DAGOBA: Entretien avec Shawter

DAGOBA: Entretien avec Shawter

Entretien avec Shawter, chanteur du groupe DAGOBA Le 25 août 2017, le groupe Metal français DAGOBA a sorti son septième album studio, ‘Black Nova’, en coopération avec Jive / Epic pour la France et Century Media pour le reste du monde. Formé en 1997 et inspiré par les grands groupes américains des années 90 comme

Entretien avec Shawter,
chanteur du groupe
DAGOBA

Le 25 août 2017, le groupe Metal français DAGOBA a sorti son septième album studio, ‘Black Nova’, en coopération avec Jive / Epic pour la France et Century Media pour le reste du monde.

Formé en 1997 et inspiré par les grands groupes américains des années 90 comme Pantera, Machine Head et Fear Factory, DAGOBA a rapidement étendu sa furieuse sonorité Metal au Dark, symphonique et industriel qui culmine sur leur album le pluspuissant à ce jour, ‘Black Nova’.

Shawter – chanteur, guitariste, compositeur et leader de DAGOBA – a dirigé les enregistrements de ‘Black Nova’, qui a eu lieu chez Eagle Back, son propre studio à Marseille, tandis que le mastering a été réalisé par Jacob Hansen (Volbeat, Epica, Heaven Shall Burn).

https://www.facebook.com/dagoba13/

*****************************************************

Rock Metal Mag: Le nouvel album s’intitule Black Nova, Nova étant une nouvelle étoile, peut-on dire que c’est en rapport avec le nouveau Line-Up?

Shawter: Tout à fait, c’était justement l’idée derrière le titre, ce côté renaissance, on ne lâche rien, et rien ne nous atteint dans le bon sens de l’histoire.

******************************************************

Post Mortem Nihil Est (2013)

RMM: J’aime beaucoup l’artwork, c’est le même artiste qui a fait les pochettes précédentes?

Shawter: C’est ça, c’est Seth de SEPTICFLESH qui a réalisé la pochette. Il nous avait déjà fait celle de Post Mortem Nihil Est. C’est un très bon ami musicien lui aussi, il tenait absolument à refaire celle-ci donc on a pas hésité, il nous a proposé plusieurs Artwork différents et celui-là collait vraiment au message et à la symbolique que nous voulions faire passer dans le titre de l’album. C’était vraiment dans le ton et dans le thème de la musique, c’était impeccable.

**************************************

RMM: Black Nova est aussi un album très cosmique, il y a pleins de références au cosmos, pourquoi ce choix?

Shawter: C’était un peu pour accroître les émotions, les sentiments à échelle humaine dans ce cosmos, cet univers qui lui a une échelle infini donc ça donnait un peu une relativité et un certain sens dans tout ça. C’était intéressant pour moi de creuser dans ce sens là. Dès que j’ai trouvé le concept, je m’y suis un peu plongé à fond. Je suis content que tu ai relevé ce côté cosmique.

****************************************

RMM: Es-tu resté en contact avec le batteur Franky Constanza et le guitariste Yves Terzibachian ?

Shawter: Pas du tout. Le premier pour d’excellentes raisons et l’autre parce que je pense qu’il a pas mal de chose à faire. Z ( ndlr : Yves) a pas mal de trucs à faire avec son groupe, la vie de famille..

******************************************

RMM: Selon toi, quel est le secret de la longévité dans l’industrie musicale?

Shawter: L’abnégation et la sincérité. Je pense qu’il faut être sincère dans ses propos, ne pas se trahir, ne pas essayer de faire les choses pour plaire à son auditoire et l’abnégation parce que je pense que quoi qu’on fasse dans la vie il faut croire en ses projet. On croit énormément au groupe donc je pense que ce sont les deux clés de la longévité.

***********************************************

RMM: Comment c’est passé la composition du nouvel album? C’est toujours la même recette même avec le nouveau Line Up?

Shawter: Oui c’est la même recette. Depuis le début je compose musique et paroles, je leurs propose tout ça et s’il y a des choses qui ne leurs plaisent pas je modifie. Par contre lorsque ça leurs plait on garde et on interprète le tout ça comme on peut avec notre savoir faire respectif. Il y a une bonne ambiance et tout le monde est productif.

*****************************************************

RMM: Y a t’il un morceau en particulier qui a été plus difficile à composer ou à écrire?

