Interview avec Orkhys au Black Dog à Paris

Interview avec Orkhys au Black Dog à Paris

Interview avec Brice, Laurène et Jean Yves du groupe Orkhys, le 2 octobre 2020 au Black Dog à Paris et avec Roger de Replica Promotion

Laurène (chant), Brice (guitare) et Jean Yves (batterie) du groupe Orkhys étaient en journée promotion au Black Dog à Paris avec Roger de Replica Promotion, et j’ai pu m’entretenir avec eux pour parler de leur premier EP “Awakening”.

De gauche à droite : Brice, Laurène et jean Yves

Le nouvel  EP 3 titres “Awakening” est sorti le 25 septembre 2020

Facebook : https://www.facebook.com/Orkhysband

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Orkhys a vu le jour cette année mais tout a vraiment commencé il y a deux ans . Est ce que vous pouvez m’en dire un peu plus sur la naissance de ce projet?

Brice : Alors cette rencontre s’est faite avec l’ancien groupe Nepenthys en 2016. A l’époque le groupe cherchait un guitariste et j’ai dépondu à l’annonce. J’ai donc passé une audition et ça a marché. Et j’avais cru comprendre qu’au delà d’un guitariste, il cherchait quelqu’un pour reprendre la composition en duo avec un ancien membre de Nepenthys. Cela s’est fait plutôt naturellement et on est parti sur de bonnes bases.

Au final, les aléas de la vie ont fait que les envies de chacun ont un peu évolué. On a décidé alors de repartir sur une page totalement blanche pour fonder Orkhys.

__________________________________________________________

Rock Metal Mag : Mais toi, Laurène tu étais déjà dans Nepenthys lorsque Brice est arrivé?

Laurène : Oui c’est moi qui l’ai recruté. ( rires) Et en fait, on s’est tout de suite bien entendu. Je me souviens de la première fois où j’ai écouté les compositions de Brice, cela m’a immédiatement parlé. J’en ai eu la chair de poule. J’adore ce qu’il fait et cela me correspond beaucoup.

Ce n’était plus du tout dans ‘idée de Nepenthys qui  avait un coté très symphonique. Là on sortait vraiment des sentiers battus. Et ce qui nous a fait prendre cette décision de créer Orkhys, est qu’il n’y avait plus aucun membre fondateur de Nepenthys. Il fallait donc que l’on recrée toute l’identité du groupe. Alors finalement pourquoi garder Nepenthys qui est une toute petite formation. Depuis 10 ans qu’il jouait il n’avait sorti qu’un tout petit EP et il n’ avait pas une grande notoriété.

En plus c’est un EP sur lequel personne dans le groupe n’avait participé. Donc c’était un peu une hérésie de rester dans cette formation. L’idée de créer notre bébé a alors pris forme.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment est née la collaboration avec Jean Yves et Julien (Lancelot)?

Brice : Je vais plutôt répondre pour Julien avec lequel je suis ami depuis une dizaine d’années. On a partagé beaucoup de concerts et nous avons forcément beaucoup de goûts musicaux en commun. J’ai commencé avec lui mes balbutiements de groupe amateur. Pendant nos études en école d’ingénieur, nous avons partagé des petites scènes. C’est vraiment une amitié qui s’est concrétisée par une collaboration musicale plus poussée. Du coup cela m’a paru naturel de travailler avec lui.

Laurène : Tu as dit un truc très intéressant et c’est bon de le rappeler. Entre Brice et moi il y a une amitié qui s’est créé et du coup via cette amitié, j’ai rencontré aussi julien qui est à son tour devenu un ami.  Et comme on cherchait quelqu’un pour le poste de bassiste , Julien était une évidence. On connaissait la personne et l’aspect humain est vraiment très important.

Je dis toujours que même si l’on fait de la musique tous les 4 ensembles, nous sommes avant tout de véritables amis. Il y a une bienveillance dans le groupe et j’y suis très attachée. Et du coups “Pan Pan”, c’est le surnom de jean Yves (rires) c’est par Facebook que l’on s’est trouvé. On cherchait un batteur et je lui ai envoyé une demande.  Je pensais qu’il ne me répondrait jamais, vu qu’il est dans beaucoup de groupes.

Brice :  Je me permets un petit aparté.  On cherchait un batteur qui aurait la double casquette. C’est à dire qui puisse se reconnaître dans un style facilement accessible et en même temps faire des parties de batterie qui tendent parfois vers le Metal extrême.

