Chronique Maudit de Maudits (Klonosphere)

Chronique Maudit de Maudits (Klonosphere)

Maudit, premier album de Maudits dévoile la forte personnalité du trio dont l’univers est totalement atypique et envoûtant. Un bel esprit de liberté musicale qui fait fi des genres .

 Maudits : 1er album Maudit

Parution le 2 octobre 2020 via Klonosphere / Season of Mist

Pré-commandes : physiques sur  ICI.

Digital : https://orcd.co/maudits

_____________________________________________________________

Mais qui sont donc ces trois Maudits musiciens qui sortent leur premier album de toute beauté Maudit vendredi 2 octobre  2020?  On ne sait pas grand chose sur eux mis à part qu’ils sont français et qu’ils font de l’ Instrumental Post Metal Ambient Doom.

Mais il est difficile de les ranger dans un style particulier tant leur musique est diversifiée. L’éventail sonore est immense et très immersif.  On est totalement happé par toutes les émotions profondes transmises dans les cinq morceaux de cet album.

C’est Maudit qui ouvre l’album avec un rythme soutenu, telle une marche cadencée. Une mise en route toute en longueur et graduelle avec ses tempos pesants où des nappes aériennes viennent alléger la progression. Une orchestration classique vient renforcer le coté atmosphérique de cette ascension dans la stratosphère musicale du trio.

Resilience plonge l’auditeur au coeur de l’action avec une énergie ardente. Une cavalcade menée tambour battant avec des guitares éloquentes mais qui laisse un peu de place à une mélodie plus douce qui permet de reprendre son souffle.

La porte s’ouvre alors sur l’immersif et très psychédélique Liminal. Un voyage en apesanteur, hors du temps ou l’on perd le sens de l’équilibre.

Mais Grain Blanc donne un regain d’énergie brutal et réveille les sens. l’instrumental se fait plus metal et le voyage musical est constellé de nouvelles émotions . L’ orchestration classique surgit par surprise rattrapée par la batterie et sa course à double pédale.

C’est alors que jaillit le nébuleux Solace, presque irréel. Une trêve féérique ou les instruments à cordes s’en donnent à coeur joie. L’imaginaire prend le dessus et donne libre cours aux pensées de chacun.

Puis la marche cadencée du titre d’ouverture reprend le dessus avec Verloren Striid (Bataille perdue) qui referme l’album. La même progression toute en longueur, qui extirpe l’auditeur de sa rêverie et lui fait reprendre pied dans la réalité .

 Ce premier album de Maudits dévoile la forte personnalité du trio dont l’univers est totalement atypique et envoûtant. Un bel esprit de liberté musicale qui fait fi des genres .

Christiane.T

Maudits sont:
O : riffs et conception sonore
A: basses vibrations
C: impulsion

Photo par William Lacalmontie

Facebook : https://www.facebook.com/Maudits-Band-103821931400160/