Except One : Interview au Black Dog

Except One : Interview au Black Dog

Entretien avec Estelle, Tim et Naty du groupe Except One, au Black Dog à Paris

Entretien avec Estelle, Tim et Naty du groupe Except One au Black Dog à Paris avec Roger de Replica promotion

Except One

Nouvel album Broken sorti le 15 janvier 2022.

EXCEPT ONE BROKEN

Tracklist

Hollow
Thorns
Silent Scream
In Nomine
Blood of the Underdogs
Broken
Chaos
Still Alive
Seeds of Revolts
Void

EXCEPT ONE

Membres du groupe
Vocal : Estelle
Guitar : Junior
Guitar : Tim
Bass : Crypp
Drum : Naty

https://www.facebook.com/ExceptOneOfficial/

________________________________________________

Rock Metal Mag : Nous nous étions rencontrés en 2019 pour la sortie du 1er album «F∀LLEN»  le 23 novembre 2018.  A l’époque Tim était nouveau dans le groupe et il est toujours présent, donc votre line up est resté soudé. Comment se sont passées ces 3 années.?

Tim : Alors pour promouvoir F∀LLEN, on a fait de très belles dates dont une tournée européenne, en 1ère partie du groupe suédois Hatesphere. Et cela nous a vraiment formé à une représentation intensive et c’est ce qui nous a beaucoup soudé.

Estelle : Oui c’est vrai que la tournée a beaucoup joué la dessus. On s’est retrouvé tous ensemble dans un bus et pendant un bon moment.

Naty : Cela nous a soudé encore plus qu’auparavant.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que votre processus de composition a changé depuis l’arrivée de Tim?

Tim : Alors oui. L’album a été composé sur une durée de plusieurs mois et il y a une grosse partie du processus de création qui s’est fait pendant la pandémie, au moment où tout le monde était en pause. Ce qui fait que nous avons beaucoup créé à distance, étant donné que nous étions enfermés chez nous.

Cela nous a permis de nous poser et de prendre du recul sur ce que l’on avait envie de raconter sur cet album. On a pu aussi prendre le temps d’observer ce qui se passait autour de nous et on a pu s’apercevoir que le monde était beaucoup plus fragile que ce que l’on pensait.

Et fait cette petite faille était déjà présente avant la pandémie. Mais on essayait de la cacher aussi bien en nous, que dans la société ou dans la politique. Donc, tout ça a complètement éclaté à cause de la pandémie. C’est quelque chose qui nous a vraiment nourri dans notre processus de création, et on avait envie de l’exorciser sur cet album.

En fait, il y a beaucoup de démos qui ont ressurgi et ce n’est pas uniquement à cause de la pandémie. L’album ne parle pas de pandémie mais ce sont des démos qui ont surgi au sein du groupe, de nos amis, de nos familles et de gens que l’on connait. Ce sont des choses que l’on avait besoin d’exorciser.

Estelle : On en avait besoin puisque l’on s’est retrouvé face à nous même pendant un certain nombre de temps. Donc forcément, comme disait Tim, tout ça ressort.

Et la musique a un coté thérapeutique.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : On peut dire que cet arrêt forcé à eu un coté positif puisque vous avez pu peaufiner vos compositions, vos enregistrements..etc?

Naty : C’est ça, vu que tout était en pause, on avait vraiment plus le temps . En fait, tout ce que l’on avait de personnel à coté, était mis en stand by vu que l’on était enfermé à domicile. Du coup, on a pris plus le temps et c’est pour cela que sur l’album, il y a un peu plus de samples et d’ambiances aussi. C’est possible lorsque tu as le temps de te poser, de les réarranger. Et cela s’entend car l’album a pris plus d’ampleur là dessus. Même si il est très brut, il est plus ambiant.

Rock Metal Mag : Rageur ! Il fallait que ça sorte.

Naty : Oui voilà. c’est un peu la frustration qui est sortie.

