Entretien avec J.C. et Aurélien de Red Mourning

Entretien avec J.C. et Aurélien de Red Mourning

Entretien avec J.C. et Aurélien chanteur et batteur de Red Mourning au Dr Feelgood les halles à Paris

Entretien avec
J.C. et Aurélien
chanteur et batteur
de Red Mourning
au Dr Feelgood les halles

J.C. Hoogendoorn, Chant, Harmonica et Aurélien Renoncourt, Batterie, du groupe de Blues/Hardcore Red Mourning étaient en journée promo au Dr Feelgood les Halles à Paris et Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec eux .

Le nouvel album de Red Mourning « Under Punishment’s tree » est sorti le 16 février 2018 chez Bad Reputation Records

Artwork réalisé par CephaloSpinal Design

1.A Whole Different Life 04:12
2.Calls Of Pan 03:50
3.Under Punishment’s Tree 04:27
4.Slow Bend 02:10
5.Dying Days 04:17
6.Clench The Mysery 04:36
7.Blue Drums 02:35
8.Grow My Feathers 03:10
9.Up From The Barn 05:23
10.A Question 01:00
11.The Chapel 04:05
12.Chained To The Stones 01:53
13.Cross The Moat 04:19

*****

« Red Mourning » est la couleur du deuil que portaient des esclaves du Delta du Mississippi. En effet, le Metal de ces Français transpire le blues. L’harmonica ne fait qu’amplifier l’ambiance, le tout dans un esprit 100 % Hardcore et une attitude sans concessions.

Red Mourning a vu le jour à Paris en 2005 et a sorti une première démo éponyme . J.C. explique : « On voulait faire quelque chose d’honnête, de sincère et d’original. On est allé piocher dans nos différentes influences, notamment le blues. »

En 2006, le groupe sort un premier EP, « Six Four Six ».  Et leur tournée passe par le Nouveau Casino, le Hellfest ou la Boule Noire. Après un premier album « Time To Go » en 2008,  Red Mourning retrouve en 2011, le producteur Francis Caste (Zuul FX, The ARRS, Butcher’s Rodeo, Ultra Vomit) et sorte un deuxième album « Pregnant with ».

En 2014, le quatuor parisien livre son troisième opus, « Where Stone and Water Meet »  chez Bad Reputation Records, avec en septembre de la même année la sortie du clip « The Sound of Flies » réalisé par Frédéric Saurel.
En 2017, Red Mourning est de retour en au studio parisien de Francis Caste (Studio Sainte Marthe) pour l’enregistrement de « Under Punishement’s Tree ».  2017 marque aussi le départ du guitariste Julien, remplacé par Alexandre Bourret .

RED MOURNING Line Up

J.C. Hoogendoorn  – Chant, Harmonica
Alexandre Bourret – Guitare, Lapsteel, chant( depuis 2017)
Sébastien Meyzie – Basse, chant
Aurélien Renoncourt  – Batterie

___________________________________

Rock Metal Mag : 2017 a été marqué par votre retour en studio mais aussi par l’arrivée d ‘Alexandre Bourret à la guitare en remplacement de Julien, comment s’est fait cette rencontre avec Alexandre?

J.C. : Alors assez simplement car Alexandre est un pote de Julien. Donc, on a enregistré l’album avec Julien et on a même composé une partie de l’album avec lui. Et il a d’ailleurs fait un super album, mais il a décidé de changer un peu de vie et d’aller vivre loin d’ici. Du coup, c’est devenu vite compliqué et en discutant avec lui il nous a dit qu’il avait son pote Alexandre qui voulait bien venir tenter la guitare dans notre groupe. On a quand même auditionné d’autres personnes mais Alex est vraiment mortel.  Donc, on a plus changé de direction. Il s’adapte super bien. Il est super jeune par rapport à nous et j’ai presque 15 ans de différence avec lui, mais il a une grande maturité musicale. Il connaît plein de choses, il a du recul par rapport à ce qu’il fait et il est très sérieux et très productif aussi. Il a joué avec Julien auparavant, dans d’autres groupes. Donc c’était une bonne rencontre.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Comment est née cette idée de mélanger Southern Rock et Metal hardcore ?

J.C. : Alors cela vient de nos goûts musicaux en fait et je suis un très grand fan de Blues depuis que je suis tout petit, et j’ai baigné la-dedans. J’ai joué dans des groupes de Blues, et ce n’était pas concevable  d’occulter cette partie de ma personnalité musicale. Donc, à l’époque, on a enregistré une démo, et je me suis dit pourquoi ne pas mettre de l’harmonica. Donc j’en ai discuté avec les gars et le premier réflexe était de dire, que ça n’allait pas et que ce n’était pas du Metal. Et puis au bout d’un moment, on s’est dit qu’on s’en foutait et que si on avait envie de le faire il fallait le faire. Et donc c’est parti de là, et puis on a plus jamais changé de direction

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Et vous aviez les mêmes influences musicales?

