SMASH-HIT-COMBO-e1494080817585

Smash Hit Combo: interview


Rock Metal Mag
a eu le plaisir de s’entretenir
avec Baptiste et Brice
guitariste et batteur de
Smash Hit Combo

rendez-vous-a-tokyo-pour-smash-hit-combo-1454182698

Baptiste et Brice

******************

Smash Hit Combo, fondé en 2004, en Alsace, persiste et signe depuis toujours dans un rap metal qui s’inspire beaucoup à la scène US des années 90. Les influences du groupe sont issues de Limp Bizkit et Incubus entre autres et c’est de là que provient son  groove imparable et son efficacité redoutable dans l’écriture de textes en français. Textes engagés et ancrés dans la culture des jeux-vidéos, de la surconsommation d’images, et de tout ce qui provient du 21ème siècle.

Smash Hit Combo dénonce les dérives de sa propre génération, mais exhorte aussi ses rêves et ses envies en portant fièrement l’étendard des « Hardcore Gamers ». Si sa musique évolue au fil du temps et avec ses membres, elle n’en demeure pas moins énergique, et puissante. La musique du groupe alsacien relève fièrement et avec succès un pari tout aussi artistique qu’ osé, qui n’est autre que celui de réaliser ses propres rêves.

***********************************************

L33T : 4ème album sorti le 26 mai 2017 : Double album 24 titres (succède à Playmore sorti en 2015)

image0_47222600_1495186721

*********************************

Line Up

Paul Vuillequez: chant
Maxime Keller : chant
Brice Hincker : batterie
Matthieu Willer : basse
Baptiste Ory: guitare
Anthony Chognard : guitare

*************************************

https://www.facebook.com/shc.officiel/

___________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pourquoi avez vous décidé de faire une édition française et une édition anglaise de votre dernier album, L33T ?

Brice : Alors le projet de double album est une chose que l’on avait en tête depuis très longtemps, mais en fait on avait jamais trouvé l’opportunité de le faire. C’est très difficile de faire un album en anglais, quand on fait essentiellement du rap en français. Il faut avoir un vocabulaire particulier et connaitre les références entre autres. Donc on avait fait des essais avec Paul, notre chanteur, pour faire une version en anglais avant cet album, mais cela n’a jamais été suffisamment crédible. Donc on avait mis ce projet de coté tout en le gardant en tête. Ensuite on a fait un featuring sur le dernier album, Playmore,  avec None Like Joshua, un rappeur américain. Et cela s’est très bien passé avec lui.  Depuis, on était resté en contact, et à force de discuter on s’est dit, pourquoi ne pas faire un album complet en anglais avec lui. Il est venue chez nous, l’été dernier, on a tout réglé ensemble et tout s’est super bien passé.

___________________________________________________________________________________

19030186_10154559235621727_8070769083588686532_n

 Abigaël Meunier – Photographies

Rock Metal Mag: Et comment s’est fait cette rencontre avec None Like Joshua ?

Brice : En fait on voulait faire depuis longtemps un featuring français/anglais, mais c’est assez difficile dans notre style, car les rappeurs en général ne sont pas trop Metal. Il fallait donc en trouver un qui soit un peu dans notre esprit. Et Josh est quelqu’un qui fait beaucoup de vidéos sur internet et sur youtube, où il ne parle que de jeux vidéos. Nous, les jeux vidéos,  c’est notre credo , comme tout ce qui est culture Geek. Lorsque j’ai vu une de ses vidéo sur youtube où il posait sur une instru de The Algorithm, qui est un groupe de Djent, electro, j’ai vraiment été bluffé par la technique . (ndlr: https://youtu.be/bXOp-he5hW4) . Josh a un coté rap mais un autre coté très metal, parce qu’il aime les groupes comme Meshuggah, et en fait il s’amusait à mélanger son rap sur des rythmiques un peu complexes justement comme celles de Meshuggah. Alors, lorsque j’ai vu ça, je me suis dit que cela pouvait correspondre exactement à ce que l’on fait. Nous aussi, on a un peu ce coté Djent rythmique, donc je l’ai contacté en lui parlant de notre musique et je lui ai envoyé une démo. Il a été totalement emballé et depuis on est toujours resté en contact. Donc, tout est parti de là.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag: Quelles sont les retombées depuis la sortie de L33T ? Est ce qu’il y a une version qui a plus de succès que l’autre?

