DEAD TREE SEEDS : Album “Push the Button”

DEAD TREE SEEDS : Album “Push the Button”

CHRONIQUE :DEAD TREE SEEDS : Album “Push the Button”

CHRONIQUE
DEAD TREE SEEDS
Album “Push the Button”
Sortie digitale : juillet 2020
Sortie physique le 2 octobre 2020
via Music Records

Tracklist

1. Thrash Tales
2. Fangs of the White Wolf
3. Thru God for Vengeance
4. No Time to Complain
5. Push the Button
6. The Way to Eternity
7. Abjection
8. Enemies of Rome
9. Wailing Wall
10. Shotdead

Disponible sur Bandcamp : ICI

__________________________________________

Le bon vieux Thrash Old School US des 80’s qui nous fait headbanguer depuis tant d’années à encore un bel avenir devant lui. Preuve en est avec Push the Button, le dernier album de DEAD TREE SEEDS qui tabasse très fort. Ils sont français et même Parisiens et pourtant leur Thrash Metal semble tout droit sorti de la côte californienne entre Los Angeles et San Francisco, à l’époque où des groupes tels que Metallica, Slayer, Testament ou encore Exodus prenaient racine. Mais des groupes tels que les canadiens d’Annihilator ou les allemands de Keator ou Sodom font également partis de leurs inspirations .

 Dead Tree Seeds n’a pris forme qu’en 2009 mais il s’est nourri et abreuvé de ce Thrash explosif afin de donner le jour à ses propres semences dont la première Seeds of Thrash est sortie en 2013. Les influences du groupe sont bien présentes et il  nous les font ressentir comme il se doit. Mais en y greffant ses propres riffs, Dead Tree Seeds se forge sa propre empreinte génétique.

Le quintet est donc de retour en 2020 avec toujours cette soif de Thrash bien roots et avec l’idée de pousser le volume encore plus fort. Il faut dire que 7 ans se sont écoulés et nous voilà face à une formation ragaillardie et prête à en découdre.  En effet durant cette longue période, Dead Tree Seeds a subi quelques changements de musiciens et même de chanteur. C’est ainsi que la nouvelle voix du groupe, Frank Vortex, est venue donner un nouveau souffle en 2018.

Le groupe a ensuite soigné la production et a même signé avec Music Records pour mettre tous les atouts de son coté. Malheureusement l’impensable pandémie a duré plus que prévue et la sortie de Push the Button est passée presque inaperçue, comme nombre d’albums d’autres formations, durant cette période de paranoïa organisée.

Alors il est grand temps de remettre les pendules à l’heure et de repartir d’un bon pied pour que les 10 morceaux de ce copieux album soient accueillis à leur juste valeur. La pochette de l’album en dit déjà long sur la thématique des paroles axées sur le pouvoir, la destruction et les abus de toutes sortes.

Sic Transit Mundus (Ainsi va le Monde)

Et c’est l’instrumental Thrash Tales et ses guitares heavy qui ouvrent tranquillement la voie vers l’enragé Fangs Of The White Wolf. La morsure est profonde et les répercussions instantanées.

Véritable secousse sismique, l’assaut Thrash se déchaîne. Les impitoyables hostilités vont ainsi durer d’un bout à l’autre de l’album avec juste le break instrumental, The Way To Eternity. Deux minutes dans la même veine que le morceau d’ouverture, histoire de récupérer son souffle avant la reprise du déluge thrash.

Le rythme effréné ne faiblit pas d’un pouce avec Thru God for Vengeance et sa batterie percutante. L’ombre de Metallica plane sur le chant de Frank auquel vient s’ajouter un petit coup de Death Growl bref mais féroce. Infaillible machine infernale, le déluge de riffs destructeurs ne laisse aucun répit.

Tout comme le matraquage en règle de No Time to Complain.  La section rythmique fait rage en accord avec le chant impétueux qui atteint son paroxysme avec Push the Button. Une déflagration de décibels bien Thrash bardée d’un solo à deux guitares survitaminé qui embrase tout. Un des morceau le plus représentatif de toute la puissance sonore du groupe.

The Way To Eternity tracé par les guitares mélodiques s’ouvre sur l’effervescent Abjection et sa cavalcade groovy. Le chant à la fois brutal et déchirant exhorte à l’insurrection.

Quelle puissance et quelle fougue.

L’énergie insatiable se poursuit à très haute dose avec Enemies of Rome et s’intensifie avec le frénétique Wailing Wall et son solo de guitare incroyable.

Mais Dead Tree Seeds n’a pas dit son dernier mot. Il surenchérit avec le sauvage Shotdead ponctué de guitares heavy et d’une section rythmique endiablée. Quelques lignes douceureuses viennent briser un peu l’agression trash sans pour autant dénaturer l’ensemble. Un dernier morceau de 7,30 mn qui referme l’album dans un fracas musical. Le tempo part un peu dans tous les sens et les sonorités Old School et modernes se rejoignent pour ne former qu’un seul et même Thrash dévastateur.

DEAD TREE SEEDS marque un retour percussif avec ce Push The Button incendiaire .

Des compositions soignées dans leurs plus petits recoins avec une technique irréprochable digne des plus grands Thrashers connus à ce jour. La petite touche de Death Metal sombre et furieuse additionnée à des sonorités Thrash plus contemporaines donnent un résultat des plus efficace et des plus addictif.

Christiane.T

Membres du groupe

Frank Vortex : Chant (depuis 2018)
Aurélien Gonzalez : Guitare (depuis 2014)
Sidi Assila : Basse (depuis 2014)
Alex Prudent : Batterie ( depuis 2009)
Francois Odonnet : Guitare ( depuis 2020)

Disponible en digital sur Bandcamp : ICI

https://www.facebook.com/DeadTreeSeedsThrash