SAXON: Entretien avec Biff Byford

SAXON: Entretien avec Biff Byford

Biff Byford nous a reçus, il y a quelques jours de cela, dans sa chambre d’hôtel parisienne. Peu de temps avant la sortie de « Battering Ram« , le chanteur du groupe légendaire britannique, Saxon, était impatient de nous parler de ce dernier opus qui est aujourd’hui, dans les bacs. Nous vous conseillons d’ailleurs de vous rendre chez votre disquaire

Biff Byford nous a reçus, il y a quelques jours de cela, dans sa chambre d’hôtel parisienne.

Peu de temps avant la sortie de « Battering Ram« , le chanteur du groupe légendaire britannique, Saxon, était impatient de nous parler de ce dernier opus qui est aujourd’hui, dans les bacs. Nous vous conseillons d’ailleurs de vous rendre chez votre disquaire le plus proche.

Biff Byford est fier de cet album, et il a de quoi. Nous disposons donc de quelques minutes avec lui pour parler de ce nouvel album, de la prochaine tournée avec Girlschool et Motörhead (à savoir qu’ils seront de passage dans la capitale, le 15 Novembre prochain au Zénith) ou encore de la photo posée sur la table, représentant Lemmy Kilmister et Biff Byford dans les années 80.

Go, Biff, c’est à toi!

original
 

Rock Metal Mag: «Battering Ram» est un nom d’album plutôt direct, cela veut il dire qu’il est plus heavy que ses prédécesseurs?

Biff Byford: Pas vraiment. Pour moi « Battering Ram » était un très bon titre d’album, il sonnait bien. On aurait pu utiliser plein d’autres titres, mais Battering Ram fonctionnait bien.

RMM: Pour les paroles de cet album, quels sujets vous ont le plus inspirés?

BB: Je ne peux pas réellement expliquer, mais principalement cela touche l’histoire, la vie, le futur… Les thèmes récurrents de Saxon. Vous aimerez l’album quand vous l’écouterez. C’est un album assez complexe, malgré tout.

RMM: Avez vous déjà pensé a réaliser un album, avec chacune des chansons qui raconteraient la même histoire?

BB: Oui j’aime ce concept d’album, mais les chansons doivent être fantastiques, pour bien coller avec ce projet là. Il n’y aurait aucun intérêt à raconter une histoire qui manquerait de profondeur, tu vois. On est tous à la recherche de quelque chose de profond. Donc, la réponse à cette question est non (rires)

RMM: Quels ont été les moments les plus difficiles lors du processus de création de «Battering Ram»?

BB: Et bien… Ce n’était pas compliqué du tout. Le guitariste a eu un peu de mal à bien faire retentir les riffs , mais Andy (Andy Sneap, le producteur, ndrl), se chargeait de cela. En fait, je ne m’occupais uniquement que du chant. Et d’ailleurs, cela a été un changement bénéfique pour moi, car j’avais l’habitude d’être en charge de la totalité de l’album, mais pour celui là, j’ai vraiment laissé Andy s’occuper de tout cela. Donc, du coup, je me suis beaucoup amusé. Mais après, ça ne servirait a rien de me demander si Andy s’est amusé avec les parties de guitare, car je ne peux pas répondre, mais il a fait un très bon boulot. Et en plus de cela, il était au contrôle de la production, et il n’est pas allé trop loin. Il a gardé l’esprit eighties avec une touche de modernité. J’ai hâte que vous écoutiez l’album. Il est très bon, sonne bien. C’est un chef-d’-œuvre.

RMM: Avez vous une chanson préférée?

BB: J’aime beaucoup le troisième titre, qui s’appelle «Queen Of Hearts», il est assez proggy. J’aime beaucoup le rythme, le tempo de cette chanson. Ma voix sonne bien dessus. Elle me plaît beaucoup. Vous l’aimerez également!

RMM: Vous avez réalisé 21 albums depuis le début de votre carrière, avez vous toujours la même excitation lorsqu’un album est sur le point de sortir?

BB: Oui, bien sûr! On aime beaucoup en parler, on aime entendre les critiques et les journalistes nous dire qu’ils ont aimé. C’est un moment très plaisant pour nous. C’est un changement, une nouvelle ère pour moi et pour le groupe que de jouer de nouvelles chansons en tournée et de parler aux gens d’un nouvel album. C’est comme une renaissance. On le voit vraiment comme une renaissance du groupe a chaque fois que nous sortons un album.

RMM: Est-ce difficile de faire quelque chose de différent à chaque fois que vous sortez un album, mais de toujours garder l’identité de Saxon?

BB: C’est difficile, effectivement parce que tu ne veux pas perdre l’identité de ton groupe. Je trouve que certains groupes changent beaucoup de directions, ne sonnent pas comme ils avaient l’habitude de sonner. Mais nous voulons toujours garder l’esprit eighties. Cela se ressent dans la plupart de nos chansons, dans la façon dont je chante également. Après certaines chansons sonnent plus modernes, je trouve. Mais bon, vous vous ferez votre avis en écoutant l’album (rires).

RMM: Vous avez sorti «Unplugged and Strung Up» en 2013, avez vous l’idée de faire un concert entier accompagné d’un orchestre?

