Entretien avec Pierre Le Pape du groupe Melted Space

Entretien avec Pierre Le Pape du groupe Melted Space

Rock Metal Mag a eu le plaisir de s'entretenir avec Pierre Le Pape du groupe Melted Space.

Entretien avec
Pierre Le Pape
du groupe Melted Space
au Hard Rock Café à Paris
le 9 mars 2018

 Melted Space a sorti son nouvel album « Darkening Light » le 23 mars 2018 sur Sensory Records. Il est le successeur de  « The Great Lie »  sorti le 16 octobre 2015, également sur Sensory Records.

Cover_greatlieHD

The Great Lie

*****************

Toujours sur la ligne de l’opéra metal symphonique, « Darkening Light »  est composé de 10 titres pour une durée de 47 minutes. Un opus plus puissant et encore plus accrocheur pour Melted Space (la scène est passée par là) et ses 16 invités (chanteurs et musiciens) issus d’univers musicaux différents (métal, classique, jazz…) : Catherine Trottmann, Clémentine Delauney (Visions Of AtlantisExit Eden), Sakis Tolis (Rotting Christ) , Black Messiah, Øyvind Hægeland (Arcturus,Spiral Architect ), Silje Wergeland (The Gathering), Pierre Le Pape, Guillaume Bideau (MnemicScarve), Lucie Blatrier, Jeff Scott Soto,  Mikael Stanne (Dark Tranquillity), Ailyn Giménez Garcia (Sirenia) et Adrian Martinot , Brice Guillon, Mike Saccoman, Gildas Le Pape.

Pierre Le Pape, leader et créateur du groupe a confié son envie de plonger l’auditeur au plus profond d’une trame en contrastes où ombres et lumières rythment un univers en cascade.

Un album enregistré et mixé en France et à l’étranger (République Tchèque, Suède, Norvège, Grèce, États-Unis…) entre les mois de juin et septembre 2017.

C’était aussi l’occasion de renouveler la collaboration avec le City of Prague Philarmonic Orchestra, présent à nouveau sur « Darkening Light ». Enregistré par François-Maxime Boutault et masterisé par Alan Douches (West Side Music), ce disque bénéficiera d’un Artwork très immersif, reflétant parfaitement l’ambiance de ce nouvel opus centré sur la création du monde et le rejet des dieux par l’Homme réalisé par Adrien Bousson.

Darkening Light Track Listing:

1. The Void Before
2. Newborns
3. The Meaning of this Place
4. From the Beginning to the End
5. The Dawn of Man (I’m Alive!)
6. Trust in Me
7. Regrets
8. Man and Future
9. Missing Creed
10. Fallen World

__________________________________________________________________

Rock Metal Mag : « Darkening Light » est un nouveau chapitre de ton oeuvre débutée en 2012 avec From The Past et The Great Lie de 2015 , c’est une continuité ?

Pierre : Oui, il y a une envie de cohérence. Et j’ai voulu donner une raison à From The Past, The Great Lie et l’EP, Between. En fait j’avais raconté déjà plusieurs histoires et au moment où j’ai commencé à réfléchir à l’album, je me suis demandé ce que j’avais envie de raconter. Une des première chose que je me suis dit, c’est que je ne voulais surtout pas enchaîner une autre mythologie, l’ une après l’autre et de façon machinale. J’ai voulu donner un commencement à tout ça, de façon à avoir des piliers solides. Donc, c’est vrai que dans la création de l’histoire, pour qu’il y ait cette cohérence, j’ai essayé de mettre certaines références que l’on peut retrouver dans les autres albums de manière à pouvoir trouver des archétypes de personnages qui par la suite sont devenus tel ou tel autre personnage dans tel album. C’est un peu ce que l’on peut voir avec Marvel qui développe un univers vraiment très complet et très riche. Voilà,  j’ai voulu donner une cohérence .

_____________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Donc en fait à partir de cet album tu expliques les histoires de tes albums précédents?