Baptiste: Les deux albums sont complètement différents et même complémentaires en fait. Il y aura toujours des personnes qui vont préférer le chant en français. Il est dans un autre style avec des textes plus profonds, plus sombres et plus personnels. Et quand tu écoutes les pistes en anglais, qui sont pourtant réalisées avec les même instrus, le style et le thème sont différents, et il y a plus de chant clair.C’est vraiment une complémentarité. Ce qu’il n’y a pas sur l’album en français va se retrouver sur la version anglaise et vice versa. Max, par contre chante sur les deux versions .

Brice : On ne peut pas dire qu’un album a plus de succès que l’autre. Ce qui marche à l’étranger, en Allemagne ou aux Etats Unis, c’est la version anglaise, parce que les gens ne s’intéressent pas vraiment aux textes.

Baptiste : Bon, c’était un risque à prendre, mais on voulait proposer quelque chose de différent. C’est pour ça que l’on a fait un double CD. On voulait que cet album soit un objet unique avec deux choix différents. En plus, NLJ a une super technique et Max était super chaud pour pousser le chant clair sur l’album anglais, donc on a vraiment créé une complémentarité où tout le monde s’y est retrouvé. Et c’est aussi dans le but d’en faire une démarche originale. Cela permet, aussi, aux gens de faire la différence entre les deux versions, en gardant les mêmes instrus et en changeant le style de chant.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment s’est passée la composition de l’album pour la version française et ensuite pour la version anglaise?

Baptiste : Tout ce qui est instru, c’est Anthony, Matthieu, Brice et moi. On gère nos parties chacun de notre coté, chacun chez soi. Avec les nouvelles technologies et les logiciels, on peut enregistrer guitares et batterie et ainsi créer la première ébauche d’une chanson. Ensuite on se retrouve tous ensembles au local où nous avons installé un PC et chacun y amène sa clé USB et on peut ainsi retravailler toutes les lignes musicales.Une fois que l’on a plus ou moins les structures des morceaux on peut y ajouter le chant, avec plus d’inspirations pour un certain thème par exemple. C’est Paul qui a écrit tous les textes en français. Avec Josh, c’est un peu différent puisqu’il habite à Atlanta. Donc il est venu, à deux reprises, passer une semaine. Pendant qu’il écrivait les textes en anglais on les enregistrait en même temps. Donc, on travaillait vraiment tout à la maison. Josh écrivait les textes avec Max, il réglait et coupait des trucs, il rééditait , changeait quelques détails. On a composé une première moité de l’album et ensuite Josh est revenu passer une semaine pour finir la seconde moitié.

Brice : Par contre, on faisait bien attention à ce que la version française n’influence pas la version anglaise. On ne voulait surtout pas faire une copie de l’un ou de l’autre. Donc pour ne pas être influencé, on écoutait pas l’un ou l’autre pendant la composition des parties vocales. De cette façon, les thèmes changent, les harmonies changent, les refrains sont différents même si ce sont les mêmes instrus. Donc on a vraiment réussi à obtenir complémentarité et originalité.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : En ce qui concerne les thèmes des paroles, quelles sont les principales inspirations?

Baptiste: En ce qui concerne les paroles en français, c’est surtout le thème de l’enfance, le symbole de Peter Pan, les peurs et les craintes de chacun, le tout mélangé avec des jeux vidéo pour mettre en image les paroles.

Brice : Avec une préférence Geek, saupoudrée à droite à gauche.

Baptiste: Pour les textes anglais, il y a également, beaucoup de références Geek.

Brice : Sur l’anglais, on voulait faire quelque chose de plus mélodique et de plus rythmique, et les textes sont un peu le prolongement de la musique. Alors que sur la version française, la musique sert à mettre en avant les textes. Donc ce sont deux façons différentes de voir les choses. Les thématiques en français sont un peu plus personnelles et plus recherchées alors qu’en anglais c’est le coté jeux vidéos qui ressort le plus. Donc on parle un peu plus d’univers fantastique, et on a pris un peu plus de liberté sur l’anglais.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous faites toujours référence aux jeux vidéo et cela se retrouve dans vos clips?

