Entretien avec AcoD au Hellfest 2018

Entretien avec AcoD au Hellfest 2018

Rock Metal Mag a pu s'entretenir avec Jerome (Guitare/Bass) et Raph (batterie) du trio AcoD, le vendredi 22 juin 2018 au Hellfest

AcoD :
Entretien
au Hellfest 2018

Le groupe de Death Metal AcoD  va sortir son quatrième album ‘The Divine Triumph’ le 24 août 2018 chez Sony Jive Epic France et Rock Metal Mag a pu s’entretenir avec Jerome (Guitare/Basse) et Raph (batterie) au Hellfest le vendredi 22 juin 2018.

Raph (à gauche) et Jérome

_________________________________________________________________

Rock Metal Mag : L’année 2018 marque une renaissance pour AcoD, est-ce que vous pouvez m’expliquer ce qui change réellement par rapport aux autres années ?

Raph : Alors c’est vraiment le jour et la nuit. En gros il y a eu une cession dans le groupe et il y a eu une signature avec Sony Jive Epic. Donc il y a un travail qui devait être fourni et il a eu des accords et des ententes qui ont fait qu’aujourd’hui nous ne sommes plus que trois et c’est très bien comme ça. Avant nous étions 5 mais à présent en tant que trio on a vraiment trouvé un équilibre. Notre logo c’est le trident et ce n’est pas pour rien et ça représente parfaitement AcoD.

Jérome : Il y a deux ans, on a sorti un EP intitulé ‘Inner Light‘ qui nous a servi de promotion qui a donc abouti à une signature. Le label nous demandait quand même une certaine régularité au niveau de notre travail et ceux qui ne voulait pas sont partis. Donc c’est le 1er changement et  ensuite, notre style musical a aussi radicalement changé. Là, on a composé un album qui nous a demandé plus de temps que d’habitude, car on a travaillé tous les trois sur un concept, un univers.

Raph : En fait AcoD manquait d’univers propre au groupe

__________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est pour cela que vous avez choisi de faire un concept Album ?

Jérome : Oui, tous les titres se suivent et racontent une histoire en rapport avec la pochette peinte à la main par Paolo Girardi, un artiste italien très connu dans le milieu. Toute l’histoire de ‘The Divine Triumph’ évoque une personne entre la vie et la mort et qui se trouve dans un monde parallèle sans savoir si il est vivant ou mort. C’est en fait une fin ouverte en quelque sorte, puisque nous allons faire une trilogie.

___________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous faites référence à l’enfer de Dante ?

Raph : Exactement. Les divinités que nous incluons dedans ne sont pas forcément des divinités religieuses, des dieux grecs ou ce genre là. On ne veut pas s’enfermer dans un monde religieux et le nôtre est vraiment obscur et complètement cérébral.

Jérome : Tout se passe dans la tête. C’est un monde de chimères et l’on pourrait penser qu’il s’agit d’un univers Fantasy, de gamins, mais en fait pas du tout. Au contraire il faut prendre ça comme une chose que l’on peut vivre au quotidien. La descente aux enfers, on le fait avec des chimères mais c’est une métaphore par rapport au monde actuel et il y a beaucoup de gens qui sombrent et qui se retrouvent du jour au lendemain dans le caniveau.

______________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est fait le choix du titre « The Divine Triumph » ?

Jérome : Alors c’est plein de symbolique. Dans tous nos albums, il y a déjà une symbolique, une suite numérique. Notre premier album s’intitule « Point Zéro » (2009), le suivant « First Earth Poison » (2011), ensuite « II The Maelstrom » (2015) et le quatrième donc ,  « The Divine Triumph ». Cela représente le Line up trident et Triumph parce que cet album marque une étape triomphale pour le groupe avec cette signature qui nous a beaucoup apporté et grâce à laquelle on a pu faire un album de cette qualité. Et « The Divine Triumph » c’est aussi le triomphe des chimères. Sur la pochette il y a une sorte de trou noir qui montre vraiment la descente en enfer. Et le dragon représente la chimère et le mec est plongé la dedans.

_________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et comment s’est fait le choix de travailler avec Paolo Girardi ?

Raph : On connaissait son coté divin et ce sont exactement ces traits que nous recherchions. En fait les italiens sont très portés sur la religion et cela se ressent énormément dans ses peintures. Il est très blasphème et à la base il fait beaucoup d’images de Satan, de croix renversées, etc. Et là on jui a demandé de faire quelque chose de différent sans images sataniques mais plutôt quelque chose de  « merveilleux ». Et il a parfaitement réussi et nous sommes hyper contents de son travail.

