Entretien avec Philippe Deschemin de Porn

Entretien avec Philippe Deschemin de Porn

Entretien avec Philippe Deschemin de Porn le 4 mars dernier au Black Dog à Paris

Nouvelle interview de Philippe Deschemin à propos cette fois-ci, de son troisième album « No monsters in God’s Eyes – Act III » qui sort le 27 mars 2020.

PORN  –  No monsters in God’s eyes – Act III

1 – Dead in every eyes
2 – High summer sun – Part 1
3 – A lovely day
4 – Low winter hope – Part 1
5 – In an endless dream
6– Low winter hope – Part 2
7 – Sky outside
8 – High summer sun – Part 2
9 – Some happy moments
10– God’s creatures
11 – Low winter hope – Part 3
12 – Among dark red roses
13 – Mr Strangler’s last words

Cet album clôture la trilogie commencée en octobre 2017 avec The Ogre inside- Act I, suivi de l’acte 2 en 2018, The Darkest of human desires – Act II.

Et c’est au Black Dog à Paris que cela s’est passé, le 4 mars.

__________________________________________

Petit résumé de la trilogie

Le premier Acte, The Ogre inside est basé sur les pulsions internes et sur les désirs les plus sombres et les plus inavouables.

Il s’agit du combat contre cet Ogre qui vous dévore de l’intérieur, mais que personne ne peut gagner. L’Ogre fini toujours par vaincre. Il est la force destructrice qui nous ronge lorsque nos désirs et nos pulsions entrent en collision avec les normes, obligations et interdits de la société.

A l’issue de The Ogre inside, la bête a gagné le combat, et a transformé le personnage centrale, jusque là anonyme , en Mr Strangler.

Le second acte de la Trilogie est celui du passage à l’acte. En acceptant de devenir lui-même , Mr Strangler laisse libre court à ses pulsions.

Entourés de ses acolytes, ils s’adonnent aux meurtres les plus sanglants. Ils invitent ouvertement tout ceux qui voudront l’écouter à passer à l’acte et à rejoindre son culte de la mort en cédant au plus sombre de tous les désirs : Le meurtre.

Dans ce dernier acte, l ‘épopée sanglante de Mr Strangler touche à sa fin. Le tueur est en prison dans l’attente de son exécution. Cet album est son testament.

Face à la fin imminente de son existence, il dresse un bilan de sa vie et entame un dialogue avec la mort. Il enjoint à tous de continuer son œuvre, l œuvre de Dieu, car si Dieu existe tout est de son fait . Et même les pires des monstres sont les enfants de Dieu.

_________________________________________

Rock Metal Mag : Nous nous étions rencontrés au Feelgood les Halles le 29 janvier 2019 à l’occasion de la sortie de « The Darkest of Human Desires – Act II » le second volet de ta trilogie. Aujourd’hui nous allons parler de « No monsters in God’s Eyes – Act III » qui va sortir le 27 mars et qui était pratiquement composé lors de notre rencontre en 2019. Quand as tu démarré l’enregistrement de ce 3ème et dernier chapitre ?

Philippe : On a démarré l’enregistrement au début de mars dernier. L’album a été entièrement fini fin juin tout début juillet. On s’est vu fin janvier de l’année dernière et donc on a commencé le mois qui a suivi cette journée de promotion.

On a pris un peu de temps et puis cela s’est étalé puisque il y a des morceaux qui n’ont pas été inclus. En général, on a toujours plus de matière que ce que l’on garde à la fin. Cela nous permet d’écumer un petit peu puisqu’il y a des choses qui ne sonnent pas toujours comme je le veux.

C’est moi qui ai mixé les trois albums. Donc, on enlève, on restructure, on rajoute des éléments. Il y a certains morceaux restés inachevés qui ont été supprimés. On a notamment travaillé sur les parties 2 des morceaux, qui n’étaient pas là au départ. On avait surtout commencé par découper les morceaux en plusieurs parties dont le «Low Winter hope ».

J’avais coupé la fin et finalement je me suis dit que l’on pouvait continuer et recréer quelque chose d’un petit peu plus intéressant . A l’image de ce qu’avait pu faire Pink Floyd dans « The Wall» ou dans «Wish you were here». Mais ils avaient gardé les morceaux collés comme dans le premier titre « Shine On You Crazy Diamond« , c’est la partie 1 et la partie 5. Mais cela reste le même morceau.

Donc nous on a fait le choix de les découper et de ne pas les mettre cote à cote dans l’album. Dans « Low Winter hope » on a les parties 1, 2 et 3 bien séparées dans l’album. Je trouvais ça intéressant car cela donnait comme un petit fil rouge où l’on revenait récupérer une mélodie que l’on avait entendue ailleurs.

