Interview avec Babass de BlackBart

Interview avec Babass de BlackBart

BlackBart prépare la sortie de son nouvel album et Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec Babass chanteur et bassiste du groupe

Entretien téléphonique avec Babass du groupe BlackBart

De gauche à droite : Rudd, Zozio, Marco, Babass

En septembre 2008 BABASS’, MARCO, RUDD, ZOZIO forment BlackBart, groupe de heavy métal influencé par les maîtres du genre. Au fil des ans, ils se sont créer leur propre personnalité, avec notamment  un chant en français. Le sujet central de leurs lyriques est inspiré des aventures du pirate John Bartolomeuw Roberts alias BlackBart, qui jadis, faisait frémir les océans. (Explorations d’îles aux trésors, campagnes de saccages de ports , abordages de navires lourds de riches cargaisons . . ) Des thèmes d’une autre époque mais où se mêlent des histoires d’aujourd’hui avec son actualité mouvementée.

Leurs opus précédents :« BlackBart » (2010), « Nous trinquerons avec…. » (2014) puis « Casnewydd bach » (2018). Ils  dévoilent des faits d’armes ainsi que quelques épisodes sur le monde et les facettes de l’âme humaine.
Le 29 février 2020 le groupe sort « Piéce de huit » , un EP 4 titres, en avant gout d’un prochain album .

LISTE DES PISTES:
01. Le Panier De Crabes
02. Chaloner Ogle
03. Le Maître
04. Mammon

https://blackbartgroup.bandcamp.com/

FORMATION .
Babass: Chant / Basse
Marco: Batterie
Rudd: Guitares
Zozio: Guitares

https://www.facebook.com/BlackBartgroup/

________________________________________________________

Rock Metal Mag :  Qu’est ce qui vous a poussé à choisir comme thématiques les histoires de pirates et en particulier celle de BlackBart , ( John Bartolomeuw Roberts ) ?

Babass : Alors c’est arrivé parce qu’à un moment un des musiciens nous a quitté. Donc, lorsque l’on en a recruté un nouveau on s’est dit que c’était la bonne occasion de changer un peu ce que l’on faisait. En fait, cela commençait à moins nous satisfaire et on voulait faire évoluer notre musique et la durcir. Notre nouveau guitariste, Rudd, était très inspiré dans cet esprit là aussi.

Changement de style, donc changement de nom. On a pas mal cogité et finalement Bartolomeuw Roberts était une référence intéressante puisqu’il avait des musiciens à son bord, d’après la légende. Donc partir à l’assaut des Headbangers et autres amateurs du coté pirates, cela pouvait être très motivant.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Les histoires de Pirates c’est un domaine qui vous passionne tous?

Babass : On s’y est intéressé car c’est Marco, notre batteur qui l’a suggéré. Et on a un peu plongé avec lui. On a commencé à s’y intéresser. Et puis plus on s’y intéressait, plus on trouvait des choses à écrire et à faire.

Alors je vais faire une digression en disant que ce n’est pas parce que l’on écoutait particulièrement Running Wild. C’est l’un des groupes favoris de Ruddy et il n’était pas forcément notre référence de base. Ni des groupes comme Alestorm qui sont dans la piraterie festive et nous ne sommes pas dans ce style d’écriture. Notre référence est le Heavy de la nouvelle vague british ( ndrlr: La new wave of British heavy metal (NWOBHM)) remise un peu au goût du jour au fil des compositions.

On revendique notre teinte des années 80 parce que c’est notre base musicale. Mais on aime bien ce qui est plus récent et ça se ressent dans notre musique.

_________________________________________________

Rock Metal Mag: Le Heavy Metal old school a toujours été ton domaine de prédilection ou bien tu écoutes d’autres styles musicaux?

Babass : Oui le Heavy Metal en général est ma musique de prédilection. J’élargirais même jusqu’au grand thème Metal. C’est une énorme famille où il y a beaucoup de différents enfants. Après je trouve aussi mon bonheur dans pas mal de choses. C’est une famille beaucoup plus générale. Le principal composant de ma propre discographie, ce sont , en grosse partie, les groupes des années 80 et 90. Mais je ne rechigne pas sur des groupes plus récents comme Rage, Avatar, Almanach ou des choses comme ça.

_________________________________________________________

    Rock Metal Mag : En 2018 sortait votre 3ème album Casnewydd-Bach (2018) pourquoi avoir choisi de sortir un EP 4 titres avant votre 4ème album ?