Pierre : Oui plus ou moins. C’est à dire, partir de la création de l’Univers, l’arrivée de l’homme qui rejette les dieux et qui pour survivre doit créer le Melted Space, cela permettait d’avoir une sorte de continuité. Et en fait, c’est pour ça que les toutes dernières notes de l’album, sont les bases de « From The Past ». Donc il y a toute une continuité qui est vraiment voulue et assumée que ce soit dans certaines lignes de chant, et dans certaines références dans les paroles. Sur « Man And Future », il y a une rythmique vocale que l’on retrouve clairement dans The Great Lie, qui avait été chanté par Attila Csihar (ndlr : Sinsaenum Mayhen) et qui cette fois ci est chanté par Sakis Tolis, le chanteur de Rotting Christ avec une rythmique très martiale, très Black Metal. Voilà, je voulais que ce personnage, on le retrouve quelque part transformé, par justement la création d’un autre univers et par leur propre histoire et du coup cela permettait d’avoir une grande cohérence sur l’intégralité des albums.

______________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Tu t’es inspiré de la mythologie de toutes les civilisations pour trouver ton inspiration ?

Pierre : Oui, j’ai fait beaucoup de recherches en bibliothèque, comme un universitaire et c’était très intéressant , sur la cosmologie, les mythologies diverses et autres que celle que l’on connait comme la mythologie gréco-romaine ou égyptienne, que l’on nous a raconté plus de 600 000 fois. Donc je ne voulais pas tomber dans une sorte de facilité en racontant ce que tout le monde a déjà raconté plus de 40 fois. C’était très intéressant d’aller découvrir des écrits de Séphen Hawking, des livres sur la création d’un héros, des livres utilisés par des scénaristes américains. Du coup, cela m’a vraiment plongé dans un commencement. On part de rien et on va créer quelque chose qui existe déjà, mais là, je devais vraiment écrire un chapitre qui n’existait pas tout en sachant que je devais arriver à faire la cohérence avec les albums précédents. Du coup, on va dire que j’étais en terrain contrôlé, mais sur une page blanche ! Donc, en terme d’inspiration il y a un petit peu de tout avec les écrits que j’ai pu lire et avec lesquels j’en ai tiré ma propre mythologie. J’ai essayé de résumer ça en quelques ligne comme n’importe quelle mythologie ou comme la Genèse ou la création du monde qui tient en une dizaine de lignes, j’ai fait valider ça par des amis qui sont diplômés en histoire ou en archéologie. Et ils m’ont dit : Là on dirait une vraie! Donc c’était très rigolo, car, moi qui suis très fan de jeux vidéos comme God of War, très ancré dans la mythologie ou encore quand j’étais gamin, les chevaliers du zodiaques, ou autres bêtises de ce genre, j’ai pu me faire plaisir en créant ma propre mythologie. Donc je me suis demandé quels personnages je pouvais mettre en scène et comment je pouvais les faire évoluer, sachant que le point d’arrivée existe déjà avec « From The Past »

_________________________________________________

Rock Metal Mag : « Darkening Light”c’est donc la création du monde mais sans les dieux avec les thèmes de tes albums précédents (La Vie, La Mort, L’Eau , L’Air …..?

Pierre : En fait ce sont des personnages que l’on trouve dans les autres albums personnifiés par Titania, qui est vraiment une personnalité sylvestre, par l’ange de la mort, Azraël, et j’ai essayé de synthétiser tous ces personnages dans des concepts généraux comme la vie, la mort, et qui par la suite ont eu un nom. Donc là, j’ai vraiment plus travaillé sur des archétypes globaux, en me disant que pour créer un monde il faut le temps, l’air , l’eau, le feu, l’espace…etc. Et après, c’est vrai que l’homme en a fait quelque chose en leur donnant un nom, comme Zeus, Anubis, ou autres suivant les cultures. Donc, on va dire que c’est cette partie que je n’explique pas, parce que c’est une histoire qui se veut hors du temps, donc on passe de zéro à l’infini, juste en évoquant l’existence de l’homme mais sans parler l’histoire de l’humanité. à aucun moment. Ce sont vraiment des concepts très généraux qui peuvent se passer aussi bien dans une infinité que pendant quelques micro secondes.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est fait le choix des artistes invités à chanter sur « Darkening Light”?

