Cellar Darling – The Spell Par Khaos

Cellar Darling – The Spell Par Khaos

Cellar Darling nous offre un concept album d’une grande richesse. Musicalement original, il met parfaitement en lumière la voix charmeuse d’Anna Murphy et les instruments traditionnels qu’elle affectionne.

Chronique : Cellar Darling – The Spell Par Khaos

Style : Metal progressif

Date de sortie : 22 mars 2019

Label : Nuclear Blast Records

Trois ans après le coup de balai qui a valu un split aux folk metalleux suisses Eluveitie, on peut dire qu’Anna Murphy et ses deux compères ont su tracer leur chemin.

Plus du tout dans le même style musical, le trio également composé de Merlin Sutter et Ivo Henzi nous proposent un album concept : The Spell. Comme le suggère la superbe cover réalisée par Costin Chioreanu, une jeune femme (dont on ne connaît pas ne nom) tombe amoureuse de la mort.

Les humains ont déjà bien affaibli son monde et toute la musicalité va mélanger avec saveur une certaine mélancolie et des instants plus joyeux, d’autres plus énergiques.

On se demande à quel point cette histoire suit les propres pensées tortueuses et torturées d’Anna Murphy et si The Spell n’entre pas dans une sorte d’écriture-thérapie. En tous les cas on sent, surtout dans le titre éponyme, un certain double statut de la mort. A la fois une douleur et une sorte de délivrance.

Le contraste avec l’album précédent This Is The Sound (2017) est assez fort puisque l’on va vers un univers moins catchy mais plus progressif et parfois atmosphérique.

Les deux instruments traditionnels, la vielle à roue et la flute traversière, sont mis à une place jamais entendue dans un groupe de Metal. Loin d’être des accessoires parmi d’autres, leurs sonorités hypnotiques invitent au transport dans cet autre monde.

Mêlés à la voix d’Anna, dont les vocalises jouent avec merveille entre graves et aigus, c’est toute une ambiance qu’il faut savoir apprécier après plusieurs écoutes. Loin du prêt-à-écouter si courant dans le Metal, Cellar Darling nous invite à une introspection, un voyage dans une autre dimension.

Le deuxième titre Death en est le parfait exemple avec son enchaînement mélodique parfait entre les couplets, le pont et les refrains. Envoûtant est le mot juste pour définir le solo de flûte au milieu du morceau. Vous pouvez largement fermer les yeux et vous imaginer dans un sarcophage flottant sur le Nil, droit vers le monde du dieu Anubis.

Autre morceau très méditatif, le bien nommé Sleep avec cette fois une utilisation du piano.

Un certain art du contre-pied est présent à plusieurs reprises avec par exemple un premier titre assez rythmique au vu du reste. Pain est une introduction en douceur qui inclut un très beau solo de Hurdy Gurdy. Belle manière de prévenir avec tact de la nouvelle orientation musicale du groupe.

Plus tard, ce sera Insomnia qui se posera en belle surprise. C’est mon titre favori qui me rappelle dans l’ambiance les meilleures parties de The Gathering. La voix d’Anna nous plonge à la limite entre beaux rêves et cauchemars et puis cette fin de morceau d’un doux calme en revers d’un début hyper entraînant.

Je souligne aussi le travail de Merlin et Ivo. Nous avons là deux soutiens qui embellissent la musique et y participent pleinement sans chercher à briller. Pourtant, le jeu de batterie de Merlin est notamment à souligner, à la fois précis et varié, il contribue pleinement à un album enrichi. Nul besoin d’avoir des bras bodybuildés pour être un excellent batteur.

La guitare quand à elle s’inscrit comme le reste des instruments, guitare basse comprise, dans une ambiance qu’il faut savoir apprécier dans sa globalité.

Je souhaite encore jeter une lumière sur le très agréable titre Freeze où la voix en effet reverb d’Anna donne cette impression de cris venus de l’au-delà. La vielle vient de nouveau nous inviter à l’introspection et cet instrument est fabuleux par le nombre de sons différents qu’il peut sortir, encore plus si on y ajoute des effets.

Toutefois, la fin de l’album est un peu moins convaincante et pour moi les deux derniers titres abandonnent un peu l’originalité musicale au besoin de terminer l’histoire.

C’est souvent le cas dans les concepts-albums, difficile équilibre entre musique et texte. Le dernier titre remarquable est l’assez long Drown et ses différentes ambiances. Morceau à tiroirs, pour moi il s’écoute à part pour être mieux apprécié.

Pour conclure, Cellar Darling nous offre un concept album d’une grande richesse. Musicalement original, il met parfaitement en lumière la voix charmeuse d’Anna Murphy et les instruments traditionnels qu’elle affectionne.

Reste à voir si l’irlandaise d’origine poursuivra ce genre d’inspiration où si elle opérera à un retour aux ambiances plus simples et directes. J’ai également hâte de les voir en live pour me plonger à pleins pieds dans le sortilège (The Spell).

Tracklist :
01 Pain
02 Death
03 Love
04 The Spell
05 Burn
06 Hang
07 Sleep
08 Insomnia
09 Freeze
10 Fall
11 Drown
12 Love, Pt. II
13 Death, Pt. II

Lineup :
Anna Murphy : Chant, piano, flute traversière, vielle à roue
Merlin Sutter : batterie
Ivo Henzi : guitares

Facebook : https://www.facebook.com/cellardarlingofficial/