DUST IN MIND : Interview avec Jennifer

DUST IN MIND : Interview avec Jennifer

Entretien avec Jennifer, chanteuse du groupe DUST IN MIND, pour la promotion de l’album CTRL qui sort le vendredi 19 novembre 2021

Entretien avec Jennifer du groupe Dust In Mind à l’occasion de la journée promotion organisée par Roger de Replica Promotion au Dr Feelgood Rocket à Paris.

Nouvel album  « CTRL » le 19 novembre 2021 via DarkTunes Music Group

DUST IN MIND POCHETTE CTRL

TRACKLIST

1.Lost Control
2.Take Me Away
3.Empty
4.Synapses
5.Freefall
6.W.G.A.C.A
7.Break
8.The White Page
9.Speak For The Voiceless
10.No Way Out

Fondé en 2013 à Strasbourg (France), le groupe se présente comme l’un des plus innovant de la scène Metal moderne

Membres du groupe

Jennifer Gervais : Vocals
Damien Dausch: Guitars/vocals
Xavier Guiot : Bass
Thomas Marasi: Drums
Philippe Miralles : Guitar

BANDCAMP

Facebook : https://www.facebook.com/DustInMindMusic/

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Dust In Mind s’est formé en 2013 et vous sortez déjà votre 4 ème album CTRL le 19 novembre prochain. Comment expliquez vous une telle productivité? Vous êtes des insatiables de la composition?

Jennifer : Oui, on est du genre a toujours se pousser au maximum. Dès que l’on a sorti un album, on a tout de suite l’envie d’évoluer et de pousser encore nos compétences, que ce soit en terme de production ou de créativité. Et il y a aussi aujourd’hui, le coté où l’on demande aux artistes une certaine productivité.

Donc, de notre part c’est quelque chose que l’on aime extrêmement faire. Mais il y a aussi une demande sur les réseaux sociaux où les artistes doivent être présents, sinon ils sont vite oubliés. Quand on est aujourd’hui un « new comer » un groupe émergent, on est conscient qu’il faut continuer et surtout ne rien lâcher. Il faut être productif ou plutôt pro actif sur un petit peu tout, se faire connaître au fur et à mesure et ne pas avoir de période de « mou ».

____________________________________________

Rock Metal Mag : Depuis From Ashed To Flames paru en 2018, est ce que le Line up est resté le même?

Jennifer : Non, on a un nouveau guitariste depuis deux ans. C’est Philippe Miralles.

___________________________________________________

Rock Metal Mag : Depuis combien de temps préparez vous cet album?

Jennifer : Honnêtement, lorsque l’on a sorti From Ashed To Flames, fin 2018, il y a avait déjà des moreaux de CTRL en préparation. Damien est un compositeur très actif et il a tout le temps besoin d’extérioriser. Du coup il avait déjà préparé des morceaux et cela s’est fait au fur et à mesure. Il n’y a pas deux ou trois semaines de compositions intenses. C’est, un morceau par ci, un morceau par là.

Donc, cela va faire presque 3 ans qu’il a commencé à travailler sur cet album. Par contre la dernière chanson a été finalisée il y a 4 mois.  Cela a pris un peu de temps à se faire au final et à cause de la pandémie aussi bien sur.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : Damien est la pièce maîtresse du groupe si je peux dire ?

Jennifer : Complètement. C’est lui qui a créé le groupe en 2013 et qui avait ce projet. Il savait exactement ce qu’il voulait faire. Nous étions amis depuis de longues années et il m’a contacté en me demandant si je voulais faire partie, à la base, d’un projet studio. Et au final, comme c’était super cool, il fallait le faire en Live.

Sinon, c’est lui qui compose toute la musique. Il écrit les textes et les lignes de chant. Donc il est guitariste/chanteur mais il fait aussi tout ce qui est Artwork. Il fait tout ce qui est photos, vidéos clips et c’est lui qui les filme lorsqu’il n’est pas présent sur scène.

Il est vraiment le cerveau du groupe.

_________________________________________________

Freeky Hoody

Rock Metal Mag : Donc Damien est l’auteur de la pochette de CTRL mais quel sens a-t-il voulu lui donner?

Jennifer : Nous sommes allés dans plusieurs direction mais ce n’était pas l’idée de base. On a fait une chanson qui s’appelle Take Me Away avec Freaky Hoody, qui est la personne sur la pochette de l’album. En fait, on voulait montrer, en gros, le message de base. D’une manière très large c’est de ne pas se fier aux apparences car l’habit ne fait pas le moine.

Mais l’essentiel de l’album parle de lâcher le contrôle de soi, surtout au niveau émotionnel. C’est lorsque parfois on a l’impression de se sentir dans une prison intérieure, parce que l’on ressent les choses trop fortes, par exemple. Et en fait le mot contrôle, revenait dans beaucoup de textes de l’album.