J.C. : Alors pas du tout. Moi, je suis un gros fan de blues, Alex, lui, il kiffe vraiment le Thrash. Aurélien, le batteur, il aime bien tout ce qui est un peu Metal moderne, le Djent, et il est plus dans toutes les dernières tendances musicales. Seb, c’est un grand fan de Pink Floyd et plus ça va, plus il ressemble à ce groupe d’ailleurs, mais il aime aussi le Metal Old School, à la Carcass. Donc, c’est un grand panel, mais on se retrouve tous sur du Metal.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Mais en fait personne n’est vraiment issu de la scène Hardcore?

J.C. : Si, j’aime le blues mais aussi le Hardcore, mais je l’ai découvert tardivement. En fait pendant mes études je suis tombé sur Minor Threat et c’est devenu une véritable révélation. Moi, je suis du straight edge et avant même de savoir que ce groupe existait, lorsque je l’ai écouté , j’ai dit : mais c’est moi ! Donc voilà, j’ai cette connexion avec le Hardcore et cette grosse influence dans le groupe c’est plutôt de moi qu’elle provient. Notre premier guitariste, Romaric, que j’adore et avec qui je m’entends super bien était lui aussi un gros fan de Hardcore et de Madball Donc on va dire le Metal ce sont les autres et le Blues Hardcore c’est moi.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que la composition de vos albums se passent toujours de la même façon ou bien est ce qu’elle a été différente pour ce quatrième opus?

J.C. : Un petit peu différente par la force des choses, puisque l’on a changé de guitariste en cours de composition. Du coup, pour le nouveau guitariste, cela a été plus difficile de s’impliquer directement dans la composition et Aurélien a un petit peu pris le relais par rapport à ça. Il est plus impliqué dans la composition, même si on composait déjà tous ensembles auparavant. Aujourd’hui, Aurélien s’affirme de plus en plus, et même pour la composition du chant, et de la guitare.  Et en fait Aurélien a un rôle plus important sur tous les aspects. L’autre différence est que cette fois-ci, on s’est beaucoup plus préparé pour le studio, et on a fait une pré-production assez aboutie par rapport à ce que l’on avait fait avant. Donc , cela nous a permis de plus fouiller les choses, de faire des tests. Après cela reste un type de composition assez classique. Chacun amène ses idées et cela part souvent de la guitare avec un riff etc….. Ensuite pour le chant, on va d’abord composer les 3/4 de la partie instrumentale et moi, je vais un peu plus composer dans mon coin pour poser des lignes de chant et voir ce qui colle . Ensuite, je vais prendre mes textes que j’écris séparément et qui parlent des choses de la vie. Après, lorsqu’il s’agit de composer l’album , je vois ce qui correspond le mieux et le texte qui colle bien. Donc, je fais une première version du chant, le chant hurlé et toutes les harmonies vocales et ensuite on passe une ou deux journées sur les morceaux en essayant de recomposer les choses . Aurélien a sa touche et aussi sa vision de batteur, notamment pour tout ce qui est rythmique et il enrichit pas mal toutes les parties de chants gueulés, saturés. Il les complexifie un peu et c’est chouette. On forme un bon duo.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il y a beaucoup de superpositions vocales.

J.C. : Oui, on adore les harmonies vocales. Et sur cet album on en a mis encore plus et on a essayé de mettre en avant le coté Gospel. On a mis aussi  des choeurs, ou une voix solo et une réponse avec des choeurs. On a bossé en studio avec Francis Caste (ndlr : Studio Sainte Marthe) pour utiliser tout l’espace et toute la stéréo pour avoir un grand choeur qui répond. Et c’est un peu le coté harmonies vocales à la Alice in Chains. Donc cela fait partie de notre identité musicale, mais cela ne veut pas dire que de temps en temps on ne va pas mettre une voix solo, mais sinon on adore toutes les réponses, les couches, les harmonies et tous les trucs comme ça.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Ce qui représente, j’imagine un boulot infernal? Cet album vous a demandé combien de temps?

