Chronique : « The Dark Shore » de Heresy

Chronique : « The Dark Shore » de Heresy

Chronique de "The Dark Shore" (M&O Music) du groupe Heresy : Par Khaos

Chronique de The Dark Shore du groupe Heresy

Par Khaos

Style : Thrash/Heavy Metal

Sorti le 18 octobre 2019

Label : M&O Music

Quand j’ai vu la pochette sortir de l’enveloppe je me suis dit « put… encore un truc de Black/Death ». Tout en noir et cet enchevêtrement de racines, pas une feuille aux arbres, la cabane de pêcheur dont on se demande s’il n’y a pas eu un massacre à l’intérieur. En fait non, Heresy fait plutôt dans le Thrash, mais pour un non spécialiste du big four et autres associés, je dirais qu’il tend quand même plutôt vers un Heavy plus classique. Si le rythme s’accélère parfois, cette dynamique n’est pas trop présente et reste mesurée.

Heresy naquirent près de Montpelliers en 2009. Un premier essai était sorti en 2013 sous le nom de Powered By Anger. Il a fallu ensuite digérer le départ d’un chanteur et l’installation à ce poste de Geoffrey Darras qui n’était alors que guitariste. Il est secondé aujourd’hui par Jean-Philippe Dejean à la basse, Cyril Valade aux caisses et Antoine Betti à la deuxième guitare. Enregistré et mixé par Bruno Varea d’upload Studio, le quartet sort son nouvel opus The Dark Shore chez le label M&O Music.

Le premier aspect qui m’a sauté aux oreilles, c’est la qualité de la production que je souligne. Prise de son impeccable, équilibre optimum et surtout un aspect très « old school » très en raccord avec l’image du groupe. En effet, le son n’est pas aseptisé, sans pour autant sonner comme une vieille cassette à bandes des années 1980.

Le riff de départ introduisant Riptide, le premier titre, démarre en douceur. Ce n’est qu’ensuite que cela s’accélère en mode Thrash pour un premier missile bien senti. La bonne impression est devant les oreilles, nous savons à quoi nous en tenir. Je souligne que la voix de Geoffrey sonne très bien malgré un aspect légèrement monocorde, mais c’est courant dans ce style de Metal. Plutôt que les chanteurs de la Bay Area, sa voix me rappelle Paul Di Anno (1er chanteur d’Iron Maiden) ce qui n’est pas pour me déplaire. Les riffs de guitare changent tout au long des morceaux et c’est ce qui rend le tout agréable.

Les rythmes se troquent les uns aux autres avec beaucoup de surprises. Un soin particulier apporté aux intros et Overloaded en est le parfait exemple. Début par la basse seule, la guitare faisant de simples accords plaqués, c’est la batterie qui vient cogner de façon surprenante. Plus tard, le titre retrouve un côté plus speed et énervé.

Je souligne aussi Beyond Yourself qui démarre au contraire par des toms roulés et percussifs, le tout sur un rythme plutôt lent. Ensuite, un riff de guitare sorti tout droit d’un générateur haute tension met un coup d’accélérateur à tout ça et puis ça repart en patate.

Enfin, Hellbound se pose au départ avec une guitare acoustique mais pas trop longtemps, puis ça devient plus nerveux.

Pour résumer, Heresy ont pris le temps mais sortent un album très bien travaillé. Une production optimum et un style Thrash/Heavy old school qui a le mérite de rappeler de bons souvenirs sans paraître ringard. On sent un combo uni car chaque instrument garde une place de même importance dans la musicalité et l’ensemble se montre assez varié.

Tracklist :
1 Riptide
2 Overloaded
3 Headless Kingdom
4 Last Promised Kill
5 Walking Trough the Shadows
6 Beyond Yourself
7 Hellbound
8 Duplication
9 Chalkline

Line up :
Geoffray Darras : Guitare/voix
Cyril Valade : Batterie
Jean Philippe Dejean : Basse
Antoine Betti : Guitare

https://www.facebook.com/heresymusic/