Interview avec FT du groupe Déluge

Interview avec FT du groupe Déluge

Le 23 octobre dernier Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec FT du groupe Déluge qui sort son second album le 6 novembre via Metal Blade

Interview avec François-Thibaut « FT » Hordé (guitare/chœurs) du groupe Déluge au Hard Rock Café à Paris avec Roger de Replica Promotion.

Nouvel album ” Ægo Templo ” le 6 novembre 2020 via Metal Blade Records

Ce nouvel album marque un un pas en avant audacieux par rapport à leur sortie précédente. Les voix sont claires sur presque toutes les chansons. Et sur plusieurs d’entre elles il y a des claviers et des instruments supplémentaires, comme le saxophone soprano sur “Opprobre”.  Ce disque différencie Déluge de ses contemporains, tout en conservant son identité.

https://wearedeluge.bandcamp.com/album/ther

Ægo Templo track-listing

1. Soufre
2. Opprobre ( invité : Matthieu Metzger au saxophone)
3. Abysses ( invitée : Hélène Muesser au chant)
4. Fratres
5. Gloire Au Silence (invité : Tetsuya Fukagawa des légendes japonaises Screamo Envy)
6. Ægo Templo  (invitée : Hélène Muesser au chant)
7. Baïne
8. Digue (invitée : Hélène Muesser au chant)
9. Béryl
10. Vers

Facebook : https://www.facebook.com/delugebandofficial

__________________________________

Rock Metal Mag : Votre premier album Aether est sorti en 2015. 5 ans après Deluge est de retour.  Est ce que le Line up du groupe est resté le même? Je n’ai trouvé que Frédéric Franczak, basse qui sont les autres?

FT : On est un peu mystérieux. On ne se cache pas nécessairement mais on a toujours préféré communiquer par Déluge plutôt que de parler des personnes dans Déluge. Elles sont là, elles existent, on les connait et on les rencontre. On parle plus en tant que projet et effectivement le Line Up a changé. On a accueilli Maxime qui est aux claviers et qui fait tous les chants clairs sur le nouvel album. Il vient vraiment enrichir le son et nous permet d’ouvrir un peu plus le spectre des émotions que l’on développe. Donc là je parle de Maxime qui vient d’arriver mais sinon on se focalise vraiment sur l’entité Déluge. On sert tous la même cause.

______________________________________________

  Rock Metal Mag: Tu dis que tu as découvert le black metal très tardivement, tu écoutais quoi avant ? Et quel a été le déclencheur pour le Black Metal ?

FT : Alors j’écoutais tout sauf du Black Metal. Et le groupe qui m’a un peu initié au Black Metal mais de manière inversée, c’est Deafheaven. On va dire que là on est sur la dernière vague de Black Metal. Et partant de ça j’ai remonté un peu la source pour aller sur des choses un peu plus traditionnelles et première vague.  En fait  Deafheaven est plus le groupe qui a éveillé en moi cette sensibilité aux Blast Beat, aux accords entiers et ce genre de choses avec le fond très lumineux et des accents souvent majeurs. Donc voilà c’est de là que tout est parti et c’est eux qui allumé la lumière du Black Metal et déclenché l’étincelle.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez récemment signé chez Metal Blade , c’est un pas énorme pour le groupe?

FT : Oui c’est chouette. C’est une belle continuité. C’est un super label avec un rayonnement et des outils puissants. En terme de stratégie, il nous apporte une aide forte. Metal Blade a du recul et sait promouvoir un album. Les acteurs de l’ombre bossent bien aussi à leur niveau. C’est beaucoup plus modeste mais ils n’ont pas du tout les mêmes objectifs que Metal Blade. Ils le confessent volontiers et on en a parlé avec Gérard Drouot et ça se passe en souplesse .

Pour le moment on est très content de la collaboration avec Metal Blade. Je n’ attendais pas autant de communication avec un si gros label. Il s’avère que depuis ce matin, j’ai déjà reçu 2 ou 3 mails de Markus (ndlr: Markus “Bart” Grasseck) avec qui on discute tous les jours. Il a beaucoup écouté l’album et il nous propose des choses en terme de mise en avant de telle ou telle autre chanson. Ce n’est pas juste rentrer dans le catalogue et après basta. Cela ne veut pas dire non plus qu’il faut que l’on se repose sur un label.