J.C. : Ah c’est assez prenant et c’est même un truc à devenir fou ! Quand je vois l’ingé son, avec sa mollette qui roule et roule et qui fait défiler sur l’écran, des pistes et des pistes de chant, en stéréo, superposées…… Donc, il faut que l’on se donne du mal mais  pour un truc que l’on adore. Pour cet album il nous a fallu, 6 semaines de studio, avec le Mix,  le mastering. Donc, c’est très long, car plus ça va plus on fait des compos qui sont un peu plus tarabiscotées et assez techniques avec toutes ces couches de chants. En plus, on chante pratiquement tous maintenant. Sur les premiers albums je faisais mes propres contre-chant pour les harmonies, et à présent cela va être beaucoup Aurélien mais aussi Seb et puis sur les prochains albums Alex qui a également une super voix. Il l’utilise déjà pas mal en Live et donc cela va aussi contribuer à ajouter plein de prises de chant, de l’orgue, du piano, de l’harmonica, de la guitare slide.. Donc, c’est un petit orchestre que l’on crée. On est que 4 et et c’est beaucoup de boulot mais c’est pour ça que nous sommes là parce qu’on adore vraiment ça.

______________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour l’écriture de tes textes tu t’inspires de ce qui se passe dans la vie de tous les jours?

J.C. : Oui c’est ma vie personnelle. Il y a différentes approches du chant et du job de chanteur si je peux dire; Il y a des personnes qui ont des messages à faire passer, des histoires à raconter. Moi, ce sont des émotions et du vécu perso. Au départ, j’essaie de faire des paroles plus évocatrices et je ne raconte pas des choses de façon explicite. C’est plus des images un peu poétiques. Mais dans cet album, le thème qui ressort dans quasiment tous les morceaux, c’est celui des pertes de repères, ou de l’enfermement. C’est un peu perdre le sens du sens et se dire à quoi ça sert et s’interroger sur son identité.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est une sorte de remise en question?

J.C. : Oui parce que j’ai des moments dans la vie où je me demande ce que je fous là. Et je pense que cela arrive à plein de gens et c’est pour ça que les paroles ont cette tournure car au final chacun va pouvoir se les approprier. Chacun va les interpréter à sa façon et cela peut être de manière différente de ce que moi, j’ai voulu dire à l’origine. Mais, lorsque j’écoute un groupe c’est aussi ce qui me plaît. Je m’identifie et ça me parle. Mais voilà, de temps en temps tu te poses des questions et tu perds tes repères. Donc ça peut être ta vie sentimentale, ta vie professionnelle ou bien juste le monde qui t’entoure. Parfois tu as l’impression que rien ne bouge.

______________________________________________________________

Rock Metal Mag : Au niveau sonorité quelles sont les différences majeures avec  votre 3ème album, « Where Stone and Water Meet »?

J.C. : Un peu les influences musicales. On a été chercher encore d’autres choses. Bien sur il y a la partie blues, et aussi le Gospel, même si les deux sont très proches, mais il y a le coté Choeurs avec une rythmique un peu particulière, qui touche un peu au  Bluegrass sur certains morceaux. Au niveau des instruments, on a ajouté un peu d’orgue, soit carrément dans les refrains, soit pour faire la liaison avec les interludes et on a ajouté encore plus d’harmonies vocales. Le chant d’Aurélien est aussi, beaucoup plus mis en avant et sa voix est un instrument de plus. En terme de sonorité c’est surtout ça qui fait la différence, après on progresse un peu tous dans nos instruments donc on peut tester d’autres choses. En ce qui me concerne j’ai utilisé pas mal de chant grave dans les parties mélodiques et ce n’est pas forcément quelque chose que je faisais beaucoup. Donc il y a plus de diversité vocale mais aussi des variations dans les structures des morceaux. Plus ça va et plus on tend vers un coté progressif. Donc ce n’est pas complètement déstructuré et fou, mais on va un peu chercher dans cette direction qui sort un peu du classique.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi le titre « Under Punishment’s tree » (sous l’arbre du chatiment) ?

J.C. : Alors c’est un des titres de l’album. On aime bien faire ça, et prendre un des morceaux qui est particulièrement réussi et qui traduit bien l’ensemble de l’album. Le sens que je lui donne, c’est que l’on se retrouve un peu soumis, et dominé par la folie ou alors par des pertes de repères qui viennent de l’intérieur. On fait une musique très organique et naturelle, ce n’est pas du Cyber Metal, donc on le retrouve aussi dans notre imagerie. Quand on voit les clips ils sont très naturels. Et donc on se retrouve dominé et soumis à cette folie qui a grandi et qui finit par éclipser tout le reste, les relations avec les gens, ou notre propre identité. En tout cas c’est un ressenti et c’est ce que ça traduit.