Baptiste:  Oui, c’est vraiment notre univers, notre culture.

Brice: On fait partie de cette génération qui a a grandi avec les jeux vidéo. Toute notre vie a été vécu à travers eux et ça nous rappelle des éléments de notre enfance. Les jeux vidéo ont vraiment explosé, dans les années 90 et on est vraiment passionné par cette culture. On partage cette passion dans notre musique et dans nos clips. On a l’impression d’être totalement impliqué dans un jeu réel.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag :Vous avez sorti deux vidéos clips, inspirés des jeux vidéo par contre le clip du morceau « Blackout » est différent et vous met plus en avant, pourquoi ce changement de style ?

Baptiste: Alors c’était plus dans un souci artistique, avec un changement de technologie. Il y a plus de drones dans cette vidéo. On ne va pas mettre du jeu vidéo juste histoire de mettre du jeu vidéo. C’était aussi pour illustrer l’ambiance un peu sombre de la chanson.

Brice: Le clip on l’a tourné à la Rochelle, il pleuvait, c’était après un concert et on avait une sacrée gueule de bois! Il y avait de la tristesse partout et donc dans cette atmosphère là, je ne voyais pas forcément l’intérêt de rajouter du jeu. C’est une chanson qui parle d’elle même.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Qui est l’auteur de ces vidéos ?

Brice: C’est moi. Comme on vient d’une petite ville de campagne de 10 000 habitants, on avait personne pour faire nos vidéos. Donc j’ai commencé à les faire moi même pour que l’on puisse promouvoir l’album. Et puis avec le temps, on s’est un peu perfectionné, et à présent c’est devenu mon boulot. Au début, les clips c’était une manière d’exister. Comme on avait pas de label et personne pour nous aider et que l’on arrivait au moment où Facebook a vu le jour, c’est ce qui nous a permis de nous développer. On s’est rendu compte que les clips étaient notre force, en quelque sorte.

Baptiste: On aime bien mélanger l’image et le son.

Brice: Cela permet de comprendre l’univers musical. Mais, au début je ne savais même pas tenir une caméra et au fil du temps j’ai acquis de l’expérience. Cela fait maintenant 6 ans que je fais ça. Pour le dernier clip « Blackout » ce n’était pas trop compliqué il fallait surtout trouver le lieu. Après, pour la vidéo de « Spin The Wheel », là, ça demandait une grosse organisation à cause des Cosplayers (ndlr : le cosplay est un loisir qui consiste à jouer le rôle de ses personnages en imitant leur costume, leurs cheveux — à l’aide d’une perruque ou en réalisant la même coupe de cheveux que celle du personnage — et leur maquillage.).  La réalisation d’un tel clip demande 3 ou 4 mois, parce qu’il faut trouver les gens qui ont les costumes spéciaux, ou il faut les fabriquer, il faut les mettre dans les lieux qui correspondent aux jeux. Donc c’est une grosse logistique et il y a une bonne semaine de montage et d’effets spéciaux. Et tout ça pour un clip de 3 minutes !

maxresdefault

__________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Le titre RPG a été le premier à sortir en vidéo, pourquoi ce choix ?

Baptiste: C’est une chanson que l’on aime beaucoup.

 Brice: Le premier clip qui sort,  en général, c’est celui qui est les gens vont le plus regarder. C’est la curiosité en fait. Parce que c’est un nouvel album, les gens vont regarder. Le premier clip doit représenter l’album. Il faut prendre la chanson qui est la plus efficace et la plus représentative. Pour RPG, c’est pas forcément le cas mais, on l’aime beaucoup.

Baptiste: En plus on avait plein d’idées pour le clip.

Brice:  A la base, moi, j’avais Blackout en tête, comme premier clip et finalement il est sorti en 3 ème. Donc, on l’a tourné, d’abord, ensuite on en a rediscuté tous ensemble et on a décidé qu’il ne sortirait pas en premier.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag :Est ce que vous avez prévu d’en sortir d’autres?

Brice: oui ,oui, bien sur ! surement 3 ou 4 encore. C’est note vitesse de croisière en général.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag :Est ce que vous continuer de composer après une sortie d’album ou bien vous faites un break et vous vous consacrez à d’autres choses?