Shawter: Non, c’est une réponse qui vaut pour l’ensemble de notre discographie. Je pense qu’à partir d’un moment ou tu bute sur une composition, c’est qu’elle n’est pas le reflet de ce que tu veux représenter, ou offrir à un instant T. Je pense qu’une chanson ne doit pas être quelque chose de réfléchi, de manipulé, de calculé. Je pense qu’il faut que ce soit vraiment ce que tu as à dire au moment donné, un peu comme dans une déclaration d’amour ou lors d’une dispute, faut pas que ça soit calculé parce que sinon c’est manipuler l’audience et c’est vraiment pas quelque chose que j’aime proposer dans Dagoba. Rien n’est planifié, je pense qu’il faut proposer et après nos fans disposent ou pas. Mais ce n’est jamais fait dans un autre but que de nous plaire à nous d’abord.

*******************************************************

RMM: Du coup tu n’as jamais été victime de la page blanche!

Shawter: Bah écoute, pour le moment non. Mais je pense qu’on a encore beaucoup de choses à accomplir et à prouver artistiquement donc.. En espérant que ça dure!

*********************************************************

RMM:  Tu es aussi fan de musiques de films instrumentales, est-ce que tu aimerais composer dans ce style là? A travers des projets solos peut-être?

Shawter: Oui ça me plairait mais, en ce moment, Dagoba occupe beaucoup de mon temps et peut-être que le jour ou je n’aurais plus l’énergie de proposer du Dagoba sur scène, je prendrais peut-être plus le temps pour développer cet aspect là.  Mais, pour l’instant, même si je fais des “sans design” pour des courts métrages ou des compositions pour quelques jeux vidéos, je préfère me focaliser intégralement sur Dagoba. Mais peut-être par la suite je pourrais faire ça, pour l’instant j’ai vraiment l’esprit d’équipe et suis vraiment attaché à l’image de groupe plus qu’à un esprit solo ou parallèle. Me mettre en avant c’est pas quelque chose qui me fascine. J’aime les sports d’équipe même mes idoles ça reste les groupes et leurs musiques plus que les individualité dans un groupe. Je préfère être fidèle à ma ligne de conduite et oeuvrer pour la cause Dagoba plus que pour la mienne.

************************************************************

RMM: Est ce que ça t’arrive de ressortir des vieux riffs que tu gardais dans un tiroir pour les utiliser sur des nouveaux albums?

Shawter: Jamais! Je pense qu’un album doit être comme je te le disais tout à l’heure, ça doit représenter un instant T de la vie d’un groupe. On évolue avec l’âge, avec la maturité aussi avec ce qu’on vit en temps qu’être humain. Je me vois pas parler de choses qui me touchaient il y a 15 ans. Je pense que cela fait partie en quelque sorte de la question que tu m’as posée sur l’écriture des morceaux. Cela rejoint un peu cette sincérité et puis c’est en même en temps un challenge, et je préfère me dire que le prochain riff sera meilleur plutôt que de me dire « oh j’avais un bon riff, là j’en ai plus alors on va ressortir de la cave des bons riffs que j’avais auparavant ».

*************************************************************

RMM: Vous êtes maintenant chez Sony Music et Century Media, comment c’est fait ce choix? Vous avez été approchés ou c’est vous qui avez démarché?

Shawter: On a été approché par énormément de label, que ce soit en France et à l’étranger. Après, pour le choix, comme on a eu l’habitude de faire, était de s’orienter vers les personnes les plus motivées pour travailler sur l’album avec le groupe.  Et c’est ce qu’on a senti en premier chez Sony, une envie de choyer, de couver le groupe donc c’est devenu clair pour nous qu’il fallait que l’on soit dans cette maison de disques. Pour ce qui est de Century Media c’est un label que l’on a toujours immensément respecté à l’étranger, ils ont fait clairement la plus belle offre, en tout cas l’offre qui nous semblait la plus sincère et on a vraiment senti que les personnes étaient les plus motivés pour travailler sur l’album.

******************************************************************

RMM: Vos concerts au Japon ont été un succès, comment as-tu vécu cette expérience?