Tim : Du fait que l’on ne se voyait pas pour répéter et que l’on était chez nous, chacun de son coté, cela nous a permis d’écrire et de composer sur l’écriture de fond.  C’est à dire pas que sur les riffs au premier plan mais aussi sur les arrangements. On se posait vraiment la question sur ce qui allait le plus sublimer les riffs que l’on a l’habitude d’écrire.

_________________________________________________

Rock Metal Mag :  Le titre Broken évoque donc cette cassure due à la pandémie, l’arrêt des concerts et de tout ce qui s’en est suivi?

Naty : Après la chute, la cassure. (rires)

Estelle : C’est vraiment un ensemble de choses. On s’est rendu compte qu’il y avait des cassures au niveau sociétal et humain pour chacun d’entre nous.  Donc Broken est assez logique effectivement après F∀LLEN.

Naty : Les textes ne parlent pas forcément de pandémie ou de politique et il y a aussi des sujets personnels dedans donc chacun peut se retrouver dans les textes. Et pour la première fois il y a un livret avec les paroles pour que l’on puisse les comprendre encore plus.

Tim : Le livret a été totalement illustré par Estelle. Aussi bien la jaquette que les pages du livret.

Except One pochette livret

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Mais les textes c’est quand même toi qui les écrit, Estelle?

Estelle : Cela dépend des chansons. Majoritairement c’est Tim et moi.

Naty : Si on a des idées on les apporte et après on travaille les textes ensemble. L’écriture des textes est aussi collective.

Estelle : Tout est partagé entre nous. Si quelqu’un a un bout de texte, une phrase ou une idée, on peut partir de là. Si l’un d’entre nous a écrit des paroles chacun peut y rajouter quelque chose. C’est vraiment un partage collectif.

Tim : En fait il y a une ou deux personnes chargées de la musique mais les thèmes vont être apportés par tout le monde.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Et donc les riffs de base c’est toi qui les apporte, Tim?

Tim : En fait ce qui s’est passé, c’est qu’au début j’ai fait des préprods que je leur ai proposé. Et à partir de là, on a travaillé dessus, on a fait des aller-retour et des échanges pour travailler plus profondément sur la structure, l’énergie et les contrastes, les arrangements batterie…etc.

Naty : Vu que l’on écoute des styles de musique variés, on arrive à apporter toutes ces différentes touches dans les morceaux. Estelle va être plus dans le Black, Tim plus dans le Thrash et moi plutôt dans le Deathcore. C’est pour ça que tout le monde peut se retrouver dans cet album, à part ceux qui écoute du Metal symphonique. (rires)

_______________________________________________

Rock Metal Mag :  Chacun d’entre vous a dévoilé son titre préféré sur cet album. Tim avec Still Alive, Crypp avec Seeds Of Revolt, Naty avec Chaos, Junior avec Silent Scream. Et donc il manque ton choix Estelle ?

Estelle : Alors moi c’est Void, la dernière chanson de l’album. Je l’aime d’un point de vue instrumental avec son intro assez Black, assez ambiant et qui prend aux tripes. On arrive sur un couplet assez violent et un refrain épique et donc cela me parle énormément et j’aime bien ce mélange de styles et d’énergie.

Après,t au niveau des paroles, c’est le combat intérieur que l’on mène tous au quotidien, au jour le jour, contre les épreuves, la souffrance, la dépression et tout ce qui peut nous arriver. Et au final on se bat et ça nous fait grandir, mais on ne sait pas du tout si l’on va ressortir de tout ça. Et cela me parle énormément.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est marrant parce que vous avez tous un titre différent.

Naty : Et on ne l’a pas fait exprès. C’était vraiment notre premier choix.

Estelle : Et on ne s’est pas trop posé la question.

_______________________________________________

Rock Metal Mag :  Et vous avez présenté une vidéo playthrough de guitare, donc avec Tim qui joue sur son morceau préféré est ce que vous allez faire la même chose pour les autres morceaux préférés de chacun de vous?

Naty: On va essayer de mettre ça en place mais ce n’es pas sur à 100%. Mais il y aura plusieurs playthrough qui vont arriver sur les morceaux que l’on préfère.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Avec quel studio avez vous travaillé pour Broken?

