on propose. A force de l’écouter on ne se rend plus compte de ce que l’on fait.

Et là on s’était vraiment senti en confiance et on a resigné sans hésiter pour le deuxième avec les mêmes personnes . L’accompagnement n’en a été que meilleur vu que l’on se connaissait déjà. On a pu tout de suite être beaucoup plus efficace.

___________________________________________

Rock Metal Mag : En ce qui concerne les paroles est ce que vous vous concertez pour la thématique où bien Rémy est le seul maître à bord?

Mark : Il nous en parle et il nous dit sur quoi il aimerait partir. Souvent la mélodie parle d’elle même et il cherche des thématiques en fonction de cette mélodie. Et c’est dans ce sens là que ça se passe.  Donc il nous parle de la thématique qu’il aimerait et nous la plupart du temps on va dans sa direction. On peut ajouter des petites choses mais c’est lui qui crée la matière première.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Ce sont des choses qui le touchent plus personnellement ? Tu peux m’en parler un petit peu de ces paroles?

Mark : Oui un peu. C’est sur que Rémy en parlerait forcément mieux que moi. Alors ce sont des choses qui le touchent oui et non.  Il prend un peu tout ce qui se passe dans sa vie et il pioche aussi beaucoup dans la littérature et le cinéma. Cela peut être des films, des expériences de vie également. En fonction du moment il va laisser les choses venir et les poser sur papier.

Par exemple Downtown, c’est vraiment un road trip à la Taxi Driver. La chanson parle vraiment de l’ambiance qui règne dans un certain ghetto et de son maître à bord avec toute l’ambiance qui s’y passe. Alors que Wilderness est plus dans une expérience de vie. C’est plus la recherche du soi intérieur. Ce que l’on se permet ou non. C’est assez éclectique dans les sources d’inspiration.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Et alors pourquoi avoir intitulé l’album Wilderness?

Mark : Au niveau musical Wilderness est le meilleur résumé de l’EP. Il regroupe un peu tout ce que l’on aimait dedans. Après en terme de thématique, on voulait quelque chose qui évoque la fuite, le dépassement de soi, la recherche de son soi intérieur.

C’est pour ça que l’on a choisi l’image du train à la ville. On a bossé ça avec Slo, la même personne que pour notre 1er EP. On voulait quelque chose qui montre la fuite d’un fait déjà établi. Dans cette notion de mouvement on voulait aussi des couleurs qui changent de Dark Amber.

Donc Wilderness c’est ce qui correspondait le mieux à cette fuite vers la solitude et à cette recherche de soi intérieure avec ce train qui traverse cette ville.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Il y a un contraste entre la face avant très futuriste et le dos qui rappelle le passé? 

Mark : Oui ce sont les retours que l’on a par rapport à ce coté futuriste. Ce n’était pas forcément voulu à la base. C’est quelque chose qui nous plait beaucoup. Et le dos de la pochette montre le lieu de départ et le fait d’aller vers cette ville et ce truc un peu plus chaotique .

______________________________________________

Rock Metal Mag : Vous aviez donné des directives à Slo ou bien il avait carte blanche ?

Mark : On lui a juste évoqué une couleur dominante que l’on voulait changeante. On voulait une notion de mouvement et au fil des conversations on lui parlé du train et de la ville. Ensuite on lui a laissé carte blanche. Comme pour le premier EP. Et ce qui nous soulage en terme de brainstorming, c’est que ce soit quelqu’un de l’extérieur qui décide. Du coup on est tout de suite plus objectif car l’idée ne vient pas de nous. On a donc un regard nouveau dessus et on est plus à même de la juger dans sa vraie valeur .

Au niveau de la couleur on voulait quelque chose d’un peu plus froid et on voulait surtout se démarquer du 1er EP. Il fallait que ça attire l’oeil dès la première vue et au milieu d’autres pochettes en les imaginant en bacs.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Sur la piste Redemption day très énergique vous avez ajouté une petite touche folk Metal un peu avant la fin du morceau, c’est un clin d’oeil à un groupe particulier?

Mark : Pour le coup on ne l’avait pas pensé dans cet esprit là. C’est vrai qu’il y a des influences différentes dedans mais pas forcément dans ce style. Mais c’est intéressant même si ce n’était pas voulu.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Fire And Hate est la chanson centrale de l’album c’est pour cela que vous avez choisi de la clipper en 1er?

Mark :  Alors c’est encore une chose que l’on a délégué. Il y a 6 chansons et on en a chacun une préférée et différente.  Et où chacun aimerait plus participer à l’occasion d’un clip. L’objectif lorsque l’on veut faire un clip ce n’est plus de savoir si la chanson est bien ou pas mais c’est de faire un bon clip.

Donc comme on ne voulait pas se prendre la tête et on voulait aller au plus efficace, on a demandé à Julien Metternich que l’on a vachement apprécié lorsque l’on a bossé en amont pour la sortie de l’EP.  Pour le promouvoir on a aussi sorti des petites vidéos, dont interviews vidéos au studio.

On a donc choisi Julien pour réaliser le clip et on lui a demandé quelle chanson lui parlait le plus. On a hésité avec Wilderness pendant pas mal de temps et puis on a trouvé Fire And Hate beaucoup plus efficace. Il était dès le début plus rentre dedans.

A une époque où tout le monde sort justement des clips, il faut accrocher dès le début. Il faut que au bout de 5 secondes la personne ne puisse pas passer à la vidéo suivante. Cette chanson était celle qui s’y prêtait le plus et de là on en a découlé la thématique et les images en fonction du lieu. Mais je dirais que Julien a beaucoup joué dans le choix de cette chanson.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Votre clip d’ailleurs est superbement bien réalisé.  J’ai d’ailleurs vu la vidéo qui montre justement le tournage et il a du être plutôt intense?