On a pris le parti de s’entourer de collaborateurs pour le numérique, pour le booking pour le management coté label et coté distribution. donc c’est un travail que tout le monde doit faire dans le même sens pour faire avancer le navire. Et là on a vraiment une belle coque de navire avec Metal Blade.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : 5 ans c’est long entre 2 albums quand avez vous commencé la composition d’Aego Templo? Et comment se passe votre processus.?

FT : Alors c’est long, oui et non. On a quand même tourné 2/ 3 ans sur le 1er album. C’est vrai que la plupart des groupes  ne s’arrêtent pas et continuent de composer. Moi, j’ai voulu m’arrêter car je n’avais pas envie de raconter la même histoire. Je voulais peut être presque en finir avec cette histoire mais elle n’est pourtant pas finie puisque j’en parle encore. Mais je voulais surtout raconter une autre histoire et attendre d’avoir autre chose à dire. Ce qui a été le cas.

On a commencé à composer Aego Templo, justement face à l’océan en août 2017 avec Thomas Desrosiers, notre ingé lumière. C’est un bon copain et on partait en vacances ensemble. Et en fait je me suis mis à la compo avec ma guitare et lui avec son ordinateur. On a bossé un peu en miroir. Et on a quasiment fait tout l’album comme ça. Il proposait des choses et on faisait des arrangements ensemble. On a écrit Opprobre et Vers en août 2017. Et on a terminé la composition fin 2019.

FT : Historiquement, je faisais tout de bout en bout. Et là j’ai mis un peu d’eau dans mon vin. Je voulais aller vers quelque chose que je ne ne connaissais pas et sortir un peu de ma zone de confort. Et pour moi cela passait par un miroir. Thomas a proposé pas mal de choses avec lesquelles je décidais de faire autre chose ou pas. Tout s’est très bien passé mais parfois on a eu des échanges un peu forts, car moi je voyais déjà la finalité de certaines choses et pas lui.

Par exemple, une piste comme Aego Templo, si on avait écouté Thomas elle ne serait pas sortie.  Cela partait d’un riff et   c’est la plus belle piste de l’album.  Pourtant au niveau orchestration il est plutôt très compétent.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : On peut dire que Thomas fait partie intégrante du groupe?

FT : C’est notre éclairagiste avant tout, mais sur la composition il a sa part de travail. On peut dire que c’est 70% / 30% et il m’a vraiment apporté beaucoup de choses sur les arrangements. Je donnais souvent des tonalités et il me proposait des choses pour aller dans telle ou telles autres directions. C’est un travail qui a été plutôt collaboratif.

___________________________________________________

Rock Metal Mag: En ce qui concerne le Deviant Lab studio, tu avais déjà travaillé avec Thibault?

FT : Oui, j’avais travaillé avec mais en live puisque j’étais parti en tournée avec Klone, Trepalium et Gojira en 2012. C’est  là que j’ai rencontré  Thibault Chaumont qui faisait le son pour Klone et Trepalium. C’est vraiment un Geek du son et il est surdoué du son et de la musique. il a des qualités un talent et une patience incroyable. Il se fixe presque trop d’exigence.

Donc je suis très heureux aujourd’hui car on a le degré d’excellence de la production de l’album. Cela va exactement dans la direction où on voulait aller, et ça la transcende presque. Je voulais quelque chose de plus organique, de plus humain dans l’approche. Il fallait nécessairement un passage pour la batterie chez Armaury Sauvé, que je connais un peu et qui fait toujours des prises très organiques, très vivantes avec beaucoup de personnalité.

Ensuite Thibault et Amaury souhaitaient depuis longtemps co-produire un album et y travailler de bout en bout sur sa production. Ils étaient donc très demandeur . On a eu la chance de faire s’aligner les planètes et de faire ça avec eux.

_________________________________________________

Rock Metal Mag: Quelles thématiques abordes tu dans ce deuxième album?