Donc je me suis inspiré de ce qu’a fait Pink Floyd dans « The Wall » car c’est intéressant du point de vue narratif dans la construction de l’album. Donc on a rajouté ces parties là et on a enlevé d’autres morceaux car ils étaient un petit peu trop faible et pas au niveau par rapport au reste. Il se peut que l’on récupère ces morceaux plus tard dans un autre album.

_________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour le Mastering tu as travaillé avec Brian Lucey au Magic Garden Mastering, de Los Angeles, pourquoi ce nouveau changement?

Philippe : J’ai changé pour tester autre chose. Bryan Lucet a travaillé sur les deux derniers Marylin Manson. Il a fait également le dernier ou avant dernier Depeche Mode et il bosse beaucoup avec toute cette nouvelle scène américaine et anglaise que l’on appelle Alt Rock .

Cela représente des groupes comme Royal Blood , Badflower, Palaye Royale.. Des groupes qui cartonnent actuellement, mais un peu moins en France, car cela arrive toujours à la traîne dans notre pays. Donc ce sont des groupes qui cartonnent là-bas et qui ont un son un peu particulier.

Il a fait également Ghost. Des choses très grosses d’un point de vue Rock Metal Mainstream et aussi beaucoup plus Rock / Pop. L’idée était donc de travailler avec quelqu’un qui est un peu plus ancré dans le présent.

Tom Baker est une personne que je respecte énormément et avec qui on va certainement retravailler d’ailleurs. Mais il a produit énormément de grands albums des années 90/2000 . Donc Rob Zombie, Marylin Manson, Nine Inch Nails, Alter Bridge, Avenged Sevenfold.

C’est une personne ancrée dans une certaine époque et je voulais donc tester quelqu’un qui a travaillé sur des prods plus récentes et qui sont surtout plus prescrites. C’est à dire qu’aujourd’hui il y a beaucoup de groupes qui essaient de sonner comme Badflower par exemple ou Royal Blood.

Et puis Bryan Lucet nous a dit oui . Il a trouvé du temps pour nous dans son calendrier. Pourtant bosser avec un petit groupe comme Porn ne va pas lui faire gagner autant qu’avec un groupe de Major. Donc c’était cool. Il a aimé notre musique et c’était un privilège pour nous.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : pourquoi as tu décidé de faire le mastering du dernier morceau  » Mr Strangler’s last words » ?

Philippe : En fait, c’est un titre que l’on a fait après avoir clôturer l’album. En plus c’est un morceau qui ne demande pas énormément de technique pour le mastering. J’ai donc pu le faire moi-même sans que cela nuise au morceau .

C’est sur que je n’ai pas le bagage technique pour le mastering et je n’ai pas forcément le matériel. Mais ce morceau a une sonorité beaucoup plus Ambiant, avec peu d’instrument, beaucoup de machines et un petit peu de guitare acoustique. J’étais donc à même de pouvoir le faire.

Je l’ai rajouté après en réalité et Bryan n’avait plus le temps. Je voulais un morceau qui conclut et qui ponctue. C’est presque du Slam en fait. (rires) Je rigole parce que ce n’est pas du tout ma culture musicale. C’est un texte écrit que je déclame et du coup j’ai fait le mastering directement à la fin.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : « No monsters in God’s Eyes – Act III » est donc le dernier volet dont le thème est l’enfermement ? Il annonce la fin de Mr Stangler, puisqu’il attend son exécution ?

Philippe : L’ambiance globale de cet album, c’est la fuite et l’exécution. Il est en fuite, il se fait attraper, il repart en fuite. Et ça on le voit dans le dernier clip qui va être publié soit vendredi soit la semaine prochaine, puisque nous avons un peu de retard dessus.

Le clip de « Dead in every eyes » est sorti le 10 mars :

Mr Strangler est en cavale et il se fait attraper pour la dernière fois. Et bien sur, il finit sur la chaise électrique. Donc c’est un album sur l’enfermement car c’est une thématique que je trouve très intéressante. C’est aussi un album sur la thématique du monstre. Surtout en cette période de polémiques sur Polanski ..

En fait, il n’y a pas de monstre en réalité, surtout si on regarde le monde d’un point de vue religieux. Dieu et peu importe lequel, est LE créateur, un démiurge et créateur du Monde. Tous les êtres vivants sont issus de la création de Dieu.