Laurène : C’est pour ça qu’au début j’étais un petit peu étonnée, vu les groupes de Thrash et Death dans lesquels il jouait. Au départ on a reçu des réponses de batteur qui n’avaient même pas écouté notre musique. Mais juste en sachant qu’il s’agissait d’un espèce de Metal symphonique à chanteuse on s’est pris des réflexions pas très correctes. Aujourd’hui le Metal symphonique souffre un petit peu d’être mal aimé ou de ne pas être un vrai style.

Du coup, avec Jean Yves j’espérais qu’il ne serait pas encore un de ces batteurs qui disait : “du Metal quoi ?”. Et en fait je suis tombée sur quelqu’un de très gentil. Au début il me disait que cela serait compliqué et lorsque je lui ai parlé du projet il m’a répondu : “De la harpe !! alors oui je veux bien écouter”. On lui a donc envoyé nos premières maquettes et il a immédiatement accepté de faire partie de l’aventure.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Ce qui est bien est que vous ayez pu marier toutes vos diverses influences. Toi Laurène c’est surtout la musique celtique du fait de tes racines bretonnes et Brice, Jean Yves et Julien ont des influences plus Heavy, Thrash, Death et Black Metal. Donc une belle complémentarité.

Laurène : C’est vrai qu’avec Brice on a des goûts musicaux qui se rejoignent.

Brice : Au début pas forcément. Mais au fur et à mesure d’écouter tes trucs et toi d’écouter les miens, on s’est pas mal rapproché musicalement et cela s’est fait très naturellement. Sinon je suis quand même plus Heavy Metal traditionnel. Historiquement c’est ce que j’ai commencé à écouter avec Iron Maiden, Judas Priest. Et depuis quelques années j’ai beaucoup accroché avec tout ce qui est Black Pagan notamment avec un gros coup de coeur pour Moonsorrow .

Après en terme de Thrash Metal je suis très fan de Kreator, de Megadeth, Annihilator, beaucoup de Power Metal aussi, où je retrouve l’aspect un peu plus Metal symphonique et la rhapsodie. Donc c’est assez large.

Jean Yves : Moi, je n’ai pas vraiment de style de prédilection . Evidemment tout ce qui passe sur  la majorité des ondes ce n’est pas forcément ce que je vais écouter chez moi. Cela va du classique en passant par le jazz, le Blues jusqu’à tout ce qui est Thrash, Death, même Grind parfois. Je ne me ferme pas sur un style particulier. Je prends ce qu’il y a de bien et tout ce qui me parle et qui me touche dans tous ces styles différents pour en faire ma propre sauce. Je pense que lorsque l’on pratique un instrument c’est la seule façon de le faire progresser.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Laurène, tu es issue d’une famille de pianistes et pourtant tu as choisi la Harpe celtique, un instrument rarement utilisé dans le Metal et dont on parle peu, pourquoi ?

Laurène : C’est le plus bel instrument au monde ! (rires) A mes yeux. Je l’ai choisi pour sa sonorité. J’avais trouvé chez mes parents des K7 un peu poussiéreuses, dans le fond d’un tiroir, et je les ai écoutées. Et un jour j’ai mis celle avec la harpe celtique sans avoir regardé le style musical. A partir de ce moment à, tout s’est arrêté pour moi.

J’ai trouvé cet instrument tellement beau que lorsque j’ai su qu’il s’agissait d’une harpe, je n’ai eu de cesse que d’apprendre à en jouer. Ce coté celtique c’est vraiment une part de mes racines. C’est vrai que l’on aime bien me chambrer par rapport à mes origines bretonnes, mais c’est quand même une part de ma culture. J’ai grandi en Bretagne et cette musique celtique c’est quelque chose qui me parle.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Quand as tu décidé de te lancer dans le chant ?

Laurène : En fait je chante depuis que je suis toute petite. C’était surtout pour moi. Je me souviens d’une réflexion de ma mère qui disait :”ma fille chante, ma fille va bien”.  J’ai toujours chanté depuis l’enfance. Ensuite, vers l’âge  de 20 ans, j’ai découvert Nightwish avec la voix classique de Tarja Turunen et le coté Metal du groupe. Et c’est là que je me suis dit que c’était ce que j’avais envie de faire. Je me sentais capable de le faire. De là j’ai intégré Nepenthys.

_______________________________________________

Rock Metal Mag : En ce qui concerne les compositions de l’ EP c’est toi, Brice, qui est aux commandes ?

Brice : Tout à fait.