FT : Le premier album Aether était un peu un exutoire. Il fallait que le message sorte.  Donc pour Aego Templo c’est une autre histoire  et c’est plus, que faire du message qui es sorti. C’est un peu la thématique de la construction, de la reconstruction et du travail sur soi . C’est je suis le temple et  c’est aussi le temple de l’Ego. Il faut travailler sur soi et construire son propre temple, son âme humaine, son soi . Il faut être égoïste mais pas égocentrique et il ne faut surtout pas confondre les deux.

L’égoïsme n’est pas foncièrement mauvais, il faut commencer par soi. Il faut être heureux pour faire rayonner le bonheur. Si on rend service aux autres avant soi ce n’est pas toujours se rendre service ou rendre forcément service aux autres. On va avoir peut être plus d’attente alors que si on se sent bien, derrière c’est plus facile d’aider les autres.

Mais il y en a qui oublie ça, par égocentrisme du coup ou qui se focalise trop sur eux. Je trouve que le culte de l’individualisme est une espèce de paradoxe moderne. Et en même temps on s’oublie complètement, donc c’est vraiment de l’égocentrisme sans fondement. Alors que le soi c’est vraiment s’aimer. D’ailleurs le message du christ ou de toutes les religions c’est le bonheur. Il faut s’aimer et de là on peut commencer à construire quelque chose de convenable.

On a tendance à s’oublier et on se voit à la troisième personne. Avec les réseaux sociaux, les médias, le culte de la beauté, etc.. Dans Déluge on aime tous les belles choses mais ils faut qu’elles aient un sens. En fait, aujourd’hui les gens ne se posent plus du tout la question du sens. On a tellement d’informations que l’on mélange tout.

Donc on aborde un peu ces thèmes là, entre autres. Je m’intéresse beaucoup à la philosophie et récemment j’ai lu un livre, Le Monde de Sophie, que j’aurais du lire il y a 16 ans. Je me rends compte que si je l’avais lu, je n’aurais pas la même vie qu’aujourd’hui.

C’est une initiation à la philosophie retranscrite dans une aventure qui arrive à une petite fille.  Toutes les bases de la philosophie y sont dépeintes ainsi que son évolution depuis la Grèce Antique jusqu’à Spinoza et même après. Si les gens passaient plus de temps à faire de la philosophie, je pense que le monde serait différent.

J’ai toujours suivi des études techniques et je pense que si c’était à refaire… En fait,  j’ai voulu suivre une voie royale et j’ai un master en ingénierie biomédicale. Je ne regrette pas, j’ai monté une boite que j’ai vendu. Ensuite j’ai acheté un bar et ça s’est mal terminé mais j’ai Déluge, et j’ai aussi une cave à vin aujourd’hui. J’ai aussi une petite fille et tout va bien.

J’ai toujours donné du sens à ma vie de manière générale, mais c’est vrai qu’il y a eu cet espèce de cursus où j’aurais pu être plus en symbiose avec quelque chose qui a du sens comme la philosophie. Ou un backdrop artistique mais encore plus puissant.

Donc ça je me le suis imposé dans la vie parce que j’en avais besoin et je le voulais. Donc il faut peut être passer plus de temps sur les choses importantes. Voilà tout ça fait partie des thématiques.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Moi je ne pensais pas que Aego faisait référence à l’Ego. Pour moi c’était le temple d’un personnage.

FT : Oui en fait le Ae c’est la rune que l’on nous a créée. Valnoir a créé notre identité visuelle avec ce symbole . Pour Aether, l’Ether , cela symbolisait le vide absolu entre deux entités. C’est à la fois rien et tout parce que sans vide en fait il n’y a rien. Deux entités ne peuvent pas échanger, il n’ y a pas de gravité. Donc ce vide, c’est la nécessité de laisser passer du temps, de faire le deuil. Ce sont des phases de vide où lorsque tu te dis que ta vie n’est pas bien tu as besoin de ça pour, du coup, te séparer de ce truc là. Il faut laisser des temps de rien. Et aujourd’hui on a plus le temps car ça défile tout le temps. Donc le Ae symbolise le vide de l’Ether et cela restera notre fil conducteur sur tous les albums.

______________________________________________

Rock Metal Mag : On vous définit comme groupe de Black Metal et pourtant votre musique comporte des lignes d’instruments comme le saxo, le piano qui ne sont généralement pas trop utilisés dans ce style musical. Sans vouloir vous mettre dans une case comment définis tu Déluge?

