Chronique : ACCEPT “To Mean To Die”

Chronique : ACCEPT “To Mean To Die”

Chronique : ACCEPT “To Mean To Die”
Accept demeure un phénomène a riffs particulièrement efficace .  To Mean To Die taille une belle part à son trio de guitares tout en laissant toujours autant de place à son imposante et percutante section rythmique.
Les légendes ne sont pas prêtes de mourir

 ACCEPT album “To Mean To Die”

Date de sortie : 29 janvier 2021 via Nuclear Blast

Tracklist:
1. Zombie Apocalypse 5:35
2. Too Mean To Die 4:21
3. Overnight Sensation 4:24
4. No Ones Master 4:10
5. The Undertaker 5:37
6. Sucks To Be You 4:05
7. Symphony Of Pain 4:39
8. The Best Is Yet To Come 4:47
9. How Do We Sleep 5:41
10. Not My Problem 4:21
11. Samson And Delilah 4:31

Membres du groupe

Mark Tornillo – chant
Wolf Hoffmann – guitare
Uwe Lulis – guitare
Philip Shouse – guitare (troisième guitariste de la formation)
Martin Motkin – Basse (bassiste recruté pour la tournée Symphonic Terror depuis avril 2019)
Christopher Williams – Batterie

______________________________________________

La réputation d’Accept n’est plus à faire. Avec 15 albums au compteur les allemands ont déjà prouvés à maintes reprises leur talent même si depuis leurs débuts le line up a connu beaucoup de changements.

Le guitariste, Wolf Hoffmann, reste le véritable pilier d’Accept. En effet, il est aujourd’hui le seul membre originel, suite au départ en novembre 2018, du bassiste Peter Baltes, dans la formation depuis 1977.

To Mean To Die (Vouloir mourir) est donc le premier album avec le nouveau bassiste Martin Motnik. Mais Accept a décidé de mettre la barre encore plus haut en fonctionnant depuis 2019 avec un troisième guitariste du nom de Philip Shouse (Ace Frehley)

 “To Mean To Die” a été enregistré à Nashville (Tennessee), avec le producteur britannique Andy Sneap (Judas Priest, Megadeth). Il est l’auteur du son d’Accept depuis 2010, année de son grand retour à l’ action après l’arrivée de Mark Tornillo au chant en 2009.

Ce nouveau départ du groupe a marqué une vraie renaissance avec la sortie de Blood of the Nations son douzième album studio et premier sur le Label Nuclear Blast Records. Depuis le groupe n’a pas chômé puisque “To Mean To Die” est son 16ème album  et il succède à The Rise of Chaos paru en 2017.

L’invincible Accept se dresse du haut de ses 45 ans de carrière

Il est plus puissant que jamais, tel un serpent géant à l’armature Metal. Il lâche 11 chansons heavy metal old-school centrées sur ses riffs emblématiques avec trois guitares acérées qui jonglent entre doubles solos et rythmique impétueuse.

Le titre d’ouverture, Zombie Apocalypse est un condensé multi énergétique. Mark Tornillo hurle toute sa rage envers la population de zombies accros du téléphone qui n’ont même plus conscience de ce qui les entoure. Un morceau explosif aux guitares aussi féroces que la voix du chanteur, avec ses solos survitaminés et son pilonnage à la batterie qui repart de plus belle sur Too Mean To Die.

Le rythme endiablé de la chanson ne faiblit pas une seconde.  Tout au long de ses 4.21 minutes elle est dopée de guitares furieuses, de solos mordants et galvanisés par la voix incroyable de Mark. Le chant se fait plus rugueux sur Overnight Sensation au tempo plus hard rock mais nourri d’un riff à la Enter Sandman de Metallica coiffé d’un solo fulgurant.

L’allure se fait plus épique avec No Ones Master et son classique power Metal entraînant avant le fameux The Undertaker. Le rythme est plus lourd et le chant plus rauque. Il s’accompagne d’un chorus de oh oh oh qui donne un coté festif à cette chanson pourtant macabre.

Mais l’énergie repart crescendo avec Sucks To Be You et son tempo Hard Rock/Heavy soutenu avant de laisser place au puissant “Symphony Of Pain”. Son riff très rentre dedans soutenu par une batterie percutante est redoutable associé à son féroce solo.

L’exaltation est à son maximum . Pour couronner le tout Accept nous surprend par son clin d’oeil incroyable à la 5ème symphonie de Beethoven.  Une fraction d’une œuvre magnifique et mondialement connue que le groupe a parfaitement intégré à sa Symphonie de la douleur.

S’ouvre alors The Best Is Yet To Come, une ballade très émotionnelle au chant à la fois éthéré et fougueux, avec un solo aussi émotif que la chanson elle même. La charmante mélodie s’estompe laissant place à How Do We Sleep. La chanson démarre sur une intro Folk Metal avant de s’élancer sur un traditionnel Epic Heavy Metal .

Retour au tempo endiablé avec le fougueux Not My Problem et sa cavalcade rythmique avant de refermer To Mean To Die sur l’instrumental Samson And Delilah très orientalisé et métronomique.

Ce 16ème album très contrasté montre une fois de plus toute l’ampleur de la gamme vocale de Mark Tornillo qui conforte son statut de leader au sein du groupe.  Accept demeure un phénomène a riffs particulièrement efficace .  To Mean To Die taille une belle part à son trio de guitares tout en laissant toujours autant de place à son imposante et percutante section rythmique.

Les légendes ne sont pas prêtes de mourir

Christiane.T