C’est pour cela qu’au fil des années il a été opportun de créer une entité maléfique, comme Satan etc…qui n’était pas du tout présentée au début. Mais cette entité serait peut être créatrice de gens monstrueux. D’ailleurs c’est marrant parce que l’on sort du monothéisme pour une forme de polythéisme puisque un démiurge est un dieu par essence.

Donc voilà c’était assez amusant d’utiliser cette thématique du monstre alors qu’ il n’y a pas de monstres aux yeux de Dieu puisque ils sont tous ses créatures . Moi je ne suis pas religieux mais c’était intéressant de reprendre cette vision d’un point de vue religieux.

Les religieux sont quand même de grands moralisateurs et des donneurs de leçons. Ils ont souvent tendance à déshumaniser les autres car ceux qui ne sont pas dans le culte ne sont pas forcément des humains. Si on les prend à leurs propres mots, tout n’est que de la volonté de Dieu. Donc même le dernier des monstres est un monstre issu de la volonté de Dieu.

Voilà, c’est ce que je trouvais assez amusant dans cette manière d’éclairer le personnage de Mr Stangler, considéré comme un monstre puisque c’est un tueur en série. Et avec cette thématique d’enfermement.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Mr Strangler ne se repent pas et ne considère pas ses actes comme mauvais , donc est ce que la prison sert à quelque chose au final ?

Philippe : Non, elle n’est pas utile pour lui. Elle permet juste de mettre hors d’état de nuire des gens qui peuvent être considérés comme dangereux pour la société. Donc c’était aussi un point que je trouvais intéressant par rapport à l’enfermement. Aujourd’hui, on peut vraiment se poser la question de l’utilité de la prison pour certaines personnes.

De nos jours, il y a beaucoup de personnes en prison alors qu’elles devraient être en hôpital psychiatrique. Il y a aussi beaucoup de petits délinquants, toxicomanes qui seraient peut être plus utiles pour la société ailleurs que dans les prisons.

Il y a d’autres formes de mises en marge que la prison qui est un échec total. Lorsque l’on étudie la chose il y a un taux de récidive assez fou. Il est alors bon de se poser la question du pourquoi un tel taux. C’est bien que la prison ne remplit pas son rôle : rendre la personne meilleure pour la société, à sa sortie.

C’est tout juste si tu n’es pas pire quand tu sors de prison. Certains pensent souvent que le rôle de la prison est d’être dissuasif alors que pas du tout, en fait. Ensuite si c’est juste de la dissuasion, ce n’est pas si terrible que ça. Alors si tu y goûtes une première fois tu n’auras pas peur d’y retourner.

Après de toutes façons si tu prends un ou deux ans ta peine est aménagée. Donc voilà c’était un sujet intéressant à aborder avec Mr strangler.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il n’y a pas de monstres dans les yeux de Dieu, Pourquoi ce titre, puisque Mr Strangler accuse Dieu d’être le responsable de son oeuvre?

Philippe : Il y a un peu de déresponsabilisation chez tous les criminels . Cela permet toujours de gratter un petit peu une peine de prison et de la rendre plus légère. Donc sur la fin il essaie peut être de se faire passer pour quelqu’un de pas si horrible que ça.

Je voulais aussi introduire une dimension un peu mystique dans cet album. En utilisant l’affirmation que nous sommes tous les créatures de Dieu, quand on est religieux. Que ce soit judaisme, christianisme ou islam tout est la création de Dieu. Du coup même le dernier des criminels est l’oeuvre de Dieu et ce qu’il fait l’est par la volonté de Dieu.

Donc souvent, les croyants monothéistes ont tendance à facilement pointer du doigt d’autres personnes en les considérant hors du champ de l’humanité. Si tu n’es pas évangélisé tu es un animal par exemple. Du coup il était bon de leur remettre ça devant les yeux. Si tu suis les préceptes de ta foi, même le non croyant l’est par la volonté de Dieu.

Et c’est marrant parce que c’est un peu ce que l’on retrouve chez certains protestants, un peu mystico-sectaires. Ils ont cette approche quelque peu mystique dans ses formes un peu marginales de grand monothéisme..

Il y a des mouvements un peu sectaires car ils recherchent des explications dans ces trucs un peu louches. Si tu penses que Dieu est tout puissant tu dois accepter tout ce qui est lié à sa volonté. Le bien comme le mal.

C’est un peu facile quand tu n’as pas de réponse, et c’est donc toujours la faute de Dieu. Chez les hindouistes par exemple ils pensent que c’est une forme de réincarnation et de Karma. Mais bon avec leurs systèmes de castes l’hindouisme n’est certainement pas un exemple à suivre.

