GoneZilla : Interview au Black Dog

GoneZilla : Interview au Black Dog

Entretien au Black Dog avec Karen, Clément et Julien de GoneZilla

Entretien avec Karen, Clément et Julien de GoneZilla au Black Dog Paris à l’occasion de la journée promotion organisée par Roger de Replica Promotion

De gauche à droite : Clément, Karen et Julien

Nouvel album « Aurore » le 22 avril 2022 via M&O Music

GONEZILLA nouvel album "Aurore"

TRACKLIST

1 Praeludium
2 Les Couleurs De La Nuit
3 Hominem Te Esse
4 L’Ecueil Des Ames
5 Ekho
6 Le Marcheur De Rêves
7 Cendres
8 Limbes
9 Le Songe D’Eurydice
10 En Haidou
11 Outre Monde

https://gonezilla.bandcamp.com/

A propos du groupe :

GoneZilla est un groupe de Doom metal qui s’est formé en 2011 à Lyon avec Céline Revol au chant, Florent Petit au chant et à la guitare, Julien Babot à la guitare solo, Clément Fau à la basse et Florent Olivier à la batterie.

Après une démo éponyme en 2013 et de nombreux concerts, le groupe sort son premier album « Chimères » en 2016, qui lui permet de jouer France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse.

 Après le départ de Céline, fin 2020, Karen Hau (Octavus Lupus) rejoint le groupe. Le quintet se lance alors sur la création de son nouvel album « Aurore », finalisé à l’automne 2021. Il a été masterisé par Greg Chandler au Priory Recording Studios de Birmingham (Esoteric, Mourning Beloveth…)

Le mois de novembre 2021 marque également l’arrivée d’Eric Tabourier (Octavus Lupux, ex-Penumbra, ex-Temple of Baal, ex-Nydvind) au poste de batteur.

Le style musical du groupe est basé sur des guitares aux accordages graves. Les riffs sont lourds de distorsions et teintés d’arrangements mélodiques. Les rythmes de batterie créent des compositions à l’atmosphère sombre et mélancolique, le tout renforcé par des nappes de samples.

Les paroles intenses et introspectives sont en Français. Les lignes vocales mélangent chant clair féminin et chant saturé masculin. Cela crée un contraste comme la lumière et l’obscurité, la vie et la mort.

Les influences majeures du groupe sont Paradise Lost, Draconian, Swallow the Sun, Avatarium et Trees of Eternity.

GoneZilla

Line Up

Karen Hau : Vocals
Florent Petit : Guitar & Vocals
Julien Babot: Lead guitar & arrangements
Clément Fau : Bass guitar
Eric Tabourier : Drums

https://www.facebook.com/GoneZilla/

__________________________________________________________

Rock Metal Mag :  Fin 2020 karen, tu as rejoint le groupe au chant. Comment est née cette collaboration?

Karen :  Alors c’est Julien qui m’a contacté via Facebook. Cela faisait des années que nous étions en contact. Le Metal en France est un petit milieu où l’on est plus ou moins en contact avec d’autres groupes. Donc Julien ne sachant pas trop si il allait continuer avec GoneZilla , m’a proposé de monter un side project.  Donc, j’ai accepté, sachant que c’était à distance et que cela ne me pose aucun problème. Alors, on m’a envoyé l’instrumental de Cendres, sur lequel j’ai fait une maquette où j’ai proposé à la fois du Lead vocal et des choeurs.

Et de là, cela a tout de suite bien marché et Julien a été conquis assez rapidement.

Ensuite on a continué avec Le Marcheur De Rêves et on est arrivé sur Ekho, où j’ai été un peu plus testé sur mes capacités d’écriture. Et là il a fallu que je me réadapte un petit peu car je viens d’un format très chanson française rock. Donc, ce n’est pas le même style d’écriture car les phrases sont beaucoup plus étirées. Alors j’ai du pas mal travailler là-dessus. Et de la même façon sur les lignes de chant car je viens du prog et je suis habituée à faire des lignes très complexes. Donc, il a fallu que je simplifie pas mal mon « jeu ». Mais on a réussi à s’adapter et humainement, il y a eu une alchimie qui s’est faite très vite.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Et fin 2021 c’est Eric Tabourier qui a pris la place de batteur. Cela s’est fait aussi sur internet?

