Helloween + Existance : LIVE REPORT

Helloween + Existance : LIVE REPORT

Gérard Drouot Productions présentait Helloween pour son United Alive World Tour Part II à Paris L’Olympia avec Existance en première partie
MARDI 30 AOÛT 2022 DE 20:00 À 23:00

 Helloween + Existance à l’Olympia
LIVE REPORT DAVID DWIDOU PHOTOGRAPHY

Helloween
Ce mardi 30 août les amateurs de Heavy Metal se sont donnés rendez-vous à l’Olympia, peut être rejoints par quelques déçus de l’annulation de Rage Against The Machine ce même soir. Quoiqu’il en soit, les vacances se terminent et le temps des festivals laisse plus de place au concerts conventionnels en salle.

Et devant celle qui nous intéresse, avant l’ouverture des portes, on peut mesurer la popularité de la tête d’affiche de ce soir par les nombreux fans faisant déjà la queue.

Avant le plat du jour, parlons d’abord du hors d’oeuvre, en la présence du groupe de Montferrand, Existance, dont l’existence (!) remonte à 2008.

Ce groupe de Heavy Metal classique affiche à son compteur déjà 4 albums. On sent le groupe bien rôdé sur scène, et très à l’aise avec le public. Bon jeu de scène de tous les musiciens qui arpentent les planches en large et en travers durant tout leur set. Les riffs, efficaces, s’enchainent sans temps morts, et quelques excellents solo viennent ponctuer les morceaux qui vous font secouer la tête.

Ceux qui ont vécu la NWOBHM, et il y en a beaucoup dans la salle ce soir, reconnaitront tous les codes qui les ont fait headbanguer furieusement à l’époque. Evidemment quand le groupe de première partie est de qualité, on trouve toujours le set un peu court, ce qui est le cas ce soir.

On s’empressera alors de les revoir pour un set complet dès que possible.

Line-up :
Julian Izard : chant, guitare
Antoine Poiret : guitare, choeurs
Julien Robilliard : basse, choeurs
Géry Carbonnelle : batterie

https://www.facebook.com/existanceband

Existance Existance Existance Existance

Passons au plat de résistance, avec les allemands d’Helloween.

Helloween connait un rebond de carrière depuis quelques années après que 2 membres historiques du groupe aient réintégré le bercail. Je parle bien sur du chanteur Mickael Kiske et du guitariste chanteur Kai Hansen. La particularité de leur réintégration, est que ce retour n’a nullement évincé les musiciens qui les ont remplacé, chose peu commune.

Donc, le groupe se compose maintenant de 3 guitaristes.  Kai Hansen, un autre membre originel, Michael Weikath et Sascha Gerstner arrivé en 2002. Ensuite Helloween présente les 3 chanteurs : Michael Kiske, Kai Hansen et bien sur Andi Deris au chant depuis 1993 ! La rythmique est composé d’un troisième membre originel avec Markus Grosskopf à la basse, ainsi que Daniel Löble à la batterie depuis 2005. Voilà pour les présentations.

Question musique, Helloween possède suffisamment de hits pour faire chanter l’audience quasiment tout le concert. L’interprétation est bonne, les musiciens en place et la musique dans l’ensemble plus posée en live qu’à leur début. Toujours puissante bien sûr, mais disons moins sauvage, moins violente. C’est le lot d’une bonne partie de groupes trentenaires ou plus vous me direz. Chez beaucoup les compos « s’assagissent » un poil avec le temps. Cela reste néanmoins très bon et pro.

Ce que je relève le plus, est que l’on sent vraiment le plaisir des musiciens sur scène.

Kai et Markus n’ont de cesse de sourire tout le concert, autant entre eux qu’avec le public. Michael K., Andi et Sascha aussi s’éclatent et cela se voit. Seul Michael W. montre moins de signe physique. Alors que ses 5 compères n’ont de cesse de sillonner le moindre cm2 de scène, Michael W. reste bien trop immobile dans son coin à gauche de la scène.  Il se déplace de temps à autre de quelques centimètres pour se rapprocher du centre, mais sans plus. On sent le poids des tournées sur lui, en espérant que ce ne soit qu’un coup de fatigue et rien de plus.

Quand à Daniel à la batterie, malheureusement, du devant de la fosse tout du moins, on ne le voit pas. Il est caché derrière les fûts de son impressionnante batterie, qui en plus est perchée sur une citrouille (évidemment) à plusieurs mètre de haut. Je ne suis pas amateur des scénographies avec de hautes plateformes. Cela meuble bien sur d’énormes scènes de stade, mais en salle de petite et moyenne quantité, je n’aime pas du tout.

En tout cas, cela n’enlève rien au fait que le public s’éclate et que la communication entre lui et le groupe est au top.

La soirée se déroule donc à merveille.

Hormis le plaisir des musiciens on relève une grande complicité entre eux tous et particulièrement entre les 2 chanteurs Michael K. et Andi, et entre les guitaristes. Les 3 chanteurs (avec Kai) se partagent les morceaux, de manière équitable et chantent ensemble sur plusieurs d’entre eux.

Les 3 guitaristes se partagent aussi les leads durant tout le show, bien que ceux de Sascha soient plutôt concentrés sur la deuxième moitié du concert. Daniel, même si on ne le voit pas, sait être présent par son très bon jeu. Markus joue un peu les électrons tout le concert.  Il va sans cesse s’amuser avec chacun de ses autres compères, et il est très communicatif visuellement avec le public.

Setlist (source setlist.fm)
Skyfall (no keyboards)
Eagle Fly Free (Michael Kiske on lead vocals)
Mass Pollution (preceded by a bass &… more )
Future World (Michael Kiske on lead vocals)
Power (Andi Deris on lead vocals)
Save Us
Walls of Jericho
Metal Invaders / Victim of Fate / Gorgar / Ride the Sky (Kai Hansen on lead vocals) ; (>)
Heavy Metal (Is the Law) (Kai Hansen on lead vocals)
Forever and One (Neverland) (Michael Kiske & Andi Deris on vocals)
Angels (organ played on tape)
Guitar Solo (Sascha Gerstner)
Best Time (Michael Kiske & Andi Deris on vocals)
Dr. Stein (organ played on tape ;… more )
How Many Tears (additional guitar pinched… more )
Encore:
Perfect Gentleman (all synthesized woodwinds… more )
Keeper of the Seven Keys (extended finale)
Encore 2:
I Want Out

Line-up :
Michael Weikath : guitare solo, guitare rythmique, chœurs
Markus Grosskopf : basse, chœurs
Andi Deris : chant
Sascha Gerstner : guitare solo, guitare rythmique, chœurs
Daniel Löble : batterie
Michael Kiske : chant
Kai Hansen : guitare solo, guitare rythmique, chant solo, chœurs

https://www.facebook.com/helloweenofficial

Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween Helloween

Facebook Dwidou Photography