____________________________________________________

Rock Metal Mag :  « Blue Drums » est un morceau totalement différent des autres, avec juste batterie, chant et orgue. Est ce qu’ il a une signification particulière pour vous ?

J.C. : Oui, bien sur. Pour parler de la structure, cela fait partie des recherches que l’on fait et on a eu envie de faire des trucs totalement différents. Donc, on s’est dit, on va mettre une batterie metal sur un morceau où il n’y aura que de la voix avec une nappe d’orgue qui grandit au fur et à mesure. Dans le concept de base se sont des choses que l’on ne s’autorisait pas au début. Mais on ne vit qu’une fois. Donc, on a eu envie de le faire et on l’a fait, comme pour l’histoire avec l’harmonica. En ce qui concerne la signification des paroles, c’est à propos du temps qui passe. On voit les choses qui arrivent, on a des envies, et puis on se pose des questions. Moi, en tous les cas, parfois, j’ai le sentiment d’être détaché de tout ça, de ne plus comprendre pourquoi on agit comme ça et qu’est ce qui nous motive vraiment à persévérer, dans la musique par exemple mais cela peut être dans tout autre chose. Moi, je suis là avec ma musique mais quel est le lien avec tout ce qui se passe autour de moi. Et lorsque l’on en voit aucun on se retrouve un peu paumé. Sinon, le titre en lui même est plus une allusion à la structure du morceau, à l’instrumentation du morceau, avec un chant un peu Blues et un peu Rock et de la batterie.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est CephaloSpinal Design qui a réalisé la pochette , comment avez vous connu cet artiste?

J.C. : C’est un ami d’Aurélien en fait. C’est un tatoueur. En fait ce serait plus à Aurélien de répondre à cette question.

 (Et par chance Aurélien ayant fini sa propre interview, vient donc nous rejoindre)

Aurélien : Donc, il avait déjà fait la pochette de mon autre groupe de l’époque, qui s’appelait Ekpyrosis. Donc c’était le pote d’un pote et lorsqu’il a bossé sur cette pochette là j’avais vraiment, beaucoup aimé son travail, avec le coté un peu sombre et pochette dessinée à main levée. Du coup, on lui a donné carte blanche pour la pochette de Red Mourning. On lui a juste donné le titre , « Under Punishment’s tree », je lui ai envoyé l’album et de là il m’a proposé plusieurs idées. On est parti sur ce modèle et ensuite il a développé. Et il a représenté cette main avec ce coté enserré par un arbre, avec les branchages qui sortent de la main. Et cela finit par former une espèce de fusion. Mais cela reste quand même très imagé et c’est sujet à interprétation et c’est aussi la démarche que l’on a vis à vis des paroles. Et je trouve que par rapport aux trois premières pochettes, il y a une évolution différente tout comme pour la musique.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez sorti le premier clip de « Dying Days » pourquoi avoir choisi ce titre là?

J.C. : En fait à chaque fois que l’on fait un album on sort un clip, voire plusieurs. Donc Le choix de « Dying Days », c’est une discussion entre nous en fait. Et on était pas forcément tous d’accord. Mais au final, c’est quand même un morceau qui ressort, avec son mélange et on y retrouve les différents styles musicaux de chacun et c’est en cela qu’il a de la force. Il est également très lancinant et assez mélodique. Il mélange aussi l’harmonica qui fait l’originalité du groupe.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag: Comme pour  le morceau « The Sound of Flies »  extrait de votre 3ème album, ce clip a été réalisé par Frédéric Saurel, comment s’est fait le choix de travailler avec lui?

J.C. : C’est devenu un pote en fait, C’est le quatrième album et le quatrième clip avec Frédéric Saurel. C’est un pote mais en même temps c’est un super pro, c’est un cool réalisateur , c’est un super acteur au théâtre aussi et d’ailleurs j’encourage tout le monde à aller voir sa dernière pièce,  «Le Soliloque de Grimm» qui est un one man show sur un SDF. Donc, voilà la question ne s’est pas du tout posée et lorsqu’on lui a demandé si il voulait refaire un clip avec nous il a dit oui.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag: Vous envisagez de sortir un autre clip ?

J.C. : Oui c’est donc sur « Blue Drums ».  Ce sera un clip assez conceptuel et assez épuré, un peu à l’image du morceau, plutôt dépouillé. Il devrait sortir bientôt. Et puis on verra ce que l’avenir nous réserve. C’est génial de tourner un clip. C’est un travail créatif en soi et un mode d’expression. C’est aussi une aventure de groupe. C’est Fun et on exclut pas d’en faire d’autres. Après c’est aussi beaucoup de travail et de moyens.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag: Est ce qu’il y a un titre qui a été plus difficile à composer ?