Et puis « Mr Strangler’s last words », ce dernier texte de l’album, est un peu un prêche. Il agit comme un messie en incitant les autres à suivre son exemple et son œuvre.

Il y a un coté un petit peu chrétien . Il y a beaucoup de chrétiens qui se moquent de leur prophète Jésus qu’ils considèrent comme un perdant puisqu’il meurt.

Donc il y a ce coté un peu mystique de Mr Strangler qui par narcissisme, considère que sa chaise est un peu sa croix et que peut être un culte démarrera après lui. Mais il ne le verra pas puisqu’il meurt. C’est un peu comme ça que je le vois.

Et puis lorsque tu arrives à la fin de ta vie tu agis un peu dans le mysticisme religieux. Quand tu es plus jeune tu ne te poses pas toutes ces questions. C’est pour ça que qu’étant anti-religieux je me demandais pourquoi, à l’approche de la mort, certains finissent dans le mysticisme.

Il y a une personne que j’aime beaucoup c’est Simone Weil . Pas la ministre, mais l’écrivain des années 30, qui est morte dans les années 50 je crois (ndlr: 1909/1943). Elle était de gauche, juive et non religieuse. Sur la fin de sa vie elle est tombée dans une forme de mysticisme chrétien autour de Jésus. Elle est surtout connue pour ses écrits sur « l’abolition des partis politiques ». C’est une critique magnifique des partis politiques.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Dans cet acte 3 on retrouve le coté sombre et introspectif du premier chapitre mais aussi le coté mélodique et presque joyeux du second volet, pourtant Mr Strangler va mourir?

Philippe. Oui il y a de la gaieté par moments. Pour que la prison se passe bien il faut que tu l’acceptes. Si tu acceptes que tu es là pour un temps donné, même si il est très long, cela se passe mieux.

Donc il y a cette forme d’acceptation et des moments où il se sent rempli de combativité et de joie comme dans « Lovely Day ». Et puis il y a d’autres moments où il est un peu plus au fond du trou comme « Low Winter Hope » . Dans l’humeur, c’est un peu comme des montagnes russes. Il y a des cotés où ils passe d’un peu d’euphorie à une profonde tristesse.

Et il y a aussi une synthèse des deux précédents albums. Mais l’ensemble, celui là est un petit peu plus doux et plus vaporeux que les deux autres chapitres.

On a fait des choix d’arrangements qui permettent d’apporter un peu plus de douceur, notamment sur les synthés, un peu sur les guitares acoustiques de temps à autres. Un peu plus d’électro aussi par moment.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Avec ton chant toujours très hypnotique et envoûtant.

Philippe: Vu que c’est moi qui ai fait l’enregistrement et le mixage des voix J’ai l’impression d’avoir beaucoup plus galéré que pour les deux autres albums . Mais au final j’ai trouvé qu’elles étaient plus réussies que dans l’album précédent . Peut être un petit peu plus posées également.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il y a eu trois vidéos publiées dont « High Summer Sun, pt1 » , « Some happy moments » et « Low Winter Hope, pt.2 » tu peux me parler un peu du choix de ces morceaux ?

Philippe : J’ai trouvé qu’ils représentaient bien l’album. Il y a aussi le nouveau single qui va arriver « Dead in every eyes » (ndlr: Sorti le 10 mars).

Le plus drôle c’est que « High Summer Sun, pt1 » est sorti en plein mois de décembre et il caillait. Et dans ce morceau, le soleil haut perché de l’été représentait l’espoir.

Par contre pour « Low Winter Hope », Strangler est au plus bas du plus bas. C’est l’hiver et la mort est partout.

J’aimais bien ce coté ambivalent de passer du soleil à l’hiver pour montrer cet effet de montagnes russes. L’humeur qui peut passer de la joie la plus extrême et la plus frénétique à la tristesse la plus catatonique.

En prison c’est le genre de sentiment que tu dois vivre au quotidien. Tu te réveilles, un peu content, sans trop savoir pourquoi et le lendemain tu es au bout du rouleau. Sachant que tu vas sortir dans 15 ou 20 ans pour certains.

Ce sont de bons titres assez forts dans les mots, un peu poétique avec « High Summer Sun » et « Low Winter Hope ». C’était plus des choix de single esthétiques que conventionnels, sur un truc bien précis.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Metal injection a mentionné Porn en disant que cet album varie du metal Indus de Marilyn Manson au groove de Type O Negative . Tu es d’accord avec ça?

Philippe : Oui, je dirais que c’est vrai car la personne qui a écrit ça, l’a ressenti comme ça. Ensuite, en ce qui concerne mon propre ressenti, il y a effectivement un peu de Manson, un peu de Type O, mais il n’y a pas que ça.