 Pierre : Alors là encore, c’est l’histoire qui a dicté beaucoup de choses dans le sens où une fois que j’ai eu ma petite mythologie, je l’ai découpé en épisodes qui ont donné les chansons. Ensuite j’ai toujours eu une réflexion sur ce que j’allais faire dire à chacun des chanteurs qui vont apparaître dans tel ou tel autre épisode de l’histoire et à tel moment. Est ce que je veux en faire un moment tragique ou de calme et d’apaisement, ou quelque chose de plus violent. C’est vrai que j’aime bien utiliser des personnages à contre pieds, comme par exemple sur « From The Pasr » où j’avais utilisé le dieu de la guerre, dans une histoire d’amour avec Aphrodite que je trouvais beaucoup plus intéressante que le dieu de la guerre qui va tout dévaster. Et là, du coup je me suis encore posé la question sur la façon dont je voyais les personnages et petit à petit quel type de voix j’allais leur donner et quel caractère aussi j’allais leur attribuer. Il y a une vraie phase de création des personnages, comme si j’écrivais un film ou un livre. Je me suis fait une fiche par personnage. Donc, celui là a envie de créer le monde mais il est déçu, ou bien il veut faire le monde mais d’une certaine façon et il n’admet pas que les autres veuillent faire autre chose. Ou bien, est ce que j’ai envie de faire de La Mort, un personnage vraiment Dark. Et en l’occurrence, j’ai énormément aimé travailler avec Oyvind ( ndlr: Oyvind HAGELAND (SPIRAL ARCHITECT)), parce que je lui ai fait doubler ses voix, donc en voix claire et en voix saturée, de manière à ne pas tomber dans le poncif chanteur de Black Metal pour faire La Mort.  C’est un cliché que je trouvais navrant et je me suis dit qu’il serait beaucoup plus intéressant d’avoir une voix très haute avec évidemment le coté voix saturée. Mais en fait,  Oyvind ne prend pas partie, c’est à dire, avant même de s’appeler La Mort, c’est le concept de fin tout simplement, donc il y a cet espèce de cycle qui s’opère. C’est comme ça que j’évoque le cycle de la vie, il y a un début et une fin qui n’est pas mauvaise en soi. Il est juste là pour dire que toute chose cesse et ensuite on évolue, on se transforme. Voilà, c’est un concept général qui n’est pas encore mauvais ou connoté en tous cas. Et c’est vrai que dans l’histoire que j’ai voulu raconter, c’est l’homme qui en fait quelque chose de mal. Du coup, le choix des voix se fait en fonction de la façon dont j’ai envie de donner vie à tel ou tel autre personnage. Donc, petit à petit des idées de voix commencent à prendre forme en gardant toujours à l’esprit que sur scène il y a deux chanteurs et deux chanteuses et que je dois reproduire quelque chose qui sera adapté pour la scène. Alors je me suis imposé d’avoir en permanence 4 types de voix de manière à ce que sur scène les 4 chanteurs soient exploités et puissent vraiment s’exprimer tout du long. C’est vrai que dans les tournées que l’on a pu faire dans le passé on a été confronté à cette problématique scénique d’entrée et de sortie de chanteurs qui parfois ne participent pas à la totalité d’une chanson. Donc là, j’ai voulu penser à eux en me disant que sur tel ou tel autre titre la multiplicité des voix va faire que tel chanteur va interpréter plusieurs personnages et, ce n’est pas grave en soi, puisque la dimension scénique prend le dessus avec la relation qui se crée avec le publique qui vit les chansons. Et donc le choix des chanteurs s’est fait également par rapport à ce que j’avais en tête pour la scène.  Après pour le choix il y a déjà les 4 chanteurs du groupe, il y a Mikael Stanne  qui avait déjà participé à The Great Lie, et qui est adorable comme toujours. J’avais tellement aimé travaillé avec lui, car c’est le mec le plus gentil de l’univers et quand je lui ai dit que j’allais refaire un album l’année suivante, et je lui ai demandé si il voulait participer, il m’a dit oui direct sans écouter une seule note. J’ai pu aussi compter, d’entrée de jeu, sur 5 , 6 chanteurs sans avoir à chercher. Après le choix de Jeff Scott Soto, c’est clairement un rêve de gamin. J’en avais discuté avec mon manager et je lui avais dit en rigolant, pour l’Homme il faut une voix extraordinaire comme celle de Jeff Scott Soto. Et moi, je rigolais et quelques jours après, je reçois un mail me disant, c’est bon, Jeff Scott Soto est ok. Et là, du coup, j’ai eu une petite pression et c’était le rêve qui devenait réalité. Comme sur l’album précédent sur lequel j’avais pu travailler avec Arjen Lucasen, ou David Vincent ou Attila Csihar, Et donc avec Jeff Scott Soto cela s’est super bien passé avec une précision folle, et c’est vraiment quelqu’un d’adorable avec une carrière exceptionnelle, une voix extraordinaire et il est hyper professionnel. Il a fait des prises en très peu de temps et c’est vrai que lorsque je lui demandais de rajouter des doublures de voix, des harmonies en quelques échanges très courts, il  comprenait exactement ce que je voulais et il a tapé au plus précis. Et le refrain de « Trust in Me » j’ai du l’écouter en boucle, pendant des heures. Quand j’ai reçu ses pistes, j’ai demandé au producteur de me faire un export, juste avec sa voix et j’ai dormi avec les écouteurs sur les oreilles, tellement je trouvais extraordinaire ce qu’il avait fait. Et malgré la carrière qu’il a,  il envoie des démos pour s’assurer que ça va bien dans la direction souhaitée. Il est d’une humilité incroyable et du coup j’ai une version de la chanson où il y a juste sa voix et moi, qui avait fait les démos pour Mikael Stanne. Donc j’ai la version de la chanson où je chante avec Jeff Scott Soto qui ne sortira probablement jamais car ce n’est guère qu’une démo et dont le son n’est pas terrible.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et comment se passe la composition et l’enregistrement d’une oeuvre aussi considérable?