FT : Alors comme il nous faut une étiquette, pour le 1er album avec les Acteurs de l’ombre, j’avais dit pour rigoler “Untrue French Black Metal” . Finalement je trouvais que cela ne nous définissait pas si mal sauf que cela nous caractérisait quand même en tant que Black Metal. Je pense que c’est ce que l’on a jamais vraiment fait. Je dirais que l’on fait de la musique dont l’énergie primitive est inspirée du Black Metal mais avec l’ajout de ces autres instruments, on essaie d’apporter de la fraicheur et des choses qui n’existent pas.

On ne se fixe pas trop de limites non plus. Pour le moment on est encore assez sage mais voilà on a mis du saxophone, une participation d’un chanteur japonais, un chant féminin, des claviers et du chant clair. Ce sont des choses qui me semblaient nécessaires pour enrichir la musique. Et avec le recul que l’on a je suis très heureux du résultat.

________________________________________________

Rock Metal Mag: Comment c’est fait le choix des artistes invités sur Aego templo?

FT : Tout naturellement. Lorsque l’on a composé et que je terminais les pré-prods , avec Opprobre on a essayé de poser des lignes de chant. Donc ça ne leur convenait pas trop et en général quand c’est comme ça , ça dégage assez vite. J’ai supprimé le chant et j’ai réécouté la piste. Et comme cela faisait longtemps que je voulais mettre du saxophone sur une piste de Déluge, je l’ai fait pour celle là, car cela m’a paru comme une évidence. Comme pour le titre avec Tetsuya Fukagawa d’Envy où la fin est plutôt screamo avec cet espèce de torrent lumineux .

_______________________________________________

Rock Metal Mag :  Sur Aether on entendait des bruits d’eau couler et sur Aego Templo on perçoit le bruit des vagues, L’eau est un élément important dans votre musique ?

FT : Oui c’est un peu le fil conducteur de Déluge. C’est quelque chose que je mets souvent en parallèle avec la mélancolie. Les différents états de l’eau permettent de faire passer différentes émotions. Une petite bruine, un torrent, le bruit de la marée, ou un déluge de pluie, une grosse averse, peuvent exprimer la mélancolie, la douceur, la colère, ou alors différentes versions de la mélancolie.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : L’artwork de AEGO TEMPLO a été réalisé par Valnoir (Metastazis) qui était déjà l’auteur de la pochette de votre premier album AETHER. Les deux pochettes se ressemblent d’ailleurs avec leur couleur bleue . Tu peux m’en dire plus ?

FT : Alors Valnoir je l’ai impliqué très tôt dans la conception de l’identité visuelle de Déluge. C’est quelqu’un de très intéressant parce qu’il a une vision très moderne du graphisme. Parallèlement à ça il ne sait pas dessiner et il est aussi une encyclopédie du Black Metal . Toute sa vision très moderne des choses et toute sa légitimité dans cet espèce de milieu font de lui une des meilleures personnes vers qui se tourner.

On a d’autres artistes très talentueux en France comme FØRTIFEM, entre autres et que l’on croise beaucoup plus régulièrement que Valnoir,  mais c’est lui que j’ai impliqué dès le début en lui parlant du projet. Je lui ai donné la thématique pour qu’il puisse comprendre et de là, il a fait son travail en nous créant notre identité visuelle.

Pour le second album j’aurais pu avoir quelque chose d’un peu plus chaud, plus ouvert, et qui colle un petit peu plus à la musique. Mais en même temps je trouve que c’est assez fort puisque quand tu vois les deux albums tu sais que c’est le même groupe. Les symboles sont différents, les codes sont conservés et on a une continuité. Cela fait partie du fil conducteur et l’on veut que tout soit toujours cohérent. Que ce soit pour la musique, l’écriture, l’imagerie, entre les chansons et les albums entre eux. C’est un gros projet global.

Pour la couleur bleutée c’est quand même une couleur qui nous correspond puisqu’il y a l’utilisation de l’eau. Elle est omniprésente et on parle beaucoup des différents états de l’eau.

____________________________________________________

Rock Metal Mag: Vous avez dévoilé le single “Opprobre” en première écoute, pourquoi ce titre en particulier?