Laurène : C’est notre petit génie. (rires)

Brice : Lorsque je suis arrivé dans Nepenthys, je n’étais pas en position de force. Mais une des demandes que j’avais vraiment à coeur était de pouvoir participer aux compositions. Dans tout l’aspect musical que l’on peut présenter, c’est ce qui me plaît le plus. C’est vraiment partir de rien, ou plus exactement, partir de ses nombreuses influences et créer à 100% un morceau.

Cela se traduit chez moi par une envie de liberté, sans me fixer de barrières. C’est ce que l’on retrouve dans l’idée de mélanger plein de styles différents. Pourquoi faire uniquement du Metal symphonique alors que l’on peut inclure des éléments de Black ou de Thrah Metal ? Il faut le faire de façon assez fluide sans se cantonner dans une seule case. Je pense que l’on est tous d’accord là dessus.

Laurène : Brice, fait aussi attention à nos envies. Comme j’adore le Black, il me laisse des petits passages Black et je suis super contente. (rires)  Ils nous a aussi pondu deux autres compos, ultra récemment, et ce sont déjà des choses abouties. Il a une vision de la compo et pour nous c’est super intéressant. Il sait ce qu’il fait, donc si je lui demande si je peux changer une note sur la ligne de chant,  il me dit que si il a choisi cette note là ce n’est pas pour rien. En fait il réfléchit à chaque note.  (rires)

Brice : Oui j’ai un cerveau . (rires) En état de fonctionnement, c’est une autre histoire.

________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour les paroles quelle est ta source d’inspiration préférée? 

Laurène : Ce qui me touche personnellement. C’est ultra important pour moi et pour 2 choses. La première est que je suis très bavarde et c’est ma tribune. C’est pouvoir dire certaines choses et raconter des histoires. Il s’agit d’un excellent moyen d’expression. La seconde chose qui fait que je tiens énormément à l’écriture des textes, est que cela me permet de contrôler tout ce qui est prosodie. Donc, la facilité d’élocution qui est très importante dans le chant. Cela me permet de m’approprier encore plus les morceaux.

Ensuite, comme j’ai participé au processus créatif du projet avec Brice, on aimerait bien pouvoir faire des passerelles entre nous deux. Donc, je pense que l’on va travailler un peu plus dans ce sens car Brice a aussi exprimé la volonté de dire certaines choses.

On va donc plus travailler tous les deux, main dans la main , mais aussi avec les autres membres du groupe, pour évoquer des thèmes qui nous parlent. Mais après c’est vrai que j’aime bien écrire mes textes. c’est plus facile de les interpréter et de le retenir aussi.

Brice :  Je veux juste rajouter que pour les compositions, ce n’est pas vraiment pour tout de suite. C’est vrai que j’aime faire les compos de A à Z,  mais j’ai exprimé l’envie que l’on fasse une compo tous ensembles. Cela pourrait être intéressant. Par exemple, je balance un riff que j’aime bien, puis Jean Yves va mettre sa partie de batterie et par dessus je vais retrouvez un riff, envoyer une mélodie et faire les accords dessus.

C’est une façon de procéder qui est très différente de ce que l’on a fait jusque là. Cela va donc demander un peu de temps pour la mise en place.

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Actuellement, c’est une fois que toutes les compos sont créées que tu places ta partie batterie ?

Jean Yves : La seule chose que j’essaie de faire et quel que soit le morceau, le thème ou le texte, c’est déjà de bien m’approprier la structure. Je vais voir ainsi quelle va être la rythmique et lui rendre service. Le but n’est pas de montrer simplement que techniquement tu es capable de faire des trucs.  C’est sans intérêt et même stupide.

Il vaut mieux faire un 4×4 de base, sobre, mais qui aide le propos.  Alors des fois il y a des structures un petit peu bizarre, donc trouver la rythmique qui va servir le morceau à ce moment là n’est pas toujours évident. Mais c’est dans cette stratégie là . Je ne veux pas faire partie de ces instrumentistes qui, parce qu’ils savent faire des trucs, se croient forcés de les jouer alors que cela ne sert pas le morceau.

Laurène : En fait tout ce que l’on désirait lorsque l’on recherchait notre batteur il le fait et il l’exprime à sa façon. On s’est toujours dit que c’est nous qui sommes au service de la musique et non l’inverse. Brice ne compose pas pour montrer à quel point il sait bien jouer de la guitare.  Et même chose pour moi en ce qui concerne les lignes de chant.

Brice : Je compose, en fait, ce que j’aurais envie de voir en tant que public.