Ensuite si c’est comme cela que l’on doit présenter le groupe à quelqu’un qui ne le connaîtrait pas, je dirais oui, pourquoi pas. Type O Negative est un groupe que j’adore et Manson je l’aime beaucoup. Ils m’ont beaucoup influencé.

Sinon je ne colle aucune étiquette à mon groupe. Mais il y a toujours des gens qui vont dire que c’est du Metal indus, du Metal un peu gothique, du Rock Metal. D’autres qui s’y connaissent un peu plus, diront que l’album est un peu plus comme si ou un peu plus comme ça.

Après chaque album est différent donc tu ne peux pas mettre un groupe dans une étiquette globale.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que tu as déjà songé a de nouvelles chansons ou a une nouvelle histoire pour la suite?

Philippe : Oui , là déjà on va sortir des remix tout de suite après la parution de l’album. Et on a collaboré avec des groupes comme Combichrist, les groupes américains Stabbing Westward, Orgy, Mindless Self Indulgence. Aussi avec des européens comme le groupe post punk italien Ash Code.

Donc déjà c’était super pour nous d’arriver à clôturer l’album avec des collaborations et des remix. Il y a eu aussi Chris Vranna de Nine Inch Nails , qui font partie des groupes que j’écoutais quand j’étais gamin.

Donc on a quand même fait un bout de chemin au cours de ces trois années pour ces trois albums. C’est quand même concentré sur cette période de la trilogie et c’est ce qui nous a permis d’arriver là ou on en est aujourd’hui et de pouvoir bosser avec ces gars là.

On sortira ça donc à partir de la fin avril et on a déjà commencé à bosser sur le prochain album. Il y aura un nouveau personnage et une nouvelle histoire. Ce n’est pas encore entièrement défini et je suis en train de bosser dessus.

Mais ce sera une histoire sur les marginalités avec une sorte de bande de Gypsy, dans un cirque un petit peu bizarre. Au milieu de tout ça il y a un personnage un peu étrange qui se fait appeler le guide. Ils s’arrête de ville en ville pour recruter des adeptes de ce genre de vie. Il forme une sorte de caravane immense avec ces gens qui quittent leur quotidien par lassitude et dégoût de leur existence dans la société de consommation.

Donc l’idée est de parler des marginalités et il y aura un petit peu de Strangler. Il apparaîtra au tout début pour créer une petite jonction. Et peut être que ce guide et sa secte itinérante font partie des personnes qui ont lu le dernier prêche de Mr Strangler. Et donc ils sont en route pour accomplir son oeuvre.

C’est une suite indirecte avec de nouveaux personnages et de nouvelles thématiques. Et l’idée est de partir sur au moins deux albums. Ensuite on verra . il y aura peut être trois albums. Mais là on a déjà de l matière avec cette nouvelle histoire.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que tu as commencé l’écriture d’un nouveau roman?

Philippe : Là je n’ai plus trop le temps. J’ai encore beaucoup d’énergie pour la musique, qui en demande énormément. Il y a le groupe, les enregistrements, les répétitions, les tournées, il faut manager tout ça. Il y a beaucoup plus d’interaction que pour l’écriture d’un roman ou tu agis seul.

Du coup, j’ai mis ça en Stand by pour m’occuper à fond de Porn. Et puis on va sortir un nouvel album avec « An Erotic End Of Times« . Donc à un moment donné cela va prendre fin.

Il y a eu la trilogie avec Mr Strangler, il y aura peut être une trilogie avec la nouvelle histoire, l’album avec mon autre projet… Donc là, je vais avoir 42 ans et si je fais le calcul avec les deux ou trois futurs albums, j’aurais un peu plus de 45 ans. Est ce que j’aurais toujours envie de continuer ou alors justement faire d’autres choses.

La mise en scène de pièces de Théatre est quelque chose que j’aimerais bien tenter. Tu vois tes personnages prendre vie sur scène. Pour le moment je n’ai pas trop de ramifications dans le milieu mais il faudrait que je crée des contacts. Ensuite je pourrais également me consacrer plus à la littérature .

On verra. Mais pour le moment j’ai encore l’énergie et l’envie de me consacrer à la musique. Je n’ai pas envie de casser ce rythme que je n’aurais peut être plus dans 3 ou 4 ans. Là je suis vraiment dans la foulée et je reviendrais ensuite tranquillement à la littérature au moment voulu.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Philippe Deschemin de Porn, Roger De Replica Promotion et le Black Dog.

Facebook : https://www.facebook.com/PORNtheband/

1 1 Commentaire