Babass : Si tu te réfères aux deux disques précédents il s’est passé 4 ans entre chaque album. C’était à notre goût très long, parce que on s’autofinance à chaque fois. Donc il faut que l’on fasse des concerts et que l’on vende du merchandising pour pouvoir financer les projets suivants . Et il s’avère que ce n’est pas si simple quand tu n’as pas de management et de label pour trouver des dates. Il faut que l’on se dérouille tout seul, donc ça prend du temps. Ce n’est pas forcément un métier que l’on sait faire puisque quand on fait de la musique on ne sait pas forcément faire du commercial.

Donc là, l’opportunité s’est présentée d’avoir un prix très intéressant pour un single. On avait les morceaux et on venait de les enregistrer. Donc pourquoi on ne sortirait pas une sorte d’apéritif qui ferait la liaison entre Casnewydd-Bach et l’album suivant. Il est déjà bien avancé mais un peu bloqué par la Covid.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour l’EP le titre est  “Pièce de Huit” quel est la signification de ce titre, c’est en rapport avec la monnaie de l’époque ou une pièce d’obus?

Babass : Alors c’est en rapport avec la monnaie qui avait cours à l’époque des pirates mais c’est aussi une pièce d’artillerie. C’est un des plus petits canons qu’il y avait à bord. Et donc le lien se faisait bien avec Casnewydd-Bach. Le prochain album n’ a pas encore de titre mais je pense que l’on continuera avec des références de pirates.

Le premier était BlackBart, le deuxième, Nous Trinquerons Avec, ce qui est une partie de la devise et le Jolly Roger de John Bartolomeuw Roberts. C’est un personnage normal et un squelette qui trinquent ensemble et la devise étant nous trinquerons avec la mort. Pour Casnewydd-Bach, c’est le lieu de naissance de BlackBart.

Donc le prochain album pourrait s’appeler Le Baronet Noir ou Le Royal Fortune, qui est un des bateaux de BlackBart. Pour l’instant il n’y a pas de titre définitif

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Qui a réalisé la pochette et pourquoi est elle aussi sobre et sombre? 

Babass : C’est Rudd, notre guitariste, avec l’assistance d’Angélique, une graphiste. Parce que l’on ne maitrise pas tout. On a les idées et ensuite il faut trouver les gens qui puissent les réaliser.

Alors il y a une petite finesse quand tu manipules la pochette et tu peux deviner en ton sur ton le JollyRoger de Blackbart. Le cellophane, avec sa brillance, empêche cet effet mais en le manipulant un peu tu vas voir la surprise. Il faut un peu la chercher cette incrustation du JollyRoger.

Mais sur les autres albums aussi il y a toujours un petit morceau caché et peu de personnes le découvre en fait. On aime bien faire des petites surprises et des morceaux surprises surtout.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous êtes donc en pleine composition de ce futur album, est ce que vous avez des morceaux prêts à être enregistrés?

Babass : Il y en a 4 ou 5 qui sont déjà enregistrés et mixés et il y en a à peu près autant qui sont en fin de structuration et de mise en place. Donc cela s’annonce plutôt pas mal. Maintenant on est un peu bloqué par la Covid et on ne peut pas répéter en ce moment. On ne peut donc pas avancer sur l’enregistrement. Comme on fait tout par nous même on est un peu coincé.

Rock Metal Mag : J’avais cru comprendre que les musiciens avaient le droit de répéter.

Babass : Alors tu me l’apprends. Le problème est que nous sommes dans des locaux qui appartiennent à la municipalité et qu’il y a des règles qui nous sont un peu imposées à propos de ce local. Nous ne sommes que des musiciens amateurs donc nous ne sommes pas dans les mêmes conditions que des artistes avérés. Mais bon, on peut peut être jouer sur les textes. (rires)

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour la pochette vous ferez à nouveau appel à Stan W Decker qui a réalisé celle du 3ème album très réussie et très représentative du sujet?

Babass : On aimerait bien. Il faut voir si son planning nous laisse une petite place. Jusqu’à présent on a eu beaucoup de chance .Pour la pochette des deux premiers albums, BlackBart et Nous Trinquerons avec la Mort nous avons eu affaire à des graphistes de grand talent. Le premier malheureusement n’est plus là mais le second est toujours en activité dans la région. Comme on a peu de visibilité, on fait beaucoup d’efforts sur les pochettes.