Laurène : Voilà, tu as résumé avec tes propres mots, ce que l’on cherchait et pourquoi on est autant attaché à Jean Yves. Déjà on voulait quelqu’un qui, humainement, nous parle, et qui sache se mettre en retrait quand il faut ou l’inverse au besoin. Mais c’est vrai que les lights doivent être sur la guitare, la harpe ou la voix, par contre il peut se déchaîner quand on a besoin de lui à certains endroits, pour que cela serve le morceau.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : C’est Raoul Tchoï qui a fait le mixage . Comment est née cette collaboration avec lui?

Brice : Alors c’est un hasard complet. A un moment je voulais dépasser mes limites en terme de guitare et voir un peu d’autres styles parce que Raoul, à la base n’écoute pas du tout de Metal. A part peut être un peu de Metal Progressif. C’est un musicien très orienté Pop Rock mais quelqu’un de très humain avec lequel il y a eu une très belle entente dès le début.

Comme il est aussi ingé son, qu’il fait du mixage et du mastering et que le feeling passait bien je lui ai dit que l’on bossait sur un premier EP. Il a eu cette envie de découvrir un style qu’il ne connaissait pas forcément et il m’a demandé de lui envoyer les morceaux. Et comme ça lui a plu on y a été et l’on ne regrette pas du tout. La collaboration s’est très bien passée .

_________________________________________________

Rock Metal Mag : Cet EP 3 titres c’est l’éveil du groupe,  mais un EP 5 titres est déjà en préparation pour 2021 ? 

Laurène : Il est en cours d’enregistrement.

Brice : Tout est composé,  les paroles sont écrites et la batterie est enregistrée.

Laurène : La moitié de la basse est enregistrée ainsi que la moitié des parties de guitare et de la harpe. Il n’ y a plus que moi qui traîne au chant. (rires)

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Quand pensez vous sortir cet EP ?

Brice : Au printemps 2021.

Jean Yves : Mars ce serait bien

Laurène :  En fait on est resté un tout petit peu flou car la période est un peu compliquée. On a déjà retardé la sortie du 1er EP à cause de la crise sanitaire. Mais, on aime pas faire de fausses promesses. Du coup on préfère se laisser un peu de marge, mais lorsque l’on fera une annonce on s’y tiendra.

__________________________________________________

Rock Metal Mag : Avec Awakening , vous montrez vos différentes facettes avec 3 morceaux bien distincts, heavy, celtique, symphonique, le prochain EP sera une continuité sur le plan musical?

Laurène : Je pense qu’il va encore plus loin.

Brice : Il a un coté un peu plus sombre dans les ambiances.

Laurène : Il y a des parties qui auront des dominantes Thrash, d’autres des dominantes Black Pagan. Donc beaucoup plus sombres mais aussi beaucoup plus épiques sur certaines chansons.

__________________________________________

Rock Metal Mag : Donc là c’était l’éveil, est ce que vous  avez déjà une idée sur le titre de votre prochain EP ?

Brice : On l’a même trouvé avant le premier. (rires)

Laurène : On va attendre un petit peu pour le dire.

____________________________________________

Rock Metal Mag : Pour la pochette vous avez choisi une rosace celtique, elle a une signification particulière?

Laurène : Ce sont vraiment des symboles vikings ou celtes. C’est Lodrach qui a réalisé la pochette. L’ inspiration vient de broderie quimpéroise et de bijoux aux motifs vikings. En fait chacun y voit sa propre interprétation. Pour moi , sous la rosace je vois comme un arbre de vie celte. On voit comme un tronc qui se dessine.

Et puis j’aime beaucoup le rond car il symbolise l’unité. C’est ultra important et c’est pourquoi j’insiste sur cette unité qu’il y a entre nous quatre et qui fait que ça fonctionne. On a toujours un réel plaisir à être ensemble et à faire de la musique

_________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que vous allez sortir un nouveau clip ?

Laurène : Alors on a prévu de sortir une lyric vidéo lundi prochain (ndlr : la vidéo est sortie lundi 5 octobre). Et c’est du fait maison. Pour un prochain clip on va attendre le nouvel EP.

_____________________________________________

Voir : https://www.facebook.com/events/313787883333683

Rock Metal Mag : Est ce que vous avez pu planifier des dates de concerts malgré la situation actuelle  ?

Laurène : On a la date du 22 octobre et on croise les doigts pour la faire. Mais cela reste assez compliqué d’anticiper. Après on ne va pas se mentir, on est complètement inconnu au bataillon. Donc soit on organise nos propres concerts soit on essaie de faire appel aux réseaux.

Brice : En ce moment tout le monde vit un peu au jour le jour, donc on verra pour la suite.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Brice, Laurène et Jean Yves, du groupe Orkhys , Roger de Replica Promotion et le Black Dog