BB: Oh, nous avons fait le Wacken, l’année dernière avec des percussions, un clavier, etc. Vous pouvez retrouver le set entier sur Youtube, si vous ne l’avez pas encore vu. Donc, oui, nous l’avons déjà fait et nous le referons peut-être à l’avenir, mais pour cela, nous devons jouer en tête d’affiche. Car ce sont des shows difficiles à monter, donc nous devons être en headline, sur une scène principale et en soirée. Donc, oui, ce serait cool de faire ça au Zénith l’année prochaine. Après cela coûte beaucoup d’argent car c’est une grosse production. Donc les promoteurs doivent avoir foi en nous… Mais nous vendrons tous les billets (rires).

RMM: Avez vous déjà pensé à faire un album composé uniquement de reprises ?

BB: Cela se fait beaucoup en ce moment, je trouve. Et bien, j’aimerais bien faire quelques reprises sur mes albums solo, quand je m’y plongerai plus sérieusement. Je pense faire des reprises de chansons un peu obscures que j’aime.

RMM: Donc, vous pensez à sortir un album solo? Parlez nous en.

BB: Et bien, j’ai rien de fait pour l’instant. J’avais écrit des chansons, qu’on a finalement mises dans l’album de Saxon, telles que «Queen Of Hearts» ou encore «Kindgom of The Cross». Elles étaient prévues pour figurer sur mon album solo, mais j’ai préféré en faire des morceaux pour Saxon, car pour moi, l’album de Saxon est plus important.

RMM: Avez-vous prévu de faire des festivals cette année?

BB: Oui, nous espérons faire quelques festivals. Nous avons des festivals, sur notre liste mais nous n’avons pas encore eu les réponses, donc nous verrons. Évidemment, nous aimerions faire le Hellfest. Nous y avons joué, il y a deux ans, ce serait cool d’y refaire un tour cette année. Sweden Rock, Graspop, ce serait bien aussi. Je ne sais pas, on verra. Pour l’instant, on se concentre sur ce qui se passe maintenant et jusqu’à Décembre. Bon, pour être honnête, je suis au courant de certains festivals, mais je ne suis pas autorisé à les dire. Vous le saurez bientôt.

RMM: Nous espérons le Hellfest!

BB: Et bien, pour l’instant, nous ne savons pas pour le Hellfest. Si je le savais, je vous l’aurais dit. Mais pour l’instant, je ne sais pas. Mais ce serait cool.

RMM: Donc, là vous allez tourner avec Motörhead et Girlschool, avez-vous prévu de revenir tourner en Europe en tête d’affiche?

BB: Oui, nous sommes en train d’organiser cela. Ce ne sera pas avant l’automne 2016, car nous nous concentrons d’abord sur la tournée à venir avec Motörhead et Girlschool, ensuite nous allons retourner en Amérique, puis nous reviendrons en Europe pour des festivals, donc cela se passera après tout ça. Mais nous pouvons espérer pour Septembre-Octobre. Mais oui, évidemment nous ferons un «Battering Ram tour», en tête d’affiche.

 

image3

 

 

RMM: Question d’ordre historique: le peuple saxon était un peuple germanique qui a envahi les britanniques au début du Moyen-Âge, et vous, vous êtes anglais, vous utilisez le nom de Saxon, et vous avez envahi l’Allemagne plusieurs fois, n’est-ce pas un peu ironique?

BB(il rit): Si je trouve cela très ironique. Nous jouons avec le nom de Saxon depuis de nombreuses années, et bien sûr nous connaissons le peuple des saxons et savons qui ils sont.

RMM: Pour rester dans l’histoire, si vous pouviez remonter le temps, retourner quarante ans en arrière et rencontrer le jeune Biff Byford, que lui diriez-vous?

BB(réfléchit longtemps) Hum… Trouve toi un avocat! (rires)

RMM: Sinon, selon toi, quel est le meilleur album de l’année, pour l’instant?

BB: Est-ce que je peux dire «Battering Ram»?

RMM: Non

BB (réfléchit): Je suis sûr que tout le monde répond par son propre album. Et bien… J’avoue que je n’ai pas écouté beaucoup de nouveaux albums. Mais sinon, j’ai bien aimé le dernier album de Bullet For My Valentine. J’aime aussi le dernier opus de Motorhead, c’est un bon album. J’ai écouté quelques chansons du dernier album de Iron Maiden, mais bref, je ne dirais rien. Mais ouais, je peux le dire, nous sommes vraiment en haut de la compétition. (rires) Mais qui ne dirait pas ça?

RMM: Quel est ton secret pour garder une voix aussi puissante?

BB: Il n’y a pas vraiment de secret. Rester sain, ne pas abuser de whisky et tous ces trucs que je ne bois pas. Chanter ça passe, mais parler ce n’est pas très bon pour la gorge. Tout se passe avec la gorge. En gros, je dirais juste de prendre soin de votre gorge, mais il n’y a pas de trucs spéciaux.

RMM: Pour finir, quelle question ne vous a jamais été posé, mais que vous aimeriez que l’on vous pose?

BB: J’aimerais bien qu’on me demande si je suis heureux. Personne ne me demande si je suis heureux. Mais la réponse est oui, je suis heureux.

 

 

Merci à Christophe d’Electric Shock, à Olivier Garnier de Replica Promotion et évidemment, à Biff Byford pour sa gentillesse.

En partenariat avec Radio Arc en Ciel.