Alors on a voulu donner un coté moderne au mot contrôle et du coup on a pensé aux technologies, au clavier avec le CTRL. Donc c’est une touche sur laquelle on appuie tous les jours, on lâche le contrôle sur certaines choses. Et du coup, c’est un petit peu une métaphore par rapport à nos émotions avec lesquelles on fait la même chose. On met la main dessus et on décide ou non de la lever.

Mais à la base il devait juste y avoir la touche CTRL et Sylvain est arrivé ensuite. Et comme on parle aussi de ce coté où il ne faut pas se fier aux apparences, on va faire les deux en même temps. De là, on a organisé un shooting avec Freaky.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez présenté en 1er single NO WAY OUT, dernier titre de votre album. Pourquoi le choix de ce morceau ?

Jennifer : Alors ce titre parle justement, d’une prison émotionnelle. C’est se sentir enfermé et victime du poids de ses émotions qui peuvent être parfois trop lourdes. Et en fait ce single est sorti pendant la pandémie alors qu’il y avait tous ces couvres- feux et que nous étions tous enfermés. Donc cette chanson qui s’appelle NO WAY OUT, est « bien tombée » .

Nous étions tous à l’époque dans une recherche d’extériorisation. Je pense même que toute l’humanité était dans cette envie de sortir. Et il y a eu l’entre deux confinements. Nous sommes allés en Bretagne pour faire un clip qui respirait. On avait envie d’être au bord de la mer et de donner de l’air à tout le monde. Donc on a fait un clip qui respire volontairement même si ce n’était pas l’idée de base. Mais il fallait que l’on dégage ce sentiment là.

En plus, c’était le premier single qui était vraiment fini pour l’album, mais c’était aussi le morceau au final, qui était de circonstance.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Et alors est ce que cette pandémie a interféré dans le bon déroulement de l’album?

Jennifer : Alors oui et non dans le sens où cela nous a permis de laisser murir beaucoup de choses et beaucoup d’idées. Que ce soit en terme de paroles, de réalisations de clips, on a vraiment pris notre temps pour les tournages. Dans un sens, plutôt que de subir la pandémie, on a décidé de la tourner à notre avantage. Et c’est surtout les tournages de clips qui en ont bénéficié.

Mais en terme de création, c’était un petit peu compliqué. C’est à dire que justement lorsque cela aurait pu être le bon moment pour se poser et écrire des textes, donc un bon moment d’introspection, pour moi, cela a été le contraire.

Il y a d’ailleurs une chanson qui s’intitule The White Page et qui parle de ça. J’ai vraiment eu ce syndrome de la page blanche où j’étais totalement bloquée. J’avais le temps pour écrire mais plus rien ne sortait.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez pu faire des répétitions et est ce que tout s’est bien passé coté studio?

Jennifer : Alors non, on n’a quasiment pas pu répéter. Donc, quand on se retrouvait au studio, on travaillait sur d’autres aspects mais pas forcément musicaux. C’était plus le coté organisation de tournages et ce genre de choses.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Dans la chanson Synapses tu reprends le refrain d’Edith Piaf, Padam, c’est une artiste que tu admires et qui t’inspires?

Jennifer : Ah oui complètement. Alors cela rentre un petit peu dans le cliché, mais bien sur elle est fascinante. Je pourrais l’écouter parler pendant des heures en fait, et chanter encore plus. Et en fait en tant que français, qui d’autre pouvait plus nous inspirer qu’Edith Piaf? C’est vraiment naturel.

Et moi, en parallèle à Dust In Mind je fais du management pour d’autres groupes. Alors lorsque je dis que je suis française, on me demande de parler en français ou de chanter la vie en rose d’Edith Piaf. C’est dingue l’aura qu’elle a même à l’étranger et cette image que l’on a de cette « French Touch ».

Donc, c’était tout naturellement que nous avons voulu faire un petit clin d’oeil dans ce morceau. C’est la première fois que l’on chantait en français, donc il fallait vraiment qu’on l’assume et que l’on fasse ce clin d’oeil à Edith Piaf..

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est passé le tournage de ce clip à la Tour Eiffel et pourquoi avez vous choisi ce monument parisien ?

Jennyfer : Ce clip est absolument incroyable. On voulait montrer que l’on est français car pendant toutes ces années on ne le montrait pas. Lorsque l’on tournait à l’étranger les fans venaient nous voir et nous demandaient d’où l’on venait. Et pour nous c’était tellement logique que l’on pensait que tout le monde le savait. Mais en fait non, car on communique beaucoup en anglais.

Alors comment montrer que l’on est français autrement qu’avec la baguette sous le bras et le verre de vin rouge ? Donc on s’est dit que le monument qui brille le plus à l’international et qui est le plus emblématique, c’est la Tour Eiffel. On ne pensait pas que cela pouvait marcher d’y tourner un clip. Alors, on a créé un dossier où l’on défendait bien notre projet en parlant de ce que l’on voulait faire.