Mark : Oui on a mis 4 mois à organiser ce clip. Et on a eu énormément de chance car nous étions très bien entouré et il s’est dégagé une très bonne énergie. Beaucoup de personnes ont mis la main à la pâte alors que ce n’était pas du tout prévu. Et dans ce genre de projet le plus dur est de bien s’entourer.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Alors moi ça m’a fait penser à un film avec Angelina Jolie et Brad Pitt dont j’ai oublié le nom.

Mark : Alors c’est exactement ça le film dont il s’est inspiré et le nom c’est Mr. & Mrs. Smith. C’est vraiment ce que l’on a voulu car c’est le conflit entre deux personnes qui s’aiment et qui se détestent en même temps . Et puis on voulait de l’action. Et conc on a pioché dans cette référence pour le clip.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous envisagez de faire un nouveau clip avec le scénario d’un film par exemple pour  le morceau Wilderness ?

Mark : Pour le moment, vu la tension que cela a été et l’énergie que cela nous a couté on va peut être laisser vivre le premier. On va voir comment se passe le confinement/déconfinement et on verra quel projet on lance derrière. Mais je pense que si on doit en clipper une autre ce sera surement Wilderness

____________________________________________________

Rock Metal Mag : J’imagine que ces périodes de confinement vous posent beaucoup de problèmes pour envisager quoi que ce soit pour le groupe ?

Mark : Franchement c’est la merde. Ne serait ce que la journée promo d’aujourd’hui. On était censé la faire au Hard Rock Café et l’équipe vidéo devait venir.  Certaines scènes devaient être filmées avec maquillage, montage étalonnage derrière et tout ça est tombé à l’eau. Donc qu’est ce qu’on fait ? En gros on est obligé d’adapter tout en permanence et de tâtonner . On voit mois par mois, ce qui peut être fait ou non.

Du coup, on a clairement mis un frein sur la musique, pour compenser sur la com et sur le coté digital. C’est vraiment le seul lien avec le public. Rémy en attendant, commence toujours à préparer des compos. Mais ça tourne à moitié au ralenti et on ne peut pas faire de gros projets dans le temps.

Rémy prépare donc des choses tranquillement de son coté et nous on continue sur le contenu coté web. Parce que malgré tout ce que l’on dit, un groupe ce n’est pas juste jouer de la musique. Pour bien faire c’est 70% d’autres choses que de jouer de la musique à chaque fois.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a un morceau que tu aimes plus jouer qu’un autre sur cet EP ?

Mark : Roll Your Dice. C’est celui que j’ai eu le plus de plaisir à arranger et à enregistrer. Et à le jouer c’est vraiment celui qui me fait le plus vibrer et qui me fait ressentir le plus de choses.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et tu m’as dis que vous aviez tous un morceau préféré différent ?

Mark : Oui pas forcément les mêmes. Et puis des fois ça change dans le moud à force de les jouer et de les rejouer. Entre le moment où on les joue ce n’est pas forcément ceux que l’on préfère écouter. C’est assez subjectif comme avis. Et puis cela dépend de l’humeur.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : En dehors du groupe Bull Run est ce que tu as d’autres projets musicaux?

Mark : Musicalement c’est vraiment le seul groupe. Je travaille à coté donc ça laisse très peu de créneaux au niveau temps. Pour bien faire les choses il faudrait arrêter de travailler et c’est un luxe que je n’ai pas. Donc je ne pourrais pas me permettre d’avoir un deuxième groupe.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous envisagez de faire des live stream en attendant la reprise des concerts?

Mark : On en parle et on est un peu partagé là-dessus, dans le sens où si on veut le faire, il faut le faire bien. Et si on veut le faire bien, il faut une équipe vidéo. Donc c’est déjà tout de suite un mois ou un mois et demi d’organisation, pour avoir un lieu. Il faut le faire à moitié en studio pour pouvoir réaliser un mix en Live et le retransmettre en même temps. Il faut aussi quelques assistants pour que ce soit bien fait.

Et moi personnellement, je trouve que c’est un outil qui se prête plus facilement à certains types de musiques qu’à d’autres. Dans le Metal il y a 80% des choses qui sont transmises en Live. Donc le faire en live Stream c’est perdre 80% des liens donc il faut peut être trouver autre chose en compensation. Donc on essaie d’y réfléchir et voir si ça nous intéresse ou pas. Et aussi voir ce que l’on peut proposer si jamais on le fait.

Je préfère proposer du contenu vidéo car je trouve que ça parle beaucoup plus. C’est quelque chose que l’on plus tendance à regarder. Par contre il faut que ce soit béton lorsque ça sort, donc excellent pour que ça sorte du lot.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Entre temps vous pourrez toujours sortir des lyrics vidéo?

Mark : Exactement.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Je te laisse le mot de la fin.

Mark : Alors pour les gens qui découvriraient BullRun avec cette interview, on est un groupe efficace et énergique avant tout. Et pour se faire un avis sur BullRun il faut nous avoir vu au moins une fois en Live. Donc j’invite les gens à prendre leur mal en patience et à venir nous voir dès que ce sera à nouveau possible.

Rock Metal Mag : Et bien rendez vous est pris j’espère pour un prochain concert.

__________________________________________________

Rock Metal Mar remercie Mark, batteur de Bull Run et Roger de Replica Promotion.