FT : En fait c’est assez amusant parce que je ne sais pas trop pourquoi ça me semblait tout à fait logique de le sortir en single. Pourtant c’est la piste où il y a du saxophone et il n’y en a que là. Donc on s’est dit que les gens allaient peut être penser qu’il y en aurait partout. Et puis finalement s’ils pensaient ça ils seraient surpris en écoutant l’album. Donc voilà, c’était une piste qui s’écoutait bien et qui présentait la production et tous les nouveaux ingrédients . C’était par conséquent, une belle carte de visite de l’album.

Au départ on était pas trop d’accord avec le label et on a compris ce qu’il nous conseillait de faire et on a suivit en sortant Digue en deuxième single. Donc on l’a clipé et il sort la semaine prochaine. (ndlr: Digue est sorti le 28 octobre )

______________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez le Déluge tour dates avec Igorrr en décembre et vous avez quelques dates en 2021 comme l’Amarok Metal Fest 2021 en Mars, ou le MetalDays en juillet en Slovenie. Est ce que vous continuez de planifier des concerts ou bien avec la situation actuelle c’est en attente?

FT : Alors le Déluge Tour est maintenu mais ce soir oui et peut être pas demain . On ne peut que espérer et se préparer (ndlr : Tournée annulée malheureusement) Pour la suite c’est pareil on espère que ça se fera.

Depuis Déluge est également programmé au Mystic Festival 2021

_______________________________________________

Rock Metal Mag : L’année 2017 a été importante pour Déluge avec de nombreux concerts dont le Hellfest quel souvenir en avez vous gardé ?

FT : C’était un super moment. Surtout que cet été 2017 a été incroyable avec des succès dans tous les sens. On a fait aussi le Motocultor.  Entre mai et septembre/octobre on avait vraiment bien enchaîné. On commençait à faire que des grosses dates et on voyait un intérêt réel de la part des gens. Ils se déplaçaient vraiment pour voir Déluge sur scène. Et les gens restaient. Comme on parle peu, on est pas des ambianceurs de salles, on communique par notre spectacle avec notre musique.

On a eu vraiment des retours et notamment au Hellfest. On était sous la Temple à 11 h du matin et c’était génial. Un moment inoubliable. Plus la scène est grosse et plus on est heureux de jouer. Il y avait au moins 8000 personnes et c’était blindé jusqu’au fond. C’était impressionnant.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Vous arrivez quand même à penser à la suite malgré la situation actuelle?

FT : Pour le moment on travaille beaucoup sur la promo . On travaille aussi sur le spectacle. Il faut quand même se préparer et en amont on avait booké une résidence où l’on répète tous les week-end. Ensuite une fois que le set est appris, comme on est dispatché, on bosse chacun de son coté.

Ensuite c’est sur que si ça ne se décante pas rapidement il n’est pas impossible que l’on se remette à composer. Le temps que l’on avait à passer sur la route on le passera en studio.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous envisagez éventuellement du live stream?

FT : Alors c’est un peu un secret de Polichinelle mais dans trois jours on va cliper la chanson de Gloire au Silence avec Tetsuya Fukagawa qui lui s’est enregistré au Japon. Donc une version Live avec lui. Ce sera relayé par un beau média US et c’est quelque chose que l’on va mettre en place rapidement.

Après jouer live on y réfléchira. Si ça s’éternise pourquoi ne pas proposer un beau spectacle puisqu’il y a une identité forte sur scène. On a vraiment construit et travaillé là-dessus. On veut qu’il y ait une cohérence et que ça colle à l’imagerie. Tout est lié et on ne laisse rien au hasard pour que l’expérience soit totale. Ce n’est pas dans les tuyaux en ce moment, mais pourquoi pas.

_____________________________________________________

Ce mercredi 4 novembre à 19 h, Déluge vous propose de découvrir Aego Templo dans son intégralité en attendant sa sortie officielle le vendredi 6 novembre 2020 via Metal Blade.

L’album sera disponible via : https://metalblade.com/deluge/

Déluge : Nouvelle vidéo du single “Digue”

Photo :  Julien Felix photographe

Rock Metal Mag remercie FT du groupe Déluge, Roger et le Hard Rock Café