 Pierre : Alors cela se fait en plusieurs étapes. Moi, j’écris et j’orchestre, je fais les paroles et les lignes de chant, après je les envoie au différents chanteurs. Et souvent, c’est pour une validation, car lorsque je leur propose de participer ils me donnent un oui de principe, car le projet est motivant, mais ensuite je vérifie que cela va bien correspondre à leur voix et que ça va leur plaire en terme de style. Donc, une fois qu’ils ont la démo comme support, je leur donne plus d’indications et après ils sont libres de changer ou d’adapter les choses, par exemple si ils veulent rajouter des harmonies ou changer certaines rythmiques de voix. Ensuite je leur dit juste de faire attention au fait qu ‘il y aura par endroit un autre chanteur avec eux, et donc là on ne pourra pas changer, pour éviter un risque de carambolage ou de superpositions un peu malheureuses. Donc voilà, il y a des endroits non modifiables mais par contre je leur réserve toujours des passages de libre interprétation. Et c’est également ce qui m’intéresse avec tous ces chanteurs extraordinaires c’est qu’ils donnent vie à un personnage que j’ai créé mais ils amènent leur propre représentation de ce personnage. Déjà dans « The Great Lie » tout le monde avait joué le jeu et je me souviens d’une discussion Skype hallucinante avec David Vincent où il m’avait posé des questions, comme un acteur, sur la psychologie de son personnage, quelle intonation je voulais donner à tel ou tel autre passage et il m’avait même envoyé des démos. Attila de la même façon m’avait envoyé des chansons avec 10 types de voix différentes parce qu’il a une voix extraordinairement riche et variée. Et là, encore plus, tous les chanteurs sont revenus vers moi en me disant comment ils voyaient leur personnage et ce qu’ils avaient envie de faire parce qu’en lisant toute l’histoire, il serait intéressant d’avoir une voix très haut perchée pour Oyvind , un mur de growl pour Mikael Stanne.. C’est vrai que tout le monde s’est investi dans son personnage pour vraiment toucher au plus juste, en terme d’émotion et d’interprétation, et c’est une partie du travail qui me plait énormément. Donc c’est vraiment faire un film sans images. Le fait de leur écrire un rôle à part entière et faire une fiche de la façon dont je vois le personnage, m’aide beaucoup dans mon travail avec eux. Ils sont libre d’adapter leur rôle tout en restant cohérent avec ce que vont faire les autres chanteurs, et je reste bien sur ouvert à toutes les propositions. Ce sont tous des chanteurs admirables et comme ils ont tous un bagage et qu’ils connaissent leur voix, ils ont beaucoup plus l’habitude. Moi, maintenant, j’ai l’habitude de gérer tous ces différents personnages, après je ne suis pas à leur place, donc si ils veulent donner une interprétation particulière ou qui leur tient à coeur, il y a toujours moyen d’en parler. Je supervise la totalité et je ne les laisse pas en roue libre pour qu’il y ait une vraie cohérence. Et lorsqu’il y a 4 ou 5 chanteurs en même temps je suis obligé de m’assurer qu’ils vont tous chanter dans la même rythmique et que chacun se tienne à sa place de manière à ne pas léser l’un ou l’autre. C’est un travail super intéressant mais relativement fatiguant, mais toujours aussi motivant. C’est vrai qu’à chaque nouvel album, et nouvelle histoire, je  sais qu’à un moment on va vraiment rentrer dans le vif du sujet et développer les choses en profondeur.

