DROPKICK MURPHYS le 8 février 2020

DROPKICK MURPHYS le 8 février 2020

DROPKICK MURPHYS le 8 février 2020. Live report, textes et photos par Steph Pictures

LA FACTORY BY CARAMBA présentait DROPKICK MURPHYS au zénith à Paris le 8 février . Avec Frank Turner & The Sleeping Souls en spécial Guest et Jesse Ahern en ouverture.

Live report, textes et photos par Steph Pictures

En ce 08 février 2020 Rock Metal Mag vous emmène assister au concert des plus irlandais des américains à savoir les Dropkick Muprhys. Ils sont venus retourner le Zenith de Paris deux soirs de suite. Et oui, ils ont décidés de rééditer l’exploit demain, dimanche 09 février.

Pour ce faire les Dropkick Murphys confient leur première partie à Frank Turner & The Sleeping Souls et c’est Jesse Ahern qui sera en ouverture.

N’oublions pas de remercier chaleureusement Replica Promotion sans qui nous ne serions pas là ce soir.

La salle ouvrant à 18H00 pour un passage des Dropkick Murphys à seulement à 21H45 autant vous dire que le Zenith va prendre son temps pour se remplir.

C’est donc dans un « demi » Zenith que Jesse Ahern se présente devant nous armé de sa guitare électro-acoustique et de son harmonica fixé autour du cou. Jesse Ahern est un « troubadour » américain du Blues-Rock qui a sorti sa dernière galette « My Thruth and My Thruth Only »  en 2019.

C’est donc sans surprise que nous voyons débarquer sur la grande scène du Zénith cet homme seulement accompagné de ses deux instruments de musique. De ce fait il est clair qu’il va être impossible de vous parler de jeu de scène ou autre vu que l’artiste est seul sur les planches.

Par contre, si vous souhaitez vivre un moment très intimiste dans une salle gigantesque et bien c’est Jesse Ahern qu’il vous faut. En toute simplicité il va nous faire découvrir son Blues-Rock avec beaucoup de talent. Il nous fait même oublier que nous sommes au Zenith.

Nous sommes tellement absorbés par sa musique si « pure » que nous avons presque l’impression de nous trouver dans notre salon avec un ami. Aucun Pogo, pas la moindre bousculade, juste le son des mélodies de Jesse.

Un bien agréable moment passé en toute intimité.

Setlist :

1 A Letter Home
2 On Our Own
3 Out of Our Mind
4 Detox
5 Bankrobber (The Clash cover)
6 Time Will Tell
7 Highway of Life

Petite pause où l’on en profite pour constater que le Zenith se remplit tranquillement et que la bière coule à flot comme pour chaque concert des Dropkick Murphys.

 On enchaine avec Frank Turner accompagné du groupe The Sleeping Souls. Rappelons que Frank Turner est un chanteur guitariste de Folk anglais qui a entamé sa carrière solo en 2005, six albums au compteur dont le dernier date de l’an dernier et se nomme « No Man’s Land ». Ce dernier lors de ces tournées est régulièrement accompagné, comme ce soir, par le groupe The Sleeping Souls.

Frank Turner sur scène ce n’est pas compliqué, c’est ultra vivifiant, les mélodies sont rapides, très rythmées et dégagent une foutue énergie enivrante. Le résultat de ce mélange explosif ne se fera pas attendre du coté du public ou nous ferons naître les premiers mouvements de foule, les coups d’apurés et les jetés de gobelets de bière…

Sur scène ça virevolte de gauche à droite, ça saute partout et ça discute avec le public entre deux titres Frank Turner allant jusqu’à avouer qu’il parle parfaitement le français allant jusqu’à interpréter ‘Eulogy’ en français s’il vous plait, ah ces anglais !!

S’il y a bien une chose dont nous sommes tous certains c’est que tout le monde prend son pied, que ce soit sur scène ou dans le public et on en redemande encore et encore hélas…about d’une heure de show il faut dire au revoir à tout ce petit monde et remercier Frank Turner & The Sleeping Souls pour ce moment passé tous ensemble.