Baptiste: Il y a eu un petit break, après la sortie de l’album, car ça demande quand même beaucoup de travail. C’est vrai qu’après on relâche beaucoup la pression. Mais sinon, on est toujours en train de chercher des trucs. On essaie de ne pas se donner trop de temps , non plus, car après c’est toujours difficile de se remettre dedans. Mais , oui on bosse toujours. Chez moi, j’ai déjà des riffs, et après on mettra ça en commun. En fait quand on est sur une dynamique, il ne faut pas trop attendre, sinon on perd cette dynamique de création. Il faut quand même se laisser un peu de temps pour respirer car on a aussi une vie de famille, mais, pas trop non plus.

Brice: Ouais, parce que c’est toujours très dur de redémarrer. Par contre quand on est dans un album, il vaut mieux le faire intensivement.

Baptiste: Mais pour la création, c’est vachement important de faire un break, après une sortie d’album.  Il faut laisser respirer le truc, sinon tu ne fais que tourner autour des mêmes choses. A un moment donné il faut que tu lâches tout et que tu reprennes sur de nouvelles bases Ensuite c’est sur que lorsque tu es en plein rush pour un album. c’est du 6 ou 8 h par jour.

_________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Et pendant votre temps libre vous arrivez toujours à vous consacrer aux jeux?

Baptiste: Malheureusement non. Il y en a certain qui sont intermittents ou qui travaillent dans le secteur privé, et puis on a nos petites amies, nos familles.

Brice: Mais, ce qui est beau, c’est que l’on a beaucoup d’heures de camions! (rires) Et on a une console de jeux dedans. Donc sur les trajets on peu rattraper le temps perdu. Mais c’est vrai qu’à une époque je jouais plusieurs heures par jour. Au lieu d’aller à la Fac, je passais toutes mes journées à jouer. Mais au bout d’un moment il faut arrêter. Par contre notre chanteur qui écrit les textes, Paul, il y passe toujours beaucoup de temps.

Baptiste: Il a des vieilles consoles chez lui et un espèces de showroom. Il est vraiment à fond dans le jeu. C’est un collectionneur de vielles consoles et de jeux introuvables en France

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag :Est ce que vous avez des projets en parallèle de Smash Hit combo, musicalement parlant?

Baptiste: Il n’y a que Max, qui joue dans un groupe d’electro rock, Boars, et c’est Cho (ndlr : Anthony Chognard) qui a produit leur album et ça sonne super bien.

Brice: Cho et moi-même, on a une boite de prod (ndlr : CHS Prod).  Je produis des vidéos et lui produit des groupes . On ne joue pas ailleurs mais on reste dans le domaine de la musique.

Baptiste: Je pense que l’on ne peut pas avoir deux projets aussi sérieux que Smash Hit Combo. Parce que ça représente énormément de temps et de travail, surtout pour les répétitions, les déplacements pour les concerts, la création , le tournage des vidéos.

Brice : Après, je pense que si on avait pas besoin de faire tout ça, peut être que l’on pourrait. Comme on est totalement investi dedans on a pas le temps.

___________________________________________________________________________________

SHC_L33T_Add

Rock Metal Mag : Qui est l’auteur de la pochette?

Baptiste: Alors pour la pochette on travaille depuis le début avec Alex Masson, qui est un de nos amis infographiste. Il habitait à Nancy mais a déménagé sur Lyon. Donc c’est lui qui a fait la pochette de Playmore (2015) et des autres . Et pour L33T, on voulait quelque chose de « Gundam » avec de gros robots dans le style japonais. Comme Alex bosse dans le studio d’animation « Redlock » qui est en train de créer son premier jeu vidéo d’un auteur français, on a choisi de travailler avec eux. Donc le robot qui est sur la pochette était un essai pour ce fameux jeu. C’est un développeur qui a créé ce robot et Alex nous a contacté pour nous le proposer. On a trouver l’idée très chouette et ça correspondait parfaitement à notre délire. Bosser avec un éditeur de jeux vidéo, c’était vraiment génial.