Et trois jours après avoir déposé le dossier, j’ai reçu un appel téléphonique qui me disait : « ok, vous pouvez venir la semaine suivante ». Et cela s’est fait hyper vite. Pour la petite anecdote, on est arrivé à la Tour Eiffel, avant l’ouverture au public. On avait au final, une heure pour le tournage du clip. Et c’était montre en main, avec la montée et la descente incluse, le montage de la batterie, l’installation des lumières, du matériel vidéo.

Et en une heure on a tout fait !

Rock Metal Mag : Un vrai challenge

Jennifer : C’est le cas de le dire! on avait chacun des taches précises à respecter pour optimiser cette heure au maximum pour qu’il n’y ait pas de temps mort. C’était vraiment une organisation à la minute près. Et cela s’est très bien déroulé.

________________________________

Rock Metal Mag : Vous prévoyez de sortir un autre clip avant la sortie de l’album?

Jennifer : Oui il y en a un qui va sortir le jour de l’album. Et c’est sur Empty. C’est l’avant dernier qui a été finalisé et c’est un titre où Damien chante le refrain. C’est ce qui change beaucoup et on super content justement de cette variété dans l’album. Mais c’est vraiment le morceau préféré de tous. Du coup c’était naturel de le garder pour la sortie de l’album. (ndlr : le clip est donc sorti hier, vendredi 19 novembre)

________________________________________

Rock Metal Mag :  Que signifie le titre de la chanson W.G.A.C.A ?

Jennifer : Alors c’est « What Goes Around Comes Around » . En gros c’est un petit peu le Karma, avec cette roue qui tourne. Ce que l’on envoie dans l’univers revient toujours vers nous et le cycle continue. A la base c’est juste que le titre était trop long et à chaque fois que l’on en parlait dans nos chats facebook privés, ou dès que l’on s’écrivait en privé on écrivait le titre avec les abréviations des lettres. Et donc c’est resté comme ça.

Même quand on a fait l’Artwork de l’album, on s’est dit on va faire réfléchir et on va volontairement ne pas mettre le titre explicite.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Je présume que Damien a déjà des compositions en cours ?

Jennifer : Oui, là il commence à se questionner sur le futur album. C’est un peu un génie mais insatiable. Il a toujours besoin d’extérioriser et c’est fascinant.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Et de ton coté pour les paroles ce sont plus des thèmes personnels ?

Jennifer : Oui pour ce dernier album, je parle vraiment de mes émotions . C’est tout ce que je peux ressentir, ce que je vis à 10 000%. il n’ y a jamais eu de chanson écrite à la va vite, sans vraiment la ressentir. Ce sont vraiment des sujets qui me tiennent profondément à coeur.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que Damien ajoute ses propres idées de textes ?

Jennifer : Oui il a ses propres idées et parfois il en propose. Par exemple pour la chanson Empty, c’est lui qui l’a écrite. Mais sur tous les albums il y a toujours un ou deux titres où il écrit ses paroles.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : Votre musique est groovy, Electro, mais comment la définissez vous pour la présenter au public ?

Jennifer : Alors je n’aime pas trop mettre des étiquettes mais je dirais que nous faisons du Metal Moderne. On a du mal à donner un style particulier à notre musique. A l’époque on disait que l’on faisait un peu de Metal Industriel parce qu’il y a un petit peu d’Electro. Mais ce n’est pas assez assumé et l’on se définit plus dans le Metal Moderne.

______________________________________

Rock Metal Mag : Quels sont les principales influences du groupe ?

Jennifer : Alors on écoute plein de choses différentes, mais on a quand même des groupes en commun. C’est ce qui nous rapproche tous au sein de Dust In Mind. Donc il y a le groupe suédois Pain, qui fait du Metal Industriel, Korn, qui nous influence vraiment par ses accents groovy.

Moi, personnellement, j’ai aussi comme influence le groupe italien, Lacuna Coil. C’est elle qui m’a inspiré en terme de chant, depuis mes 15 ans. Donc ce sont vraiment ces trois groupes qui font partie de l’essence de Dust In Mind.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez des dates de concerts à annoncer pour la fin de l’année ou vous préparez le planning 2022 ?

Jennpfer : Ce sera pour 2022. Il va y avoir une tournée qui va être annoncée dans les semaines à venir.

_________________________________________

Rock Metal Mag : Quels sont les futurs projets du groupe ?

Jennifer : Alors on avait fait un live stream à l’Opéra de Strasbourg et on aimerait bien le refaire . Donc un concert « fermé » sans public, mais avec des caméras qui tournent tout autour de nous. Cela donne quand même un coté immersif. Donc c’est un projet pour l’année prochaine.

Ensuite on aimerait tourner le plus possible en Europe et j’ai envie de dire, dans le monde. Donc on va se focaliser beaucoup là-dessus en fait.

_____________________________________________

Rock Metal Mag remercie Jennyfer de Dust In Mind, Roger de Replica Promotion et Le Dr Feelgood Rocket.