Clément :Alors, mi 2021, le batteur qui était avec nous depuis le début a ressenti de la lassitude, du fait de ne plus pouvoir se produire en live. C’est sur que l’on est passé d’un stade où l’on répétait 4 à 5 heures par semaine à un stade où l’on était chacun chez soi sans perspective de concerts. Donc cela a  un peu joué sur sa motivation, même si aujourd’hui, nous restons très bons amis. Il est d’ailleurs venu nous voir lors de notre dernier concert.

Voilà, il nous a prévenu suffisamment à l’avance qu’il préférait arrêter, ce qui nous a laissé le temps de chercher un autre batteur. Et Eric jouait déjà avec Karen dans un autre groupe . Il avait aussi une expérience dans des formations un peu similaires puisqu’il a commencé dans le metal Gothique avec Penumbra. Alors même si ce n’est pas exactement la même chose que nous il y a certaines petites affinités qu’il connaissait déjà.  Donc, il avait quand même un gros bagage derrière lui. Et on recherchait aussi quelqu’un qui puisse être prêt assez rapidement en travaillant à distance. Il fallait qu’il puisse aussi enchaîner assez vite sur des dates.

De là, les titres lui ont plu, il est venu à Lyon et on a fait plusieurs répéts ensemble.

_______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment se passe votre processus de composition ?

Clément : En fait, Julien compose 90 % la musique. Moi je ne compose que les lignes de basse. Après, on fait beaucoup d’allers-retours ensemble. Il arrive avec une composition déjà faite ou en partie déjà construite. Il me l’envoie pour voir si l’on est toujours dans notre orientation musicale.

Une fois que le squelette de la musique est fait, en général, c’est Karen qui prend le relais sur les mélodies vocales. Elle s’arrange aussi avec Flo pour placer leur chant.

Karen : C’est Julien qui, pour chaque instrumental qu’il nous envoie, répartit nos lignes de chant. Il décide où placer le chant féminin et le chant masculin ou les deux ensemble. On a quand même des instructions sur ce qu’il entend ou ce qu’il attend sur l’instrumental. Il oriente même les endroits qu’il souhaite plus rythmés et il a déjà une idée de ce qu’il veut. Mais les choix de Julien sont très logiques et très judicieux donc cela ne pose pas de problèmes

Maintenant pour les mélodies j’ai quand même le champs libre. Je commence toujours par écrire les textes et je les valide avec julien puisqu’il écrit aussi. En général, Julien décide de ce qu’il va écrire. On se comprend pas mal car on a aussi des influences un peu sombres chacun de notre coté. En général cela s’accroche bien.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez travaillé avec Greg Chandler au Priory Recording Studios de Birmingham (Esoteric, Mourning Beloveth…) pour le mastering. Est ce qu’il a fait aussi le mixage? 

Clément : Alors non. Julien a fait les prises de son et le mixage et il avait mixé les deux albums précédents. Greg a fait le mastering mais il nous a aidé aussi à améliorer le mixage. Je l’avais rencontré en 2018 sur un festival et nous avons sympathisé. Je connaissais bien évidemment son groupe Esoteric. Nous avions gardé contact depuis 2018 et donc, quand il a fallu travailler avec quelqu’un pour le mastering, je lui ai proposé assez rapidement . Et il était partant.

On avait confiance dans son travail et on savait qu’il n’allait pas dénaturer le mixe d’origine. On voulait quelqu’un qui  sublime le mixe de départ. Donc, lui était capable de le faire et nous sommes hyper contents du mastering de l’album.

________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi avez vous choisi le titre Aurore ?

Karen : Le titre de l’album a été suggéré par Julien. Donc, c’est inspiré de la déesse Aurore qui est un peu décrite dans Les Couleurs De La Nuit.  Aurore est la déesse qui guide le soleil au petit matin. Elle chasse Nyx et retire le voile de la nuit.

Mais Aurore c’est aussi une référence à « Aurore, Réflexions sur les préjugés moraux » qui est une oeuvre de Nietzsche. Le titre revient un petit peu sur les principes de la morale christianiste. Les Couleurs de la Nuit revient principalement sur le titre de l’album. Et si on lit un petit peu à travers les lignes, il y a un petit peu ces deux aspects.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Votre thématique porte beaucoup sur la mythologie grecque je trouve ?