__________________________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est François Maxime Boutault qui s’occupe de la production.  tu as déjà travaillé avec lui précédemment.

Pierre : Oui il avait officié sur la production de « The Great Lie » et il avait supervisé tous les enregistrements. Et là, je lui ai confié la réalisation complète de l’album « Darkening Light » , aussi bien les enregistrements, que la gestion des chanteurs. Il a réalisé exactement le même travail que moi en ce qui concerne le fait de gérer les chanteurs mais sur une partie plus technique, en s’assurant que tout le monde travaille dans la même résolution et que tout soit cohérent pour qu’il n’y ait pas de problèmes au mixage. Donc, pour moi qui doit gérer l’intégralité du projet, savoir que je pouvais me reposer sur quelqu’un d’hyper fiable, en sachant exactement où je voulais aller, c’est assez reposant car je savais que ce serait bien fait.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment cela se passe avec l’orchestre Philharmonique de Pragues pour l’enregistrement?

Pierre : Alors cela se passe très bien. j’avais déjà eu une première expérience en travaillant avec eux sur l’album précédent, et lorsque je leur ai demandé si ils étaient à nouveau partant pour un nouvel album, ils m’ont dit oui. C’est vrai que l’on avait été très bien accueilli et l’enregistrement s’est très bien passé. Ils ont fini avec une heure d’avance et on avait pris le temps de bien tout doubler. Moi, je savais aussi comment ils travaillaient dans l’écriture et dans l’orchestration. Je savais exactement ce que dans le temps donné, on pouvait faire ou ne pas faire ou le faire de manière plus approfondie. Il y a moins d’orchestration que sur l’album précédent, donc l’orchestre n’intervient que pour souligner certains passages de l’histoire. Du coup, on a pu prendre le temps sur place, de réfléchir. Donc je me déplace pour aller superviser l’enregistrement et là on va dire que c’est la partie compositeur qui m’intéresse. Je peux parler avec le chef, avec l’ingénieur du son et leur équipe de production qui eux,  ont un métier de fou. Ils enregistrent avec Alexandre Desplat, la semaine suivante et ils enchaînent beaucoup de projets et de tournées car ils ont un bagage extraordinaire et c’est vrai que d’être sur place et de pouvoir dialoguer avec eux et de réfléchir ensemble sur ce que l’on va doubler pour obtenir un grain de son plus épais, ou bien ce que l’on ne va pas doubler car en terme d’arrangements c’est plus light, et par conséquent il faut aérer et ne pas charger. On prend ce genre de décisions pour travailler un peu plus sur certaines nuances et ça permet vraiment d’avoir un résultat poussé même au niveau de l’orchestre. En plus la-bas ils sont super équipés et c’est intéressant d’être là avec eux et de prendre plaisir d’entendre jouer en vrai sa musique. Voilà c’est le petit plaisir personnel, le petit + de pouvoir dire à un moment, on la refait et je peux aller écouter en vrai derrière le chef d’orchestre assis sur mon petit siège et pouvoir dire « Allez y jouez ma musique ! ». La première fois que j »y étais allée pour  « The Great Lie », dès les premières notes j’ai cru que