______________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez diffusé le premier titre « Road To Nowhere » à travers un clip, pourquoi avoir choisi ce morceau là?

Raph : C’est vraiment la porte d’entrée de l’album.

Jérome : Oui c’est exactement ça. Et puis c’est vraiment la route vers nulle part. Bon, ce n’est pas le titre d’ouverture car il y a une petite interlude avant, une intro. Mais c’est celui qui semblait le plus judicieux pour un premier aperçu et sa phase de composition a été spéciale. Et puis ce titre a aussi la particularité de sonner de manière différente . On a travaillé différemment pour ce morceau et on a passé des moments à se tordre le cerveau . Donc il a le petit plus…..

________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous allez sortir un autre clip d’ici le mois d’août?

Raph : Oui c’est prévu le 17 août. Le clip est déjà réalisé et c’est Igor Omodei qui en est l’auteur comme pour « Road To Nowhere ». Donc , c’est le morceau « Broken Eyes » qui suit « Road To Nowhere » qui a été choisi pour qu’il y ait vraiment une suite cohérente par rapport au concept de l’album.

___________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est déroulée la composition et l’enregistrement de l’album?

Jérome : Il y a eu énormément de travail et il nous a fallu beaucoup de recul pour ajouter des couleurs ou retirer des éléments qui ne collaient pas . On avait de très bons morceaux qui partaient un peu en dérive et il a fallu les abandonner car ils ne rentraient plus dans le concept et n’allaient plus avec les autres titres. C’est compliqué de garder une unité artistique sans reproduire tout le temps la même chose. Donc on a réussi à créer cette unité tout en ajouter des différences pour trouver le juste milieu et éviter le coté rébarbatif.

Raph :  Une fois les compositions réalisées, on a Richard de Tantrum qui nous a fait les orchestrations et les synthés, pour sublimer les chansons et appuyer les moments forts. En ce qui concerne les enregistrements c’est Pierre le chanteur de Dagoba qui a enregistré la guitare basse et le chant. C’est le guitariste, Matt Asselbergs de Nightmare et Sangdragon, qui a enregistré les guitares et il est vraiment très professionnel! Pour la batterie c’est l’ingé son de Dagoba, Nicolas Bernard. Ensuite le mixage a été fait au Fascination Street Studios en suède et c’est Jens Bogren  qui a réalisé le mastering. Et il fallait un son qui soit adapté à notre identité, une son vraiment organique et c’est quelque chose qu’il a fait merveilleusement bien.

_________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Qui écrit les paroles?

Raph : Alors c’est Fred qui écrit les paroles mais on s’est mis d’accord tous les trois afin qu’il écrive d’abord une histoire, pour que l’album est une vraie cohérence. Donc une fois l’histoire écrite il en a tiré les paroles des chansons de « The Divine Triumph ».

_______________________________________________________________________

Rock Metal Mag : En conclusion, 2018 est un tournant décisif et marque une véritable évolution pour AcoD !

Jérome : Une évolution et aussi une stabilisation.

Raph : Avant on avait les idées mais on manquait de moyens pour les concrétiser, et tout était un peu confus. A présent , tout est réfléchi et tout sonne exactement comme on voulait et même pour les photos du livret on a fait appel à Nicolas Senegas. Il a réussi à faire des photos saines et sans fioritures, qui collent parfaitement au concept de l’album. En fait on a eu beaucoup de chance de travailler avec un tel label et d’être aussi bien entourés par des personnes qui comprennent exactement où on veut aller et tout s’emboîte à merveille. En plus on bosse avec Roger  pour la promotion (ndlr: Roger Wessier de Replica Promotion ). Il est vraiment top et il nous a mis en relation avec K Productions. On a choisi la bonne personne et il y a vraiment un super travail de sa part.

_______________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez des dates à annoncer ?

Jérome : Alors il y a des trucs qui se trament mais rien est officialisé et cela va surement arriver pour la rentrée en septembre.

Plus d’infos prochainement ! Restez à l’écoute !

******************************

Rock Metal Mag remercie Raph et Jérome du trio AcoD ainsi que  Roger de Replica promotion

https://www.facebook.com/acodband/

https://www.facebook.com/replicapromotion

*****

La release party  pour fêter la sortie de l’album est fixée au 15 septembre 2018

 

Voir notre article : https://rockmetalmag.fr/acod-the-divine-triumph-disponible-en-pre-commande/

3 Commentaires