Karen : Alors c’était aussi un choix orienté par Julien et lorsqu’il m’a présenté le projet, il est arrivé directement avec  » le cahier des charges ». Donc, chant en français, ce qui m’allait très bien puisque je chante depuis des années en français. Et aussi, on devait se servir beaucoup de la mythologie grecque et cela m’intéressait énormément car cela regorge d’une multitude de métaphores.

Clément : En fait, on avait beaucoup de démos qui avaient des titres en rapport avec la mythologie grecque. J’avais pas forcément envie de faire un concept album, mais je trouvais intéressant d’avoir une toile de fond commune à tous les morceaux. Donc, j’avais proposé ça à Julien et du coup on a même changé certains titres pour qu’ils collent plus au thème global de l’album.  On trouvait intéressant d’utiliser cette toile mythologique pour parler de choses contemporaines. Alors que ce soit dans les relations humaines ou comme Cendres sur la dégradation de la Planète.

Il y a donc tout un tas de choses que l’on peut illustrer grâce au thème de la mythologie.

Mais ce n’est pas un concept album car tous les thèmes abordés ne sont pas forcément en relation avec ça.

___________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous mélangez beaucoup, philosophie et poésie c’est l’amour du savoir et de la sagesse qui vous motive ?

Clément : Je pense que cela fait partie des intérêts communs à beaucoup de membres du groupe. Que ce soit la poésie française, le romantisme ou la philosophie de Nietzsche par exemple. C’est un  auteur que nous lisons Julien et moi et qui fait partie de nos inspirations.

_____________________________________________________

Toutes les vidéos : ICI

Rock Metal Mag : Au lieu de Faire un Track By Track habituel sur la compositions des morceaux, vous avez préféré expliquer l’histoire des chansons par des vidéos spécifiques, comment vous est venue cette idée?

Clément : En fait, moi, n’ayant pas écrit, je trouvais intéressant d’avoir le point de vue des auteurs sur ces textes. Et mine de rien lorsque l’on regarde les vidéos, que ce soit Karen ou Julien ils ont quand même des choses hyper intéressantes à dire. Ce sont des choses que l’on ne suppose pas dès la première lecture.  Et apparemment le concept a beaucoup plu puisque l’on a énormément de retour de gens qui ont aimé le contenu de ces vidéos.

Karen : Ce qui était assez intéressant, c’est que j’avais eu la même idée mais je pensais le faire par écrit. Et lorsque Clément à proposé de le faire en vidéo, il se trouve que le média qui passe le mieux sur les réseaux sociaux c’est la vidéo.

Clément : Et chaque auteur explique ses propres textes.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez choisi de chanter en français, c’est une question de subtilités de la langue française ?

Clément : En fait, on avait sorti une première démo uniquement de manière digitale en 2013 où l’on avait à la fois des textes en anglais et en français. Et à l’écoute on se rendait compte que l’on arrivait beaucoup mieux à transmettre l’émotion sur les textes en français.

Donc, partant de là, on a fait le choix de n’écrire qu’en français mais aussi par amour de la langue et de la culture. Et puis c’est vrai qu’il y a tellement de groupes qui chantent en anglais, à quoi bon reproduire ce que font tous les autres. Là, au moins, on fait ce qui nous plait et on a la sensation de proposer quelque chose d’original. Après cela plait ou non mais au moins on a la prétention d’avoir une identité dans ce que l’on fait.

L’écriture en français est très difficile parce que souvent on se compare à des grands paroliers et du coup on ne se sent pas légitime. Après on peut aussi tomber sur des choses très revendicatives et ce n’est pas vraiment notre style, ou alors des choses très niaises. C’est vrai que l’on a tous un peu cette image des yéyés et en français on peut vite tomber là-dedans.

Donc, l’exercice n’est pas si simple mais je pense qu’aujourd’hui cela fait vraiment partie de notre identité et on ne reviendra pas en arrière.

Karen : Je soutiens quand même la subtilité de la langue française et le plaisir que j’ai à écrire en français. J’écris aussi en anglais et j’ai même écrit un peu en italien, mais forcément je maîtrise moins ces deux langues. Le français est quand même une langue pleine de subtilités et c’est ce que j’apprécie quand j’écris.

Clément : Et les textes font vraiment partis des choses que l’on cherche à mettre en avant aussi.

Karen : En tout cas c’est un retour que l’on a régulièrement.