Donc la collaboration avec Stan pour Casnewydd-Bach a été fantastique. Déjà, pour nous, cela nous paraissait improbable de travailler avec lui et il a accepté. Il avait carte blanche totale sur la pochette et il est tombé en plein dans ce que l’on attendait. C’était un très bon résultat et en plus l’avantage est que, je ne sais pas pourquoi, cela a ouvert beaucoup de portes.

J’ai vu ses dernières productions sur 3 albums qui viennent de sortir avec ses pochettes qui sont encore fantastiques.

L’intérêt est que dans ce qu’il fait de tel groupe à tel groupe, on ne peut pas dire que cela se ressemble. Il s’imprègne de l’identité des groupes et des albums pour pouvoir faire des choses.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Les 4 titres de l’EP figureront sur l’album?

Babass : C’est une possibilité mais ce n’est pas certain. Cela dépend du nombre de morceaux que l’on va avoir. Et comme on est assez productif. On se tâte encore. Mais l’idée de départ, c’était ça. Faire un single et les remettre ensuite sur l’album en les complétant avec d’autres. Mais entre temps on a recomposé et il y a des choses qui ressortent. Peut être que certains seront dessus et d’autres n’y seront pas. Ou bien ils y seront tous si on fait par exemple un gros album avec 15 titres.

On est encore en phase de préparation et il n’y a pas de décision définitive.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Je présume que vu la situation vous n’avez pas pu fixer de date de sortie?

Babass : On en avait une au départ mais tout a changé. On pensait le sortir pour la fin de l’année mais on est très loin de ces délais. Il va y avoir des frais par rapport à ça en ce qui concerne la pochette, le mastering, le pressage. Il faut que l’on fasse rentrer de l’argent et pour ça on a qu’une solution, ce sont les concerts.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez songé à une campagne participative?

Babass : Cela fait partie de nos réflexions. Maintenant il faut que l’on arrive au bout de la réalisation de l’album pour pouvoir lancer ça. On pense aussi les mettre en vente directe sur internet. Mais bon, moi j’aime bien l’aspect ancien avec l’album que l’on a en main.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti le clip “Le Panier de Crabes” en décembre 2019,  est ce que vous envisagez d’en réaliser un autre dès que la situation le permettra ?

Babass : Pour le moment on fait surtout des choses artisanales pour s’occuper pendant la Covid, histoire d’alimenter pour faire vivre le tout.  J’ai fait la vidéo de deux morceaux de Casnewydd-Bach. Une pour Le Dernier Voyage et là je viens de terminer celle de Headbangers Of The World. C’est un peu façon diaporama mais cela reste un bel hommage à tous les headbangers que l’on peut rencontrer sur la route et dans les festivals. Sans eux on ne serait rien.

Seulement il y a quelques photos de jeunes femmes, on va dire, un peu dévergondées et Facebook n’en veut pas. Donc ce sera sans doute mis sur le site du groupe parce que je n’ai pas envie de changer les photos. Il y a des choses bien pire que ça qui sont publiées sur Facebook. Le puritanisme américain est de base un peu triste alors qu’ils sont les premiers sur les marchés de la pornographie. En même temps ce ne sont pas deux photos qui vont révolutionner le monde. (rires)

Il y a encore une autre vidéo qui est sur Facebook et c’est celle de Mammon.

____________________________________________

  Rock Metal Mag : Mammon c’est qui?

Babass : Mammon c’est un démon en rapport avec toute la finance, l’argent etc… C’est une chanson un peu contre ce monde un peu pervers de la haute finance. Le capitalisme pur et dur. Après cela va très bien avec la thématique des pirates qui est une sorte d’avant garde. C’est le coté romantique de la piraterie. Une sorte d’avant garde de la liberté et de la lutte des classes.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Coté scène est ce que vous avez un décor ou une tenue spécifique ?

Babass : Tous à fait. Moi j’ai une très belle redingote dans l’esprit 18ème siècle. J’en ai même 2 ou 3 différentes. On essaie d’avoir ce coté un peu pirate. Donc il y a quelques photos qui traînent su Facebook

On a dans nos réserves de quoi faire une scène complète avec une poupe de Navire . Mais cela demande du temps pour l’installer. Il faut aussi que l’on trouve le moyen de la transporter à chaque fois . Ensuite on doit trouver des lieux dans lesquels elle rentre. (rires) Cela fait beaucoup de raisons pour lesquelles ce n’est pas évident d’installer une telle scène. En plus cela nécessite des gens pour le montage car nous ne pouvons évidemment pas tout faire. Mais bon il y a des projets par rapport à ça.