Estelle : Alors on a travaillé avec Jelly Cardarelli et Symheris, pour l’enregistrement, le mixage et le mastering.

Tim : C’est la première fois, dans l’histoire du groupe que l’on enregistre avec un directeur artistique. Et cela a énormément influencé le résultat, parce qu’au delà de la qualité du son qu’il était capable d’apporter, il nous a aussi rendu meilleur dans l’interprétation des morceaux en studio. Il a vraiment essayé d’aller nous chercher dans nos retranchements et dans ce que l’on avait de meilleur à donner.

Naty : Il était très exigent sur la manière d’enregistrer et sur l’interprétation des morceaux. Et c’est hyper important.

Tim : Il avait vraiment une vision pour l’album. On a beaucoup discuté avec lui avant l’enregistrement pour qu’il s’imprègne de l’ambiance du groupe et de ce que l’on avait envie de raconter sur cet album. Donc du début jusqu’à la fin, il savait comment il voulait que cela sonne, pour que cela colle au mieux à ce que l’on avait à dire. Donc, cela était très cohérent qu’il fasse le processus jusqu’à la fin avec le mastering.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Vous n’avez toujours pas signé avec un label, pourquoi ?

Naty : Alors déjà, on essaie de choisir le bon label pour ne pas signer avec n’importe qui. Ensuite ce n’est pas si facile que ça d’avoir un label et surtout en ce moment. Etant donné que la musique était aussi à l’arrêt ces dernières années.

Tim : Et puis, on n’a pas envie que le choix d’un label soit précipité, parce qu’il en faut absolument un.

Estelle : Ensuite, il y a toujours le risque aussi de se retrouver avec un label qui va nous driver d’un point de vue commercial, et nous n’avons pas forcément envie de ça. Donc, assoir une identité musicale visuelle en premier lieu, cela va peut être nous permettre de trouver un jour un label qui n’essayera pas de nous changer. C’est très important pour nous, on est ce que l’on est en tant qu’Except One, et on ne veut pas être influencé par ce qui marche.

On est sincère et on ne veut pas que cela change, parce que l’on fait ce que l’on aime.

Naty : Et puis ce sont des contrats commerciaux et il y a certains risques. Mais, on n’a pas encore eu la bonne touche avec le bon label. Donc on verra, mais cela va venir. On attend juste le bon.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti une vidéo sur In Nomine, pourquoi ce titre là en particulier et pourquoi un titre en latin?

Estelle : Alors le titre en latin est en rapport avec les paroles. C’est une allégorie de la société de consommation actuelle via le prisme de la religion, puisque au final, maintenant, c’est élevé, quelque part, au rang de religion. Donc forcément, cela me paraissait logique de passer par le prisme de cette religion chrétienne avec du latin dans les paroles.

Et, en fait, cela donnait un dimension intéressante au titre, avec un coté assez épique afin de pouvoir retranscrire ce thème là. Du coup, cela nous a permis de faire un clip très visuel, en mélangeant vraiment l’esthétique chrétienne avec des éléments modernes..

Naty : La direction artistique de ce morceau est arrivé très vite. Au tout début du processus de création nous avions des idées assez fortes et l’on s’est dit qu’il fallait vraiment le clipper. Les paroles sont très impactantes et c’était pas mal de le présenter en premier morceau. Et effectivement le prisme de la religion permet d’avoir des visuels assez classes avec la croix et aussi avec en parallèle la cène et les apôtres autour de la table.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Je présume que vous avez prévu de sortir un autre clip prochainement?

Estelle : Oui, mais on dit pas quoi.

Naty : Et on dit pas quand. Mais dans tous les cas il est prêt.

Estelle : En fait il n’y a pas le choix, il faut nous suivre sur les réseaux pour savoir ce qui va se passer.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez reçu de très bonnes critiques et de bonnes chroniques de cet album. Quels sont les principaux points qui en ressortent le plus souvent?