Clément : Il y a une grande partie du travail des moreaux qui est fait autour des textes. C’est pour ça que l’on tient toujours à les imprimer dans le livret du CD pour que les gens puissent aussi les lire. Cela fait vraiment partie du coeur du projet.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez aussi des titres en latin. C’est parce que la langue française est issue de la famille des langues romanes?

Clément : Oui, régulièrement sur les albums précédents il y a un ou deux titres en latin . Là il y a un titre en latin et en titre en grec.

Karen : Alors qu’ En Haidou n’a pas de choeur en grec, à la fin d’Hominem Te Esse le choeur est en latin .

Clément : Et il tourne autour du concept du morceau.

Karen : En fait c’est la phrase complète d’où le titre est tiré. ( « Respice post te. Hominem te esse memente mori »)

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez un morceau préféré sur cet album?

Clément : Alors moi, j’ai une petite préférence pour Outre Monde. Lorsque Julien m’a fait écouter la démo, cela m’a fait penser à un groupe que j’adore et qui s’appelle Pallbearer, un groupe de Doom américain. Je trouvais que ce titre sonnait vraiment comme ça et j’aimais beaucoup l’ambiance et le lead de guitare du morceau. Donc, si je devais en choisir un, je garderais celui-là.

Karen : Moi, j’hésite. C’est vraiment très dur de choisir. Quand je compose mes mélodies vocales, j’aime bien quand elles me viennent le plus rapidement. En général c’est qu’elles sont le plus parlant pour moi. Donc il y a L’Ecueil Des Ames, dont le couplet était une évidence. Et j’ai aussi un petit faible pour Le Marcheur De Rêves, pour ses parties simples guitares/voix qui sont quasiment à nues. C’est quelque chose que j’apprécie beaucoup. Il y a une intimité dans ce titre.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Je trouve qu’il y a des intonations un peu orientales dans le chant clair de L’Ecueil des Ames. Quel est le thème de cette chanson?

Karen : L’Ecueil des Ames parle du périple d’ Ulysse. Au moment de le composer c’est Julien a évoqué ce qu’il entendait par avance à tel ou tel endroit. Donc, dans mon petit rider il était noté de faire à cet endroit là, des vocalises orientales.

Clément : Julien est un grand fan de Orphaned Land et de Amaseffer, qui sont des groupes aux sonorités très orientales. Et à peu près à la même époque de la composition du morceau, c’était l’anniversaire de Powerslave de Maiden, sur lequel il y a aussi pas mal de passages avec ce type de mélodie. Du coup, comme on savait que Karen avait les capacités pour composer ce genre de vocalises, cela a permis de donner quelques petites couleurs au morceau. Cela permet également, de surprendre un peu l’auditeur, car ce type de passage ne se retrouve pas sur les autres morceaux. C’est vraiment ciblé uniquement sur L’Ecueil des Ames.

____________________________________________________________

John William Waterhouse, "Echo et Narcisse"

Rock Metal Mag : Qui a réalisé la pochette, elle fait penser à une peinture du XIXe siècle mais en noir et blanc?

Karen : Alors c’est tout à fait, une peinture du XIXème siècle. C’est John William Waterhouse, « Echo et Narcisse« . Il s’agit de la période PRÉRAPHAÉLITE . Donc c’est une toile où l’on a fait juste un petit traitement colorimétrique, entre contraste et luminosité. La peinture d’origine est très colorée et très claire, même si il s’en dégage une certaine mélancolie. On voulait donc la ramener à quelque chose de sombre et qui représente vraiment notre musique. Et ce qui s’est passé, c’est qu’au moment où j’ai écrit le texte pour Ekho, j’avais vraiment cette peinture dans la tête dans tout mon processus d’écriture.

Clément : Pour les deux albums précédents on avait travaillé avec des oeuvres originales de deux artistes lyonnaises. Et donc là, comme la toile de fond de mythologique de l’album est assez classique, on voulait une pochette qui soit dans ce thème là et cette peinture là collait parfaitement. On est sur le mythe d’Echo qui est un des titres de l’album. Il y a aussi une certaine tristesse et une certaine mélancolie qui se dégagent de la scène. Donc il y avait juste ce petit problème de couleurs trop vives, mais avec le traitement que Karen a fait, cela colle vraiment à l’image que l’on avait pour la pochette.

Karen : L’important était de ne surtout pas dénaturer l’oeuvre d’origine. Il n’ y a pas de retouches c’est juste un jeu sur la colorimétrie, entre la saturation et la luminosité.