J.C. : Peut être « Blue Drums ». Tu en dis quoi Aurélien?

Aurélien : Alors, »Blue Drums », c’est un titre que l’on a composé pour le 2ème album mais on a pas réussi à finaliser une version qui nous plaisait. On l’a ressorti un peu des cartons pour ce quatrième album. Et là c’est au moins la quinzième version que l’on a enregistré. Et il y a un autre titre du 4 ème album, « Cross The Moat », qui, de la même façon a eu 15 versions différentes, et en fait il a été composé en 6 mois parce que ça ne nous plaisait pas, donc on partait sur une autre idée.

J.C. : C’est vrai. il y a des trucs qui sortent tout seul et d’autres moins. C’est comme pour le chant, il y a des titres ou Aurel, du premier coup me disait, ok on garde ça et puis il y a des morceaux où on y a passé plusieurs séances et finalement on a tout changé. Donc oui, il y en a où on s’est pris un peu la tête

___________________________________________________

Rock Metal Mag: Et là, il y a des titres qui n’on pas abouti et que vous avez mis de coté dans un tiroir, peut être pour un futur album?

J.C. : oui, mais, pour un futur album, je sais pas.

Aurélien : Il y a un titre que l’on a composé mais qui au final n’a pas été gardé. Mais pareil, il y a eu X versions et ça n’a pas abouti. En fait, on essaie de faire en sorte que tous les titres qui sont sur l’album, cartonnent. Il ne faut pas de titres faibles et celui là peut être qu’on le ressortira dans 3 albums.

J.C. : En fait pour un album comme celui la où il y a 13 titres, on en a composé facilement le double. Et on a abandonné à différents stades certains  morceaux même très avancés. Mais à un moment donné on se dit,  si c’est aller les enregistrer en studio alors qu’ils ne sont pas au niveau ça ne vaut pas le coup. Donc il y en a beaucoup et le cas de figure de Blue Drums où l’on va repêcher un titre, parce que l’on se dit qu’il y a  quelque chose à faire c’est assez rare. Donc ce n’est pas une démarche volontaire de se dire on fait des trucs et on verra plus tard.

Aurélien : Là, c’est plus le concept que l’on a réemployé.

J.C. : Oui, voilà c’est plus l’idée de se dire on va faire une batterie Metal et un chant un peu Blues et voir ce que l’on obtient avec cette idée là. Et il y a un million de façons de l’exprimer.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag: Est ce que vous continuez la composition ou bien vous vous concentrez uniquement sur cet album?

J.C. : Alors pour l’instant on est surtout sur cet album. On va recommencer à tourner, on a évidemment beaucoup travaillé pour l’album mais c’est surtout pour Alex que le travail a été le plus dur, pour qu’il s’intègre en tant que nouveau guitariste, et qu’il maîtrise tous les aspects. Nos concerts on ne les voit pas comme des parties séparées mais plus comme un vrai enchaînement.

Aurélien : Un peu comme les albums au final avec une continuité.

J.C. : oui c’est une fluidité. On passe par beaucoup d’ambiances, on chante tous sur scène, donc le guitariste doit non seulement apprendre toutes les parties de guitares mais aussi les parties chant.  Donc, heureusement il avait un peu l’habitude de jouer et chanter en même temps, mais ce n’est pas simple quand même. Donc on a beaucoup travaillé la dessus. Aujourd’hui on bosse aussi sur un set acoustique, que l’on avait déjà eu l’occasion d’exploiter sur le 3ème album mais que l’on développe aussi avec des morceaux du nouvel album  que l’on adapte en acoustique, pour pouvoir les jouer soit dans des émissions radio soit dans des concerts acoustiques. L’étape de recommencer à composer, ça me démange terriblement, mais on va être obligé d’attendre encore un peu.

________________________________________________________________

Rock Metal Mag: le 23 mars vous êtes en concert à la Boule Noire mais est ce que vous avez d’autres dates à annoncer ?

J.C. : Pour l’instant on a des dates mais qui ne sont pas confirmées. On a un bookeur, Valentin, qui bosse en ce moment pour caler un planning. Donc rendez-vous le 23 mars et après on verra.

Rock Metal Mag  remercie J.C. et Aurélien du groupe Red Mourning et Roger de Replica Promotion

https://www.facebook.com/RedMourning/

Voir : https://rockmetalmag.fr/?s=RED+MOURNING

1 1 Commentaire