Brice : En plus elle rappelle bien le coté années 90. C’est vrai que l’on a aussi grandi dans l’époque Néo metal, avec cette esthétique un peu rétro, tout en étant futuriste. On ne voulait pas une pochette trop Metal

cover

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment considérez vous la scène Metal française à l’heure actuelle?

Baptiste : Là, on a tourné pas mal avec « The Arrs« , qui donne d’ailleurs sa dernière tournée d’adieu, et on est assez triste car ce groupe on l’écoute depuis pas mal d’années. Donc The Arrs, comme Mas Hysteria, représentent de sacrés dinosaures de la scène Metal.

Brice : On trouve que la scène Metal française va plutôt, pas mal, mais ça manque de nouveaux groupes pour rafraîchir un peu la scène existante. Il n’y a pas de gros groupes qui arrivent, comme à une certaine époque. On tourne avec des groupes comme Dagoba, qui existent depuis longtemps, presque 20 ans déjà, mais en France, hormis Rise Of The Northstar, ou Novelists, elle ne se renouvelle pas assez. Je parle bien sur de groupes français qui chantent en français.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous étiez au Download France, comment s’est passé ce concert?

Baptiste : oui, on était sur la scène du camping, le samedi 10 juin à midi. C’était vraiment génial et on a vraiment pris notre pied ! C’était un truc de fou. C’était le deuxième concert de la tournée et on avait un petit peur. Défendre ses morceaux en live quand tu ne les a joués que quelquefois ça te mets un peu la pression. Et finalement on a été très agréablement surpris par rapport à l’accueil du public. Il y avait plein de monde, du soleil, et c’était vraiment super.

Brice : En fait, quand on nous a dit, vous pouvez jouer, mais c’est sur la scène du camping, on a fait : Ah ouais !! (rires) Sur le papier ça ne vendait pas beaucoup de rêves, mais on s’est dit bon on va le faire on ne sait jamais. Et puis on s’est rendu compte qu’à midi sur le site il n’y avait pas de concerts et que sur le camping il n’y avait rien à faire, donc les gens par curiosité sont venus voir, et puis ils sont restés et ils étaient de plus en plus nombreux et au final on s’est retrouvé avec 2000 personnes.

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Après votre tournée au canada, fin août, est ce que vous avez planifié d’autres dates en Europe ou ailleurs?

Brice : Oui, on doit faire quelques dates avec « The Arrs » dont une à Paris au Trabendo le 11 novembre et quelques dates avec Dagoba et on doit partir en Russie également et au Japon, mais ce n’est pas encore confirmé, mais on est en train de tout planifier.

https://www.facebook.com/shc.officiel/app/123966167614127/

18221918_10155296595338599_8387363575145519806_n

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag :  Pour conclure, comment vous projetez vous dans un proche avenir?

Baptiste : Alors pour l’été 2018 on a prévu de faire plein de festivals, avec si c’est possible une participation au Hellfest.

Brice : Chaque année, on toc à la porte, mais on nous répond, pas cette année vous avez des baskets !! (Rires) Donc il y a pas mal de choses qui se mettent en place et on espère que l’anglais nous permettra d’accéder à d’autres festivals dans d’autres pays comme l’Angleterre, l’Allemagne, les Etats Unis, qui sont plutôt assez fermés en ce moment. On espère que les portes vont s’ouvrir plus vers l’international.

___________________________________________________________________________________

TRACKLIST  L33T

Rise and Fall (03:08)
02. Spin the Wheel (03:27)
03. Falls Appart (04:51)
04. Must Divide (03:04)
05. Evil Within (04:16)
06. Blinded (02:36)
07. Parasite (03:22)
08. No One to Save (03:39)
09. Mind Split (04:52)
10. The Prayer (04:07)
11. Again (03:15)
12. Plan B (English Version) (04:15)

13. RPG (03:08)
14. Spécimen (04:16)
15. Die and Retry (02:30)
16. Blackout (04:00)
17. Ras le bol (03:22)
18. Point De Non Retour (04:51)
19. Arkham Asylum (03:40)
20. Game Over (03:27)
21. New Challenger (03:07)
22. Inclassable (03:10)
23. Court Métrage (04:55)
24. Plan B (French Version) (04:11)

https://www.facebook.com/shc.officiel/

___________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Brice et Baptiste  et Roger de Replica Promotion