Shawter: C’était incroyable! On a vraiment vécu un fanatisme poussé à l’extrême, des fans complètement fous qui nous ont couvert de cadeaux, qui nous ont accompagnés tout les jours, ils nous suivaient partout! On avait l’impression que chacun d’entre eux était un journaliste, ils avaient tous 10 000 questions à nous poser. A s’avoir comment se passent nos vies à l’autre bout du monde, notre culture.. On avait autant envie de découvrir ce qu’il se passait la bas qu’ eux ce qu’on peut vivre chez nous. C’était un succès que nous n’avions pas vraiment quantifié. On avait refusés 4 tournées auparavant parce que nous avions eu des propositions alors que nous étions déjà aux États-Unis ou en Europe. On avait l’impression qu’ils nous attendaient depuis très, très longtemps et effectivement quand nous sommes arrivés c’était incroyable. Même aujourd’hui on voit que nos clips passent à la télé nationale, c’est quelque chose qu’on a encore du mal à mesurer et c’était au-delà de nos espérances même si nous avions beaucoup entendu parler du fanatisme des Japonais. À vivre, c’est quelque chose d’assez exceptionnel! C’est aussi et surtout en opposition avec ce qu’on peut vivre en France, le succès toujours un peu crié par une frange du public. Les gens ont toujours l’impression que quand on commence à avoir du succès, et que l’on arrive à vivre de notre musique, on s’est vendu ou quelque chose comme ça alors que c’est vraiment pas le cas. Là bas ils ne se posent pas la question. Mais ouais, ça nous a vraiment ébahi et emmené un petit vent d’air frais!

******************************************

RMM: Et dans quels autres pays tu aimerais bien jouer?

Shawter: Sur les territoires que l’on a pas encore exploité. Il nous reste plus que l’Océanie, et l’Amérique du Sud, et c’est un territoire qui me passionne et dans lequel je me rend en vacances donc j’aimerais bien y aller avec le groupe. Mais sinon retourner au Japon, en Europe, aux États-Unis c’est toujours une grande partie de plaisir. C’est l’essence même de ce métier, pouvoir voyager grâce à sa musique, gagner sa vie avec, rencontrer les gens c’est humainement enrichissant..

************************************************

RMM: Avec maintenant cet album à votre actif, est-ce que le choix des setlists est plus difficile à faire?

Shawter: Non parce qu’on a justement plus de choix donc ça nous permet de varier les setlists si on est en tête d’affiche et aussi en fonction du groupe avec lequel on joue, si on est en en première partie, et selon le territoire où on joue.. On arrive quand même à se renseigner sur les chiffres, et sur quels clips ont le plus de vues. Pour nous, ça nous replonge un peu dans notre discographie, c’est que du bonheur. Je pense que c’est moins compliqué quand tu as 7 albums que quand tu as qu’une démo de 5 titres de combler le temps imparti. C’est plus facile et ça varie les plaisirs.

******************************************************

RMM: Qui sont chanteurs que tu admires?

Shawter: En premier lieu, Freddie Mercury, pour moi c’est notre maître à tous, James Hetfield, il a réussi à imposer sans qu’on s’en rendent vraiment bien compte un chant mélodique tout le long de sa carrière alors que c’est un vrai groupe de Metal et pourtant ça chante tout le long. Il a jamais utilisé une seule fois des growls death metal ou des cris black metal ou autre, il y a toujours de la mélodie dans ce qu’il propose.  Phil Anselmo aussi pour le côté brut de décoffrage et bien sur malheureusement Chester Bennington qui a su faire évoluer le refrain mélodique à un niveau qui était insoupçonné avant qu’il mette sa touche.

*************************************************************

RMM: Qu’est ce qui va suivre pour Dagoba?

Shawter: Un grosse tournée d’au moins 2 ou 3 ans pour promouvoir Black Nova sur au moins 4 continents, continuer la promotion également à côté. Ce matin on a fait notre premier plateau télé, on a encore beaucoup de choses à découvrir dans l’industrie du disque et on est impatient de le faire. Il faut également penser au prochain album, commencer à mettre à plat les idées et surtout profiter de notre vie de groupe.

*************************************************************

RMM: Faire un album live ça vous dit pas?

Shawter: On en a déjà sorti un il n’y a pas si longtemps que ça, donc, on verra les opportunités qui se présentent à nous mais ça sera plus une question d’opportunité que de planification.

************************************************************

Rock Metal Mag remercie Shawter et Him Media