Estelle : La brutalité

Tim : L’efficacité

Estelle : C’est vrai que les mots, brutal et efficace reviennent souvent. Du coup, on a franchi un cap avec cet album et c’était le but. F∀LLEN nous présente tels que nous étions à l’époque et au moment où il a été fait. BROKEN montre que l’on a évolué en tant que groupe, musiciens et humains. Dans l’ensemble, tout évolue aussi bien d’un point de vue musical qu’au niveau des textes. Même au niveau de l’esthétique de la pochette de l’album ou des clips.

Le prochain album aura surement quelques différences mais sera toujours l’Except One du moment.

Naty : Ce qui est bien c’est justement que l’on voit cette évolution entre F∀LLEN et BROKEN, au niveau des critiques aussi. Et par rapport aux review que l’on a dessus, BROKEN est encore mieux reçu que le précédent. Donc cela nous dit que l’on est toujours sur la bonne voie et l’évolution du groupe est toujours en train de monter.

Tim : Au delà du fait que les critiques soient bonnes, ce qui est cool aussi, c’est qu’elles correspondent aussi à ce que l’on avait en tête. Nous sommes même plutôt contents que les gens ressentent ce que l’on avait vraiment envie de leur faire comprendre.

Naty : Ce n’est pas évident justement d’arriver à faire en sorte que les gens ressentent la direction artistique que l’on a voulu lui donner. Donc globalement les critiques sont vachement bonnes et nous sommes hyper contents. C’est de la fierté aussi. Lorsque l’on crée quelque chose à partir de zéro, et qu’au final, on donne notre bébé pour qu’il soit disséqué, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Et là à chaque fois, on a visé juste, d’après les retours des chroniqueurs.

Tim : C’est sur qu’une fois que l’on avait l’album dans les mains, on était fiers, mais il n’était pas sorti. (rires) Donc on ne pouvait pas savoir. Et finalement avec les retours que l’on a eu, cela confirme les choix que l’on a fait. Que ce soit sur la création artistique, les choix thématiques des textes et aussi le choix de la production.

Naty : Oui et c’est plutôt rare mais on a eu des retours positifs sur la production et le son. Dans les chroniques que je lis sur d’autres groupes, on ne parle pas souvent de la production. Donc là pour un groupe indépendant comme nous, c’était important d’avoir une bonne critique sur la globalité sonore de l’album.

Rock Metal Mag : Effectivement si le son est pourri c’est pas top ! (rires)

Naty : Oui, parce que tu peux faire la meilleure chanson du monde, si le son n’est pas bon..

Rock Metal Mag : Et la qualité sonore devient vraiment un atout primordial.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez pu reprogrammer des dates de concerts et surtout votre release party?

Estelle : Alors, pour le moment on y travaille mais c’est encore un petit peu compliqué et un peu flou. On ne sait pas forcément ce qui va se passer. Mais cela devrait arriver. Actuellement, on travaille beaucoup le show. Comme la musique évolue, logiquement le show évolue avec. On s’est donné les moyens sur l’album, donc on va se donner aussi les moyens sur le show visuel. On veut vraiment quelque chose de très cohérent et de très impactant.

Donc, même si nous étions déjà prêts, cela nous permet de continuer à travailler dessus.

Tim : On y travaille avec un ingé son, un ingé lumières. On prépare vraiment un show complet de A à Z avec des techniciens.

Rock Metal Mag : Et pour la release vous n’avez pas idée d’une date approximative?

Naty : Non pas encore car tout est un peu décalé maintenant. Il y a des groupes avant qui ont aussi décalé leurs dates.

Estelle : C’est ça, certains étaient programmés en 2020 et là ils vont peut être reporter leurs dates en 2022. Donc, c’est vrai qu’au niveau planning, c’est un peu plus compliqué.

Naty : Mais dans tous les cas, nous sommes prêts et dès que l’on a une date, elle sera communiquée sur les réseaux sociaux. Voilà,  il faut nous suivre, surtout que notre release sera encore plus grandiose, alors il faut venir nous voir.

Rock Metal Mag : Et bien, ok, on attend cette prochaine date.

________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Estelle Tim et Naty du groupe Except One, ainsi que Roger de Replica Promotion et Le Black Dog

https://exceptone.bandcamp.com/