j’allais tomber dans les pommes tellement c’est puissant. Ils étaient plus de 50 musiciens à jouer ce que toi tu as en tête depuis des mois, ça prend vraiment aux tripes. Mais on m’a vite rappelé sur terre dans le sens où il fallait gérer,  être présent et hyper concentré, et voir si tout était bien respecté par rapport à ce que je voulais et là encore je suis allé dans la salle pour me aire plaisir. C’est quelque chose qu’en tant qu’orchestrateur et compositeur  je trouve vraiment puissant, et puis ce n’est pas n’importe quel orchestre. Ils sont quand même réputés mondialement. Donc c’est une petite drogue douce très agréable.

_______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Tu viens de dévoiler la lyric vidéo de la chanson ‘The Dawn of Man (I’m Alive!)’ pourquoi cette chanson?

Pierre : Alors c’est une discussion qui a eu lieu avec le label, pour un argument très simple, c’est que la chanson est la plus représentative de l’album et il y a quasiment tous les chanteurs qui sont présents. C’est un titre relativement entraînant et Jeff Scott Soto y est aussi le personnage central. Conceptuellement il ne pouvait y avoir que celle là, parce que c’est l’apparition de l’homme, c’est une célébration de la vie avec un refrain assez entraînant et il y a tous les autres chanteurs qui viennent aussi donner un point de vue sur ce qui est en train de se passer, sur la création de cet être qui va tout changer. Voilà, donc c’était assez central dans l’album et c’était assez intéressant d’avoir cette chanson là particulièrement

__________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce qu’il y a un titre qui te touches plus personnellement et plus profondément ?

Pierre : Alors  « Trust in Me » est vraiment ma préférée, parce que c’est un combat vocal de lions, entre Jeff Scott Soto et Mikael Stane. Et le solo de Gildas me touche vraiment, parce que l’on a le même nom de famille même si l’on ne fait pas partie de la même famille, mais c’est vrai que souvent on m’a assimilé comme le frère de. Mais en fait pas du tout. Et j’ai eu la chance  de le rencontrer à Oslo il y a rois ans et on en a rit et on s’est dit à l’occasion il faut absolument que l’on fasse un truc ensemble, et il m’a dit,  oui absolument, pour Le Pape power. Du coup lorsque je lui ai demandé de participer il m’a dit oui. Et puis pas de souci, il a fait un super solo, c’est un guitariste extraordinaire et le fait que Mikael Stanne est quelqu’un avec qui je m’entends très bien,  ils se sont vraiment défoncés sur l’enregistrement, avec Jeff Scott Soto qui fait une partie extraordinaire. Cette chanson là est vraiment ma préférée, après il y a « Regrets » ou la toute dernière « Fallen World » qui me touchent d’une autre façon dans le sens où j’ai eu une année très difficile personnellement l’an passé, en faisant l’album et c’est vrai que ces eux chansons sont arrivées dans des moments assez difficile donc je pense que cela s’entend. Donc certaines mélancolies, noirceurs, qui transparaissent,  me touchent, mais d’une autre façon et pas sur le plan musical mais plus sur le coté émotionnel. Après j’ aime toutes les chansons même si il y en a une que j’écoute un peu moins que les autres.