On fait déjà un minimum avec la tenue de scène. Il y a aussi quelques têtes de mort qui se baladent sur scène et qui crachent de la fumée. On a même un canon mais on ne le sort pas souvent car c’est un problème de transport. On joue souvent dans des milieux assez modestes et malgré tout très accueillants, mais on n’a pas souvent la place de tout mettre.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Coté concert vous essayez malgré tout de planifier des dates pour 2021?

Babass : On aimerait bien mais personne ne veut s’engager sur quoi que ce soit. Donc on a aucune retombée la dessus. Après on n’a pas de tourneur non plus donc c’est un peu compliqué. Il y a eu quelques tentatives de personnes qui ont voulu s’intéresser à nous mais qui n’étaient pas de véritables professionnels . Donc ils se sont aperçus des difficultés. Ils font ça amicalement mais finalement ils finissent par baisser les bras parce que ce n’est pas simple du tout.

On arrivait malgré tout à avoir une cadence à peu près régulière chaque année. On aimerait bien repartir sur ces bases là, mais voilà, personne ne sait sur quel pied danser. Donc si c’est pour conclure des choses et les annuler 15 jours avant, c’est du travail pour rien.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez quand même vos activités à coté puisque vous ne vivez pas encore de votre musique?

Babass : Oui moi je suis intermittent dans le milieu du spectacle. En ce moment je suis un peu en Stand by. Mais je suis un peu privilégié car le théâtre maintient les dates qui étaient convenues. Donc on s’occupe en faisant du rangement et des choses comme ça. J’ai beaucoup de camarades intermittents qui sont un peu dans la dèche. Après mes trois camarades du groupe ont chacun leur profession. On espère que 2021 aura une autre orientation.

Il faut surtout que les gens respectent cette période un peu compliquée pour essayer d’endiguer tout ça. Il y a des moments où je m’insurge surtout quand j’entends la ministre des sports qui dit que l’on maintient les évènements sportifs pour le bien être des gens. Et la culture alors ? C’est un gros point d’enrichissement de la France dans le PIB. La création culturelle rapporte énormément.

Rock Metal Mag : C’est surtout un besoin nécessaire et très utile.

Babass : Les romains l’avaient bien compris. Quand il y avait des problèmes ils organisaient des jeux pour occuper la tête des gens. La culture a toujours servi mais a toujours été le parent pauvre dans les décisions.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous envisagez  des live Stream ?

Babass : Alors c’est compliqué car on a pas notre salle de répéts. Après on est assez éparpillé autour de Lille, donc c’est un peu compliqué. Et puis ce n’est pas la même chose qu’un vrai concert . Mais bon si on pouvait faire ça dans une salle oui, pourquoi pas. Cela fait partie des choses qui sont dans les tiroirs mais comme mes 3 petits camarades travaillent. Sinon, sans travail,  on se serait jeté la dessus comme des morts de faims . (rires)

Comme deux d’entre eux travaillent dans les métiers de bouche, ils sont bizarrement, très demandés en ce moment. Ils sont même en surcharge de travail et il y a tellement de gens qui viennent chez eux que ça devient compliqué .

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : J’espère que la situation va vite s’arranger et que vous pourrez finaliser ce nouvel album qui sortira donc en 2021.

Babass : Oui je ne peux malheureusement pas dire à quelle période il va sortir. Le problème est plus financier plutôt qu’ un manque de volonté. On pourrait finir d’enregistrer les 4 titres que l’on a en route il sortirait limite dans les 15 jours. Le problème vient de tout ce qui découle à coté et tout le travail qu’il y a à faire derrière et aussi en communication.

Donc le gros avantage est que comme j’ai du temps cela me permet de faire des interviews. On a changé un peu notre fusil d’épaule en travaillant avec des professionnels de la communication comme Roger (ndlr : Replica Promotion). Et en plus il aime bien ce que l’on fait, donc raison de plus de travailler avec lui.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Qu’aimerai-tu ajouter pour conclure? 

Babass : On espère retrouver les Headbangers sur notre route dans peu de temps . Quel que soit le lieu et quel que soit l’endroit on est là pour faire de la musique et on souhaite retrouver le public incessamment sous peu. Dans la joie, la bonne humeur, le rhum et la festivité. (rires)

_________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Babass et Roger de Replica Promotion