GONEZILLA nouvel album "Aurore"

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Oui l’image colle à votre sonorité sombre et lourde. Vous la définiriez comment votre musique?

Clément : Alors, si vraiment on devait coller une étiquette dessus, car aujourd’hui on est un peu obligé, on la qualifierait de Doom Gothique. Il y a quand même une influence, sur certaines parties de guitares, de groupe comme Paradise Lost, ou même de groupe Darkwave Coldwave tel que Joy Division, The Cure, The Sisters of Mercy. Ce sont des groupes que l’on écoute et qui font partie de notre bagage. Il n’ y en a pas partout sur l’album, mais effectivement on prête l’oreille et les amateurs de ces styles peuvent les reconnaître.

Donc voilà, c’est du Doom Gothique même si il y a quelques années c’était une étiquette un peu péjorative et un peu fourre tout.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Coté visuel est ce que vous créez un décor spécifique sur scène?

Clément : Oui on a reproduit la pochette de l’album sur des sidedrop.  Donc sur les cotés de la scène, il y a d’un coté Echo et de l’autre Narcisse.

_________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous allez ressortir un clip ?

Clément : Alors on a déjà sorti deux lyrics vidéos et un clip et normalement un autre clip devrait sortir sur la deuxième partie de l’année. On pensait le faire sur Hominem Te Esse. Maintenant on attend un peu d’avoir le retour du public pour voir si un morceau se dégage plus qu’un autre. A ce moment là on se concentrera dessus pour faire le clip.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez pu planifier des concerts pour 2022 ?

Clément : Alors là on sort de deux dates dont une à Nantes au Ferailleur à l’occasion de la release partie du groupe de Doom Lux Incerta. On a joué à Lyon, le mois dernier, pour notre release party avec le trio suisse E-L-R
qui est signé chez Prophecy et qui vient de sortir un album.

Sinon, on joue à Lille le 10 juin avec le groupe belge Ethereal Darkness. Ils vient de gagner le tremplin de l’Alcatraz et il y aura aussi Alwaid

On espère coller une deuxième date le lendemain soit en Belgique, soit dans le Nord de la France. Ensuite on va vite arriver à l’été, donc c’est un petit peu au point mort. Après on espère des dates sur Paris et un petit peu partout sur la deuxième partie de l’année et bien sur l’année prochaine.

__________________________________________________________

Juste avant la fin de l’interview Julien nous rejoint et je lui demande à son tour quel est son titre préféré sur l’album.

Julien : Alors mon titre personnellement de coeur c’est Outre Monde, parce qu’il a été conçu comme un dernier morceau. C’est pour laisser quelque part un vide même si c’est un peu vicieux de dire ça . Mais ce que j’espère c’est qu’à la fin l’auditeur se dise : « Ah mince c’est fini ! ».

Sa construction prend la fermeture alors qu’il est construit comme le premier morceau Les Couleurs De La Nuit. Donc ayant des origines bretonnes c’était aussi mettre en avant une mythologie plutôt celtique.

Rock Metal Mag : Est ce que tu songes à de nouvelles compositions ?

Julien : Alors on ne va pas se mentir, il y en a quand même en construction. Pour l’instant, il y avait quand même un travail de groupe important pour assurer le choses sur scène. Mais il y a déjà deux morceaux en standby et qui ne demandent plus qu’à être complétés.

Rock Metal Mag : Donc ce sera une continuité d’Aurore ou les compositions seront différentes?

Julien : Alors artistiquement parlant je ne pense pas que l’on fasse un grand écart. Ce sera différent mais dans une continuité du style. On a pas encore abordé tous ensemble cette partie artistique, mais  je ne pense pas me tromper en confirmant aujourd’hui, cette ambiance installée sur nos morceaux.

Clément : Il y a eu un virage important entre le 1er album et l’EP précédent . Et cet album là est plus dans la continuité de l’EP, même si les morceaux sont surement mieux écrits et plus affirmés. Du coup, l’oeuvre suivante sera bien dans la continuité d’Aurore. avec bien sur toujours une évolution apportée par chacun.

____________________________________________________

Clément Karen et Julien

Rock Metal Mag remercie Karen, Clément et Julien du groupe GoneZilla, ainsi que Roger de Replica Promotion et le Black Dog.