______________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Tu a l’intention de réaliser un clip?

Pierre : Oui, c’est en prévision et c’est dans les tuyaux. Alors peut être dans l’année, je ne sais pas exactement. Le choix de la chanson est fait, mais on va pas le dire et ce sera la surprise. Le clip est écrit et il y a beaucoup de choses mises en place mais du fait du report de l’album on a été un peu pris de court et cela a décalé pas mal de dates. Donc on a pas pu le faire comme c’était prévu initialement; On le fera très probablement cet été mais il devrait sortir d’ici la fin de l’année.

____________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que tu aimerais adapter ton oeuvre au théâtre ou au cinéma ?

Pierre : Alors c’est une question qui revient assez souvent à cause du coté cinématographique des chansons; Alors oui, j’adorerais et j’ai déjà rencontré une comédienne pour parler mise en scène justement de ce genre de choses. On a la chance de travailler avec un ingé lights qui vient du théâtre et lui aimerais que je pousse les choses dans ce sens là. Lui a des idées et on en a parlé souvent, en ce qui concerne la mise en scène, l’éclairage, et faire vraiment des tableaux vivants et pouvoir développer les choses pour faire quelque chose de plus théâtralisé. Mais là, on est sur un projet de deux ou trois ans de travail en amont et donc cela demande beaucoup d’énergie, beaucoup de moyens et beaucoup de démarchages, pour le produire dans différents endroits. Je pense que si on partait dans un projet comme ça il faudrait l’exploiter pleinement et après il y a la question de l’emploi du temps. C’est vrai que Jeff Scott Soto, Mikael Stanne sont très pris. Ils accepteraient de venir sur un projet assez prenant, finalement, mais en fait je ne leur ai pas posé la question, je l’avoue, mais je ne pourrais pas leur présenter juste l’idée, il faut un projet concret et cela demande beaucoup de temps et d’énergie. Et l’album m’a un peu tué.  Entre l’album et les tournées d’avant, je suis un peu raplapla et donc avant de me lancer dans un projet d’une telle envergure, il faut un bon moment de réflexion et de projection. Après pourquoi pas, c’est envisageable et c’est presque envisagé, mais effectivement avec une vraie mise en scène, avec un orchestre même réduit. Il y a plein de choses possibles mais il faut voir la faisabilité de la chose.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Pierre Le Pape de Melted Space et Roger de Replica Promotion

******

Darkening Light est sorti le 23 mars via Sensory Records.

SPOTIFY:https://open.spotify.com/album/3tq3GoziXnP66QaTCcNEU3

DEEZER :http://www.deezer.com/album/57904962…

BANDCAMP :https://lasersedge.bandcamp.com/album/darkening-light

BANDCAMP (Hi-Res 96/24) :https://lasersedge.bandcamp.com/album/darkening-light-24-96-hi-res-version

**********************************

En concert le 4 avril 2017 à La Boule Noire ( Base Productions)

Voir : https://rockmetalmag.fr/events/misanthrope-melted-space/

************************************

https://www.facebook.com/meltedspace/

https://meltedspace.com/

INSTAGRAM :https://www.instagram.com/meltedspace/

YOUTUBE :https://www.youtube.com/user/MELTEDSPACE

TWITTER: https://twitter.com/meltedspace