Setlist :

1 Get Better
2 1933
3 The Lioness
4 Try This at Home
5 If Ever I Stray
6 Photosynthesis
7 Plain Sailing Weather
8 Long Live the Queen
9 Jinny Bingham’s Ghost
10 Eulogy
11 The Next Storm
12 The Road
13 Out of Breath
14 Recovery
15 I Still Believe
16 Four Simple Words

Petit tour à l’abreuvoir en attendant les héros de la soirée et j’en profite pour constater qu’il y aura toujours le même point commun à tous les concerts des Dropkick Murphys : La bière coule à flot de partout. Elle coule tellement à fond que quelques fans cuveront pendant le concert et seul leur subconscient entendra quelques notes de musique…

Vingt et une heures quarante sonne enfin. Dans la salle retentit la petite intro. Derrière le rideau qui nous cache la scène, les Dropkick Murphys au grand complet n’attendent plus que ce dernier soit enlevé pour nous en mettre plein la tronche.

Je doute que cela soit vraiment nécessaire mais pour la jeune génération rappelons que Dropkick Murphys est un groupe américain de Punk Celtique formé en 1996 et avec une énorme influence irlandaise. Son dernier album intitulé « 11 Short Stories of Pain & Glory » date déjà de 2017.

Comme l’on pouvait s’y attendre, dès les premiers accords ultra festifs des Dropkick Murphys c’est le feu dans le Zenith. Des vagues humaines se forment dans la fosse pour venir s’éclater sur la crash barrière. De nombreux slameurs de l’extrême terminent leur courses dans le pit tout comme les gobelets de bière qui pleuvent au dessus de nos têtes.…

Pendant ce temps-là sur scène ça court dans tous les sens et ça envoie du gros son avec entre autre AL Barr et Ken Casey en forme olympique. Ils passent de droite à gauche de la scène comme des damnés et ne cessent de descendre via les retours de basse sur la crash barrière pour beugler avec leurs fans. La communion est totale.

Coté visuel on ne change pas une équipe qui gagne et nous retrouvons nos bons vieux éclairages plus ou moins verts qui vont tellement bien avec ce Punk Celtique « irlandais ». On oublie pas non plus les explosions propulsant des milliers de confettis dans la foule.

Ce sera le grand bordel tout au long des quatre-vingt-dix minutes du set des Dropkick Murphys. Ils ont vraiment un talent indéniable pour vous filer une pêche de malade.

C’est donc le cœur léger et rempli d’énergie positive, enfin pour ceux qui tiennent encore debout, que nous les saluons sur “Until the Next Time” .

Un regret quand même est de ne pas avoir de place pour le concert du lendemain…

Setlist :

Intro : Foggy Dew (Charles O’Neil song)

1 The Lonesome Boatman
2 The Boys Are back
3 The Fighting 69th
4 Johnny, I Hardly Knew Ya
5 Prisoner’s Song
6 The Bonny (Gerry Cinnamon cover)
7 The Auld Triangle
8 The battle Rages On
9 The Wild Rover
10 Your Spirit’s Alive
11 Sunshine Highway
12 (F)lannigan’s Ball
13 Smash Shit Up
14 Peg O’ My Heart (Charles Harrisson cover)
15 God Willing
16 You’ll Never Walk Alone (Rodgers & Hammerstein cover)
17 The Gaunlet
18 Jimmy Collins’ Wake
19 The State of Massachusetts
20 I Fought the Law (The Crickets cover)
21 Out of Our Heads
22 The Irish Rover
23 Rose tattoo
24 I’m Shipping Up to Boston
25 Until the Next Time

My Way (Frank Sinatra cover)

Facebook : https://www.facebook.com/DropkickMurphys/

Rock Metal Mag remercie LA FACTORY et Replica Promotion